Connexion




Mot de passe perdu?

Le Grand Escalier

Le Grand Escalier >> Monde magique >> Poudlard et ses environs

Pages : 1 2 ->

Histoires de famille
Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Histoires de famille
Créé : 21/07/2017 à 18:51:05




* Il était presque six heures du soir quand la jeune femme apparut dans un craquement fugace, juste devant les portes de Poudlard qui s'ouvrirent aussitôt. Elle s'avança d'un pas vif qui ne devait rien à l'urgence ; de fait, elle avait une bonne demi-heure d'avance sur le rendez-vous fixé. Mais Deborah Parker n'avait jamais fait quoi que ce soit avec lenteur, et sa démarche aurait été toute aussi expéditive si elle n'avait été là que pour une balade digestive.
Ce n'était pas le cas, bien sûr. Ses affaires l'amenaient à Poudlard, à moins que ce ne fût plutôt l'envie d'un verre à partager avec l'une de ses anciennes collègues. A cet instant, cela importait peu. Elle venait de commencer à traverser le Parc sur lequel le soleil se couchait, et cette vue lui avait coupé le souffle.
Il n'y avait pas que la vue. Couchés sur l'herbe ou courant dans tous les sens, lisant en silence ou riant aux éclats, les élèves de Poudlard profitaient de cette belle journée de septembre. Bientôt, il leur faudrait enfiler pulls en laine et manteaux jusqu'à ce que seuls les plus courageux s'aventurent au-dehors, et le souvenir furtif des hivers passés à faire de même attrista vaguement Deborah. Sa journée avait été longue, elle se sentait lasse et fatiguée - deux sentiments qu'elle ne se souvenait pas avoir jamais éprouvés durant son adolescence.
Une bourrasque de vent décoiffa ses cheveux bruns, et son visage s'éclaira légèrement, comme si l'air lui redonnait vie. Elle n'aurait su dire d'où lui était venu cet élan inacceptable de mélancolie, mais ce n'était rien qu'un verre aux Trois-Balais avec Alexeievna ne pourrait arranger d'ici une heure ou deux. Pour le moment, il ne lui restait plus qu'à attendre l'heure de son rendez-vous à l'abri d'un passage secret de sa connaissance, là où ces benêts d'adolescents ne la dérangeraient pas.
Elle passa justement devant une belle brochette de ces spécimens, mais ne les regarda pas. Certains de ses anciens étudiants étaient probablement toujours à Poudlard et elle était bien décidée à les ignorer si d'aventure elle croisait leur chemin. Tout en réajustant la broche en or qui tenait sa cape, elle pressa donc un peu plus le pas en direction du Château. *


RPG avec Hellia Malitia
et Proventus Tal Moundine.
L'intervention de PNJ n'est pas souhaitée.

Hellia St.James
Préfète
Chroniqueuse VIPère
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2512
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 22/07/2017 à 05:35:29

* Adossée contre un mur de pierres fraîches, la jeune fille attendait Camden. Ils avaient un exposé à terminer en Botanique et le Poufsouffle était en retard. La patience n'était pas une des qualités de la vipère, loin de là. Plus le temps passait et plus elle pestait. Le blaireau ne perdait rien pour attendre. L'endroit où elle se trouvait, lui offrait une vue d'ensemble sur le parc et ses occupants. Des groupes d'élèves étaient rassemblés ici et là, profitant du temps encore agréable du mois de septembre. Hellia était heureuse d'entamer une nouvelle année à Poudlard, mais les souvenirs de ses vacances passées en Grèce, la rendait un brin nostalgique. Ce qui lui manquait le plus c'était l'air marin du matin lorsqu'elle prenait son petit-déjeuner sur la terrasse de l'hôtel privée qui appartenait à un ami de sa famille. Évidemment, il n'était pas question pour sa grand-mère de séjourner dans un hôtel fréquenté par des Moldus. D'ailleurs, cette dernière n'avait pas une seule fois accompagnée sa petite fille lors de ses visites de musées ou de monuments historiques.


Le souffle du vent fit redescendre la jeune fille sur terre. Ses cheveux flottant dans les airs, les pointes frappant délicatement son visage, obligeant la troisième année à les attacher en chignon à l'aide d'un crayon qu'elle trouva dans son sac. Pestant une fois de plus contre le retard du jaune & noir, son regard se posa alors sur une jeune femme qui pressait le pas en direction du château. Curieusement, son visage ne lui était pas inconnu, pourtant, la blonde était sûre de ne jamais l'avoir croisée à l'école. La brune avait l'air plutôt jeune, il était donc peu probable qu'il s'agisse d'une connaissance de sa grand-mère. Alors que Hellia se triturait les méninges sur l'identité de la jeune femme, cette dernière passa à côté d'elle sans lui jeter un regard. C'était comme avoir un mot sur le bout de la langue et ne pas savoir le trouver. Soudain, la Vipère se rappela exactement où elle avait vu ce visage. Fouillant dans son sac, elle en sortit une liasse de parchemins dont elle ne se séparaient plus depuis qu'elle avait mis la main dessus un an auparavant. Feuilletant fébrilement les documents, elle en tira une photo. Stupéfaite, elle leva les yeux en direction de la brune qui s'éloignait déjà dans les couloirs du château. Sans attendre, la joueuse de Quidditch se lança à la poursuite de l'inconnue qui avait disparue au détour d'un couloir. Le cœur battant, la troisième année accéléra sa course, il fallait absolument qu'elle la rattrape. Au tournant d'un couloir, elle distingua enfin la silhouette de la jeune femme et s'approcha suffisamment de cette dernière pour pouvoir l'aborder. La dépassant, Hellia lui barra la route, forçant la jeune brune à s'arrêter. À bout de souffle, la vipère observa en silence les traits de celle qui lui faisait face. La teinte de cheveux n'était pas la même, les yeux étaient d'une couleur différente, mais pourtant la ressemblance avec la photo qu'elle tenait entre ses mains était frappante. *



« Je suis désolée de vous importuner de cette façon Miss. »



* Le souffle court, la blonde s'obligea à respirer calmement avant de continuer. Comment aborder le sujet avec l'inconnue ? Devait-elle lui planter la photographie sous le nez et attendre des explications ? Ou tout simplement demander si son nom de famille lui était familier ? Hellia, n'avait jamais été si proche d'une possible réponse à ses nombreuses questions, aussi, elle décida de ne pas passer par quatre chemins. Ne voulant rien perdre de la réaction que pourrait avoir son interlocutrice, la troisième année planta son regard dans le sien, brandissant la photo devant le visage de la brune. *




« Vous connaissiez mon père ? »

Team H
Team Mamènes
Emmerdeuse #2
Anciennement Hellia Malitia




Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 22/07/2017 à 12:21:13

* Elle avançait dans les couloirs, sa cape tressaillant sur ses épaules, quand le silence fut rompu par une cascade de bruits qui n'annonçaient rien de bon : pas précipités, souffle court, Deborah pouvait presque entendre battre à tout rompre le cœur de la personne qui courrait derrière elle.
Sans se retourner - elle avait sa propre route à tracer - elle s'imagina un étudiant, plutôt jeune, peut-être une fille. Aucun Professeur ne se serait précipité de la sorte sans un danger imminent, et le reste du Château semblait aussi calme que possible. A en juger par le rythme rapide auquel les pieds frappaient le sol, ainsi qu'au bruit peu imposant qu'ils faisaient à chaque pas, il s'agissait là d'un sorcier d'assez petite taille, et probablement peu corpulent.
Alors que l'élève en question se rapprochait, elle entendit soudain un bruit de parchemin, et hésita une seconde entre la déception et l'amusement. Un devoir en retard, c'était donc de cela qu'il était question ? Poudlard avait décidément perdu de son piquant - mais, à la fois, il y avait quelque chose d'égayant à la pensée que quelques points de pénalité valaient, pour cet élève, la peine de sacrifier son souffle dans l'espoir de rendre un essai à l'heure.
Dans un élan de bienveillance, Deborah allait serrer à droite pour laisser passer son poursuivant quand celui-ci la dépassa. Celle-ci, en réalité, découvrit-elle lorsque la jeune blonde se mit en travers de son chemin. Elle voulut jurer face à cette désagréable obstruction, mais n'eut même pas le temps d'ouvrir la bouche avant l'autre, et réalisa alors qu'elle avait eu tort. Il n'y avait pas de devoir à rendre, c'était après elle qu'avait couru l'élève.
Pourtant, elle ne lui semblait pas du tout familière. Elle observa le visage adolescent, puis la photo collée sous son nez sans mot dire, toujours sur le coup de la surprise. Une surprise qui finit par s'inscrire sur son visage lorsqu'elle reconnut les deux sorciers qui disparurent aussitôt du cliché, comme pour se cacher d'elle. *


« Je ne suis pas la sorcière sur cette photo. Il s'agit de ma mère, qui m'a appris certaines choses, telles que les bonnes manières. »

* Son ton, moins cassant qu'il ne l'aurait été d'ordinaire, laissait transparaître de la curiosité au milieu de la sévérité du reproche. Elle leva ses yeux clairs vers la jeune sorcière, et, le menton légèrement relevé, ajouta : *

« Deborah Parker, Directrice du Département des Mystères. Vous êtes ? »

* Assez essoufflée pour ne pas réaliser qu'elle n'avait pas répondu à la question, espérait Deborah. Car oui, si le sorcier sur la photo était le père de cette étudiante, il y avait de bonnes chances qu'elle l'ait déjà rencontré. Elle n'arrivait pas à mettre le doigt dessus, cependant, et la photo, désormais vide, ne l'aidait pas. *

« De quand date cette photo ? »

* Elle l'avait presque. Elle pouvait voir le visage du sorcier s'animer dans ses souvenirs, mais impossible de visualiser un endroit ou d'y associer une date. *

Hellia St.James
Préfète
Chroniqueuse VIPère
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2512
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 22/07/2017 à 19:47:09 - Modifié : 22/07/2017 à 19:49:57

* Toujours postée en travers du chemin de la jeune femme, la respiration de la vipère se faisait de plus en plus régulière. Ne pouvant que constater la surprise qui se dessinait sur le charmant visage de cette dernière à la vue de la photo qu'elle lui avait collée sous le nez. Piquée au vif par le reproche et le ton sévère qu'avait employé la sorcière, Hellia, mordait sa lèvre inférieure. On lui avait aussi inculqué les bonnes manières, cela allait de pair avec le respect envers ses aînés et la brune devait bien avoir le double de son âge. Retenant la répartie cinglante qui lui brûlait les lèvres, elle planta son regard dans celui de la jeune femme.

Parker ? Ce nom ne lui disait rien. Absolument rien. Deborah Parker, se présenta comme la Directrice du Département des Mystères, ce qui contraria particulièrement la verte & argent. On n'appelait pas Langues-de-plomb, les sorciers qui y travaillaient pour rien. D'ailleurs, la jeune femme n'avait pas répondu à sa question et ce n'était certainement pas une élève de troisième année qui pourrait obliger cette adulte à lui répondre, si elle ne le désirait pas. *



« Hellia Malitia. Je vous présente une fois de plus mes excuses. »



* Sans quitter la sorcière des yeux, Hellia rangea la photo dans son sac, au milieu des parchemins. Si son interlocutrice, était la fille de la personne qui se trouvait avec Maughan Malitia sur le cliché, alors, il y avait une faible chance pour que celle-ci ait pu le rencontrer dans le passé. L'étudiante se posait tellement de questions sur le passé, sur les circonstances de la mort de son père surtout, que même les détails les plus infimes étaient importants à ses yeux. *



« Je ne sais pas exactement de quand date la photo miss Parker. Tout ce que je peux affirmer, c'est qu'elle a été prise avant ma naissance. Donc avant le mois de juillet 2005. »



* Suspendue aux lèvres de la jeune femme, Hellia attendait impatiemment sa réponse. Peut-être que cette sorcière avait suffisamment connu sa famille pour lui en apprendre un peu plus sur ses parents. Mais très vite, la vipère désenchanta. Si cela avait été le cas, Deborah Parker aurait tout de suite reconnu Maughan. Déçue, elle garda néanmoins la tête droite malgré le poids de la déception qui pesait sur ses épaules. Un jour, elle finirait bien par savoir. *

Team H
Team Mamènes
Emmerdeuse #2
Anciennement Hellia Malitia




Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 23/07/2017 à 13:50:34

« Hellia Malitia. »

* La jeune fille s'excusa une nouvelle fois, mais Deborah ne l'entendait plus. La voix claire et féminine avait été recouverte par une autre, plus grave, et bien plus lointaine. *

⬧ ⬧ ⬧

« Maughan Malitia. Je travaille avec Alicia, vous devez être... Delilah ? »

* Deborah dévisagea l'étranger sans répondre, plus agacée qu'elle n'aurait dû l'être. Cela n'avait rien à voir avec le fait qu'il ait déformé son nom - elle était même surprise que sa mère ait jamais mentionné son existence à un collègue. Non, ce qui contrariait l'adolescente, c'était de l'avoir trouvé là, dans cette pièce qui restait toujours fermée, où ni son père ni elle n'étaient censés mettre les pieds. *

« C'est elle que vous attendez ? Elle n'est pas encore rentrée, vous aurez certainement plus de chance au Ministère. Ou vous pouvez attendre en bas, elle ne devrait pas tarder. »

* Il la fixa avec une expression indéchiffrable et, pendant une seconde, elle eut l'impression d'être une intruse dans sa propre maison. Et de fait, il semblait parfaitement à l'aise dans ce bureau - il n'avait même pas sursauté quand elle en avait ouvert la porte, une minute auparavant. Elle, en revanche, n'avait pas l'esprit tranquille, et elle aurait pu jurer qu'il le savait. *

« Tant pis, dans ce cas. Dites-lui que je lui ai emprunté ça pour mon rendez-vous de ce soir. »

* Il agita une liasse de parchemins et, ayant intercepté le regard curieux de Deborah, ajouta : *

« Elle saura de quoi il s'agit. »

* Il traversa la pièce, rejoignant Deborah près de la porte, et elle en profita pour glisser un œil sur ce qu'il emportait. Il s'agissait de toute évidence d'une correspondance, mais elle ne reconnut pas l'écriture de sa mère. Le sceau du Ministère était apposé dans un coin - ce fut la dernière chose qu'elle put remarquer avec que le sorcier ne disparaisse dans le couloir.
Les bruits de pas ne s'étaient pas encore tout à fait évanouis que l'adolescente s'était déjà tournée vers le bureau de sa mère. Le dessus était parfaitement rangé, sans un parchemin en vue ; quant aux tiroirs, ils étaient verrouillés et un simple Alohomora ne suffit pas à y remédier.
Déçue, Deborah se retint de continuer ses recherches. Il était huit heures passées, sa mère allait rentrer d'un instant à l'autre, et il lui fallait repartir avec ce qu'elle était venue chercher. Elle approcha donc de la bibliothèque et se saisit d'un vieil ouvrage dont les pages tombaient et dont le titre s'était effacé de la reliure. D'un coup de baguette magique, elle le remplaça par une copie approximative qui suffirait pour qu'Alicia ne remarque rien, elle le savait d'expérience : au cours de ce mois de juillet, elle avait déjà emprunté ainsi plus d'une dizaine d'ouvrages.
Elle repartit le livre sous le bras et remonta l'escalier de marbre jusqu'à sa chambre, toujours préoccupée par sa rencontre inattendue. Deborah n'était pas facilement impressionnable, c'était un fait ; pourtant, il y avait quelque chose d'inquiétant chez cet homme, et elle n'arrivait pas à se sortir de la tête un très mauvais pressentiment. *

⬧ ⬧ ⬧

* L'air songeur, Deborah dévisageait Hellia comme elle avait autrefois dévisagé son père. Elle se souvenait très bien, désormais. Restait à savoir si elle souhaitait partager ses souvenirs. *

« Et vous ne pouvez pas poser vos questions à votre père... il est décédé ? »

* Elle le savait, bien sûr. Quelques jours à peine après cette petite incursion dans le bureau d'Alicia, un entrefilet de la Gazette avait annoncé la mort accidentelle de Maughan Malitia. Il laissait derrière lui une femme enceinte et un héritage conséquent pour l'enfant à naître.
Elle n'aurait jamais imaginé avoir un jour l'enfant en question devant les yeux, cependant. De toute évidence, Hellia serait de la même trempe que son père : malgré l'envie d'en savoir plus, qui semblait la dévorer, elle avait une attitude que Deborah n'avait jamais vue que chez les plus dignes représentants des plus prestigieuses familles. Et dans son miroir.
Ce fut peut-être cette ressemblance, ou le bouillonnement de questions qu'elle décelait chez l'élève, ou simplement l'ennui. Elle ouvrit la bouche, et raconta brièvement les deux minutes qu'elle avait passées en compagnie de Maughan, douze ans auparavant. Deux minutes qu'Hellia, elle, n'avait jamais eues. Il ne restait plus qu'à espérer qu'il n'y aurait pas d'effusion de tristesse. *

Hellia St.James
Préfète
Chroniqueuse VIPère
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2512
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 23/07/2017 à 20:23:30 - Modifié : 26/07/2017 à 17:06:32

Manoir Malitia, Aberdeen, Ecosse ❅ Un an auparavant




« Pose lui la question tout simplement. »


* La jeune fille dévisageait son ami. Tout simplement ? Mais ne comprenait-il pas que c'était impossible ? Comment aurait-elle pu justifier avoir en sa possession des documents qui certes, la concernaient, mais ne lui étaient pas destinés ? *


« Tu réalises que c'est impossible Walter ? Je ne peux pas parler de tout ça avec grand-mère. »


« Alors tu vas faire quoi de tout ça ? »


* Tout ça, comme avait dit son ami d'enfance, désignait des découvertes dont la jeune sorcière ne savait pas quoi faire. Quelques jours avant l'arrivée de Walter et de sa famille, un couple, que sa grand-mère, lui avait présentée comme des amis de longue date, étaient resté une nuit au Manoir. Rien d'étrange jusque-là, mis à part une sensation désagréable, que la Malitia, avait ressentie lors du dîner en leur compagnie. Ne se souciant pas de sa présence, l'homme avait évoqué la présence d'une malle déposée dans le grenier et qui devait rester en sécurité. Au même moment, Hellia, avait surpris sa grand-mère faisant les gros yeux dans sa direction.

Évidemment, la curiosité de la jeune fille, était beaucoup plus forte que la crainte des représailles. Elle avait attendu que le couple quitte le manoir pour s'aventurer au grenier, dont la porte, habituellement ouverte, se trouvait verrouiller. Alors, dès l'arrivée de Walter, l'adolescente, n'avait pas pu s'empêcher de lui en parler et c'est ainsi, qu'ils avaient décidé d'attendre que la nuit tombe et que le manoir soit plongé dans un sommeil profond, pour découvrir les secrets que la porte du grenier protégeait.

Les deux amis n'avaient pas été déçus. Un Alohomora plus tard, ils accédaient à la fameuse malle, qui contenait en effet beaucoup de secrets. À commencer par la découverte d'un Retourneur de temps et d'un petit coffre, qui une fois ouvert par les soins de Walter, révéla une fiole de poison. Les adolescents auraient dû en rester là, elle le savait, mais ils avaient continué leurs recherches, avides de découverte.

Dans le fond du bagage, se trouvaient des parchemins. Hellia, s'était installée sur un vieux fauteuil et avait déposé la lourde pile sur ses genoux. Parcourant un à un les documents, éclairés par la lumière provenant de sa baguette. Un grand nombre était rédigé en latin et ne contenait rien de bien intéressant. Les deux sorciers étaient restés des heures installés dans ce grenier, plongés dans la lecture de ces derniers. Soudain, la blonde s'était figée. Le nom de son père figurait sur un des parchemins sur lequel se trouvait une adresse à Pré-au-Lard. Puis Walter avait trouvé une photo. Une photo de son père et d'une sorcière qu'elle ne connaissait pas et qui n'était pas sa mère.

Maughan Malitia, assis sur un fauteuil en cuir, un verre de whisky pur feu à la main, ne souriait pas. Il jetait des regards à la sorcière à ses côtés. Brune, un regard sombre et profond, cette dernière, bien que très belle, semblait froide. Les deux sorciers avaient l'air complices et l'avaient regardé longuement avant de disparaître. *



Poudlard ❅ Présent



* La sorcière avait prononcé son nom et son regard s'était fait lointain. Ses yeux clairs étaient posés sur Hellia, mais ne semblaient pas la voir. La vipère hésitait à agiter la main devant le visage de son interlocutrice pour la ramener sur terre, mais elle n'en fit rien. Si l'évocation de son nom suffisait à plonger cette jeune femme dans ses songes, cela ne pouvait que redonner espoir à l'adolescente. Les secondes s'écoulaient silencieusement. La voix de Deborah l'avait presque fait sursauter. *



« Oui. Mon père est décédé. Ainsi que ma mère. Et ma grand-mère, ne peut ou ne veut pas répondre à mes questions. Votre mère est une amie de mon père, miss Parker ? »


* Hellia, espérait que cela soit le cas. Il ne fallait pas que ce soit autre chose. Depuis sa première année à Poudlard, combien de fois avait-elle entendu des histoires sur des enfants illégitimes ? Des frères et sœurs qui ne se connaissaient pas et qui se rencontraient pour la première fois au château. La vipère n'était pas sûre d'accepter ce genre de chose. Évidemment, ses parents avaient dû avoir une vie avant de se marier et il était tout à fait possible que son père ait eu un enfant hors mariage et si Deborah Parker se trouvait être sa grande sœur, cela bouleverserait totalement sa vie. Elle en était de là de ses pensées, quand la sorcière s'était lancée dans la narration de sa rencontre avec Maughan Malitia.

Ainsi, elles n'étaient pas sœurs. Soulagée, Hellia, expira l'air qu'elle avait retenu dans ses poumons pendant que la jeune femme lui racontait le souvenir qu'elle conservait de son père. La jeune fille fronça soucieusement ses sourcils. Son père travaillait au Ministère ? Elle n'avait jamais entendu parler de ça. *



« Donc nos parents travaillaient ensemble. Une fois, de plus, je suis désolée de vous poser toutes ces questions, mais pouvez-vous me dire dans quel département du Ministère ? Je pensais que mon père était avocat. »


* Elle ne se souvenait plus si elle avait imaginé ce métier ou si sa grand-mère lui en avait parlé. Une vague de colère la submergea brutalement. Elle avait grandi dans l'ignorance la plus totale. Ne connaissant même pas le métier de son père. L'adolescente, qui n'accordait jamais sa confiance était obligée de poser des questions et de se fier aux dires d'une adulte qu'elle ne connaissait pas. Ses yeux bleus lançaient des éclairs. Sa colère, n'était pas dirigée sur Deborah, cette dernière n'y était pour rien et était peut-être la seule à avoir été honnête avec elle jusqu'à présent. *

Team H
Team Mamènes
Emmerdeuse #2
Anciennement Hellia Malitia




Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 24/07/2017 à 15:25:15 - Modifié : 24/07/2017 à 15:35:35

* Dans un couloir avoisinant, des élèves se déplaçaient avec la discrétion d'une horde de géants, le bavardage en plus, et Deborah prit conscience que cette conversation ne pouvait pas continuer là. C'était une question de réputation : quelqu'un finirait par la voir et raconterait qu'elle passait désormais ses soirées à Poudlard à discuter avec des gamines croisées par hasard. Ce serait pathétique et embarrassant, et cela mettrait en danger l'image qu'elle avait soigneusement construite, celle d'une sorcière constamment occupée par des dossiers cruciaux dont elle ne discutait jamais.
Bien sûr, elle aurait tout aussi bien pu interrompre, purement et simplement, cette discussion qui n'avait rien à lui apporter. Mais Deborah n'appréciait pas les questions sans réponse. Il ne s'agissait pas que de celles d'Hellia. Suite à sa rencontre avec Maughan, elle vu, entendu, pressenti que quelque chose s'était tramé. Mais elle avait ses propres affaires à régler, à l'époque, et elle n'avait jamais cherché plus loin que ces tiroirs verrouillés. *


« Allons plutôt dans mon... endroit favori. Nous y serons plus au calme. »

* Elle avait été à deux doigts de dire bureau, elle qui n'en avait plus ici depuis plus de quatre ans. Sans trop savoir où elle allait amener la jeune fille, elle se mit tout de même en marche. *

« Maughan travaillait au Département des Mystères. Alicia en était la directrice à l'époque, elle l'avait donc sûrement embauché elle-même... »

* L'ancienne Gardienne des Lieux obliqua à gauche, dans un couloir étroit dont elle appréciait particulièrement les tableaux. Elle reconnut, dans un sourire, celui d'Elizabeth Burke, qui avait le don de proférer des insultes tout à fait délicieuses à ceux qui n'arboraient pas les couleurs de Serpentard, et une idée lui vînt. *

« Bonsoir, Miss Burke. Serpentard pour toujours. »

* Le tableau pivota, dévoilant un passage bas de plafond dans lequel Deborah s'engagea avec une agilité qui devait tout à l'habitude. L'endroit était étroit, et les deux sorcières ne pouvaient se tenir côte à côte que grâce à la petite taille d'Hellia. *

« Ce passage mène aux donjons, un endroit extrêmement sympathique. Il y a une génération ou deux, on y suspendait les élèves par les poignets, ou les chevilles selon la gravité de l'entorse au règlement. Bien sûr, aujourd'hui, on se contente d'enlever des points de maison, et ils sont toujours déserts. »

* Les deux sorcières étaient déjà arrivées au bout du long couloir glacé, et débouchèrent sur un carrefour. Elles avaient le choix entre six passages et Deborah prit sans hésiter celui qui partait vers la gauche.
Une minute plus tard, le couloir s'élargit jusqu'à rejoindre une pièce d'une taille conséquente. Elle était baignée d'une lumière verte qui indiquait la présence du Lac Noir au-dessus de leurs têtes. Plusieurs canapés, mais aussi des bocaux, des crânes et des ouvrages y avaient été amenés au fil des ans par des étudiants en quête d'un repaire secret.
Deborah ne put contenir un petit soupir de satisfaction lorsqu'elle s'assit sur un fauteuil gris légèrement rayé. *


« On sera tranquilles, et l'endroit me manquait. »

* Pendant une seconde, elle hésita sur la façon dont elle s'adresserait à Hellia, mais la pratique l'emporta sur les convenances. Après tout, elle n'était plus en poste ici. *

« J'ai une demi-heure avant mon rendez-vous. Que veux-tu savoir de plus ? »

* Tout en s'enfonçant encore plus profondément dans son fauteuil, elle ajouta, comme un avertissement : *

« Je n'ai pas beaucoup de réponses. Mais qui sait, la mémoire est une chose étrange. Difficile de la forcer, et pourtant elle nous vient toujours en aide au moment approprié... »

Hellia St.James
Préfète
Chroniqueuse VIPère
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2512
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 24/07/2017 à 19:52:11 - Modifié : 24/07/2017 à 19:52:54

* Ce n'était pas une histoire de sentiment. Hellia, ne connaissait pas les liens qui unissaient un enfant à ses parents, elle ne pouvait qu'essayer d'imaginer. Ainsi, ils ne lui manquaient pas. Ce n'était pas non plus le passé qui importait. À quoi bon s'en soucier ? Le passé se trouvait loin derrière et ne reviendrait pas. Pourtant, dès que la jeune sorcière avait été en capacité d'assimiler la mort de ses parents, comme tout enfant, elle avait commencé à poser des questions. Des questions balayées d'un revers de la main. Des questions qui restaient toujours sans réponse. Ou alors, des réponses bien trop évasives pour assouvir sa curiosité. Néanmoins, Hellia, s'en était contenté. Jusqu'à cette fameuse nuit au manoir. Depuis, ses interrogations étaient bien trop importantes pour les laisser en suspens.

Un endroit plus discret n'était pas une mauvaise idée. L'idée que des oreilles indiscrètes pouvaient saisir des brides de leur conversation, qui ne regardait personne, la dérangeait profondément. Elle n'aimait pas s'étendre sur sa vie. L'adolescente emboîta alors le pas à Deborah. *


« Il était donc Langue-de-plomb ? »


* La vipère avait posé la question à haute voix sans le vouloir. La réponse était évidente. Si Maughan, travaillait au Département des Mystères, il n'était donc pas avocat. La sorcière marchait rapidement, Hellia, faisait tout son possible pour s'encrer à son rythme, ce qui l'obligeait à faire des grandes enjambées. Pour une fois, ses entraînements d'endurance au Quidditch, lui étaient utiles en dehors du terrain. Même étroit, le couloir dans lequel les deux sorcières s'étaient engagées, était agréable. Surtout grâce aux tableaux qui ornaient les murs. Deborah, semblait connaître le château comme sa poche, la troisième année, ne fut donc pas surprise de l'entendre saluer Elizabeth Burke. L'adulte avait donc été, comme elle-même, une Serpentard, arpentant un jour les couloirs de Poudlard. Cependant, la jeune fille, avait encore beaucoup de choses à apprendre concernant les passages secrets de l'école, car c'est avec une surprise non dissimulée, qu'elle regarda le tableau pivoter et laisser place à un passage.

Deborah, s'y engagea la première, suivit de près par la jeune fille, qui écoutait en silence, les explications d'une époque révolue sur l'utilité des donjons. Au bout du couloir, la jeune femme, se dirigea sans hésitation dans le sixième passage tout à gauche. Curieusement, Hellia, qui n'avait pas pour habitude d'accorder sa confiance, ne ressentait aucune crainte et se laissait conduire sans hésitation par Deborah. Au bout de quelques minutes, elles étaient arrivées au bout du couloir qui débouchait sur une grande pièce. Celle-ci était éclairée par une lumière verte qui indiquait la présence du Lac Noir au-dessus de leurs têtes et qui rappelait la salle commune de Serpentard. Malgré les crânes et l'ambiance froide de la pièce, l'endroit était tout de même accueillant grâce aux canapés qui semblaient inviter à la détente.

Deborah, s'installa sur un fauteuil. Pendant quelques instants, Hellia, hésita à prendre place sans y avoir été invitée. Puis, se souvenant qu'elle n'était pas chez la jeune femme, elle décida de s'installer sur un canapé qui faisait face à l'adulte. La jeune fille, avait beaucoup de questions, beaucoup trop sans doute et Deborah, disait ne pas avoir beaucoup de réponse. Comment poser les bonnes questions sans faire perdre son temps à la jeune femme ? Prenant une inspiration, la vipère se jeta à l'eau : *



« Merci de m'accorder un peu de votre temps Miss Parker. Connaissez-vous les circonstances du décès de mon père ? »


* Sa grand-mère, avait toujours évoqué un accident et Hellia, n'avait pas eu de raison de mettre sa parole en doute. En tout cas, jusqu'au soir où elle avait eu certains parchemins entre les mains. *



« Peut-être que votre... Mère, serait d'accord pour me rencontrer ? Vu la photo, nos parents semblaient plutôt bien se connaître et peut-être qu'elle serait à même de me fournir plus de réponses. Pensez-vous que cela soit possible ? »


* L'adolescente avait hésité un moment avant de finalement employer le mot "mère". Pour l'unique et simple raison que quand Deborah, parlait d'elle, elle employait son prénom. *



« J'en demande peut-être beaucoup. Je sais que nous ne nous connaissons pas, mais vous êtes la seule, jusqu'à présent, à bien vouloir répondre à mes interrogations et si j'avais une autre solution, je ne vous importunerais pas plus. Ni vous, ni votre mère. Malheureusement, à part certains détails, je n'ai rien. Des détails qui me font penser, peut-être à tort, que la mort de Maughan, n'était pas un accident. »


* Le souffle court, Hellia, jeta un regard à la jeune femme. C'était la première fois qu'elle étalait ses pensées les plus profondes à une personne. Deborah Parker, allait peut-être lui rire au nez. À cette idée, l'adolescente regretta presque d'en avoir trop dit. *

Team H
Team Mamènes
Emmerdeuse #2
Anciennement Hellia Malitia




Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 24/07/2017 à 21:56:13 - Modifié : 25/07/2017 à 13:28:50

* Deborah suivit la jeune Vipère des yeux tandis qu'elle s'asseyait, et sa mémoire lui joua à nouveau des tours ; pendant une fraction de seconde, elle put presque voir Selena couchée en travers de ce même canapé, plus de dix ans auparavant. Et un vide se creusa dans sa poitrine. Poudlard avait le don de lui rappeler le passé comme si elle était en train de se tromper de futur - ce n'était pas quelque chose qu'elle avait envie d'entendre.
Certaines choses du passé, cependant, étaient toujours bonnes à prendre, et d'un coup de baguette magique Deborah fit venir à elle un vieux sac en cuir qui avait traîné sous des cartons poussiéreux. Elle en sortit plusieurs bouts de fromage qui avaient été enchantés pour se conserver comme au premier jour, et des bouteilles de Bierraubeurre qu'elle regarda d'un air suspicieux tout en commentant à voix haute : *


« Édition collector de 2006. Très utiles pour passer le temps pendant les révisions des BUSES. »

* Mais Hellia n'était pas là pour parler boutique, comme ses paroles le démontrèrent rapidement, et la Langue-de-Plomb avala un bout de fromage en l'écoutant. La grand-mère de l'adolescente ne devait pas être des plus arrangeantes. Elle en avait connu, de ces vieilles maîtresses de maison qui considéraient leur lignée comme leur meilleur investissement. Probablement peu commode, mais il fallait bien que quelqu'un se charge d'inculquer certaines valeurs si on ne voulait pas qu'elles se perdent.
Elle-même n'avait pas de famille. Sa mère ne parlait jamais de la sienne, ce qui n'avait rien d'étonnant : elle ne parlait pas beaucoup d'une manière générale. Deborah avait bien une tante du côté de son père, mais elle avait eu le mauvais goût de faire un enfant à un Moldu - Corwin. Sa seule famille encore vivante, mais elle ignorait ce qu'il était devenu.
S'interroger sur ce qui était arrivé aux multiples sorciers de son arbre généalogique ne l'avait jamais intéressée, mais elle avait remarqué que la plupart des gens accordaient une importance sacrée à leur famille. C'était peut-être le cas d'Hellia. Elle mâchouilla un dernier bout de fromage avant de tenter d'apporter quelques réponses à la Vert et Argent. *


« Ça dépend, comment est votre prof de Divination en ce moment ? pour lui parler, tu aurais besoin de quelqu'un de sacrément doué. Mon père et elle ont été assassinés il y a de ça... dix ans, exactement. »

* Elle n'avait pas repensé à leur mort depuis plusieurs années, et réaliser le temps qui s'était écoulé lui procura un sentiment de satisfaction. Elle avait fait du chemin, en dix ans, était passée d'une salle d'interrogatoire crasseuse au bureau de Directrice du Département des Mystères. A l'époque, quand elle s'était promis d'y arriver, elle ne savait même pas de quoi elle parlait. Aujourd'hui, elle était arrivée au bout d'un chemin aussi long qu'excitant, dont elle pouvait être fière. *

« Je crois qu'il s'agissait d'un incendie... effectivement, la Gazette mentionnait un accident mais je me souviens avoir pensé que la coïncidence était un peu grosse. Tu as déjà essayé de récupérer leurs archives ? »

* L'effort ne se révélerait probablement pas utile, songea-t-elle. La Gazette n'avait jamais été sa source d'informations favorite quand il s'agissait de retrouver des faits tels qu'ils s'étaient passés. En fait, elle ne continuait à la lire tous les matins que pour y voir son nom imprimé - le reste, elle le parcourait comme elle aurait lu une œuvre de fiction. *

« Si ton père et Alicia étaient impliqués dans une histoire un peu louche, il ne serait pas étonnant que sa mort ait été autre chose qu'un accident, en effet... mais à part ces lettres qu'il avait emportées, je n'ai pas d'éléments qui me permettraient de te renseigner davantage. En fait, le lendemain, quand je suis retournée dans le bureau d'Alicia, un enchantement le protégeait. Je n'ai jamais pu y remettre les pieds - ni le livre que j'étais venue piquer. »

* Un livre qui était toujours dans sa table de chevet. Sa mère ne s'était jamais rendue compte de sa disparition, et la mauvaise copie qu'elle en avait faite devait toujours trôner sur la bibliothèque.
Elle cligna des yeux, songeuse. Le soir où elle était rentrée pour trouver les corps de ses parents, son premier réflexe avait été de monter au premier étage pour fouiller ce bureau dont l'accès lui avait été interdit. Mais à ce moment-là, elle avait cherché des documents récents, quelque chose qui pourrait expliquer le crime - sans s'intéresser aux parchemins qui dataient de plus de quelques mois. Les Aurors avaient ensuite tout embarqué, mais était-il possible que se soient cachées, dans ce fatras, des explications quant aux projets des deux collègues ? *

Hellia St.James
Préfète
Chroniqueuse VIPère
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2512
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 25/07/2017 à 17:48:13 - Modifié : 25/07/2017 à 22:48:01

* Hellia, observa la jeune femme ouvrir un sac de cuir poussiéreux, tiré de sa cachette par un simple mouvement de baguette. La vue du fromage lui fit froncer le nez, cependant aucune odeur n'arriva jusqu’à ces narines. Les efforts qu'elle avait fournis pour rattraper Deborah dans les couloirs et ceux pour ensuite, rester à sa hauteur lui avait donné soif. Elle jeta un œil aux bouteilles de Bièraubeurre, méfiante, se demandant si onze ans d'âge pour ce breuvage sucré, avaient le même résultat que sur le vin et elle n'était pas certaine de vouloir le découvrir.

Confortablement installée sur un vieux mais moelleux canapé, la vipère dévisagea la jeune femme. Que venait donc faire Alanna Spall dans tout cela ? Avant qu'elle n'ait eu le temps de plus y réfléchir, les mots ponctuant la phrase de Deborah, traçaient déjà leur chemin dans son esprit. Assassinés. Bouche bée par la surprise, scrutant le visage de la jeune femme, les épaules de l'adolescente s'étaient affaissées, malgré elle, sous le poids de la nouvelle. Dès qu'elle faisait un pas, quelque chose se mettait en travers de son chemin. Ça avait aussi été le cas avec cette adresse à Pré-au-Lard. *


« Je suis... »


* Désolée. Le mot ne voulait pas franchir ses lèvres. Elle ne ressentait pas une seule once de tristesse pour les parents de Deborah. Elle n'en ressentait pas même envers les siens. Habituée à obtenir tout ce qu'elle désirait depuis toujours, rien était gratuit, elle le savait. Lorsqu'elle se donnait un but, aucun obstacle ne lui faisait peur. Ce n'était pas en claquant des doigts, si depuis deux ans elle faisait partie des meilleurs élèves de l'école. Ce n'était pas non plus en claquant des doigts qu'elle était entrée dans l'équipe de Quidditch de sa maison. Persévérante, ambitieuse, compétitive, Hellia, ne supportait pas l'échec. Jamais elle n'avait eu à en essuyer un. Jusqu'à ce jour. Car toute cette histoire était un échec. Son regard, perdu dans le vide, se posa alors sur la Langue-de-plomb. Le visage de la jeune femme était impassible, continuant de mâchouiller des morceaux de fromage, Hellia, ne pouvait dire si l'évocation du meurtre de ses parents, l'avait ou non attristée. Alors que Deborah, parlait d'un article dans la Gazette, relatant les causes du décès de Maughan, la troisième année, n'avait eut aucune réaction. Grosse coïncidence ou non, maintenant elle savait de quoi il était mort. N'était-ce pas ce qu'elle voulait ? Pourtant, elle ne ressentait aucune satisfaction. *


« Je n'ai jamais pensé à consulter les archives de la Gazette. »



* La vipère secoua la tête en poussant un soupir. Comment avait-elle fait pour ne pas y penser plus tôt ? S'enfonçant un peu plus sur le canapé, Hellia, examina la situation, les sourcils froncés. Maughan, avait péri dans un incendie, défini comme accidentel. Trois ans après, la femme qui l'avait engagé, ainsi que son mari, étaient assassinés. La coïncidence semblait bien trop grosse à ses yeux. Des éléments ! La vipère releva la tête et plongea son regard dans celui de Deborah. Cette jeune femme était la seule qui pouvait être en mesure de l'aider. Et pour cela, elle devait lui fournir des éléments, les mêmes éléments qui lui avaient donné envie d'en savoir plus. Elle plongea la main dans son sac et en tira une liasse de parchemins. Le poison, était caché sous une latte de parquet, dans une des chambres d'ami du manoir. Le Retourneur de temps, était enterré près du stade de Quidditch, là ou personne ne penserait à creuser. Les parchemins et la photo étaient toujours avec elle. Ainsi qu'une lettre. La dernière écrite par sa mère, le jour de sa mort. Quelques mots écrits à la hâte ou cette dernière avouait ne pas croire à l'accident de son mari. C'était là, tout ce dont elle disposait. C'était peu, elle en avait conscience. D'une voix lointaine, elle raconta tout à Deborah. De la malle du grenier, à son escapade en pleine nuit à Pré-au-Lard, pour découvrir une habitation abandonnée. *


« Les parchemins sont en latin ancien. Il y a le nom de mon père. Ainsi que d'autres. Peut-être celui de votre mère. Vu que je n'en ai jamais entendu parler jusqu'à ce jour ; il est fort probable que je n'y ai pas prêté attention. »


* Elle déposa les documents sur la table basse devant l'ancienne Serpentard. Hellia, ne savait pas si les maigres éléments qu'elle avait en sa possession avaient une quelconque valeur, mais cela valait la peine d'essayer. *

Team H
Team Mamènes
Emmerdeuse #2
Anciennement Hellia Malitia




Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 27/07/2017 à 17:29:22

* Deborah écouta le récit de la jeune fille d'un air bien consciencieux. Était-ce parce qu'elle était particulièrement attentive à ce qu'elle entendait, ou parce qu'elle dégustait avec soin son bout de fromage, c'était difficile à dire. Toujours était-il qu'elle n'interrompit pas Hellia, et resta immobile jusqu'à ce que celle-ci dépose devant elle les parchemins dont il était question.
D'un coup de baguette magique, elle fit disparaître les traces de gras sur ses doigts avant de se saisir de la pile de documents. *


« Je ne suis pas sûre de pouvoir aider, il faudrait que j'aie un peu plus de temps pour me pencher sur tout ça... d'autant que mon latin est assez rouillé. »

* Ses sourcils se froncèrent alors qu'elle tentait de déchiffrer quelques mots. Elle n'était probablement pas la seule sorcière qui aurait été incapable de traduire, et à plus forte raison d'écrire, cette langue dont seuls des fragments lui servaient quotidiennement. Bien sûr, cela pouvait en faire un code intéressant, mais quelque chose clochait. Qui prenait la peine de coder un document dans une langue aussi bien documentée ? avec un dictionnaire, la traduction serait fastidieuse certes, mais tout à fait possible - de quoi rendre ce code caduque en quelques heures. *

« Voyons voir... Aparecium. »

* Sa baguette vint tapoter le parchemin qu'elle était en train de regarder, et ses sourcils se froncèrent un peu plus. Rien n'était apparu, mais elle aurait juré avoir vu le parchemin réagir au sortilège, comme si quelque chose avait bien été révélé, quelque chose qui était encore caché par un autre moyen. *

« Tu vois quelque chose ? »

* Elle inclina le parchemin dans plusieurs sens, tentant de déceler une irrégularité. Agacée de son manque de réussite, elle obscurcit la pièce, puis l'éclaira fortement. Sous la variation de luminosité, il lui semblait distinguer des caractères, mais impossible de les voir clairement - elle n'était, de fait, même pas sûre qu'ils étaient bien là.
Deborah rendit le parchemin à la jeune Vipère, pensive. Il y avait bien quelque chose, elle le sentait, et elle se mit à réfléchir à voix haute. *


« Admettons que j'utilise un vieux parchemin latin probablement sans importance. C'est malin, ça ferait perdre du temps à qui essaierait de le traduire. Mais j'ai bel et bien quelque chose à cacher, et je l'écris moi-même. Quelques sortilèges basiques pour qu'un non-initié n'ait aucune chance de le découvrir... mais il me reste à faire en sorte que seule moi, et la personne avec qui je communique s'il y en a une, ait les moyens de révéler le message... Qu'est-ce que ton père avait de spécial ? »

* La question, qu'elle avait adressée à Hellia en attrapant son regard, était rhétorique. Comment aurait-elle pu savoir ? La seule chose qu'elles savaient, c'est où il travaillait, et ce n'était pas d'une grande aide. *

« A moins que... »

* Deborah eut un sourire triomphant, dont elle pensa pendant une seconde qu'il était peut-être prématuré, avant de continuer sur sa lancée. Sa voix avait une intonation nouvelle quand elle expliqua : *

« Au Département des Mystères, tout est éclairé par des flammes bleues. Des flammes bleues qu'on ne trouve nulle part ailleurs, ce n'est pas juste une question de couleur, c'est un enchantement... c'est ce que j'aurais fait. J'aurais utilisé les flammes. »

* "... surtout si je voulais communiquer avec quelqu'un d'autre au sein du Département", ne put-elle s'empêcher de penser, et son visage retrouva un air songeur. Etait-il possible que ces parchemins codés aient été destinés à Alicia ? Quand elle avait rencontré Maughan, elle avait eu l'impression qu'il était souvent venu au manoir, et s'était étonnée qu'il ait entendu parler d'elle. Alicia ne tissait pas de liens personnels avec ses subordonnés. Y avait-il eu quelque chose de plus entre eux ?
Elle ne pensa même pas à une liaison. Non, le premier mot qui traversa ses pensées fut conspiration. Hasard ou pas, il s'agissait d'un de ses mots préférés. *


« Tu es déjà venue au Ministère de la Magie ? »

* Son regard bleu gris, qui pouvait être si froid, brillait d'un éclat taquin qui invitait à quelque chose. Elle ne savait pas encore à quoi. *

Hellia St.James
Préfète
Chroniqueuse VIPère
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2512
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 27/07/2017 à 20:04:26

* En transmettant les parchemins à la jeune femme, Hellia était consciente que cette dernière aurait besoin de temps pour les étudier. Qui plus est, le latin ancien était simple à traduire avec un dictionnaire, mais cela prenait beaucoup de temps. Elle-même n'avait toujours pas terminé après tout ces mois. Les mots et les sens ne voulaient pas souvent s'accorder et y passer trop de temps, finissait par lui donner des migraines. Ne quittant pas des yeux le visage de Deborah, la jeune fille observait les sourcils de la brune se froncer. Avait-elle déjà trouvé quelque chose ? Sa baguette en main, l'adulte tapota le parchemin en prononçant le sortilège de révélation. *



« J'ai déjà essayé une fois. Je me suis dit que je ne savais pas encore me servir du sortilège pour qu'il fonctionne correctement ou qu'il n'y avait rien à révéler. »


* Hellia, scrutait le parchemin, inclinant la tête à mesure que Deborah tournait le document dans tous les sens. Elle ne voyait rien. Rien du tout. Pourtant, l'ancienne Serpentard ne quittait pas le parchemin des yeux, attentive au moindre détail. Avant que la vipère n'ait eu le temps de répondre à la question posée par l'adulte, celle-ci semblait réfléchir à voix haute. La jeune fille resta silencieuse, ne voulant pas déranger Deborah et admirant la facilité avec laquelle la jeune femme tentait de se mettre à la place de la personne qui avait écrit les documents.

Ce que Maughan avait de spécial ? La vert & argent ne pouvait le dire. Elle n'en savait absolument rien. Avait-il seulement quelque chose de spécial ? Deborah ne lui laissa pas le temps de s'éterniser sur la question. Avec un sourire triomphant, elle lui parla des flammes bleues qui éclairaient le Départements des Mystères. *



« Vous pensez que Maughan et Alicia utilisaient les flammes bleues pour communiquer ? »


* Si, comme l'avait sous entendu Deborah, quelques minutes plus tôt, les deux Langues-de-plomb manigançaient ensemble, cela pouvait tout à fait se tenir. Ainsi, leurs échanges étaient protégés. La vipère, leva un regard surpris en direction de la Directrice du Département des Mystères. Elle n'était allée au Ministère de la Magie qu'une seule fois pour une sortie scolaire. Au Département de contrôle et de régulation des créatures magiques. *


« Vous voulez que je vous y accompagne ? »


* Devant le regard pétillant de Deborah, la jeune fille ne tenait déjà plus en place. Son air habituellement froid, était à présent illuminé par la lueur curieuse qui dansait à l'intérieur de ses yeux bleus. Si cela était bien l'idée de l'ancienne Serpentard, Hellia n'hésiterait pas une seconde à la suivre. *

Team H
Team Mamènes
Emmerdeuse #2
Anciennement Hellia Malitia




Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 27/07/2017 à 23:27:31

* Deborah jeta un coup d’œil à sa vieille montre en argent. Le temps avait passé sans qu'elle s'en rende compte, en même temps que toute motivation pour le rendez-vous qui l'attendait. Mais elle n'avait pas vraiment le choix - et il ne s'agissait jamais que d'une vingtaine de minutes.
Ce fut donc en balayant la pièce du regard pour s'assurer qu'elle n'y oublierait rien qu'elle répondit à Hellia : *


« Disons que ça ne m'étonnerait pas qu'en observant ces parchemins près de ces lumières bleues, on y découvre quelque chose de plus intéressant que rosa rosa rosam, rosae rosae rosa... cela aurait été un moyen sûr pour eux de communiquer : peu de gens ont accès au Département, et il aurait aussi fallu avoir le parchemin et l'idée... »

* Elle ôta sa cape tout en finissant sa phrase, dévoilant une robe bicolore, émeraude d'un côté, dorée de l'autre. La question d'Hellia l'interrompit alors qu'elle réajustait ses longs cheveux bruns, et elle sourit, de ce sourire dont il était difficile de dire s'il était malicieux ou railleur. *

« Je n'ai pas besoin de chaperon pour me rendre dans mon propre Département, et je doute que tu serais mon premier choix. La question, c'est plutôt : toi, à quel point veux-tu savoir la vérité ? »

* Deborah planta ses yeux intransigeants dans ceux de la jeune fille. Hellia ne pouvait pas savoir où tout cela allait la mener. Cela commençait, aujourd'hui, par décider si elle était prête à s'éclipser de Poudlard sans autorisation. Mais demain, ou après-demain, il y aurait d'autres décisions à prendre, d'autres règles à transgresser, d'autres lignes à dépasser. Soit elle était prête à tout, soit elle n'arriverait à rien.
D'expérience, Deborah savait que peu de sorciers étaient vraiment prêts à tout. Leur famille, leur morale, leur ego ou leurs peurs, leur insuffisance de talent ou d'intelligence, il y avait toujours quelque chose pour les retenir. Elle n'éprouvait rien de spécial pour eux. Ils étaient faits d'un matériau différent du sien. Elle avait été forgée dans le feu, un feu dévastateur et ravageur qui l'avait laissée incandescente.
En observant Hellia, elle réalisa qu'elle devait avoir l'âge où c'était arrivé, où tout autour d'elle était tombé en cendres alors qu'elle restait debout. Il était difficile de savoir ce qu'elle deviendrait, mais il fallait un commencement, et c'était peut-être le moment. *

Hellia St.James
Préfète
Chroniqueuse VIPère
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2512
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 28/07/2017 à 02:06:07

* Observant la jeune femme retirer sa cape et remettre de l'ordre dans sa coiffure, Hellia réfléchissait à tout ce que d'éventuelles découvertes pourraient engendrer. N'écoutant déjà plus la jeune femme, le regard de la vipère était devenu lointain, très lointain. *




Manoir Malitia, Aberdeen, Ecosse ❅ 2015


* Les rayons du soleil couchant, se reflétaient contre le miroir au-dessus de la cheminée. Le tic-tac de l'horloge était le seul bruit qui rompait le silence. Un silence pesant. Les yeux de Mafalda Malitia lançaient des éclairs de colère. Une colère dirigée vers la petite blonde de dix ans, qui soutenait le regard de sa grand-mère avec obstination.

Elle avait été surprise en position délicate. Elle savait qu'elle n'aurait pas dû se trouver là, mais cela avait été plus fort qu'elle. Le bureau de sa grand-mère était toujours fermé à double tour et Hellia avait l'interdiction formelle d'y entrer. Alors, quand Mafalda était sortie en laissant la porte entrouverte, elle s'était faufilée à l'intérieur. Pourquoi fermer une porte si il n'y avait rien à cacher ? La curiosité était beaucoup plus forte que la raison. Malheureusement, elle n'avait rien trouvé et sa grand-mère l'avait surprise. *



« Pourquoi es-tu entrée dans mon bureau sans en demander la permission ? »


« Vous ne me l'auriez pas donné grand-mère. »


« Cela ne répond pas à ma question ! »


« Vous ne répondez pas non plus aux miennes ! »


* C'était la première fois qu'elle tenait tête de cette façon à son aïeule. La première fois aussi, qu'elle voyait le visage de cette dernière ravagé de colère. Malgré tout, elle ne baissa pas les yeux. Pourquoi Mafalda ne voulait pas lui répondre quand elle lui posait des questions sur ses parents ? Ne comprenait-elle pas que c'était pour cette raison précisément qu'elle avait pénétré dans le bureau ? *



« Monte tout de suite dans ta chambre Hellia ! Tu en ressortiras seulement quand tu seras prête à me présenter des excuses pour avoir désobéi délibérément et pour ton insolence ! »


* Cela avait duré des jours. Aerin, lui apportait ses repas et la petite blonde, furieuse d'avoir été punie, refusait de lui adresser la parole. L'elfe, essayait de lui faire entendre raison et c'était grâce aux paroles de la créature, qu'elle s'était décidée à faire des excuses. Des excuses plus conventionnelles que sincères. À partir de ce jour-là, elle ne posa plus jamais aucune question à Mafalda, mais la petite blonde s'était promis de découvrir la vérité quoiqu'il advienne. *


Poudlard ❅ Présent


* À quel point voulait-elle savoir la vérité ? Hellia était prête à tout pour enfin avoir des réponses. Ce n'était pas le manque de ses parents qui la guidait, elle détestait simplement les questions sans réponses. Et si pour cela, elle devait quitter l'école sans autorisation, elle le ferait sans hésiter une seconde. La vipère se leva du canapé et regarda Deborah d'un air plus que décidé. *


« Je suis prête à vous suivre Miss Parker. »


* Oui, elle était prête et sûre d'elle. Elle ne l'avait jamais été autant que ce jour-là. Si elles parvenaient à découvrir quoi que ce soit, même le plus infime détail, alors tout ça n'aurait pas été en vain. *

Team H
Team Mamènes
Emmerdeuse #2
Anciennement Hellia Malitia




Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 29/07/2017 à 18:14:37

* La Legilimens hocha la tête, comme si elle avait obtenu ce qu'elle voulait. Cela suffirait, pour le moment ; pour la suite, elle verrait bien.
Deborah n'avait pas l'habitude de nourrir des espoirs particuliers concernant les capacités de ceux qui l'entouraient. Elle ne pariait ni sur leur échec, ni sur leur réussite, et ne ressentait ni déception, ni satisfaction quand cela se produisait. Elle travaillait seule, que ce fût aujourd'hui au Département des Mystères, hier à Poudlard, ou dans sa vie privée. Par goût et par prudence.
Elle se souvenait de l'euphorie qu'elle avait ressentie quand elle avait commencé à apprendre la Legilimancie. Comme si elle avait désormais le pouvoir de connaître les autres. Des années plus tard, elle savait peut-être mieux que personne que l'esprit humain était la chose la plus impénétrable qui soit. On pouvait l'étudier, voir à travers, le manipuler, mais jamais savoir de quoi il était fait.
Aussi ne mit-elle pas en doute la réponse d'Hellia. Si ces mots, qui sonnaient comme une promesse, s'avéraient faux, ainsi soit-il. Pour le moment, elle ferait avec eux. *


« Parfait. Mais il va falloir faire mieux que ça. Je t'attends demain à l'entrée du Département des Mystères, à huit heures du soir. »

* Elle fit un pas vers l'entrée de la pièce, comme pour s'en aller, avant de se raviser. Durant son temps comme Formatrice, elle avait appris que même les choses les plus évidentes devaient parfois être dites à voix haute pour que ses étudiants les prennent en compte. *

« Apporte les parchemins. Et ne sois ni en retard, ni en avance. L'entrée du Département est piégeuse, et j'y serai à l'heure dite. Si tu n'y es pas, il faudra te débrouiller pour trouver mon bureau toute seule... »

* Deborah eut un sourire légèrement vicieux en pensant à tous ceux qui n'étaient jamais arrivés jusque là. Certains étaient des sorciers respectés, bien établis - mais le Département des Mystères ne faisait de cadeau à personne. Hellia avait pour elle l'envie de faire ses preuves propre à la jeunesse, c'était toujours ça de plus que ses aînés, gangrenés par la lassitude et bouffis par la prétention. Peut-être que Deborah la laisserait trouver son chemin seule, après tout.
Mais pour le moment, c'était bien elle qui se mit en marche, laissant la jeune fille seule dans la pièce verdâtre. Le bruit de ses pas s'éloigna jusqu'à se confondre avec ceux des animaux qui profitaient du calme et de la fraîcheur des donjons. Elle consulta sa montre, et sourit. Elle serait pile à l'heure. *

Hellia St.James
Préfète
Chroniqueuse VIPère
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2512
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 01/08/2017 à 20:00:36 - Modifié : 06/08/2017 à 16:11:36

*
Son plan était réfléchi. Elle avait attendu l'heure du repas, ainsi la salle commune était vide et personne ne lui avait posé de question. Après un Amplificatum sur son traversin, pour donner l'impression aux filles du dortoir Doloris, qu'elle s'était déjà endormie, elle avait enfilé sa cape et glissé les parchemins dans une poche. Se faufilant silencieusement dans les cachots, la vipère avançait dans l'obscurité. Ce n'était pas la première fois qu'elle quittait l'enceinte de l'école à la nuit tombée pour se rendre à Prè-au-Lard mais ce serait la première fois, qu'elle emprunterait un Portoloin une fois là-bas.

Hellia avait remonté la capuche de sa cape sur sa tête, espérant ne pas croiser un de ses professeurs ou tout autre adulte qui pourrait la reconnaître. Le chemin qui menait au village n'était pas bien long, pourtant, elle pressait le pas. Deborah lui avait bien dit de ne pas être en retard. Ni en avance d'ailleurs. Si son plan fonctionnait comme prévu, il n'y aurait pas de problème.

À l'entrée de Pré-au-Lard, elle croisa des habitants du village qui se promenaient. Ses pas résonnaient sur les pavés. Par crainte d'éveiller les soupçons, Hellia ôta sa capuche, laissant ses cheveux blonds flotter au grès du vent. Moins elle chercherait à se montrer discrète, moins les gens se poseraient de questions.

La veille, après sa conversation avec miss Parker, la jeune fille avait longuement pensé au moyen de se rendre au Ministère. Elle n'avait pas le permis de transplanage. Son seul moyen restait un Portoloin. Elle avait entendu parler d'un prè à la sortie de Pré-au-Lard, assez discret ou certains élèves racontaient se rendre à Londres grâce à un souafle. Le matin, avant son premier cours, la vipère était allée jeter un oeil et avait lancer un Portus sur le vieux souafle. Programmant l'heure de son départ puis était rentrée à l'école.

Le départ était prévu à huit heures moins dix du soir. Jetant un œil à sa montre, elle pressa encore le pas. Les mains dans ses poches, la droite serrant sa baguette, la gauche tenant les parchemins. Arrivée dans le pré, elle se dirigea vers l'endroit ou se trouvait le Portoloin, puis s'arrêta à sa hauteur et attendit l'heure.
*

Team H
Team Mamènes
Emmerdeuse #2
Anciennement Hellia Malitia




Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 03/08/2017 à 19:28:13

Département des Mystères ⬧ 19 heures 41

* Deborah avait passé une mauvaise journée, qui avait commencé par une mauvaise nuit. A cinq heures, elle avait été réveillée par un mauvais rêve dont elle ne se souvenait pas. C'était l'une des sensations qu'elle détestait le plus au monde, celle que son propre esprit lui échappait. Elle avait suffisamment manipulé ceux des autres pour vouloir, à tout prix, garder le contrôle sur son propre cerveau. Pourtant, ces cauchemars la poursuivaient avec une assiduité toute aussi effrayante que leur contenu - dont elle ne se rappelait jamais.
Elle était la première à savoir que tout esprit porte en lui sa part de secret. Elle avait déjà découvert des souvenirs que leurs propriétaires eux-mêmes qualifiaient de fictifs quand elle les leur racontait. Elle n'inventait rien, bien sûr. Ils avaient commis des meurtres, perdu leurs plus proches, et ne s'en souvenaient tout simplement pas.
Rien de tel ne lui était arrivé. Depuis lui, depuis ces cinq heures dont elle avait mis si longtemps à se souvenir, chaque moment de sa vie avait été gravé avec une précision chirurgicale dans sa mémoire stimulée par la peur du trou noir. Mais, chaque semaine, il y avait ces rêves. Ces peurs, assez violentes pour que son cœur batte si vite qu'elle se réveillait. Ces peurs qui lui étaient cachées.
Elle s'était donc levée, sonnée. La peur avait laissé son empreinte. Elle s'était fait un thé, s'était glissée hors de son appartement. Le jour n'en était qu'à ses balbutiements et Shoreditch déployait tous ses charmes. Elle avait donc marché, sa veste en cuir de dragon à la main. Les assauts répétés du vent lui plaisaient.
A ce moment-là, sa journée n'était pas encore fichue. Les signes étaient plutôt bons : le Département des Mystères était désert lorsqu'elle y entra, et elle en fit religieusement le tour. Elle s'attarda dans la salle des Prophéties, qu'elle aimait tout particulièrement. Il y avait quelque chose de solennel jusqu'à la beauté dans ces centaines de sphères qui renfermaient l'inévitable. Cela lui rappelait les matins où elle entrait dans la Grande Salle bondée d'élèves, tous alignés, tous vêtus du même uniforme. Mais en un sens, elle se sentait plus proche des prophéties que de tous ces gens habillés comme elle.
Elle était donc presque de bonne humeur lorsqu'elle rejoignit son bureau, aux alentours de 6 heures 30. Elle décida de remettre sa paperasse au lendemain et se plongea dans des recherches sur la science des Rêves. Ses cours de Divination étaient trop lointains, mais tout reprendre à zéro lui procura un certain contentement. Elle avait toujours été une chercheuse assidue, méthodique et, par dessus tout, consciencieuse. Elle passa donc de longues heures sur le sujet, un bout de fromage à portée de main.
Ce fut vers 19 heures que sa journée bascula à nouveau. On toqua deux coups auquel elle ne répondit pas, ce qui n'empêcha pas la porte de s'ouvrir. Ses yeux bleus fixèrent l'arrivant sans lui accorder le centième de l'intérêt avec lequel elle lisait un parchemin une seconde auparavant. *


« Matthew. Tu as besoin de quelque chose ? Je suis occupée. »
« Bonsoir, Deborah. Oui, le rapport sur les jeunes pro-Révélation que tu as rencontrés la semaine dernière. Je dîne avec le Ministre, il voudra savoir ce qui en est ressorti. »

* Deborah ne fit aucun commentaire. Son ancien fiancé n'attendait de toute évidence que cela, comme le criait sa bouche à moitié ouverte, prête à dégainer un reproche quelconque. *

« Tu trouveras tout là-dedans. »
« Je voulais entendre ton avis. »
« Eh bien, tu te contenteras de le lire. Il est extrêmement bien détaillé, je pense que tu seras satisfait - et le Ministre avec toi. »

* Il s'empara du dossier, hésita une seconde, puis tourna les talons. Deborah, qui n'avait pas bougé d'un pouce, concentra toute son irritation dans un léger mouvement de sourcil, puis se remit au travail.
Ce ne fut qu'une demi-heure plus tard qu'elle réalisa qu'elle n'avait rien retenu de ce qu'elle venait de lire. D'une manière ou d'une autre, la visite de Matthew l'avait agacée, ce qui l'agaça d'autant plus. Elle grignota un bout de fromage tout en buvant un thé aux fruits rouges, mais rien n'y fit. Comme elle avait arrêté de travailler, sa faiblesse du matin lui revint, et son agacement redoubla.
Elle consulta sa montre en argent, dans l'espoir qu'elle pourrait demander à Serenity de se retrouver quelque part. Mais soudain, en regardant la trotteuse de sa montre marquer 19 heures 41 tout pile, elle se rappela de son rendez-vous avec l'étudiante de Poudlard. Hellia. Elle lui avait demandé d'être là à 20 heures. Une pointe de curiosité vint déloger l'irritation dans ses yeux. La jeune fille serait-elle au rendez-vous ?
Sans se presser, Deborah commença à rassembler quelques papiers dans un tas régulier. Elle avait encore 19 minutes, après tout. *

Hellia St.James
Préfète
Chroniqueuse VIPère
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2512
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 06/08/2017 à 17:16:39

* Les aiguilles avançaient lentement. Le temps s'était rafraîchi, une légère brise caressait son visage. Elle regretta presque de ne pas pouvoir s'installer au bord du lac noir afin d'écouter le bruit de la légère agitation de l'eau. Plus que cinq minutes avant le départ. Vérifiant une fois de plus qu'elle n'avait pas oublié les parchemins, Hellia jeta un regard aux alentours pour la première fois depuis son arrivée. Un pré comme tant d'autres. De là ou elle, se trouvait, elle pouvait apercevoir le château au loin, majestueux. Des lumières brillaient çà et là, la vue était magnifique. Cependant, si quelqu'un s'apercevait de son absence, elle risquait gros. Haussant les épaules, elle reporta son regard sur sa montre. Encore trois minutes. Ce n'était pas comme si elle avait vraiment le choix de toute façon. Ou plutôt, elle avait eu un choix à faire. Ne pas sortir des sentiers battus et ne jamais savoir la vérité ou fouler aux pieds les règles et avoir une chance de découvrir peut-être une chose ou deux. Plus que deux minutes. Le stress nouait son ventre comme avant un match de Quidditch quand elle attendait de sortir des vestiaires. Elle pouvait presque entendre les acclamations du public et sentir l'odeur du terrain. Sauf qu'il n'y avait pas de foule qui attendait sa sortie. L'odeur du terrain était bien loin. Et ce n'était des poursuiveurs qu'elle devait affronter, mais le passé. C'était le moment. La vipère posa ses mains sur le vieux souafle au sol. Elle fut éblouie par une vive lumière avant d'être emportée dans un tourbillon. *


Londres ❅ 19h50



* Ses pieds touchaient le sol. Elle avait réussi. Regardant autour d'elle, elle reconnut la petite ruelle. Époussetant ses vêtements, elle quitta sa cape et la porta sur son bras enfin de ne pas attirer l'attention des Moldus. Elle savait exactement où elle se trouvait. Il s'agissait d'une petite ruelle dans laquelle elle avait déjà pris un Portoloin en deuxième année lors d'une visite scolaire au Ministère de la magie. Maintenant, elle devait se souvenir du chemin jusqu'à la vieille cabine téléphonique et elle n'avait pas le temps de se perdre. Tout était chronométré à la seconde même. Marchant aussi vite qu'elle le pouvait, l'adolescente, quitta la ruelle et se mêla à la foule londonienne, qui était encore nombreuse à cette heure-là. Heureusement, elle avait la chance d'avoir une bonne mémoire et un bon sens de l'orientation. Il suffisait qu'elle passe une seule fois à un endroit pour s'en souvenir dans les moindres détails.

Après quelques minutes, Hellia, distingua enfin la cabine téléphonique située en plein cœur de la ville. S'arrêtant devant, elle tire une note de la poche de son pantalon. Elle avait farfouillé dans tous ses cours de deuxième année pour retrouver le code d'accès au Ministère. Plus que cinq minutes. La vipère entra et referma la porte puis composa le code. *


« 6-2-4-4-2. »

* La cabine s'enfonça dans le sol et elle arriva enfin dans l'atrium. Des sorciers traversaient le grand hall. Certains portaient des vêtements Moldu, probablement rentraient-ils chez eux. Alors qu'elle traversait l'atrium pour se rendre à l'ascenseur, quelques personnes la dévisageaient. Ce n'était pas étonnant, ils devaient se demander ce qu'une sorcière de treize ans faisait au Ministère à cette heure-là. La meilleure solution, était de se comporter normalement. Ainsi, elle ne prêta pas attention aux autres sorciers et se glissa dans l'ascenseur.

La vipère arriva au niveau 9 à l'heure précise. Ni en avance, ni en retard. Une grande porte noire la séparait encore du Département des Mystères. Enfilant sa cape, la jeune fille glissa les mains dans ses poches et serra sa baguette dans sa main droite comme pour se rassurer. Depuis son arrivée à Londres, Hellia avait fait taire ses émotions. La foule de Moldus avait été étouffante, elle avait traversé l'atrium la tête haute, mais avec la peur d'être arrêtée par un adulte qui aurait posé trop de questions et c'était aussi la première fois qu'elle se rendait seule à Londres. Elle n'avait pas le temps de se poser de questions de toute façon. Elle était là. Sa partie était faite, elle n'avait plus qu'à attendre Deborah et la jeune femme avait l'air d'être une personne plutôt ponctuelle. *

Team H
Team Mamènes
Emmerdeuse #2
Anciennement Hellia Malitia




Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 09/08/2017 à 18:20:56

* Tout en triant et rangeant ses parchemins, Deborah se mit à réfléchir aux découvertes qui l'attendaient. Sa certitude ne s'était pas émoussée : les flammes bleues du Département révéleraient le vrai intérêt des parchemins découverts par Hellia. Elle n'avait besoin d'aucune preuve pour étayer cette hypothèse née de son intuition. En grandissant - ou fallait-il, au vu de son âge, plutôt dire en vieillissant ? - elle s'était rendue compte que sa mère et elle imaginaient bien souvent les mêmes techniques de dissimulation. Combien de fois avait-elle découvert des objets cachés par Alicia dans des endroits insolites du Manoir, qu'elle n'avait fouillés que pour y cacher quelque chose elle-même ? Si elle avait pensé aux flammes, nul doute qu'Alicia y avait pensé aussi.
Mais, même si elle était sûre de découvrir quelque chose, elle aurait été bien en peine d'imaginer quoi. Elle haussa les épaules tout en contemplant d'un air satisfait son bureau désormais parfaitement rangé : dix ans avaient passé, elle pouvait bien attendre quelques minutes pour avoir des réponses. Nul besoin de se torturer l'esprit.
Elle enfila une veste sur sa robe vert bouteille et sortit en verrouillant la porte de son bureau. Sa montre indiquait 19 heures 53 et elle prit le temps de faire un détour pour jeter un œil vers ses employés. La plupart étaient déjà partis. Seuls restaient les travaille-tard habituels qu'elle rangeait en deux catégories : les célibataires effrayés de faire face à leur solitude une fois rentrés chez eux, et les obsessionnels du travail. Elle n'avait pas plus de sympathie pour les uns que pour les autres et se contenta de jeter un regard neutre à la ronde. Il y avait bien longtemps qu'elle s'était rendue compte que ces regards-là avaient des propriétés magiques : chacun les interprétait selon son bon vouloir, y trouvant l'approbation tant recherchée ou y voyant une permission de s'en aller.
Elle-même prit sans attendre le chemin de la sortie, sans faire particulièrement attention aux pièces qu'elle traversait et aux couloirs qu'elle longeait. Le Département réservait ses pièges à ceux qui n'y travaillaient pas, elle n'avait donc pas de quoi s'en faire. Lorsqu'elle arriva enfin dans la pièce circulaire aux douze portes, il était exactement 20 heures et Hellia l'y attendait. Elle ébaucha un sourire approbateur. *


« Mademoiselle Malitia. Vous avez les parchemins ? »

* Elle fit volte face, et contempla d'un air songeur les portes qui lui faisaient face. Bien sûr, elle aurait pu retourner dans son bureau : deux torches de flammes bleues étaient disposées de chaque côté de la porte. Mais, par vanité ou par goût du jeu, elle décida de montrer à Hellia un échantillon des merveilles du Département des Mystères. Elle ouvrit donc la porte de la Salle du Temps tout en prodiguant un dernier conseil à la jeune fille qui l'accompagnait : *

« Nous ne devrions croiser personne, mais si c'était le cas, ne jouez pas les touristes. Contentez-vous de me suivre comme si vous aviez toutes les raisons d'être là. »

* Elle pénétra donc dans la Salle du Temps, qu'elle ne visitait que par plaisir - ses recherches n'ayant jamais vraiment approché ce sujet. Elle avait toujours apprécié le calme de cette grande pièce rectangulaire où rien ne semblait être figé ou définitif. Comme le temps lui-même, les objets et les êtres qui s'y trouvaient étaient animés dans un cycle sans fin. Le cliquetis des horloges résonnait à l'infini, les lumières oscillaient en rythme, et, sous de grandes cloches en cristal, diverses créatures naissaient, grandissaient et mourraient encore et encore.
Elle traversa la pièce d'un pas vif, Hellia sur ses talons. Aucun de ses employés ne s'y trouvait, ce qui ne l'étonnait guère : le soir venu, ils avaient l'habitude de revenir à leurs bureaux pour consigner les résultats de leurs expériences ou de leurs recherches, si tant est qu'elles aient porté leurs fruits ce jour-là.
Derrière une cloche en cristal se trouvait la porte qui menait à la Salle des Prophéties, où elle avait été le matin même, et Deborah la franchit. Comme toujours, la beauté de la pièce lui coupa le souffle, mais elle évita de l'embrasser du regard. Elle avait du travail. *


« Ces bougies devraient parfaitement faire l'affaire. »

* Elle désigna des yeux les flammes bleues toutes proches qui éclairaient son visage. *

Hellia St.James
Préfète
Chroniqueuse VIPère
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2512
Titre : Re : Histoires de famille
Créé : 11/08/2017 à 18:54:49

* La pièce circulaire aux douze portes était impressionnante, bien plus encore que ce à quoi la jeune fille s'attendait après avoir lu les faibles descriptions concernant ce Département, trouvées dans certains livres à la bibliothèque de l'école. L'un d'entre eux mentionnait d'ailleurs les douze portes et ce qui se passait si une personne non autorisée s'amusait à franchir l'une d'entre elles. Dès que la porte se refermait, les murs tournaient sur eux-mêmes pendant un certain temps pour désorienter l'intrus. Malgré son envie de découvrir ce qui pouvait bien se cacher derrière les battants, Hellia n'allait certainement pas s'y risquer. Évidemment, il y avait certainement un moyen de se repérer, mais ce n'était pas le Département des Mystères pour rien et la réponse à cette énigme ne se trouvait dans aucun livre. Aussi, la vipère avait enfoui ses mains dans les poches de sa cape et patientait sagement. La salle était silencieuse, éclairée par des torches de flammes bleues, donnant à la pièce un aspect énigmatique et impénétrable, qui plaisait particulièrement à la jeune sorcière. La température de la pièce, lui rappelait celle des cachots, cela avait un côté rassurant et sécurisant.

Deborah était bel et bien ponctuelle. La vipère ne recherchait généralement pas l'approbation des autres. Elle se contentait de donner le meilleur d'elle-même dans tout ce qu'elle faisait car elle détestait l'échec. Pourtant, le sourire approbateur ébauché par la jeune femme la rassura. Elle n'avait pas échoué. Elle n'avait pas déçu Deborah. Tout ce qu'elle connaissait à propos de cette dernière, était son poste au sein du Ministère. Pourtant, elle faisait confiance à l'adulte et quelque part, même si elle ne comptait pas l'avouer à haute voix, elle l'admirait. *



« Bonsoir miss Parker. Oui bien sur. »


* Écoutant les conseils de la Langue-de-plomb, Hellia hocha la tête. Ne pas jouer les touristes. C'était exactement ce que la jeune fille se répétait en boucle depuis son entrée un peu plus tôt au Ministère mais devant la beauté de la Salle du Temps ce n'était pas chose facile. Elle était tentée de s'arrêter pour observer la salle rectangulaire mais Deborah poussait déjà une autre porte sous une grande cloche de cristal. Si la Salle du temps, avait émerveillé l'adolescente, ce n'était rien en comparaison de la Salle des Prophéties ou des centaines et des centaines de sphères de verre, enfermaient des visions du futur. Il était difficile de décrocher son regard de ce spectacle. Pourtant, la voix de l'ancienne Serpentard l'y obligea.

Jusqu'à ce moment précis, le vert & argent ne s'étaient pas demandé si les flammes bleues étaient réellement la solution. Et s'il n'y avait rien sur ces parchemins ? Elle repartirait à zéro. Hellia secoua la tête. Non. Si elle ne trouvait rien alors elle ne chercherait plus. Elle n'avait pas l'intention de passer le reste de sa vie à chercher des réponses à des questions qui n'en avaient peut-être pas. Tout ça n'était peut-être qu'une énorme coïncidence. Tirant les parchemins de sa poche, elle les approcha des flammes bleues.

Son regard bleu était figé sur les documents. Les sourcils froncés, la vipère poussa un soupir de contrariété en ne constatant aucun changement immédiat. Pourtant, après quelques secondes, les écrits en latin semblaient disparaître lentement pour laisser place à une autre écriture. Plissant les yeux pour en déchiffrer le message, la vipère ouvrit la bouche, surprise. Deborah ne s'était pas trompée. Il s'agissait d'un moyen de communication entre leurs parents et ils avaient une bonne raison de vouloir que leurs messages restent secrets. Tendant les parchemins à la jeune femme, Hellia tritura son pendentif, comme toutes les fois où elle était stressée ou contrariée. *



« Je crois qu'ils avaient l'intention de faire quelque chose. Je n'ai pas tout lu mais je pense que ça concernait le Ministre de la Magie. »


* Les sphères de verres étaient loin de ses pensées désormais. Les mots du parchemin dansaient devant ses yeux bleus. Si les deux Langues-de-plomb avaient réellement comploté contre le Ministre, quelqu'un avait peut-être voulu les arrêter. Mais qui ? Comment ? Secouant la tête sous le poids de toutes les nouvelles questions qui l'assaillaient, elle observa Deborah, attendant sa réaction. *

Team H
Team Mamènes
Emmerdeuse #2
Anciennement Hellia Malitia




Pages : 1 2 ->

Le Grand Escalier >> Monde magique >> Poudlard et ses environs

Retour en haut de la page



Vous avez besoin d'aide ? Rendez-vous dans la FAQ

Partenaires :
Écoles de Magie : Mana Wyrd - Harry Potter 2005 - Hogwartsnet - Habbo Magie Poudlard - L'académie Beauxbâtons
Monde Magique : Fédération du Quidditch Français - La Gazette du Sorcier - Wiki Harry Potter - Obscurus Presse - HP666 - L'Ordre du Phénix - Le Poudcast
Autres : Portail des jeux - Annuaire google

Toute reproduction en totalité ou en partie est interdite.
Les images et les noms relatifs à Harry Potter sont une propriété de la Warner Bros Corp. et J.K. Rowling.

© 2009-2012 Twelve Grimmauld Place - © 2012 Design par Wilde et Kate - Mentions légales

Optimisé pour Firefox 4, Google Chrome 6, Safari 5 et Opera 10.5