Panneau d'Affichage
Chargement...

Connexion




Mot de passe perdu?

Le Grand Escalier

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Poudlard et ses environs

Pages : <- 1 2 3 4 ->

Surprise sur prise
Professeur adjoint
Photographe en chef
Adjoint en Or
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 03/08/2023 à 11:24:05

Si la situation devait sembler gênante pour Catherine, de son côté, Erwan était sur un petit nuage. Alors qu'il craignait certaines rencontres désagréables comme lui avait fait comprendre sa patronne avant de partir, il ne s'était certainement pas attendu à devoir jouer le rôle de fiancé pour fuir un ancien amant de la Québécoise qui s'avérait un peu trop collant, même au goût de l'adjoint.

Alors qu'Erwan défiait du regard l'Italien, les paroles et les gestes tendres de Catherine, le firent sourire, il était entré lui aussi dans ce faux personnage et se réjouissait de pouvoir envoyer paitre l'homme en face de lui avec aplomb et confiance. Erwan serra un peu plus le bras de sa patronne et s'éloigna tout en glissant à l'apollon florentin d'un air parfaitement méprisant :


Erwan : Arrivederci, ce fut un réel plaisir de vous rencontrer et surtout, restez bien éloignée de ma future femme.

Le faux couple traversa la salle et l’Écossais était secoué de petits spasmes pour retenir un énorme fou rire qui le gagnait. Il ne put s'empêcher de glisser à l'oreille de sa patronne :

Erwan : Tu sais que là, tu vas m'en devoir une ? Est-ce que je dois m'attendre à d'autres rencontres de ce style ? Non parce que je pourrais vite m'habituer à tes petites caresses dans mes cheveux, railla le Fray en jetant un regard plein de malice à sa patronne.

Tout en marchant, Erwan regardait de tous les côtés en s'attendant à être abordé à tout moment par un ou une autre inconnu.e avec qui il allait falloir interagir et, bien qu'habituellement, il détestait ces échanges sociaux, dans la situation actuelle, le Fray sentait qu'il allait prendre un certain plaisir à le faire.

Erwan : Et maintenant, que faisons nous ?


PJS de Nathan Fray.

~~R~~P~~G~~
Catherine - Camille

Professeure
Coeur de Glace
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 06/08/2023 à 23:38:22

Quand rien ne se passait comme prévu, Catherine réussissait toujours à s'en sortir en improvisant. Elle ne s'attendait pas du tout à croiser Antonino dans cette conférence, mais en même temps, c'était presque prévisible. Il avait tenté à maintes fois de contacter la professeure et celle-ci c'était contentée de rester silencieuse. Alors, il était presque certain que l'Italien allait tenter sa chance de revoir la Québécoise. Surtout en Italie.

En revanche, elle n'avait pas prévu tout le scénario qui se mettait en place. De faire d'Erwan son fiancé le temps de cette conférence. Autant, dans le moment présent, ce petit scénario allait la sauver des griffes de l'Italien, autant cela pourrait les mettre dans une situation problématique, si jamais une des familles que la Spinnet avait froissée venaient à être présente.

Pourtant, à ce moment, l'ancienne aiglonne jubilait intérieurement. Voir l'Expression déconfite sur le visage d'Antonino aux paroles du Fray ne fit qu'exciter la Spinnet. Elle allait jouer le jeu. Elle ne pouvait s'en sauver, mais au moins son adjoint comprenait et jouait également le jeu. Cependant, la brune ce serait bien passé du regard amusé de ce dernier. Elle allait en entendre parler pour le restant de ses jours.

Lorsqu'ils s'éloignèrent, Catherine jeta un coup d’œil aux alentours. Certains regards étaient hostiles, mais rien de bien méchant. Puis, certains hommes se permettaient également. Même accroché au bras d'Erwan, les autres la reluquaient sa gêne. Cela faisait pitié. En écoutant les paroles prononcé par l'Écossais, d'un ton amusé, la jeune femme se pencha à son tour vers l'oreille de son adjoint, ses lèvres frôlant la peau de celui-ci.


CATHERINE : Je sais que je vais le regretter, mais je ferai ce que tu veux Erwan... il faudra jouer le jeu tout le week-end, par contre.

Reprenant une distance normale, Catherine s'arrêta et se mit à sourire avec douceur, plongeant son regard dans celui de son ami, son « fiancé ». Elle vint même poser l'une de ses mains sur la joue de son adjoint, la caressant de son pouce.

CATHERINE : Ce que l'on fait ? On joue le couple parfait, on sourit, on discute, en attendant que...

Juste à ce moment, une personne se présenta sur la scène. Elle était lumineuse. La Directrice adjointe ne la connaissait pas, mais quelque chose lui disait que cette personne était importante. Puis, ce fut confirmé. La Ministre italienne en personne. Ça ne sentait pas très bon. Car la Spinnet avait eu un peu de mal avec le Ministère italien.

CATHERINE : On reste normal et faisons-nous oublier... Tiens, on devrait aller chercher la clé de notre chambre.

Sans attendre une seconde de plus, lorsque tout le monde se mit à applaudir au discours de la politicienne, Catherine tira Erwan par la main, vers un couloir qui semblait mener vers l'extérieur. Leur séjour allait être plus qu'intéressant.

Professeur adjoint
Photographe en chef
Adjoint en Or
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 07/08/2023 à 23:36:24

S'il avait su ce qui l'attendait sur les terres italiennes, le Fray se serait peut-être préparé différemment mais le jeune homme était un caméléon et il avait appris à s'adapter à beaucoup de situation. Mais de là à jouer le fiancé de sa patronne... Quoi qu'il en soit, Erwan pensait qu'il venait de gagner quelques points et un peu d'estime aux yeux de Catherine en réussissant à se débarrasser avec une certaine facilité (et un vrai plaisir) de l'ancien amant italien.

L'adjoint restait cependant sur ses gardes. Il ne pouvait pas passer à côté des nombreux regards qui croisaient le sien et il sentait un certain malaise l'entourer mais ce fut Catherine qui lui changea totalement son état d'esprit en plantant son regard vert dans ses yeux sombres et en lui caressant la joue. Tout ce qui l'entourait disparu soudain. Il n'y avait plus qu'elle, ses yeux, ses lèvres qui remuaient pour lui expliquer ce qu'elle voulait faire. Erwan s'était figé, la peau de son visage savourant étrangement ce contact tendre, faux et pourtant plein de tendresse.

Alors que la Ministre italienne tenait un discours que tout le monde écoutait avec attention, l'Ecossais n'entendait rien. Il était prisonnier de sa tête, à la recherche de la dernière fois que quelqu'un avait eu un geste affectueux pour lui. Ne pas trouver la réponse lui procura un déchirant sentiment de solitude. Mais d'où venait tout cette niaiserie ? Le jeune homme secoua la tête pour revenir à lui au moment où Catherine le saisit par la main pour l'emmener vers un couloir vide.


Erwan : Mais où...

Le Fray n'avait rien écouté, il dut faire un effort pour se concentrer et émerger de ses pensées mais avant tout, il devait poser une question à sa patronne. Alors qu'ils étaient en plein milieu du couloir, le brun retint la Spinnet et s'arrêta, son visage un peu trop prêt de celui de sa fausse fiancée.

Erwan : C'est sérieux avec Eurydice ?

Erwan regretta sa question avant même qu'elle ait franchi ses lèvres mais quelque chose à l'intérieur de lui l'avait poussé en dehors de sa gorge. Était-ce la beauté électrisante de sa patronne, qu'il côtoyait pourtant tous les jours, où le manque d'amour qu'il avait enterré très profond, ne se sentant pas légitime pour en recevoir. Il n'aurait su le dire à cet instant mais préféra ne pas connaitre la réponse, ni dans sa tête, ni de la Québécoise.

Erwan : Oublie ce que je viens de dire. L'Italie me rend fleur bleu, j'ai besoin d'un remontant je pense. Tu disais quoi ?

Il fallait vite oublier ce moment plus que gênant et passer à autre chose avant que Catherine ne voit la brèche que le Fray venait d'ouvrir et tentait maintenant de refermer avec une infinie maladresse.


PJS de Nathan Fray.

~~R~~P~~G~~
Catherine - Camille

Professeure
Coeur de Glace
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 08/08/2023 à 03:41:29

Si elle pouvait mettre une certaine distance entre elle et la Minitre italienne, Catherine le ferait. Par tous les moyens. Elle était là, dans la salle richement décorée, jouant la fiancée éperduement amoureuse. Ne pouvant s'empêcher de toucher la joue du Fray. Même si ce n'était que du faux, la jeune femme était capable de rendre le tout plus vrai que nature. Car, malgré le fait qu'Erwan était son adjoint et qu'elle aimait le détester, il faisait maintenant partie de son monde. Chaque personne qui partageait quelque chose avec elle se voyait offrir sa protection. Son affection. L'Écossais n'y échappait pas.

Prétendant vouloir aller s'installer dans sa chambre, seule, la professeure tira le jeune homme à sa suite. Comme le ferait un couple. Puis, de toute façon, tout le monde avaient de yeux que pour la politicienne. Personne ne verrait qu'ils s'étaient éclipsé. Au pire, une rumeur sulfureuse ferait le tour des convives le temps qu'ils reviennent parmi tous ces spécialistes.

La Spinnet tirait, les amenant dans un couloir qui devait les amener à l'extérieur de l'endroit où se tenait la conférence, quand elle se sentit stopper dans sa course. Elle se retrouva qu'à quelques centimètre d'Erwan. Elle pouvait même sentir son souffle sur elle. Les yeux sombre de l'adjoint ne la quittaient pas. Pendant un instant, la Québécoise eut le souffle coupé. Elle ne savait pas ce qui se passait. Si le Fray lui faisait une blague ou s'il était tout à fait sérieux. Ce n'est qu'en entendant la question que l'ancienne aiglonne comprit. Il ne blaguait pas. Quelque chose se passait dans la tête et le cœur de l'Écossais que la jeune femme n'avait jamais voulu éveiller.

Abasourdie par la question. Incapable de détacher ses yeux de ceux du Fray, Catherine fut incapable de répondre. Ce qui permit à l'homme de reprendre et faire comme si rien était. Ce qui arrangeait finalement la professeure. Elle se mit à rire, nerveusement, ses joues s'empourprant.


CATHERINE : Je... je disais qu'on devrait aller nous installer dans nos chambres, avant que tout le monde se ruent dans les hôtels...

La Spinnet tentait de reprendre constance, mais elle était choquée. Est-ce que le Fray développait une attirance vers elle ? Avait-ellle créée cette attirance sans s'en rendre compte ? Était-ce seulement du désir, de la curiosité ou plus que cela ? Tant de questions se bousculaient dans la tête de la jeune femme et pourtant, aucune d'elles ne sortie de sa bouche. Elle se contenta de reprendre la main de son adjoint.

CATHERINE : Suis-moi...

Après dix minutes de marche, de détour ici et là, le duo arriva enfin dans le petit hôtel que Catherine appréciait particulièrement. Pas trop loin du lieu de la conférence. Ni trop près de tous ces touristes moldus. Cependant, il semblait que la professeure ne fut pas la seule à avoir cette brillante idée. À peine Catherine et Erwan avaient passé la porte, ils tombèrent sur un certains Italien qu'ils connaissaient déjà.

ANTONINO : Ah ! Voilà le couple de l'heure ! Catherine, bella. Quand vous êtes partie, ton fiancé et toi, j'ai discuté avec ma patronne, je crois que tu la connais. Sofia, la Ministre. Elle est très contente que tu aies pu venir, dit-il en souriant à pleine dent. Quand je lui ai dit que tu étais avec ton fidanzato, elle m'a pressée de changer la réservation de ta chambre, comme regalo di fidanzamento. Amusez-vous bien.

Antonino fit la bise à la Spinnet une dernière fois, avant de tendre la main vers le Fray. Il était bien fier de son coup. Surtout qu'il avait bien compris que le duo était loin d'être un couple. Il quitta l'endroit, laissant les professeurs face à leur mensonge.

Professeur adjoint
Photographe en chef
Adjoint en Or
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 15/08/2023 à 00:14:33

Tout en reprenant un peu contenance, Erwan ne pu s'empêcher de voir la réaction de sa patronne devant sa soudaine question sur Eurydice et il plongea dans ses yeux verts pour essayer de voir ce qu'il y trouverait mais la Spinnet ne lui laissa pas le temps d'y comprendre grand chose. Le contact de sa main le ramena une nouvelle fois à la réalité et il la suivit en toute confiance à travers les petites rues florentines dont certaines qu'il reconnu pour y être passé plus tôt.

Dix minutes plus tard, le duo de professeurs se trouvait devant l’hôtel et le Fray ne put s'empêcher d'avoir certaines pensées en franchissant la porte, pensées qui explosèrent en mille morceaux quand ils tombèrent nez à nez avec l'autre apollon qu'il avait gentiment envoyé paitre une première fois.

Même si physiquement, Erwan comprenait l'attirance que pouvait provoquer l'Italien, sa voix et son accent l'énervèrent directement et sa façon de dire "bella" en s'adressant à Catherine lui hérissèrent les poils de colère. Était-ce de la jalousie ? Était-il entré un peu trop dans son jeu de rôle de fiancé ?

Quoiqu'il en soit, ce qu'il annonça au faux couple réveilla quelque chose à l'intérieur de l'adjoint, une sorte de petit monstre qui était quelque part très satisfait de ce changement de chambre. Il serra donc avec force la main d'Antonino en lui écrasant avec grand plaisir ses doigts et d'ailleurs, l'Italien lui rendit bien la pareille.


Erwan : Grazie mille.

Lorsque Antonino tourna les talons pour laisser le duo enfin seul, Erwan lui envoya une grimace comme un gamin de dix ans et se tourna vers Catherine, un sourire radieux sur le visage.

Erwan : Ma très chère fiancée, et si nous allions profiter de ce regalo di fidanzamento ? J'espère que le lit est confortable, ajouta l'adjoint d'un air taquin.

Cette fois-ci, c'est lui qui saisit la main de sa patronne pour se diriger vers l'accueil, fier comme un coq de faire croire à tous que la belle femme qui l'accompagnait était sa fiancée. Cependant, en arrivant devant la réceptionniste, il se tourna vers la Québécoise pour lui jeter un regard ennuyé : il parlait italien comme un focifère marocain. Le Fray retint un fou-rire et préféra laisser sa patronne gérer. Il se sentait tout guilleret d'un coup et surtout prêt à affronter tout ce qui l'attendrait durant ce week-end italien.


PJS de Nathan Fray.

~~R~~P~~G~~
Catherine - Camille

Professeure
Coeur de Glace
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 15/08/2023 à 03:30:53

Il serait faux de prétendre que Catherine s'y attendait. Pas le moins du monde. En voyant l'air amusé d'Erwan, qui disparut en voyant Antonino les attendre, la professeure commençait réellement à remettre en question sa présence en Italie. Tout semblait être mis en place pour l'agacer et la mettre en rogne. Déjà, son amant d'une nuit qui semblait croire qu'elle lui appartenait. Elle aurait bien fait de l'enterrer dans une grotte celui-là.

Puis le Fray qui lui avait posée une question tout à fait... inattendu. Honnêtement, la jeune femme se demandait ce qui se passait avec les hommes en cette journée. Mais le pire, fut d'apprendre que l'Italien travaillait maintenant pour la Ministre italienne de la magie. Déjà que la Spinnet et la politicienne ne s'appréciaient pas, voilà que l'homme qui semblait prêt à tout pour avoir la Québécoise à son bras dévoilait quelques secrets. Comme la nuit qu'ils avaient passé ensemble il y avait quelques années.

Cependant, la Directrice adjointe n'eut pas le temps d'en placer une. Erwan prit tout en main, ce qui laissa tout le loisir à la brune de l'observer. Il semblait vraiment heureux de la tournure des événements. Elle eut même le loisir de le voir agir comme un enfant en tirant la langue vers l'Italien. Ce qui fit sourire la femme. Même si la situation était presque catastrophique, son adjoint amenait une sorte de légèreté.

Catherine regardait la scène, écoutait le Fray. Elle sentait que quelque chose n'allait pas. Elle fit mine que rien ne la dérangeait, parlant à la réceptionniste dans un italien presque impeccable. Elle tenta même de trouver une autre chambre. En vain.


CATHERINE : Allons défaire nos bagages. Il y a une conférence dans trois petites heures.

Sans même poser la main sur Erwan, la professeure prit la direction des escaliers. Leur chambre était au dernier étage. Apparemment c'était la suite nuptiale. La Ministre avait fait ça en grand. Pendant tout le trajet, la jeune femme ne jeta aucun regard à l'Écossais, pensant à Eurydice qu'elle avait laissée le matin même. Elle redoutait réellement ce qui était en train de se créer. Elle redoutait qu'Erwan ait développé des sentiments.

À peine arrivée devant la porte de la chambre, l'ancienne aiglonne ouvrit cette dernière. La chambre n'avait rien d'extraordinaire. Lumineuse, avec des murs clairs. Des draps d'un balnc immaculé et une baignoire dans le coin de la chambre, juste devant une large porte menant à un balcon. Aucune intimité possible. La Spinnet aurait bien squatté le canapé, s'il y en avait eu un, mais non.


CATHERINE : Erwan... Je ne sais pas quoi te dire. Je dormirai dans la baignoire, si tu veux. Puisque c'est à cause de moi tout ça...

Professeur adjoint
Photographe en chef
Adjoint en Or
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 16/08/2023 à 23:52:23

Erwan, l'esprit toujours léger, excité à l'idée de découvrir à quoi ressemblait la fameuse chambre que leur avait réservé la Minstre italienne, écoutait Catherine parler un italien parfait. La fin de la conversation ne sembla pas satisfaire sa patronne qui avait un air renfrogné quand elle récupéra la clé en expliquant à Erwan qu'une conférence les attendait dans quelques heures.

Sans un regard à son adjoint, la professeure prit la direction des escaliers et grimpa jusqu'au dernier étage sans un mot. Alors que Catherine semblait perdue dans ses pensées, le Fray ne trouva pas le courage de l'interrompre et partit lui aussi dans les siennes, essayant de démêler les ressentis qu'il avait dans cette situation qui était, il faut l'avouer, bien éloignée de ses habitudes. Il découvrait sa patronne sous un nouveau jour et se rendait compte qu'en sortant du contexte scolaire, elle avait... quelque chose d'attirant.

Il revint à la réalité quand la Québécoise ouvrit la porte de la fameuse suite qui n'avait finalement rien de bien romantique et dont la décoration très sobre, trop claire, lui rappela plus une chambre d’hôpital, en plus luxueux. En revanche, niveau intimité, on repassera. Mais quand Catherine lui proposa de dormir dans la baignoire, le Fray partit dans un rire avant de se précipiter sur le lit et de sauter comme un enfant de huit ans en s'étalant de tout son long dessus.


Erwan : Ne sois pas bête ! Il y a assez de place pour quatre ! Et il est tellement confortable ! Allez viens le tester !

L'adjoint tapota le matelas à côté de lui pour intimer à Catherine de le rejoindre. Il n'avait pas du tout dans l'idée de tenter un rapprochement avec sa patronne, mais si elle pouvait se détendre un peu... Il commençait à bien apprécier ce qu'il découvrait chez elle et il ne voulait pas qu'une histoire d'intimité la gène. Elle était tellement belle et touchante quand elle enlevait son masque et qu'elle se laissait un peu aller à plus de légèreté.

Erwan savoura cette petite pause avant la conférence, il se sentait juste bien, détendu, sans objectif, sans élève, sans problème, juste à devoir apprécier un moment simple. Et ce moment, il avait la chance de pouvoir le vivre avec la Spinnet et il avait sincèrement envie de l'aider à passer un bon moment aussi et une idée jaillit soudain. Il attrapa son sac et en sortit une petite bouteille de Whisky Pur Feu.


Erwan : Je pense qu'on a mérité une petite gorgée, dit le Fray en faisant apparaitre deux verres sur un plateau argenté et y versa le liquide doré, qu'en dis-tu très chère fiancée ?

L'Ecossais sortit la carte de son sourire le plus charmeur et plongea son regard sombre dans le vert des yeux de Catherine, espérant au moins la convaincre d'accepter cette petite pause, hors du temps, loin de tous, juste entre eux.


PJS de Nathan Fray.

~~R~~P~~G~~
Catherine - Camille

Professeure
Coeur de Glace
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 17/08/2023 à 16:30:45

Catherine n'avait pas l'habitude de se laisser porter par le moment. Surtout avec ses collègues. Mis à part Eurydice, qui la voyait sous un autre jour depuis quelques temps, la brune ne laissait jamais transparaître le côté doux et vulnérable qui la caractérisait sous son masque. Car oui, elle portait un masque la majorité du temps. Au collège, avec Erwan, la Direction. Eurydice était une des chanceuses qui le voyait ce côté. Camille aussi, malgré la professeure. Il fallait dire que la Dubois et la Spinnet se connaissaient depuis longtemps. Très longtemps. C'était même la relation la plus durable de la Spinnet. Ce qui était assez ironique.

Tout cela pour dire que la Québécoise, lorsqu'elle vit son adjoint rire, se détendre et sauter sur l'immense lit, elle ne pu s'empêcher de sourire. Si, lorsqu'elle l'avait engagé, elle s'était attendu à une sorte de détachement entre eux deux, comme cela avait été le cas avec ses précédentes adjointes, c'était totalement autre chose entre le Fray et elle. Quelque chose se passait entre eux. Rien d'amoureux, mais ils avaient les mêmes envies, les mêmes idées. Jouant toujours avec les limites. Et justement, Catherine ne savait pas qu'elle était la limite, à ce moment précis. Elle aimait énormément Eurydice. Elle était amoureuse, pour la première fois depuis longtemps. La Spector amenait cette douceur qui manquait tant dans sa vie. Elles prenaient leur temps. Doucement elles passaient les étapes.

Toutefois, Catherine avait du mal, rendu à un certain moment, avec ces limites. Elle qui était habituée de foncer tête baisser et de laisser son instinct la guider, Erwan la tentait. C'était de l'auto-sabotage, mais jusqu'à présent, aucune conséquence très grave n'était arrivée. Ce qui ne voulait pas dire que ce ne serait pas le cas avec la Spector. Mais de là à la trahir ? Non, la Directrice adjointe ne pouvait pas.

Pourtant, quand le Fray sortit une bouteille de whisky de son sac et qu'il fit apparaître les verres, la Spinnet ne pouvait s'empêcher d'approcher. Sans un mot, un sourire en coin sur les lèvres, la Québécoise vint s'asseoir à côté de son adjoint. Le matelas s'enfonça légèrement et la professeure attrapa le verre qui était encore vide, gardant son regard planté dans celui de l'homme. Les traits de la Québécoise étaient d'une douceur inhabituelle.

Paradoxalement, même si son coeur lui disait de ne pas se tenir trop près de la tentation qu'était Erwan, la jeune femme s'était assise très près de ce dernier. Sentant la chaleur qui émanait de lui. Leur petit jeu de couple fiancé commençait à prendre des propensions plus intime. Devenant presque naturel.

Attendant que son verre se remplisse de ce liquide ambré, la Directrice adjointe ne lâchait toujours pas l'Écossais du regard. Elle regardait ses yeux, ses lèvres, sa mâchoire carrée. Et elle ne put résister. Elle se souvenait du contact de la peau d'Erwan contre sa main. La douceur de sa joue, malgré la barbe naissante. Cette fois-ci, elle posa la main sur son avant-bras. Comme un automatisme.


CATHERINE : Erwan...

Aucun autre mot ou nom passa les lèvres de la professeure. Suspendu dans les airs. Cela devait paraître à travers ses yeux, mais elle se questionnait. Beaucoup.

Professeur adjoint
Photographe en chef
Adjoint en Or
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 19/08/2023 à 01:02:31

Erwan essayait de lire dans les yeux de Catherine, il y devina une hésitation, un questionnement, et bien d'autre chose mais il se noya bien trop vite dans ce vert pénétrant, oubliant même le verre devant lui. Seul le contact, la proximité et la chaleur de la main de sa patronne sur son avant bras lui firent cligner des yeux et il porta le verre à sa bouche, plus par réflexe que par envie, savourant l'effet d'une première gorgée du liquide lui bruler légèrement la gorge.

Son prénom, prononcé par la Québécoise, resta en suspend dans les airs et le Fray ne sut que faire à ce moment là. Que voulait-elle ajouter ? Il se perdit dans d'improbables possibilités et s'imagina un court instant se jeter sur sa patronne pour satisfaire une envie, le besoin qu'aurait un vrai couple sur le point de se marier, animé d'une passion commune l'un pour l'autre, sur un lit, dans la suite d'un hôtel.

Son regard resta une seconde de trop sur les lèvres de la jeune femme, les mêmes qui venaient de prononcer son prénom et Erwan se surprit de vouloir l'entendre à nouveau, son prénom prononcé par ses lèvres. Qu'était-il en train de faire ? Est-ce que son inconscient lui suggérait vraiment de franchir cette limite, LA limite. Il secoua brièvement la tête, comme pour éloigner de ses pensées toutes les idées qu'il avait, les images qu'il se faisait de Catherine, souriant, l'appelant, le désirant...

L'adjoint s'éloigna soudain, dans un mouvement vif, de sa patronne, il faillit même en renverser son verre. Il était allé trop loin dans le jeu et pourtant, Catherine était apparemment prête à jouer plus que lui ou alors il interprétait très mal l'attitude de la jeune femme. Il finit son verre d'une seule traite, regardant partout autour de lui en évitant soigneusement les yeux de la Québécoise. Il se passa une main sur le visage, se laissant le temps de réfléchir. Il avait perdu toute l'innocence et la désinvolture qu'il avait eu en entrant dans la chambre.


Erwan : Catherine, commença le Fray d'une voix rauque dans laquelle on décelait une certaine gêne, je... Tu... Je... J'ai l'impression que...

Jamais Erwan n'avait ressenti un tel malaise avec sa patronne et pourtant, ils avaient déjà vécu quelques instants mémorables mais jamais un seul qui leur avait permis de se retrouver seul tous les deux. Cependant, il devait avouer qu'il était tenté, qui ne le serait pas ?

Il se rapprocha du lit et se resservit un verre de whisky. Peut-être qu'il l'aiderait à y voir plus clair ou peut-être que la Spinnet allait faire un autre geste qui changerait tout et déciderait de ce qu'il allait se passer ici et maintenant, dans la chambre de ce petit hôtel italien...


PJS de Nathan Fray.

~~R~~P~~G~~
Catherine - Camille

Professeure
Coeur de Glace
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 19/08/2023 à 05:20:43

La tension était palpable. Catherine regardait son adjoint, les yeux verts posée dans le regard de ce dernier, ayant envie de ce contact. Le contact de sa main sur la joue de l'homme. Le contact des lèvres du Fray sur les siennes. Elle avait cette envie presque irrépressible. Tout dans ses gestes à elle cherchaient à amener Erwan à sauter le pas. Car la professeure ne pouvait le faire elle-même. Elle en était incapable, malgré le désir montant en elle. Le petit jeu qui c'était installé entre eux était en train de la consumer.

Puis, elle n'était pas aveugle. Elle voyait bien que l'Écossais se retenait. Qu'il cherchait par tous les moyens de repousser cette envie. Il en brûlait d'envie. Tout comme elle, mais il attendait quoi ? Qu'elle lui donne la permission, d'un geste, d'une parole bien précise ? Elle ne pouvait pas. Elle en était incapable.

Quand Erwan c'était levé, qu'il avait balbutié quelques mots, sans construire une phrase clair et précise, elle comprit. Pendant qu'il se resservait un nouveau verre, la Directrice adjointe se leva à son tour. Son visage si doux et rougit par la situation redevint dur et froid. Elle venait de remettre son masque. Elle lissa sa robe et sans même poser son regard sur l'homme qui lui donnait tellement envie de passer la limite, elle prit la parole.


CATHERINE : Je vais me promener. On se voit à la conférence.

La Spinnet passa comme un coup de vent au côté du Fray. Elle pensait à Eurydice. La femme qu'elle avait laissée le matin même, en lui déposant un baiser sur la joue. Celle qu'elle aimait. Celle avec qui elle voulait construire sa vie. Une vie normale, si c'était possible pour elle.

Elle n'attendait rien de spécial de la part de son adjoint. Même si secrètement, elle aurait aimé qu'il dépasse la limite. Même si elle aurait voulu sentir ses lèvres sur les siennes. Sentir son corps contre le sien, mais rien de tout cela n'était arrivé. Il s'était questionné. Il avait reculé. Si tous les deux avaient eu cette réaction, c'était qu'il ne devait rien se passer.

La Québécoise déposa la main sur la poignée de la porte et ouvrit cette dernière pour s'engouffrer dans le couloir du petit hôtel. Elle dévala l'escalier sans un regard derrière, fuyant le désir d'Erwan. Fuyant son propre désir.

Fuir. C'était une chose que connaissait bien Catherine. Fuir ses responsabilités, les cacher sous un masque. Fuir ses problèmes. Fuir ses envies. Son but premier ? Fuir cet hôtel. Fuir Erwan. Fuir l'Italie. Sans même laisser couler cette larme qui menaçait à tout moment de gagner sa joue, elle sortit dans cette rue pavée de Florence. Elle cherchait un refuge, déboussolée, quand elle le vit. Antonino.


Professeur adjoint
Photographe en chef
Adjoint en Or
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 21/08/2023 à 23:15:54 - Modifié : 21/08/2023 à 23:34:24

L'air était électrique et pourtant Erwan était tel un veaudelune qui ne voulait pas avancer et qui restait planté là, attendant que... Il ne le savait même pas. C'était simple pourtant. Il en avait envie, c'était soudain très clair dans sa tête mais alors qu'il se décida enfin à agir, la Spinnet se leva à son tour et Erwan pensa que c'était pour...

Le Fray regarda sa patronne changer totalement de visage et, sans un regard, quitter la chambre en prétextant une promenade. Le sorcier resta penaud, comme si elle lui avait mis une gifle avant de partir. Il mit une minute à se ressaisir et balança de rage son verre qui se fracassa sur le mur.


Erwan : Tu n'es qu'un idiot, Erwan, s'insurgea pour lui même l'adjoint en défense.

D'un coup de baguette, il fit disparaître son accès de colère, ainsi que le plateau et le verre encore intact, et tourna en rond dans la chambre comme un nundu dans une cage trop petite. Il se prit la tête, donna un coup de poing dans le matelas du lit, passa sa main dans les cheveux et réfléchit. Cette situation aurait pu être si belle, juste une intimité sans conséquence entre le duo de professeurs.

Au bout de deux minutes l’Écossais se décida enfin, il ouvrit violemment la porte de la chambre et se précipita dans le couloir sans voir que quelqu'un attendait devant. Le choc fut brutal et l'adjoint s'étala de tout son long sur la personne qui allait frapper à la porte de sa chambre.


Erwan : Excusa, excuso, excu..., balbutia le Fray en s'appuyant sur le torse musclé de l'homme qu'il venait de renverser pour essayer de se remettre debout.

Les deux sorciers se relevèrent et Erwan constata que l'homme en face de lui était plus grand que lui, d'un physique athlétique, des cheveux blond doré dont une mèche tombait négligemment sur son front et des yeux d'un bleu turquoise presque irréel. L'adjoint cherchait encore ses mots tout en époussetant l'épaule de l'inconnu quand ce dernier s'exprima d'une voix grave et apaisante et dans un anglais parfait dans lequel on devinait un léger accent français.

Gabriel : En italien, on dit "Mi scusi" mais ce n'est pas grave Mr Fray. Vous semblez contrarié, puis-je vous aider ? Je m'appelle Gabriel au fait, ajouta le jeune homme dans un sourire solaire.

Le cerveau du Fray avait totalement planté. Son regard était en train de se noyer dans le bleu des yeux du nouveau venu et l'adjoint ne se souvenait même plus d'où il était et ce qu'il était en train de faire et, d'ailleurs, pourquoi était-il énervé ? Toutes les émotions avaient quitté son corps et il lui fallut beaucoup de temps avant de reconnecter toutes les synapses de son cerveau. Comment connait-il son nom ? Qu'est ce qu'il voulait ? Pourquoi est-il si beau ? Non ça il ne lui demanderait pas...

Erwan : Désolé, je... Gabriel, je ne comprends pas trop ce que vous faites ici, tenta de résumer l’Écossais dont les joues devaient totalement trahir ce qu'il ressentait, je... Comment vous savez qui je suis ?

Gabriel : Je fais partie de la délégation de Beauxbâtons et j'étais venu inviter Miss Spinnet et vous même à un petit rendez-vous avant la première conférence que nous tenons. Ma patronne tient beaucoup à avoir vos avis sur certains sujets mais j'ai l'impression que je tombe assez mal.

Sa voix, son regards, ses petits gestes, son sourire, tout chez Gabriel faisait vibrer Erwan qui n'aurait pas été surpris d'avoir la bouche ouverte en écoutant le beau français. Mais à l'évocation de sa patronne, il se souvint enfin qu'il était, de base, en train de lui courir après.

Erwan : Vous n'avez pas croisé Cathe... Miss Spinnet par hasard ? Non, suivez-moi s'il vous plait !

L'adjoint ne pouvait pas rester là à draguer un inconnu comme un adolescent, cette situation était absurde. Il entraina avec lui le Français jusqu'à sortir de l’hôtel, cherchant sa patronne partout jusqu'à tomber sur sa silhouette plus loin dans la rue. Elle n'était pas seul et Erwan dut s'approcher un peu plus d'elle, le jeune blond toujours derrière lui, pour s'apercevoir qu'il s'agissait d'Antonino.

Arrivé à leur niveau, le Fray se planta devant eux, la colère ayant fait son grand retour, un doigt accusateur vers l'Italien.


Erwan : Alors, comme ça, c'est LUI ta promenade !

Il ne savait plus s'il était dans son rôle de fiancé ou dans son vrai rôle d'adjoint énamouré de sa patronne durant ce voyage mais il était prêt à en découdre définitivement avec le bel apollon florentin.


PJS de Nathan Fray.

~~R~~P~~G~~
Catherine - Camille

Professeure
Coeur de Glace
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 24/08/2023 à 03:24:21

Sortie en trombe de l'hôtel, Catherine fut aveugler pendant un moment par l'éclat du soleil chaud de Florence. Mettant sa main en visière près de ses yeux, elle essayait de s'habituer à la lumière. Ce qui fut rapide. Car en moins de deux, elle vit une silhouette plus que familière un peu pllus loin sur la place. Une silhouette qui faisait déjà des dégâts entre elle et Erwan.

Passant sur la place sans regarder si une voiture vanit vers elle, traversant la foule sans leur jeter un seul regard, car ce dernier était déjà occupée, la professeure fut rapidement arrivée à la hauteur de cette personne qui lui faisait tant de misère. Il lui jeta un regard illuminé, plein d'espoir, jusqu'à ce que la main de la jeune femme vienne s'écraser sur sa joue. La Québécoise y avait mit beaucoup de véhémence. Elle était en colère et c'était à cause de lui.


CATHERINE : Qu'est-ce qui t'a pris ? Qu'est-ce que ta patronne attend de moi ? Ne t'avise plus de t'occuper de moi ou Erwan ou ne serait-ce de poser ton regard de macho sur moi. C'est clair ?

Antonino ne prit pas la parole, encore surpris de la claque qu'il venait de se prendre et par l'agressivité de la Spinnet. Il ne l'avait jamais vu ainsi et il était conscient que ce qu'il voyait à ce moment n'était rien comparé à ce que la brune pouvait montrer.

Il allait prendre la parole, expliquer ou au moins répondre aux questions de la Directrice adjointe, quand ce fut au tour du Fray de débarquer telle une flèche. Toutefois, c'était à Catherine qu'il s'en prit. La professeure regarda Erwan s'emporter, se montrer agressif. Malgré tout, elle vit quelqu'un derrière son adjoint. Une personne qu'elle connaissait.

La brune leva la main à nouveau, mais cette fois-ci, ce fut avec douceur qu'elle déposa cette dernière, sur la main de son adjoint. Elle le força lentement à baisser cette dernière et ainsi faire disparaître ce doigt accusateur. Le combat de dragons allait attendre. Plantant son regard vert, affichant de nouveau une expression douce, chaleureuse, elle approcha son visage de celui de l'Écossais. Allait-elle se laisser tenter ? Ses lèvres effleurèrent celles d'Erwan, avant de reculer et de prendre la parole, sereine.


CATHERINE : Erwan, s'il-te-plaît, calme toi. Je vais t'expliquer. Tu veux bien ? dit-elle pendant que l'Italien derrière elle se frottait toujours la joue. Bonjour Gabriel. Vous allez bien ?

Oui, elle connaissait le Français qui avait suivi Erwan. Elle connaissait aussi la patronne de Gabriel. Une femme agréable et intéressante. Toutefois, avant de s'occuper du côté professionnel, elle devait régler un petit souci personnel. Elle devait parler à l'Écossais qui semblait enragé.

CATHERINE : Permettez-moi, Gabriel. J'aimerais discuter avec Erwan. Je suppose que vous êtes là pour Jeanne... Ça vous va si je vous reviens dans une petite heure ? Parfait ! dit-elle avant qu'il ait le temps de répondre.

Sans plus, la Spinnet prit la main du Fray dans la sienne, toujours dans un geste tendre, le tirant à sa suite. Elle voulait retourner dans la chambre. Ils avaient besoin de discuter et de mettre les choses... à plat.


Professeur adjoint
Photographe en chef
Adjoint en Or
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 31/08/2023 à 23:22:11

Erwan détestait les émotions, pour lui c'était une aberration de l'espèce humaine. Pourquoi fallait-il ressentir ? Il avait passé une grande partie de son adolescence à enfouir tous ses sentiments dans un coffre qu'il avait enterré dans la terre sombre qu'était devenu son cœur de pierre. C'était en grande partie de la faute de son père qui l'avait éduqué de manière à toujours être froid, ne jamais rien laisser paraitre, toujours calculer sans jamais pouvoir l'être. C'était aussi la faute de ses grands frères qui avaient passé beaucoup de temps à le martyriser. C'était encore aussi la faute de sa grande sœur, décédée il y a dix ans, dont la perte avait anéanti le Fray qui était très lié à elle.

Mais depuis qu'il avait accepté ce poste d'adjoint, Erwan avait baissé certaines barrières, ouvert quelques portes, peut-être par la présence de Catherine, peut-être parce qu'il avait retrouvé sa terre natale. Quoiqu'il en soit, le fait de ressentir autant d'émotions en si peu de temps n'aidait pas l'adjoint à garder la tête froide et la seule chose qu'il avait envie à ce moment, c'était de voir l'Italien en face de lui mourir dans un éclair vert mais son envie disparut quand la main de sa patronne appuya sur la sienne dans un geste tendre d'apaisement.

Sa colère passa en second plan et ce fut la surprise qui prit le dessus quand la Spinnet s'approcha de lui et osa enfin franchir la limite en déposant un baiser, plus léger qu'une plume, sur les lèvres de l'Ecossais qui resta figé, ne pouvant qu'acquiescer quand elle lui demanda de se calmer et qu'elle allait tout lui expliquer.

Erwan ne se reconnaissait plus. Son tempérament, sa malice, tout s'était volatilisé mais son état de léthargie soudaine ne pouvait pas durer. L'adjoint se fit violence pour revenir à lui. Était-il encore sous l'effet de la potion qu'il avait bu à Pré-au-Lard ? Il tourna la tête pour porter son regard vers Gabriel à qui Catherine s'adressa rapidement et le Fray n'eut aucunement le temps d'admirer les traits angéliques du jeune homme que la main de sa patronne saisit la sienne pour l'entrainer loin de lui, vers l'hôtel. Arrivé devant l'entrée du petit bâtiment, Erwan s'arrêta et retint la Québécoise.


Erwan : Attends. Laisse-moi une minute.

L'adjoint en défense voulait respirer pour remettre en place tous les évènements qui s'étaient produits depuis qu'il avait mis les pieds sur le sol italien. Et après un dernier regard vers les deux hommes qu'ils venaient de quitter, Erwan le plongea dans celui de Catherine. Il semblait soudain très sûr de lui.


Erwan : Je m'en fous de ce qu'il se passe entre Antonino et toi, je n'ai besoin d'aucune explication, tu peux bien aller t'amuser avec lui ce week-end si tu en as envie mais... Si on monte maintenant dans cette chambre, avec tout ce que je ressens là, je n'aurais plus aucune hésitation.

Ces mots sonnaient comme un avertissement (ou une promesse) et quoique décide la Québécoise, le Fray comptait bien lui montrer qu'il n'avait qu'une seule envie maintenant. Et si elle refusait, il savait très bien sur qui il allait jeter son dévolu pour combler la pulsion qui venait de naitre en lui et tant pis s'il ratait la conférence.


PJS de Nathan Fray.

~~R~~P~~G~~
Catherine - Camille

Professeure
Coeur de Glace
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 02/09/2023 à 05:16:42

Une ambiance bizarre, effervescente régnait dans les rues de Florence. Catherine ne pouvait y échapper. Autant elle ne savait pas ce qui se passait dans sa tête, dans son corps, autant son coeur était déjà pris. Pourtant, elle ne pouvait résister. Elle avait entamé un jeu qui se voulait innocent, pour fuir son ancien amant. Pour faire taire les rumeurs sur sa personne et voilà qu'elle tombait dans un nouveau piège. Celui-là même qu'elle se tendait elle-même à chaque nouvelle rencontre. Ce besoin inavouable de se faire aimer. Désirer. Avoir l'approbation de tout le monde, quand en fait, elle pourrait avoir ces personnes à ses pieds. Non, la professeure, malgré son rang, sa stature, son masque froid, n'avait pas du tout confiance en elle. En ses capacités.

Cette fois-ci, c'était l'approbation de son adjoint qu'elle avait besoin. Elle avait besoin de voir le désir dans les yeux de cet homme qui était entré depuis peu dans sa vie et qui pourtant, prenait déjà beaucoup de place. Ils se côtoyaient tous les jours. Ils partageaient ensemble un minuscule bureau. Ils partageaient à bien des égards leurs vies sans nécessairement utiliser les mots pour les expliquer. Cet homme qui, même s'ils se connaissaient peu, se livrait. La protégeait d'elle-même. Qui la taquinait.

Après quelques salutations, une correction bien méritée pour Antonino, la jeune femme avait entraînée Erwan à sa suite vers l'hôtel. C'était fini ce temps d'hésitation. Cette tension palpable. Elle allait entrer en trombe dans cet endroit plein de charme, quand le Fray l'arrêta. Il hésitait encore ? La Spinnet posa son regard sur l'Écossais d'un air interrogateur. Il avait pourtant semblé si furieux qu'elle fut en présence d'Antonino. Avait-elle mal interprété la jalousie que montrait son adjoint ? Était-il toujours dans ce rôle de fiancé qui semblait tant l'amuser ?

Quand il osa enfin poser son regard dans le sien, Catherine comprit. Elle le regarda un instant, un sourire prenant place sur ses lèvres.

CATHERINE : Il ne se passe rien avec Antonino, Erwan. Au contraire.

Une nouvelle fois, elle posa une main légère sur la joue mal rasée d'Erwan. Pendant un instant, elle eut une pensée pour Eurydice. Ses yeux prirent un air triste, pendant une demie seconde, quand elle vit le désir que lui portait l'Écossais. Sans réfléchir, elle laissa ses pensées, ses remords, derrière elle et posa cette fois de façon plus vindicative ses lèvres sur celles du Fray. Se montrait-elle en spectacle pour que l'Italien l'oublie une fois pour toute ? Peut-être, mais il y avait une véritable envie également.

CATHERINE : On monte ?

Le regard malicieux, la Québécoise tira le bras d'Erwan, l'amenant avec elle vers l'intérieur de l'hôtel. Elle n'était pas elle-même. Elle cherchait à séduire. Elle cherchait l'approbation de cet homme avec qui elle passait toutes ses journées. Comme si elle cherchait à tourner la page sur des événements qui avaient eu lieu quelques années auparavant. Comme pour passer un cap.

Lâchant la main de son futur amant, elle monta les escaliers en courant, jetant des regards derrière elle, souriante, riant. Jouait-elle à un jeu ? Personne ne pouvait savoir. Pas même Catherine.


Professeur adjoint
Photographe en chef
Adjoint en Or
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 07/09/2023 à 00:36:50

En cette douce journée, jamais les pensées dans le cerveau d'Erwan n'avaient été aussi claires. Il avait ressenti assez d'émotions, même trop, pour aujourd'hui et tout ce qu'il voulait maintenant : passer à l'action.

Quand Catherine lui dit qu'il ne se passait rien entre elle et le bellâtre italien, un sourire de satisfaction se dessina sur sa bouche et quand, avec plus de ferveur, les lèvres de la Québécoise rencontrèrent celle de l’Écossais, ce dernier perdit tout sens des réalités. Il n'était plus l'adjoint en défense et Catherine n'était plus sa patronne, il n'était même plus dans un jeu, il était...


Erwan : Oh oui, on monte.

La Spinnet avait enlevé son masque froid pour redevenir insouciante et c'était la partie que préférait Erwan. Il courut derrière elle et quand elle lâcha sa main pour gravir les marches, il en fit de même, riant à son tour, trop heureux d'avoir enfin lâcher prise et de simplement suivre ses envies. Et ses envies se dessinèrent clairement quand ils arrivèrent devant la porte de leur chambre et que l'homme brun plaqua Catherine contre le chambranle pour l'embrasser comme si sa vie en dépendait.

Il lui laissa à peine le temps de reprendre son souffle en ouvrant la porte pour la pousser dans la chambre, animé par une passion brulante. Fini le jeu, fini les paroles, fini les barrières, le Fray ne voulait qu'une seule chose : voir sa patronne sur le lit et s'oublier avec elle.


********

Le temps n'avait plus d'importance mais le Fray sentait qu'il ne pourrait pas rester plus longtemps dans les draps blancs qui couvraient son corps nu. Sans un regard envers son amante, Erwan se releva, oubliant toute pudeur après ce qu'il venait de se passer entre eux mais remit tout de même son pantalon. Il s'approcha de la fenêtre pour regarder le soleil qui inondait une petite cour intérieure à l'arrière de l'hôtel. Il était apaisé même s'il sentait que quelque chose n'allait pas. Il venait de faire un écart, franchir une ligne qu'il s'était interdit d'outrepasser le jour où il avait accepté ce nouveau travail. Est-ce que cela allait changer quelque chose ?

L'adjoint en défense se tourna alors vers la femme qu'il avait laissé dans le lit, essayant de ne pas se dévoiler pour ne pas gâcher ce moment qui avait été magique. Il devait cependant revenir à la réalité des choses.


Erwan : Nous avions une conférence ce matin il me semble, lança-t-il de manière amusé, retrouvant son ton habituel et légèrement sarcastique.


PJS de Nathan Fray.

~~R~~P~~G~~
Catherine - Camille

Professeure
Coeur de Glace
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 07/09/2023 à 16:42:10

Fini le masque. Avec Erwan elle avait de la difficulté à le garder très longtemps. Surtout depuis leur arrivé en Italie. C'était comme si le fait d'être ailleurs, dans un endroit où peu de gens les connaissait en principe, lui permettait d'être elle-même. Le souci, c'était qu'à chaque fois qu'elle vebait en Italie, ce masque tombait. À chaque fois qu'elle posait le pied dans ce pays à la réputation romantique, quelque chose survenait. C'était encore vrai cette fois.

À peine Catherine avait atteint la porte de leur chambre, attendant la venue du Fray, à peine eut-elle le temps de se retourner que le brun la plaqua sur le chambranle de la porte pour l'embrasser de plus belle. Jamais la Québécoise n'avait vécu ce genre de situation avec un homme, où ce dernier prenait les commandes. Tandis qu'avec les femmes, c'était totalement autre chose. Elle devait avouer qu'elle aimait bien ça, pour une fois, lâcher prise. Ils s'échangeaient les honneurs pendant un moment, quand Erwan ouvrit enfin la porte, la poussant à l'intérieur et la suite ne fut que plus belle.


*****

Elle ne savait pas combien de temps c'était écoulé depuis leur entré dans la chambre. Depuis qu'ils avaient laissé parler leurs désirs mutuels. Étendue dans le grand lit qui devait, selon les dires de son adjoint au début de la journée, pouvoir les accueillir sans qu'ils se touchent, la professeure était encore toute endormie, sur le ventre, quand elle sentie son amant se lever. Enfonçant son visage dans l'oreiller moelleux, la Spinnet aurait bien voulu rester dans cet espace, dans cette pièce et ne jamais en ressortir. Elle n'avait pas envie de faire face à la réalité et à ses obligations.

Se retournant vers l'Écossais qui se tenait devant la fenêtre, prenant bien soins de remonter la couverture jusqu'à son cou, la brune arqua un sourcil en entendant la petite remarque de son adjoint. Il essayait vraisemblablement de détourner le sujet.



CATHERINE : Et ? Tu as peur que cette chère Izora vienne nous tirer l'oreille pour ne pas avoir assisté à la conférence ? dit-elle en affichant un sourire en coin.

Sans plus de cérémonie, la jeune femme se redressa, tirant le draps vers elle pour l'amener avec elle. Elle se leva de plein pieds sur le grand lit, pour en descendre et se diriger vers ce qui leur servait de salle de toilette. En quelques instants, elle avait retrouvée ses vêtements et revenait vers son amant. Elle n'était pas souvent démonstrative et ne cherchait aucunement à ce que quelque chose se développe entre eux, mais elle devait avouer que ce petit intermède lui avait fait du bien et avait brisée une barrière.

Car, ça faisait bien onze ans qu'elle n'avait pas passé un moment de cette nature avec un homme. Onze ans qu'elle avait fuit ce genre de situation ou s'était gardé de séduire l'un d'eux. Elle ne pouvait pas. Elle en avait été incapable. Il avait dû voir les petits moments d'hésitation, s'il avait porté une certaine attention à ses expressions. À ses yeux. En revanche, si le Fray n'avait rien vu chez elle, Catherine voyait bien que quelque chose occupait l'esprit de ce dernier. En s'approchant de la fenêtre que l'adjoint occupait depuis quelques instants, la Québécoise se posta à ses côtés, sans même le toucher.


CATHERINE : Quelque chose te tracasse, Erwan... Ça se voit dans ton regard et n'essaie pas de le nier.

Regrettait-il ? Avait-il comprit que quelque chose avait fait hésiter sa patronne ? Pensait-il aux possibles conséquences de leurs actes ? La Spinnet était prête à lui tirer les vers du nez, quitte à devoir révéler ses propres secrets.

Professeur adjoint
Photographe en chef
Adjoint en Or
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 11/09/2023 à 22:14:12

Le regard posé sur sa patronne, Erwan la regarda se couvrir des draps blancs avant de lui rétorquer une petite pique, comme elle savait si bien faire, qui lui arracha un léger sourire.

C'est sûr qu'il imaginait bien la directrice de l'école débarquer dans leur chambre en leur hurlant dessus, une fois de plus... Cette idée le fit rire mais ce rire n'était pas franc, trop vite rattrapé par des pensées plus sombres.

Alors que la Québécoise fila rapidement dans la salle de toilette pour revêtir une tenue plus décente que sa simple peau, le Fray était toujours enfermé dans son esprit tentant de démêler le bon du mauvais. Allait-il simplement accepter ce qu'il venait de faire, cherchant l'excuse d'une attirance lié au voyage italien ? Allait-il parvenir à ne pas changer la relation qu'il avait crée avec Catherine, simple, professionnelle et en même temps parfois plus profonde et complexe. Il ne pouvait se lasser de l'alchimie qu'ils avaient quand il s'agissait de revoir leur programme, de parler de défense ou de magie noire. Il y avait quelque chose entre eux, mais il n'avait pas (ou ne voulait pas) mettre de mots dessus. Il ne voulait pas les enfermer dans une case et, pour le coup, la dernière heure venait de faire complètement exploser la case, détruisant la bulle qu'il ne pouvait nommer.

L’Écossais sentit sa présence à coté de lui, appréciant le fait qu'elle évite tout contact qui aurait pu relancer l'homme brun dans une nouvelle salve passionnelle, et se tourna pour quitter l'extérieur des yeux et l'écouter. Sa voix plus que ses mots percèrent toutes ses défenses, et sans réfléchir, l'adjoint balança ce qu'il ne voulait absolument pas dire.


Erwan : On aurait pas du faire ça.

S'il pensait que le silence était assez explicite, c'était sans compter sur le regard vert de la Spinnet qui en attendait plus.

Erwan : Je veux dire... C'était magique et j'en avais vraiment envie mais... J'ai peur que ça laisse une cicatrice brulante qui viendra gâcher notre relation actuelle. Je ne veux pas que tout change pour ça.

La voix d'Erwan se cassa sur les derniers mots qui eurent du mal à franchir ses lèvres. Il avait juste besoin d'être rassuré ou peut-être qu'une gifle le remettrait à sa place et lui permettrait d'arrêter de se prendre la tête pour, peut-être, rien du tout. Et, surtout, comment se sentait sa patronne après ça ? Des questions vinrent toquer à la porte de son esprit mais aucune ne sortirent de sa bouche, laissant la jeune femme en face de lui décider de comment elle allait rompre ce silence.


PJS de Nathan Fray.

~~R~~P~~G~~
Catherine - Camille

Professeure
Coeur de Glace
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 12/09/2023 à 04:50:37 - Modifié : 12/09/2023 à 12:55:24

La lumière du soleil se reflètait dans les iris verts de Catherine. Elle regardait son adjoint, Erwan, qui semblait totalement ailleurs. Il réfléchissait ou du moins, quelque chose le tracassait. Elle le savait, elle le lisait sur ses traits. Il était beaucoup trop sérieux et son rire sonnait faux. Sans être excellente en divination, elle comprit bien vite la raison du comportement étrange d'Erwan. Il y aurait pu avoir un grapcorn dans la pièce que ça aurait été tout aussi évident.

La jeune femme s'appuyant sur la fenêtre, habillée d'une robe légère foncée, observait et attendait que l'homme à ses côtés lui réponde. Allait-il éviter le sujet ? Non. Il expliquait ses pensées. Il avait des remords. Il n'était pas bien avec tout ça, comme il disait. La professeure accusait le coup, même si elle s'y attendait. Elle restait silencieuse, ce qui semblait donner des ailes à l'Écossais qui reprit la parole. La jeune femme était partagée entre colère et déception. Car si elle avait su, elle n'aurait pas laissé cette situation survenir et elle n'aurait pas trahit Eurydice. Et justement, qu'allait-elle lui dire ? Que ce fut un accident ? Quand on trébuche, on peut considérer cela comme un accident, mais pas la situation que vivait les deux enseignants.


CATHERINE : Ça ? D'accord. Je vois. Ce qui s'est passé on va maintenant le qualifier de "ça". C'est bon.

Toujours calme, la Spinnet essayait tant bien que mal de se contrôler. C'était même étonnant qu'elle réussise ce tour de force, mais elle le devait. Erwan ne savait pas ce que Catherine avait traversée. Personne ne savait, à part les principaaux intéressés.

Se frottant les yeux de la main, la Québécoise recula de quelques pas. Elle prenait un peu plus la mesure de ce qu'ils avaient fait. De ce qu'elle avait fait. Comme sous le choc, elle allait s'asseoir sur le lit, déconfite. Elle essayait de placer toutes ses pensées, réfléchir, mais rien n'allait. Lentement, la petite flamme qu'elle avait réussi à faire taire depuis quelques années se réveillait, mais pas pour les bonnes raisons. Elle prit quelques inspirations, elle tentait de se chanter une petite chanson dans la tête. Elle commençait même à se balancer de l'avant à l'arrière. Doucement, elle basculait du côté que personne ne se devait de voir. Elle basculait dans ses travers de l'adolescence.

La professeure fermait momentanément les yeux, faisant quelques exercices de respiration, mais rien ne semblait fonctionner. Elle avait tout gâcher, encore. Elle avait été irresponsable. Immature. Tout ça pour voir le regard foncé de son adjoint sur elle. Pour sentir son désir pour elle et surtout de passer cette étape. Outrepasser ses craintes depuis la naissance de sa fille. Elle avait pourtant la Spector, qu'elle avait quitté le matin même.

Puis elle ouvrit les yeux d'un coup sec. Ses iris habituellement d'un vert clair étaient maintenant sombre. Elle regardait un instant partout autour d'elle, avant de voir sa baguette traîner sur une petite table à café. En un éclair, elle se levait et l'attrapait. Sans réfléchir. Sans en être vraiment consciente, elle pointait ce bout de bois qui pouvait se révéler fatal vers Erwan. Elle était en rage. Elle était ailleurs. Elle ne se contrôlait plus. Elle était prête à tout pour oublier. Quitte à se séparer de son adjoint qui pourtant lui apportait tant de bien. Elle avait besoin d'un peu d'aide.


Professeur adjoint
Photographe en chef
Adjoint en Or
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 16/09/2023 à 14:43:06

Erwan se sentait mal, il ne savait pas si c'était du fait de ce qu'il avait fait ou de ce qu'il avait dit à sa patronne. Et, de ce qu'il pouvait constater, ses paroles eurent des conséquences désastreuses sur la femme qu'il avait caressé un peu plus tôt.

Décidé de porter toute son attention sur Catherine, il la regarda s'asseoir sur le lit. Ses mots l'avaient blessé mais il ne comprenait absolument pas la profondeur et l'impact de ces derniers sur la Québécoise. Il ne connaissait pas son passé, et bien que le sien influençait aussi sa réaction, celui de sa patronne devait être bien pire car après avoir tenté de respirer pour se calmer ou réfléchir, Catherine se leva telle un nundu et s'empara de la baguette qu'elle avait laissé sur une petite table.

L’Écossais passa de l'incompréhension à la panique et se figea, les mains en l'air, les yeux rivés sur le morceau de bois qui avait prit la forme d'une arme redoutable, surtout entre les doigts de la Spinnet. Erwan ne savait pas quoi dire, il avait soudain très chaud et il pressentait que le moindre geste ou la moindre parole pourrait lui être fatal.

Comme un condamné, il ferma les yeux quelques secondes, attendant sa sentence mais... Seul le silence, pesant et angoissant, l'entoura. Il rouvrit les yeux pour les river aux iris verts de la sorcière en face de lui dont le visage exprimait une rage profonde, presque douloureuse. Ce regard suffisait à blesser l’âme du Fray et laisser une cicatrice à son cœur.

Le jeune homme baissa alors ses mains cherchant les mots qu'il pourrait dire pour apaiser l'enseignante furieuse en face de lui. Rien ne lui venait et son instinct prit alors le dessus et il ouvrit enfin sa bouche, sa voix était grave quand il s'exprima.


Erwan : Je ne sais pas ce que tu as vécu, Catherine, je sais juste que je ne voulais pas gâcher notre relation car je nous aime tels que nous sommes. Et, généralement, un lit ne m'a jamais permis de garder les personnes proches de moi.

Le Fray prit le temps de respirer pour rester calme et ne pas laisser la panique remonter en lui, sachant pertinemment qu'elle patientait quelque part dans son estomac, prête à ressurgir à tout moment.

Erwan : Catherine, je tiens sincèrement à toi mais pas comme ce que l'on vient de faire même si c'était... Incroyable. Je ne suis pas la personne qui te correspond à ce niveau et je sais de qui tu as vraiment besoin.

L'adjoint en défense avait bien prit soin de ne pas prononcer le prénom de la Spector car il avait peur que ce nom brise les dernières barrières de la sorcière en face de lui et que cette dernière ne le tue tout simplement pour que plus qu'aucun mot ne puisse sortir de sa bouche qui était très sèche à l'heure actuelle. Malgré tout, Erwan fit un pas vers elle en levant une main en signe d'apaisement.

Erwan : Catherine, parle moi.

Par cette simple demande, le brun espéra désamorcer la bombe prête à exploser devant lui qu'il fixait avec un regard rempli de compassion, chose qu'il ne se pensait pas capable jusqu'à maintenant.


PJS de Nathan Fray.

~~R~~P~~G~~
Catherine - Camille

Professeure
Coeur de Glace
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : Surprise sur prise
Créé : 17/09/2023 à 05:29:57 - Modifié : 17/09/2023 à 06:02:33

Tout commençait à s'embrouiller dans sa tête. Dans ses yeux également. La rage qui l'habitait n'avait qu'une envie : être extérioriser. Catherine ne se contenait plus. Ou presque. Elle réussissait à se contrôler dans le sens qu'elle n'avait toujours pas attaqué. Elle n'avait toujours pas porté le coup de grâce à Erwan, qui était là, démuni. Même si elle ne le voyait pas parfaitement, tellement son esprit était embrumée, elle pouvait sentir l'incompréhension chez l'homme et la fébrilité dans ses membres.

Pour tout ce qui était de l'espace, la professeure n'en avait plus conscience. Le soleil avait disparu, faisant place à une faible lueur. Tout était en noir et blanc. Tout était oppressant, lourd. La Québécoise n'était pas bien. Elle avait franchit des caps qu'elle avait préféré ne pas franchir. Elle avait commis ce qu'elle redoutait tant. Elle avait trahie la femme qu'elle aimait. Celle qui lui amenait ce soleil qui avait disparu pendant près de onze ans. Cette femme qui lui avait fait prendre conscience de sa valeur, de son entièreté. Eurydice avait réussi à briser cette carapace si difficile à pénétrer. Pourtant, le Fray avait réussi en une seule matinée. Était-ce à cause du cadre ? De l'Italie ? Ou tout simplement de son inconscience. De son immaturité encore omniprésente malgré les années, malgré les responsabilités.

Un silence lourd s'était installé dans cette chambre qui avait pourtant été la scène d'un désir mutuel. D'une étincelle qui fut plus qu'éphémère. Le calme glaçant fut enfin brisé par la voix de l'Écossais qui essayait de comprendre, mais aussi de s'expliquer. Malheureusement, cela ne fit qu'augmenter la tension chez la jeune femme, qui serra sa baguette dans sa main, au point d'en imprimer les détails dans sa paume.

C'était tellement flou dans son esprit, qu'elle en perdait presque la tête. Elle ne vit pas son adjoint s'approcher. Elle comprit qu'à demi-mot ce qu'il venait de lui dire sur la personne dont elle avait besoin. Puis, lorsqu'il émit une demande, tout éclata. La rage monta d'un coup et sans même se l'expliquer, la Spinnet se mit à crier.


CATHERINE : Tu n'as pas le droit ! Tu n'as pas le droit de me jeter comme ça. J'ai trahie celle que j'aime pour toi ! J'ai brisé la promesse que je m'étais fait à moi-même il y a onze ans. Je... je me dégoûte !

Une grimace traversait le visage dur de la brune, quand dans un grand fracas, elle lança un sortilège en direction d'Erwan, le ratant de peu. Ce sortilège frappa de plein fouet la lampe qui était située sur la table basse. Ce qui ne fit que décupler la rage que ressentait la jeune femme qui laissa échapper un cri presque animal avant de tout simplement laisser tomber sa baguette pour s'approcher de l'homme qu'elle côtoyait tous les jours et le gifler. Sa main venait tout juste de frapper la joue du Fray qu'elle le frappa à nouveau, mais cette fois-ci sur le torse. Les larmes commençaient à verser sur ses joues pâles, ses poings à frapper le torse toujours nu de son amant. Elle perdait le contrôle. La rage faisait place à une profonde tristesse. À la déception.

Ses cheveux virevoltaient de tout bord, tout côté. Ses yeux remplie de larmes. Elle perdait pied. Elle n'avait plus aucun contrôle sur ses pensées, sur ses gestes.


CATHERINE : Tu n'as pas le droit, dit-elle entre les pleures et les coups sur le torse d'Erwan.

Elle était démunie face à ses propres émotions.


Pages : <- 1 2 3 4 ->

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Poudlard et ses environs

Retour en haut de la page



Vous avez besoin d'aide ? Rendez-vous dans la FAQ



Partenaires :
Écoles de Magie : Mana Wyrd - Harry Potter 2005 - Hogwartsnet - Habbo Magie Poudlard - L'académie Beauxbâtons - Mimble Mimbus
Monde Magique : Fédération du Quidditch Français - La Gazette du Sorcier - Wiki Harry Potter - Obscurus Presse - HP666 - La Charte du Fandom
Autres : Portail des jeux - Annuaire google

Toute reproduction en totalité ou en partie est interdite.
Les images et les noms relatifs à Harry Potter sont une propriété de la Warner Bros Corp. et J.K. Rowling.

© 2009-2023 Twelve Grimmauld Place - © 2020 Design par Alpha Landstorm, Artus Myrtle, Camille Dubois et Elea Loohest - Mentions légales

Optimisé pour Firefox 4, Google Chrome 6, Safari 5 et Opera 10.5