Connexion




Mot de passe perdu?

Le Grand Escalier

Le Grand Escalier >> Monde magique >> Reste du monde

Sommes nous vraiment à notre place ? Feat Deborah Chloé Parker
Milan Inglewood
7e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 4321
Titre : Sommes nous vraiment à notre place ? Feat Deborah Chloé Parker
Créé : 16/11/2017 à 17:37:57 - Modifié : 16/11/2017 à 17:54:53

Maison des Inglewood - 2016

* Elle belle quand elle dort calmement. Pas de cette beauté artificiels sont s'habillent les femmes avec du maquillage, des coiffures sophistiquées ou de beau vêtement. Simplement et naturellement belle. Cela faisait une bonne demi-heure qu'elle n'avait plus soupiré, ni ne s'était agitée en hurlant. Ces crises s'espaçaient parfois avant de redevenir plus fréquentes. Magdalena était malade et personne, pas même à Sainte-Mangouste ne parvenait à en comprendre l'origine. Cela faisait maintenant deux semaines que Milan passait le plus clair de son temps à son chevet. Il veillait sur sa mère comme sur la prunelle de ses yeux. Combien de fois avait-il vu son paternel depuis son retour ? Trois ou peut-être quatre fois ! Romulus se laissait absorber par le travail comme le sang par une sangsue. C'était son moyen d'oublier. Mais pendant ce temps là qui pensait à lui ? Strictement personne. Refermant son livre de Runes, le jeune homme le posa sur la table de nuit et se leva pour s'étirer. Il en avait marre d'être continuellement assit toute la journée. Il avait besoin de se dégourdir les jambes mais n'en avait malheureusement pas le luxe.

La chambre était faiblement éclairée mais toujours aussi bien décorée. Sa mère avait le chic pour allier les couleurs vives sans que cela ne choque l’œil. Un sens de l'esthétisme prononcé que ne possédait ni son mari, ni son fils. Tout comme ses sens artistiques, sauf si l'on considérait les études et le quidditch comme un véritable art. Il s'apprêtait à se rasseoir quand il entendit un bruit mât venant d'en bas. Son père devait sans doute être rentré à moins que leur Elfe de Maison ait renverser un quelconque bibelot et tentait de masquer grossièrement le tout sous un tapis, ni vu, ni connu.

La voix claire de son père se fit entendre et il comprit alors de quoi il s'agissait. Il était accompagné, chose très rare. A en juger par le timbre, il devait s'agir de « Monsieur Rasoir », un de ses amis du ministère dont les simples conversations les plus passionnantes auraient pût l'endormir plusieurs fois au cours du même repas s'il n'avait pas pris l'habitude de se piquer avec une fourchette pour avoir l'air a peu près conscient. Il n'écouta même pas leur discussion et se l'imagina facilement. « Oui mais le point 2, alinéa 4 paragraphe 26 du code blabla n'a pas été totalement respecté et s'est montré désuet sur le long terme blablabla ».

Soupirant, le jeune homme se leva et attendit que le duo se pointe dans la pièce. Pour tout dire, il ne s'agissait pas d'un duo mais d'un trio. En effet, notre bon haut-placé de la justice magique avait jugé bon de ramener celle qu'il partageait sa vie avec lui. Enfin du moins, c'est ce qu'il pensait comprendre étant donné qu'il avait perçu l'une des rares et courtes conversations de son père et de son ami, à son sujet. Bien que le dit sujet ne l'intéressait nullement cela restait toujours plus passionnant que n'importe quel article de lois. *


« Ah tu es toujours là fils ! Fidèle au poste ! Je venais prendre quelques heures de repos et Monsieur Hunter souhaitait s'enquérir de l'état de ta mère. Je n'ai pas pût lui refuser. Il a trop bon cœur. »

* Milan ne broncha pas, se contentant de serrer les mains poliment comme il l'avait appris. Son père le congédia et il ne se fit pas prier pour disparaître dans le salon ou son repas l'attendait. Un peu de soupe, quelques morceaux de fromage et du pain. Plutôt frugal quand on s'était habitué à la cuisine de Poudlard et de sa mère mais il s'en contenterait. Sa mère lui manquait tout autant que l'école de sorcellerie. S'asseyant à table, il commença à boire lentement sa soupe, sans même jeter un regard à son elfe de maison qui venait de se vautrer au pied d'un fauteuil. Sa mère avait toujours été trop tendre avec lui et dés qu'il ne se croyait plus surveiller, prenait ses aises comme un Poufsouffle dans les cuisines du château. *
Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Sommes nous vraiment à notre place ? Feat Deborah Chloé Parker
Créé : 20/11/2017 à 16:50:12

« C'est tout à fait naturel, Matthew craignait que vous ne finissiez par vous installer au Ministère si on ne vous donnait pas une raison de rentrer chez vous... et c'est un plaisir de vous rencontrer de manière moins formelle, bien sûr. »

* Ce n'était pas du tout un plaisir. Elle n'avait aucune envie d'être là, ce qui aurait dû lui être égal - ces derniers mois, elle avait découvert que s'élever dans la hiérarchie du Ministère impliquait beaucoup de visites de courtoisie, une exigence à laquelle elle se pliait sans difficulté. Elle était jeune, talentueuse et superbe, trois atouts qui parlaient pour elle. Elle n'avait aucun effort à faire pour briller en société.
Mais cette visite-là l'ennuyait déjà. Elle avait eu une journée éprouvante qu'elle avait prévue d'oublier en buvant un verre avec un ami qui ne restait à Londres que pour la nuit. Alors, depuis que l'ascenseur qui devait la ramener à la surface s'était ouvert sur Matthew - lequel avait d'autres plans pour elle -, elle réprimait difficilement son déplaisir.
Fort heureusement, aucun des deux hommes ne la connaissait suffisamment pour lire entre les lignes - même si elle se demandait parfois si Matthew n'en savait pas plus qu'il ne laissait paraître. Son apparition dans l'ascenseur, par exemple, était une coïncidence un peu trop improbable pour être vraie. Quoi qu'il en fût, elle était coincée là pour la soirée, et elle aurait dû se concentrer sur sa compagnie. Romulus Inglewood, l'un des pontes de la coopération magique internationale. Le genre d'hommes qu'il valait mieux avoir de son côté. Sa réputation était plus blanche que blanche ; personne au Ministère n'avait de qualificatif assez élogieux pour décrire cet employé dévoué jusqu'à l'obsession et à l'éthique irréprochable. Mais si tous parlaient de son travail, peu connaissaient l'homme. Matthew était l'un de ceux-là. C'était une porte d'entrée. Elle en était consciente et pourtant, à cet instant, elle se sentait incapable d'en tirer avantage. Elle n'arrivait pas à se défaire de sa déception. Elle ne verrait pas James ce soir et n'avait aucune idée de quand il reviendrait à Londres.
L'arrivée devant elle d'un jeune adolescent l'arracha à ses regrets. Elle savait qu'Inglewood avait des enfants, mais n'en était pas moins surprise de rencontrer Milan. Il ne ressemblait pas particulièrement à son père et, en lui serrant la main, Deborah fut frappée par la morosité dans son regard. Était-ce la maladie de sa mère qui l'affligeait ainsi ? Il lui sembla lire autre chose, mais l'adolescent disparut sans qu'elle puisse comprendre quoi. Songeuse, elle marqua un temps d'arrêt, avant d'interrompre la discussion des deux hommes : *


« Excusez-moi, Romulus... un thé vous ferait plaisir ? je ne dirais pas non moi-même. »

« Excellente idée, chérie, je suis sûr que Romulus n'a rien avalé depuis ce midi ? »

« Et les petits plats de Magdalena me manquent ! c'est très gentil à vous, Deborah, je vais appeler... où est passé ce fichu elfe... »

« Oh, ne vous inquiétez pas, je vais m'en occuper, ce n'est que du thé je devrais m'en sortir. »

* Et, sans donner aux deux hommes l'occasion de lui adresser un mot supplémentaire, elle s'engouffra à la suite de Milan dans la cuisine. Le jeune garçon était déjà à table et les morceaux de fromage devant lui expliquaient l'odeur qui avait attiré Deborah. Elle en engloutit trois avec un soupir de plaisir avant de croiser le regard de Milan. *

« J'avais faim. Aussi, j'ai un faible pour le fromage. Peu importe. Pourquoi tu es là, de toute façon, tu ne devrais pas être, tu sais... en train d'étudier la magie, ou quelque chose comme ça ? »

* Elle choisit avec précaution le plus gros bout de fromage parmi ceux qui restaient, et s'y attaqua sans plus attendre. Le thé attendrait. Romulus et Matthew aussi. James, en revanche, n'attendrait pas, et elle l'avait déjà raté. Le fromage était un maigre lot de consolation, mais elle était prête à accepter n'importe quoi ce soir-là. *

Milan Inglewood
7e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 4321
Titre : Re : Sommes nous vraiment à notre place ? Feat Deborah Chloé Parker
Créé : 21/11/2017 à 16:06:38

* Toucher à la nourriture de quelqu'un était quelque chose d'intime pour Milan. Il y avait très peu de gens à Poudlard qu'il aurait laissé picorer dans son assiette. D'un coup de baguette magique, il aurait calmer bien des ardeurs mais il n'avait pas la tête à cela. D'autant plus qu'en dehors de l'école, il n'avait strictement pas le droit de faire usage de la magie. De plus, s'attaquer de front à un adulte aurait été digne de l'intelligence du Gryffondor moyen. Une véritable insulte à son propre intellect. Malgré l'aveu de la femme de sa faiblesse de Poufsouffle, l'Inglewood fut plus intrigué par sa réflexion parce qu'égoïstement, il partageait un avis similaire. *

« Je devrais en effet. Mais si je ne veille pas sur elle qui le fera ? Mon père passe trop de temps au Ministère pour pouvoir s'en occuper.»

* Il n'avait pas vraiment faim. Mordant dans le pain puis dans le formage, il avala lentement, la gorge sèche. Personne ne pouvait comprendre ce qu'il ressentait vraiment. Partagés entre devoirs et obligations contradictoires qu'il désirait assumer totalement. Bien sûr, ici il pouvait lire et une absence ne serait pas trop sentir sur ses notes mais il fallait que tout lui tombe dessus l'année de ses BUSE. Il ne pouvait pas en vouloir à sa mère. Elle n'avait pas choisi de tomber malade mais son père ne bougeait pas comme s'il cherchait à préserver les apparences. Sa carrière devait être plus importantes que la réussite de son fils probablement. *

«  Si ça ne dure pas trop longtemps, je n'aurai aucun retard pour les BUSE.»

* Ces examens ne l'inquiétait pas réellement mais il n'avait pas envie d'obtenir une note passable. Il voulait briller, montrer ce dont il était capable et qu'il était à la hauteur de sa réputation. Ce que en somme, la plupart des élèves ignares ne pouvaient pas comprendre. Certains seraient même heureux de rater plusieurs jours d'école, peu importe la raison. *

«  Je suppose que vous êtes venue apporter votre soutien à mon père. J'ignorai que cela consistait à m'enlever le fromage de la bouche. Ce n'est pas un comportement très respectable quand vous êtes invitée quelque part. »

* Elle était vieille. Enfin façon de parler. Elle devait sans doute avoir a peu prêt dix ans de plus que lui ce qui signifiait à la ranger dans la catégorie des adultes. Plutôt belle. Du charme en y regardant de plus près. Il ignorait comment le vieux Matthew l'avait dénichée celle-là mais il doutait de la voir l'accompagner. Pour lui l'ami de son père était parfait pour finir avec une femme sèche, en tailleurs qui adorait parler des textes de lois. Elle devrait avoir un chignon. Les femmes trop droites ont souvent un chignon. Du moins dans son imaginaire. Elle lui donnait plus l'impression d'être plus détendue que lui, moins protocolaire et nettement plus pique-assiette. *

«  Aurais je au moins l'honneur de connaître le nom de celles qui posent ses doigts dans mon assiette ? »

* Simple politesse élémentaire. Se présenter était la moindre des choses. Si elle préférait venir taper la causette avec lui plutôt que de rester ici, il devait y avoir une raison. Et il comptait bien la découvrir. D'habitude, les amis de son père s'adressait uniquement à lui pour se renseigner sur ses résultats scolaires plutôt que ses propres envies. *
Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Sommes nous vraiment à notre place ? Feat Deborah Chloé Parker
Créé : 27/11/2017 à 20:21:13

* Elle ne s'attendait pas à cette réponse un peu trop honnête, et elle leva les yeux de son bout de fromage pendant un court instant pour dévisager le jeune homme. Il semblait amer. De toute évidence, il n’avait pas l’habitude de faire passer qui que ce soit d'autre avant lui. Sens du devoir ou véritable affection ? En tout cas, il avait fait une exception pour sa mère. Un sacrifice que Deborah n'aurait jamais fait elle-même.
Il s'apprêtait à passer ses BUSES ; il était donc déjà à Poudlard quand elle avait définitivement quitté le Château trois ans plus tôt. Elle n'avait aucun souvenir de lui et, de toute évidence, la réciproque était vraie. Ce n'était pas si surprenant. Elle ne s'était jamais mélangée aux élèves. Seuls ses apprentis Legilimens présentaient quelque intérêt à ses yeux - leur réussite reflétait ses propres capacités et elle les choisissait avec soin. Un Deuxième année, en revanche, n'avait aucune chance d'attirer son attention. *


« Deborah Parker. Et je ne suis pas l'invitée de votre père. Matthew l'est. De toute façon, vous n'avez pas l'air d'avoir grand appétit. »

* Elle jeta un regard éloquent vers l'assiette dans laquelle il picorait sans enthousiasme. *

« J'imagine que son temps a tout simplement plus de valeur que le vôtre. Mieux vaut donc que vous en perdiez plutôt que lui. N'est-ce pas ? »

* Un nouveau bout de fromage disparut entre ses dents tandis qu'elle attendait de voir si Milan mordait à l'hameçon. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait pas fréquenté d'adolescents, mais ils saisissaient généralement sans hésiter les perches qu'on leur tendait. En d'autres circonstances, elle ne se serait pas intéressée à la rancœur du jeune homme ; mais ce soir-là, elle en voulait presque autant à Matthew que Milan en voulait à son père. Elle ne pouvait pas, cependant, exprimer son agacement à voix haute. Pas vraiment. *

« C'est une question de perspective, tout simplement. Au Ministère... rien ne s'arrête jamais. Alors notre temps ne nous appartient plus. Si on s'arrête, on est laissé pour compte. Et ça, il ne faudrait surtout pas que ça arrive. »

* Elle sourit, de ce sourire énigmatique qu'elle arborait souvent, comme si personne ne pouvait comprendre ce qu'elle disait. Il n'y avait rien d'arrogant dans ce sourire, cependant ; ce qui frappait, c'était justement sa simplicité, sa vérité absolue. *

Milan Inglewood
7e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 4321
Titre : Re : Sommes nous vraiment à notre place ? Feat Deborah Chloé Parker
Créé : 28/11/2017 à 21:28:48

* Son nom ne lui évoquait pas grand chose. Pour tout dire son père citait tellement de gens travaillant au Ministère de la Magie qu'il ne jugeait même plus utile de les retenir. Il suffisait de hocher de la tête et de répondre par l'affirmative. Et puis le nom « Parker » n'évoquait rien de particulier dans son esprit. *

«Ah vous accompagniez le livre de lois. Je vous aurai imaginé plus sèche et plus prompte à me réciter quel article de lois j'étais en train de violer en ne mordant pas dans le sens prévu à cet effet de ma miche de pain.»

* La morosité, le partage entre devoirs et obligation pouvait rendre quelqu'un plus franc qu'à l'accoutumé. C'était également le cas pour le jeune homme. Il ne prenait pas de gant même s'il s'agissait d'une adulte. Elle avait autant ravie d'être là que lui ne l'était. Il ignorait même pourquoi elle avait engagé la conversation. Était-ce par pitié ? Par gentillesse ? Ou par ennui ? Il ne le saurait probablement pas avant qu'elle se décide à lui révéler. Il lui jeta un regard noir quand elle parla de son temps et de celui de son père. Cette remarque le blessa à la fois parce qu'il semblait facile de lire en lui mais également parce qu'elle sonnait comme une vérité accablante pour le jeune garçon. L'Inglewood n'avait plus faim. Il repoussa l'assiette d'un simple mouvement de la main. Son appétit déjà presque inexistant était à présent totalement coupé. Sur un ton sec, il répondit à la Parker. *

« Mon temps est plus important que tout autre chose, sauf peut-être la santé de ma mère mais je ne devrais pas être le seul à veiller sur elle. Les médicomages n'existent quand même pas pour qu'on oublie de s'en servir.»

* Pour lui c'était la solution la plus envisageable. Ils étaient bien plus calés que lui dans ce domaine. Même s'il envisageait de suivre une formation de Premiers Soins Sorciers et qu'il avait déjà potassé un peu le sujet il ne pouvait pas se vanter d'être un maître en la matière. Mettant sa main devant sa bouche pour bailler, il prit ensuite à nouveau la parole. *

« Une carrière ministérielle semble être d'un ennui mortel. Comment trouvez vous votre compte au milieu de supérieurs, dont certains doivent être moins compétents ? Toute cette rigueur et cette autorité doit finir par vous peser. Quand on est un homme comme mon père, on apprécie ce genre de chose mais je ne me vois pas passer ma vie dans un tel environnement, à moins que l'on ne me propose un jour de devenir Ministre de la Magie ha ha ha !»

* Une possibilité de carrière intéressante qu'il pourrait embrasser dans l'avenir mais il était encore loin de devoir se consacrer entièrement à ce genre de tâche. Poudlard et sa réussite scolaire était sa priorité absolue pour l'instant. *
Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Sommes nous vraiment à notre place ? Feat Deborah Chloé Parker
Créé : 05/12/2017 à 11:31:22

* Le livre de lois. Deborah ne put retenir un sourire plein d'ironie face à cette observation. Plusieurs mois auparavant, quand Matthew n'était encore à ses yeux que le visage austère de la Justice magique, ce surnom lui aurait semblé des plus appropriés ; aujourd'hui, elle n'en était plus si sûre. Derrière la réputation sans tache et l'obsession pour la loi se cachait un homme aux intentions équivoques que même ses talents de Legilimens ne suffisaient pas à percer à jour. *

« La Justice magique n'a jamais fait partie de mes attributions. Je travaille au Département des Mystères, et croyez-moi, aucun texte de loi n'en a jamais passé les portes. »

* Peut-être parce qu'il exigeait une confidentialité absolue, le Département des Mystères avait toujours attiré ceux pour qui la dissimulation était une seconde nature. Et les secrets qu'ils cachaient étaient rarement innocents. D'Augustus Rookwood à la propre mère de Deborah, les traîtres et les manœuvriers avaient toujours prospéré comme Langues-de-Plomb. Même ceux dont les intentions étaient plus honorables faisaient peu de cas des lois du monde magique si elles menaçaient leurs découvertes. Le savoir était leur priorité. Et le secret les protégeait.
Deborah n'avait donc eu aucun mal à y trouver sa place - dans l'hostilité, certes, mais quelle importance ? Elle travaillait seule et n'avait pas besoin de l'admiration de ses collègues. Leur subordination lui suffirait en temps voulu. Et encore une fois, Milan toucha juste. *


« L'essentiel, c'est de ne jamais se retrouver au milieu. La rigueur et l'autorité ne pèsent que sur ceux qui sont trop faibles y échapper. Je suis sûre que vous ne vous soumettez pas à l'incompétence de vos Professeurs... la preuve, vous pourriez probablement rester ici toute l'année et tout de même décrocher plus de BUSEs que tous vos camarades. Je me trompe ? »

* Elle adressa un coup d’œil inquisiteur à Milan. Malgré son apparente indifférence aux étudiants qu'elle côtoyait lors de sa carrière à Poudlard, elle avait toujours aimé faire des paris sur leur potentiel, leur réussite. Auditionner les candidats à sa formation était parfois un plus grand plaisir que sa formation elle-même. Et à cet instant, elle aurait été prête à parier que ce jeune homme pouvait aller loin. *

« Pourquoi ne pas la confier à des Médicomages, dans ce cas ? Votre père en a fait votre responsabilité, apparemment. Faites-en celle de professionnels. »

* Elle piqua un nouveau bout de fromage pour ponctuer sa remarque. *

Milan Inglewood
7e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 4321
Titre : Re : Sommes nous vraiment à notre place ? Feat Deborah Chloé Parker
Créé : 13/12/2017 à 19:46:35 - Modifié : 13/12/2017 à 19:47:18

*  Le Département des mystères était sans doute la partie la plus secrète du Ministère de la Magie, propice aux théories du complot mais Milan doutait qu'elle répondre à la moindre de ses questions à ce sujet. Il jugea donc inutile d'en poser. Autant chercher à heurter un mur tout en pilotant un Éclair de Feu. La jeune femme semblait l'avoir cerné. Peut-être que la réputation de Milan le précédait déjà au Ministère de la Magie à moins que ce soit simplement un compliment cherchant à le flatter, à le caresser dans le sens du poil. Il fallait faire attention avec ce genre de manœuvre. C'était souvent un jeu dangereux. *

« Bien plus que la plupart d'entre eux. Poudlard est envahit par les béotiens. La plupart des élèves sont des gens médiocres qui se complaisent dans leur fainéantise et leur idiotie. Triste constat. Certains possèdent un réel potentiel mais ils préfèrent le gâcher dans des choses futiles et frivoles.»

* La conversation revint à nouveau à la réalité. La question de la jeune femme était intelligente et juste. Il ne disposait malheureusement pas de la réponse totale. Milan ne pouvait qu'émettre des hypothèses par rapport aux paroles et au comportement de son père. Il ne pouvait lui fournir de meilleures arguments. *

«Je l'ignore. Je pense qu'il a une sainte horreur de la médicomagie et qu'il veut éviter d'attirer l'attention sur lui. Vous imaginez si on lui donnait quelques jours de congés pour qu'il s'occupe de son épouse ? C'est sans doute impensable dans son esprit. J'ai bien essayé de le convaincre mais apparemment ma parole n'a pas assez de poids pour faire pencher la balance.»

* Il s'agissait d'un simple constat. Seul Romulus possédait la réponse totale mais il se doutait bien que son fils de la recevrait pas à moins qu'il ne change d'avis. Pour Milan seul un adulte serait en mesure d'avoir assez de poids pour faire prendre conscience à son paternel de l'importance de confier son épouse à des professionnels et de laisser son brillant fils reprendre ses études là où il les avaient laissées. *

« Peut-être que si un ou une employé(e) du Ministère de la Magie lui suggérait l'idée, elle commencerait à germer dans son esprit. Le fromage semble être à votre goût. Peut-être vous donnera t-elle assez d'énergie pour lui parler ou parler à votre bon ami au sens de la justice si prononcé.»

* Un sourire en coin s'afficha sur ses lèvres. Il n'était pas simple d'influencer un adulte mais ils restaient des humains comme les autres. Plus réfléchis certes, mais humains tout de même. Si elle semblait tant intéressée par ses études, elle devait en théorie vouloir lui donner un petit coup de pouce ! *
Deborah Chloé Parker
Veilleuse
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 6245
Titre : Re : Sommes nous vraiment à notre place ? Feat Deborah Chloé Parker
Créé : 20/11/2018 à 17:58:42

* Dans l'assiette, les morceaux de fromage se faisaient rares, et Deborah sortit sa baguette magique pour y remédier. L'idée de manquer de fromage l'inquiétait de toute évidence bien davantage que les problèmes de Milan. D'ailleurs, il ne faisait pas grand doute que sa conversation avec le jeune homme ne suffisait pas à expliquer pourquoi elle s'attardait dans cette pièce qui, à l'image de Romulus, manquait de fantaisie au point de paraître glaciale.
Cela ne signifiait pas pour autant qu'elle était indifférente à la situation difficile dans laquelle se trouvait son interlocuteur. Ses parents à elle lui avaient aussi posé son lot de problèmes - mais, avec le recul, jamais autant de leur vivant qu'ils l'avaient fait en étant assassinés. *


« Mmh. Je ne suis pas sûre que ces quelques bouts de fromage vaillent les efforts que tu me demandes... »

* Mais quelque chose d'autre les valait peut-être. Matthew trouverait le moyen d'utiliser cette situation pour affaiblir Inglewood et renforcer sa propre position. Il n'était pas glorieux de confier les soins de sa femme à son jeune fils comme on se débarrasse d'une tâche ingrate en la donnant à un subordonné. Une telle décision pouvait écorner l'image de Romulus, et il était toujours difficile de réparer ce genre d'accroc. Mais si Inglewood s'éloignait pour soigner sa femme, son emprise sur le Département de la Coopération Internationale se relâcherait - d'un rien, certes, mais cela pouvait toujours suffire. Dans tous les cas, Matthew en sortirait renforcé au Ministère de la Magie, une chose qui ne pouvait que la servir, elle, en retour.
Quant à savoir si Matthew utiliserait cette information... Elle n'avait guère de doute à ce sujet. Les derniers mois passés en sa compagnie lui avaient appris que son fiancé était moins lisse qu'il ne le laissait à deviner. Non seulement il utiliserait l'information, mais il le ferait en plus sans qu'on puisse remonter jusqu'à lui. Et donc, jusqu'à elle.
Le regard pensif de la jeune femme se transforma en clin d’œil tandis qu'elle terminait de mâchouiller un bout de fromage. *


« Mais qui suis-je pour faire obstacle à la scolarité d'un jeune Serpentard plein de promesses ? Je verrai ce que je peux faire. Inutile de mentionner que nous en avons discuté, cela dit. Cela pourrait s'avérer... contre-productif. »

* Elle décocha un sourire sans humour, avant de demander, à moitié intéressée : *

« Alors, dis-moi, si tu ne perds pas ton temps dans toutes ces choses futiles qui font tourner les esprits faibles de tes camarades... comment t'occupes-tu à Poudlard ? où exerces-tu tes talents ? »

* Elle espérait de tout cœur qu'il ne répondrait pas "à la bibliothèque". Elle voulait bien s'intéresser à lui pour éviter Matthew et Romulus, et pour continuer sa dégustation, mais il y avait des limites à ce qu'elle pouvait endurer. *

Milan Inglewood
7e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 4321
Titre : Re : Sommes nous vraiment à notre place ? Feat Deborah Chloé Parker
Créé : 21/11/2018 à 22:44:06

* La jeune femme, comme la plupart des sorciers normalement constitués, hormis ceux frappés du blason du blaireau, ne se laissait pas corrompre par de la nourriture ce qui était somme toute normal. Cependant, l'Inglewood ne lui demandait pas non plus de soulever des montagnes, que du contraire. *

 «  Je ne vous demande pas la lune. Juste quelques mots glissés innocemment au cours d'une conversation. Il y a bien pire comme service et bien plus coûteux.»

* Finalement la dame revint sur sa décision et accepta de tenter le coup même si elle le mit en garde sur le fait d'en parler à quelqu'un. Milan n'était pas né de la dernière pluie et cette conversation restait strictement privée et ne serait pas répétée. Il fallait être un Gryffondor pour parler ouvertement de ce genre de sujet sans même réfléchir aux conséquences ou simplement les imaginer. *

 « Ha bon nous avons parlé de quelque chose en particulier ? Je n'en ai pas le souvenir.»

* Puisqu'elle s'intéressait à ses activités lors qu'il fréquentait les bancs de Poudlard, le jeune homme allait lui servir une liste non exhaustive. Comme à son habitude, le Serpentard brillait dans tout ce qu'il entreprenait et il en allait de même pour les activités extra-scolaires ou les divers clubs que comptait cette institution scolaire prestigieuse. *

 « Du Quidditch. Je suis poursuiveur dans l'équipe de Serpentard. J'aime expérimenter de nouveaux sortilèges et potions aussi. Ou tenter de reproduire certaines d'années supérieures. Ce n'est pas toujours facile de trouver des cobayes mais parfois, certains élèves se portent volontaires. La pratique et la réflexion me permettent d'exprimer mes dons. Puis sinon, je fais des choses assez classiques comme passer du temps avec les rares personnes que j'estime et considère comme mes proches. J'apprécie aussi évaluer la stupidité de mes condisciples des autres maisons mais ce serait bien trop long à expliquer.»

* S'amusant de la tournure de la conversation, le cinquième année regrettait amèrement de ne pas pouvoir faire une démonstration à son interlocutrice mais il ne pouvait malheureusement pas utiliser la magie en dehors de Poudlard. Au lieu de cela, il s'intéressa à la propre scolarité de Miss Parker. *

 « Et vous que faisiez vous à Poudlard pour tuer le temps après les cours ?»

Le Grand Escalier >> Monde magique >> Reste du monde

Retour en haut de la page



Vous avez besoin d'aide ? Rendez-vous dans la FAQ

Partenaires :
Écoles de Magie : Mana Wyrd - Harry Potter 2005 - Hogwartsnet - Habbo Magie Poudlard - L'académie Beauxbâtons
Monde Magique : Fédération du Quidditch Français - La Gazette du Sorcier - Wiki Harry Potter - Obscurus Presse - HP666 - L'Ordre du Phénix - Le Poudcast
Autres : Portail des jeux - Annuaire google

Toute reproduction en totalité ou en partie est interdite.
Les images et les noms relatifs à Harry Potter sont une propriété de la Warner Bros Corp. et J.K. Rowling.

© 2009-2012 Twelve Grimmauld Place - © 2012 Design par Wilde et Kate - Mentions légales

Optimisé pour Firefox 4, Google Chrome 6, Safari 5 et Opera 10.5