Le Grand Escalier

Le Grand Escalier >> Monde magique >> Reste du monde

Pages : <- 1 2 3 ->

La Valse de Sang
Julius Maxima
Préfet
Magizoologiste
3e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 3010
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 08/05/2019 à 09:27:27 - Modifié : 09/05/2019 à 23:00:13

Désolé du retard ><

Julius écouta le discours de Cassiopée en grinçant des dents. Tout ce qu'elle racontait était horrible, et terriblement convaincant. Julius ne comprenait pas comment on pouvait faire de telles atrocités sur des enfants. Des enfants ! Il aurait pu être l'un des enfants tués par le second homme. Il aurait pu être assassiné par la dernière femme et son mari. Tout ce qu'elle disait le faisait douter. Est-ce que les Moldus tuaient vraiment des sorciers ? Ou bien était-ce une histoire inventée de toute part pour les convaincre de les joindre ?

La mère d'Aileen posa une question à Cassiopée. Une question qui glaça le sang de Julius. Leur laisser l'honneur ? L'honneur de quoi ? De les tuer ? Plus le temps avançait, plus Julius était interloquée. Tous les gens ici, exceptés ceux de sa famille, trouvaient cela parfaitement normal d'exécuter des gens dans un salon de réception. Ils semblaient même y prendre goût ! Et que pensais Aileen ? Était-elle d'accord ? Si c'était le cas, Julius avait bien fait de prendre la décision de l'écarter complètement de sa vie. Et Michael alors ? Comptait-il se rajouter à la boucherie générale ?

La jeune fille qui les avait rejoint tardivement semblait honoré à l'idée de tuer quelqu'un. Combien d'enfants meurtriers se trouvaient à Poudlard ? Avait-elle subit un lavage de cerveau ou bien trouvait-elle ça cool ?

Julius jetait des regards de degoût à tout le monde. Aux moldus, comme aux sorciers. Dans l'ensemble, c'était tous des meurtriers de toute façon.

Il fit un pas en avant, et ressentit une pression sur son épaule. Il tourna la tête. Son père le regardait inquiet. Il murmura :

"Ca n’est pas la seule solution. Si tu tues quelqu'un, Julius, cela te hantera toute ta vie. Toute ta vie."

Julius eut un soupir de soulagement. Son père n'était pas aussi brutal que les autres. Sa mère non plus. Elle le regardait comme si elle avait peur de la suite des opérations. Michael semblait bien partit pour tuer lui aussi. Mais Julius ne comprenait pas. A quoi ça leur avancerait ? A de la vengeance ? Mais quel intérêt ! Julius était bien placé pour savoir que de vengeance en vengeance, cela ne se terminait jamais. Seulement quand quelqu'un posait sa fierté de côté. Mais ça n'était pas de bêtes histoires d'adolescents pour quelques heures de colles. C'était la vie des gens !

"Je ne tuerais personne. Parce que les tuer signifierait s'abaisser à leur niveau. Ils ont tués des gens et vous en tuez aussi. Qui est le plus fautif dans l'histoire ?"

Il regretta presque immédiatement de tenir tête à des assassins. Et si il finissait comme les victimes des moldus ? Mais tué par des sorciers cette fois ?

Absent jusqu’au 30 août.

Membre de la brigade du Dawa.
Tu es grosse Maylysone.
Stitshere est dans la place
Brooke Osborn
1re année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 361
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 09/05/2019 à 22:33:17

Pile dans les temps (aa)

* Le silence planait lourdement dans la salle: tous écoutaient attentivement le discours de Cassiopée, et chacun semblait avoir sa propre réaction face à cette situation plus que dérangeante. Quant à Brooke, ses yeux restaient figés sur toute cette mise en scène, à la fois septique et perdue dans ses pensées. [ Si seulement je rêvais. Si seulement. ]

Elle refusait de croire le moindre mot de leur hôte. Même si les moldus devant eux n'étaient certainement pas des anges, ils ne méritaient pas une telle mort, et seule la justice de leur peuple pouvait leur donner une sentence. Eux, n'avaient aucunement le droit de se mêler de tout ça. Surtout s'il s'agissait d'une simple excuse pour tuer d'autant plus de gens.

Elle en avait presque envie de rire. Presque. Car il serait mal venu de le faire lors de pareilles circonstances, surtout si des êtres humains étaient en danger. Des monstres certes, tout comme celle leur faisant face. Les tuer pour un semblant de justice, une vengeance ? Hors de question. Mais contrairement à ses camarades, elle ne s'exprima pas.

Son regard se posa sur ses parents. Ils ne semblaient pas dérangés par tout ce petit spectacle. Toutefois, sa belle-mère revint à ses côtés, posant une main sur l'une de ses épaules. Une habitude qui se voulait être rassurante. Ce n'était même pas utile qu'elle prenne la parole. Brooke avait déjà compris le sens de son geste. "Nous ne te laisserons pas te salir les mains. Même pour d'abominables moldus."

Au moins, quelques uns étaient contre. Mais l'adolescente était dégoûtée. Dégoûtée par tous les autres, qui, restant dans le silence, ne faisaient qu'approuver les dires de Cassiopée. Les toléraient. Elle avait aussi un grand sentiment de révulsion, face à une fille semblant pleinement joyeuse par la boucherie promise. Et surtout, elle n'en revenait pas d'être ici, tout ça à cause de ses parents.

Ainsi, elle eut un regard rempli de colère envers sa belle-mère. *


Dit is jou skuld as ons hier is. Jou skuld beide. (C'est de votre faute, si nous sommes là. Votre faute à tous les deux.)
Die beskerming van ons s'n is noodsaaklik. Dit is ons plig. (La protection des nôtres est essentielle. C'est notre devoir.)
Joune? Eerder sy. U is slegs pionne. (La vôtre ? Plutôt la sienne. Vous en êtes que les pions.)
Ons sal weer daaroor praat as ons terugkom. Intussen sal jy niemand doodmaak nie. (Nous en reparlerons lorsque nous serons rentrés. En attendant, tu ne tueras personne.)


* Brooke fulminait. Tout ceci n'était qu'une vaste plaisanterie. Son père, ne disait rien. Il approuvait silencieusement. Ce qui plongea l'adolescente dans une colère encore plus noire. *


#3a1b42
Camille Dubois
Chroniqueuse VIPère
Scrout Premium
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2423
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 13/05/2019 à 23:12:04

* Camille fixe une à une ces familles aux réactions si différentes. Certaines ont hâte, croyant deviner le plan de sa mère, stupides familles. Certaines sont indignées, pensant qu'elles n'auront pas le choix de se salir les mains et leurs âmes, innocentes familles. Mais ce n'est que le rire clair de Cassiopée, sans aucune joie pourtant qui s'élève alors qu'elle fait un geste d’apaisement. Sa voix emplie d'un charisme surnaturel fait taire les possibles murmures de la salle. Et même les gémissements des moldus ne se font plus entendre. *

Voyons. Nous ne sommes pas des meurtriers. Nous ne faisons que nous défendre, nous battre contre des injustices. Ces moldus repartiront dans leurs prisons respectives ce soir. Mais il y a des destins pire que la mort, Camille, donne nous un exemple, ma douce.

* L'adolescente s'avance sous les regards des sangs purs. Elle connait sa place, comme une pièce de théâtre, elle se persuade que ce n'est qu'un rôle. Elle n'a pas le choix après tout. D'un claquement de doigts, la première cage change d’apparence. Elle est maintenant faite de verre, ou d'un matériau ressemblant. La femme moldue pose ses mains décharnée sur le devant, son souffle créant une légère buée sur la vitre. Mais elle n'a pas le temps de trop appesantir, Camille d'un coup de baguette, crée un torrent d'eau au dessus, et remplis inexorablement la cage. En quelques minutes l'eau passe des chevilles, à la taille, puis au visage de la moldu. Camille continue, sans fléchir. Elle n'est plus vraiment là, tout ceci se passe en dehors, elle se protège.

Alors que la moldue commence à paniquer, ses yeux s'agrandissant alors qu'elle commence à manquer d'air, Camille ne fait rien. La cage est remplie. Elle se tourne comme une marionnette vers sa mère, qui attend que la moldue perde connaissance, après s'être jeté violemment contre la vitre, pour faire évaporer l'eau comme si elle n'avait jamais existé. Un filet de liquide sort de la bouche de la femme qui toussote, seule preuve qu'elle est encore rattachée à la vie. *


Elle a noyé son bébé, son pauvre petit, dans une baignoire. Ce n'est que le juste retour des choses vous ne trouvez pas ? Mais ce ne sont que des amusements. Des petites surprises, pour vous, mes soeurs, mes frères. Unis contre ceux qui nous veulent du mal, unis dans ce But Commun.

* Cassiopée balaye la salle de son regard glacé, ses paroles raisonnant, s'imprimant dans les esprits. La légilimens utilise son don naturel, et Camille ressent les antennes de sa mère au tréfonds de son âme. Ils ne peuvent qu’adhérer, tout leur hurle, les faits, et maintenant leurs esprits. *

Si nous sommes réunis ce soir, ce n'est pas pour se venger de ceux qui ne nous méritent pas. Non, je vous propose une protection, une famille, et surtout pour ceux qui vous importe plus que personne. Vos héritiers, vos héritières, ils sont vos trésors le plus précieux.

* Elle s'approche de sa fille, posant sa main glacée sur les épaule de Camille. *

Vous feriez n'importe quoi pour vos enfants, pour les protéger, n'est ce pas?



Now I'm slipping through the cracks of your cold embrace
Ellana Spleen
Gardienne des lieux
Examinatrice ASPIC
Chroniqueuse Chicaneur
2e année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 2657
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 14/05/2019 à 22:14:25

C’est un éclat de rire sans humanité qui ramène le silence parmi les diverses familles. Infiniment élégante, Cassiopée reprend la parole pour abreuver son auditoire de la suite du spectacle. Ellana ne sait si elle doit éclater de rire, vomir, serrer des dents ou souffler de soulagement. Bien évidemment, elle ne fait rien de tout cela. A l’image d’une statue, son visage n’exprime aucune émotion tandis que ses yeux bleus fixent intensément l’oratrice et que son corps se détend imperceptiblement. Ce soir, elle ne tuera personne. Elle ne prendra pas la vie de ces moldus, aussi coupable soient-ils. Mais s’il ne s’agit pas de ça, quel est le piège ?

Hazel elle, semble presque déçue qu’un carnage n’est pas lieu laissant sa petite fille pleine de rage contenue. Si elle le pouvait, si elle en avait actuellement le pouvoir, Ellana les tueraient, elle et cette ignoble Dubois. Alors qu’elle ressasse pour une énième fois son futur parricide, elle se délecte mentalement de ce spectacle pour ne pas flancher tandis qu’elle observe la vipère répandre un torrent d’eau dans la cage maintenant faite de verre de la moldue. Ellana aimerait tant détourner les yeux de cette horreur, ne plus entendre le rire étouffée et amusée de sa grand-mère, se convaincre que sa vie n’est pas devenu l’un de ses pires cauchemars. Oui, Cassiopée à raison : il existe des choses pire que la mort. Cette pensée amère la traverse en même temps qu’un flot d’images sordides, est-ce ainsi que son père est mort ? Dans une agonie douloureuse ?

Heureusement, le spectacle ne dure pas plus longtemps et la sorcière sent ses poumons inspirer à nouveau. Elle ne s’était même pas rendu compte qu’elle retenait son souffle. C’est les oreilles légèrement bourdonnantes qu’elle écoute attentivement la suite. Quelque part, elle sent une présence frôler sa conscience. Cassiopée. La garce utilise ses dons de légilimancie. Prudente, elle chasse immédiatement toutes pensées haineuses ou compromettantes pour feindre, jusque dans l’intimité de son âme, un consentement absolu à cette cause. Elle a beau ne pas être une occlumen, avant de venir ici elle a lu tout ce qu’elle pouvait sur le sujet. Maintenant, elle n’a plus qu’à prier pour que l’intrusion n’aille pas plus loin.

Enfin, la sang-pur, doucereuse, pose une question qui fait frémir Ellana. Le danger est là, omniprésent mais ne pas savoir ce que compte faire la majestueuse femme l’angoisse profondément. Évidemment, ce n’est pas le cas d’Hazel. Fidèle à la cause, pour ne pas dire fanatique, elle s’avance d’un pas gracieux en direction de sa collaboratrice de longue date.


Tu sais ce qu’il en est de mon côté Cassiopée. Tu sais combien le But Commun me tient à cœur et jusqu’où je suis prête à aller. Ma fille, elle, m’a brisé le cœur avant que je ne l’en raye définitivement. Le plus dur a été d’admettre que je n’aurais pas d’héritière mais, tel un don du ciel, Ellana est apparue. Je ferais tout pour la protéger de ces…

Elle désigna d’un geste hautain et méprisable les cages et leurs occupants…
Choses.
Je donnerais tout pour qu’elle vive en sécurité dans un monde dépourvu de ces ignominies.































"La liberté et l'indépendance ne se développent pas dans le secret, mais à la lumière de nos choix"
Aileen Verran
Relations moldues
Chroniqueuse VIPère
Scrout Premium
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 1151
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 17/05/2019 à 18:23:41

Les réactions furent mitigées. Le regard de certains se remplit d'horreur. D'autres semblaient y prendre une sorte de plaisir malsain, comme les parents d'Aileen. Cette dernière les regardait avec un dégoût non dissimulé. Comment pouvait-on faire cela? Elle ne faisait même plus attention aux autres, regardant avec effroi l'eau qui remplissant petit à petit l'espace. Et le regard neutre de Camille. Préfète de Serpentard. Membre honorable de sa Maison. Aileen savait qu'elle n'adorait pas les moldus, mais ne la pensait pas capable d'agir ainsi. Jusqu'où allait-ell aller? La femme était maintenant en apnée. Quand la jeune Dubois allait-elle s'arrêter?

Elle allait crier. Lui demander d'arrêter. Mais l'air emplit à nouveau la prison de la moldue, qui s'étouffait. C'était inhumain. Les moldus comme les sorciers avaient une justice, ce n'était pas pour la rendre soi-même. Le regard de la Verran lançaient des éclairs. Les adultes, eux, écoutaient Cassiopée avec un léger sourire mauvais. Elle était tombée dans une mauvaise famille. Quand comprendraient-ils qu'ils ne sont pas mieux que ces moldus dont ils disent être supérieurs?

Un trésor. Etait-elle le trésor de ses parents, elle? Est-ce qu'ils feraient tout pour la protéger, comme le disait si bien la maîtresse de maison? Elle n'en savait rien. Elle se le demandait, maintenant.

Un sursaut. Elle n'avait pas fait attention aux dernières personnes qui étaient arrivés. Mais elle sursauta en entendant un nom. Ellana. Elle était là, juste sous ses yeux. Alors, elle connaissant l'existence de cette Organisation. Aileen ne fut même pas abasourdie. Tout cela était bien trop déconcertant et déstabilisant pour qu'elle songe vraiment à Ellana.

Elle sentit une présence dans son dos. Elle n'eut pas besoin de se retourner pour voir qu'il s'agissait de son père. Elle ne voulait pas se retourner. Elle ne voulait pas voir son visage, ce rictus qu'il arborait.


Je suis certain qu'Aileen suivra avec brio notre voie. Je n'hésiterai devant rien pour la protéger de ces êtres. Votre Organisation est louable pour cela, chère Cassiopée. Je sais que nos enfants ne risquent rien sous votre protection.

Il regarda les moldus enfermés. Si leur hôte les avait amenés ici, ce n'était sans doute pas simplement pour qu'ils soient observés. Que leur réservait-elle, à tous? Il observa Aileen. Sa fille n'était pas parfaite, non. Mais il ne doutait pas qu'elle irait dans le droit chemin. Sa découverte de l'Organisation aiderait sûrement.

Que faisons-nous d'eux?

Merci Cami la plus bonne bonne bonne
de mes copines pour ce kit trop styley

♫ J'veux des problèmes... ♫
Michael Bristow
Joueur de Quidditch
3e année
[Avatar]
Poufsouffle
Messages : 1098
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 02/06/2019 à 19:53:23

* Michael détourna le regard de la jeune femme alors qu'elle coulait sous l'eau que Camille faisait apparaître dans la cuve. Il détourna les yeux mais sentit qu'elle débattait pour survivre dans son dos, et son enfant ne s'était-il pas battu pour survivre aussi ? Et contrairement à eux, elle ne l'avait pas retiré de l'eau à la dernière seconde.

Il sentait en lui le conflit interne entre l'envie de vengeance, enfin plus de justice et le désir de rester sur le côté et respecter la vie humaine.

Cassiopée misait sur la paranoïa qu'elle venait d'instaurer, évidemment que les parents avaient peur.
Sa mère vint à ses côtés et posa ses mains sur son épaule et le tint fort. Ca y est, elle avait touché sa mère mais son père était moins dupe qu'elle. Il pressentait que quelques chose n'allait pas et il la regarda avec méfiance.

Michael quand à lui était troublé par ce qui venait de se passer. Evidemment qu'il se protège les uns les autres c'était évident mais son instinct lui dit que quelque chose n'allait pas. Il regarda Camille comme pour chercher des réponses.

Sa mère regarda son frère comme pour chercher en lui un allié, un réconfort. C'était normal de se tourner vers sa famille mais son propre fils tremblait légèrement de peur et de stress. *


J'ai peur Papa, il va se passer quoi ?


* Il détestait admettre ses faiblesse mais il avait vraiment peur là et voulait juste s'en aller de cette mascarade. Chaque invité lui donnait presque envie de vomir mais il n'osait pas parler, de peur de subir le même sort. *

Brooke Osborn
1re année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 361
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 03/07/2019 à 15:34:02

Moi, avoir du retard ? (aa)

Les Osborn feraient-il tout pour protéger leur désormais seule et unique héritière ? Sans hésiter. C'était leur point faible, leur affection envers Brooke: et la possibilité qu'elle soit en danger pouvait être l'unique raison pour les pousser à se ranger du côté de Cassiopée Dubois. Et c'était déjà chose faite. Les yeux posés sur l'horrible scène se déroulant devant eux, le couple ne semblait être d'autant plus perturbé par tout ceci. Seule la détresse de la femme était dérangeante. Difficile à supporter.

Nous la protégerons contre ces horribles individus s'il le faut, évidemment.

Autour d'eux, les réactions étaient diverses: une partie semblait être d'une satisfaction presque malsaine, tandis que d'autres restaient plongés dans un silence équivoque. Au milieu de tout ceci, Brooke restait choquée. Choquée par le fait que tant de choses pareilles puissent se produire, sans que personne ne dise quoique ce soit. Bien évidemment, elle ne montrait rien de tout ceci: son visage restait impassible, tandis qu'elle essayait de contrôler le tumulte de ses sentiments derrière ce parfait masque.

Qu'allons-nous faire à présent ?

Jonah posa une main sur l'épaule de Brooke, tout en restant derrière elle. Cette dernière ne voulait pas se retourner. Elle ne voulait pas voir l'expression du visage de son père, qu'importe ce que c'était. Sa colère ne cessait de s'amplifier. Colère contre ses parents, toutes les personnes présentes mais aussi contre le monde entier. En cet instant même, elle aurait préféré s'enfuir loin de tout, sans revenir. Mais elle n'en avait pas la possibilité. Et la première chose la retenant était son devoir d'héritière.

Mais il y avait Gage, son cousin. Il était encore si jeune, par rapport à Brooke, que cette dernière ne pouvait s'empêcher de le protéger. S'il lui arrivait malheur, elle s'en voudrait toute sa vie. Elle le savait. Alors elle allait rester, pour le protéger. Il ne devait pas être témoin de ce genre d'atrocités. Il avait déjà assez souffert. Toutefois, elle lança un regard froid à sa belle-mère.


Ek bly vir Gage. Ek wil nie hê hy moet seergemaak word deur jou skuld nie. (Je reste pour Gage. Je ne veux pas qu'il lui arrive malheur par votre faute.)


#3a1b42
Julius Maxima
Préfet
Magizoologiste
3e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 3010
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 04/07/2019 à 10:03:38

Julius souffla malgré lui. C'était un rapide souffle de soulagement. Souffle qui se coupa net quand il entendit la suite des propos de la Dubois. Ils ne tueraient pas. Ils tortureraient. Non. Julius ne ferait rien de tout ça. Il ne tuerait ni ne torturerait. Les moldus faisaient des choses mal, par peur du sorcier, mais ce qu'ils étaient en train de faire, là , n'était-ce pas la même chose ? N'agissaient-ils pas par peur du Moldu ? Par peur du mal qu'il peut leur causer ? C'était un cercle vicieux, une vengeance éternelle.

Julius ferma les yeux sous la vision de la femme en train de se noyer. Il était perdu, ne sachant plus vraiment où il était. Lorsqu'il les rouvrit, ça n'était plus la femme, mais un enfant de 8 ans. Il les referma à nouveau pour revenir dans le monde réel et quitter celui des souvenirs. Il se tourna vers ses parents, d'un regard implorant. Ils avaient compris. Et eux ne comptaient pas suivre le mouvement non plus. Ils n'étaient pas comme ça. Ils ne toléraient pas la violence faîte par simple dégoût de l'autre. Julius était silencieux, muet et droit. Il n'affichait presque aucune émotion. Kendra prit la parole.

"Je veux la sécurité pour mes enfants."

James ouvrit la bouche, comme tétanisé par ce que sa femme allait dire. Il sembla retenir son souffle. Allait-elle rejoindre Mme Dubois et toute sa troupe ? Julius lui, était effrayé aussi. Il venait déjà de voir Aileen, du moins, se parents, se joindre à eux. Il ne pourrait jamais plus la regarder en face, si il la voyait torturer des gens qui ne lui avaient personnellement rien fait.

Kendra reprit la parole.

"Et je ne pense pas que les exposer à la torture de Moldus soit la meilleure solution. Nous partons."

Julius eu un soupir de soulagement. Ils s'en allaient. C'était fini. Terminé. Mais Cassiopée les laisserait-elle partir ?

Absent jusqu’au 30 août.

Membre de la brigade du Dawa.
Tu es grosse Maylysone.
Stitshere est dans la place
Camille Dubois
Chroniqueuse VIPère
Scrout Premium
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2423
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 04/07/2019 à 21:46:47

* Cassiopée eut un sourire satisfait, ces familles lui mangeaient dans la main. Sauf une. La Dubois s'avança vers Kendra Maxima, sa robe fluide semblait aspirer toute la lumière autour d'elle, elle esquissa un sourire glacial, et sa main se leva, caressant la joue de la femme comme une petite fille. Ses yeux de glaces brillèrent un instant et son sourire s'élargit, dans sa main apparut la même boite ouvragée qui avait servit aux familles à venir au château Dubois. *

Vous êtes libre de partir. Mais je vais être transparente avec vous, comme toujours. Ce portoloin est lié à un charme puissant, vous oublierez toute cette soirée. Tous. Ainsi que le lieu. Vous comprendrez que ce n'est qu'une protection pour toutes les personnes ici présentes.

* Elle posa la petite boite sur un meuble. *

Vous avez donc le choix. Rester ou partir et oublier tout ceci. Vivre dans un monde où vous serez aveugle devant cette espèce qui grouille pour nuire à nos héritiers. Et vous avez tous ce choix. Se battre ou fermer les yeux.

* Se détournant de la famille Maxima, les laissant face à leur choix, Camille vit sa génitrice se placer au centre de son public. C'était la première phase, la préfète posa son regard sur chacun des enfants qui allaient de toute les manières entrer dans l'Organisation.

Un regard de sa mère, Camille s'avança à ses côtés, elle sentit que sa mère remontait sa manche évasive, agrippant son poignet de sa main gelée. La rune au creux de son coude fut montrée à tous, comme une victoire. *


Ceci, mes chers frères, mes chères soeurs, c'est la protection pour nos enfants. Nos précieux enfants. Grâce à elle, ils seront protégé, lié jusqu'à leur majorité à notre Organisation, notre Famille. S'ils sont attaqués, s'ils risquent un moindre danger, NOUS les protégerons.

* Elle désigna les moldus gémissant dans leur cages. Sa voix entrant dans les esprits, persuadant de croire à ces actions, à cette rune jusqu'à la moindre fibre de leur être. *

Mais rien ne vaut, une démonstration. Camille.

* D'un coup de baguette, Cassiopée fit disparaitre la cage d'un des hommes, celui qui paraissait le plus calme, le meurtrier de quatre étudiante. Camille s'avança, calme, elle aussi. Elle savait ce qui allait se passer. Toute l'assistance pouvait voir qu'elle n'avait pas sa baguette, celle ci était bien cachée, dans une poche intérieure, dans le creux de sa taille. Mais elle ne la sortit pas.

Est ce l'homme était drogué ? Peut être. Ou était ce une pulsion ? N’empêche que lorsque Camille fut près de lui, il se jeta sur elle. La violence du geste put surprendre, Cassiopée n'esquissa pas un geste, son regard froid jaugeait la scène, sans aucune émotion.

Alors que les mains de son agresseur se refermait sur son cou, la rune se mit à luire d'un bleu froid. Et la magie fit le reste. Le moldu fut propulsé loin, des zébrures bleus parcourant son corps. Son corps fut pris de convulsion, et il s'écroula, inconscient.

Camille, elle, pâlit, et tomba à genoux, affaiblit. Ce fut seulement à ce moment que sa mère s'approcha, la soutenant, alors qu'elle passait une main sur le front de sa fille, un faux sourire doux sur le visage. *


Alors, êtes vous prêt à réellement les protéger ? Rejoignez moi, et je vous jure, que plus personne ne touchera un cheveux de leur tête, ou ils le payeront, tous.



Now I'm slipping through the cracks of your cold embrace
Marvin Harmonia
3e année
[Avatar]
Poufsouffle
Messages : 3717
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 05/07/2019 à 21:38:52 - Modifié : 05/07/2019 à 22:01:42

Dans un craquement sourd, Hector et Marvin Harmonia apparurent soudain dans le hall de la demeure des Dubois. Marvin semblait épuisé, et aussi serein qu'une poule au milieu d'une réserve naturel de loups. Hector, lui, dû faire appel à quelques sortilèges pour ne pas qu'on voit les cernes qui témoignaient de ses virées nocturnes, le plus souvent sans son consentement. En un instant, Cassiopée avait pulvérisé le bon fonctionnement de la famille Harmonia. Et Hector travaillait, en secret bien sûr, d'arrache-pied pour sortir ne serais-ce que son fils de pétrin. Mais jusqu'ici, il ne trouva rien de concluant. Le mieux qu'il pouvait faire, c'était de fermer complétement son esprit à la légilimens accomplie que représentait Cassiopée. Il dressa même des pièges dans son esprit, au cas où elle oserait appliquer la légilimancie sur lui. Par contre, impossible de protéger Marvin contre la légilimancie. Malgré les cours particuliers que lui donnait son père, il était vraiment un piètre occlumens. Ou peut-être étais-ce l'enseignant, qui était catastrophique ?

Alors le voilà maintenant tenu en laisse par cette folle furieuse. Au fond de lui, Hector était en rage. Au départ, il ne souhaitait pas aller à cette soirée. Il n'en avait que faire. Et pourtant, il apprit, dans la soirée, qu'une des familles eut la bonne idée de ne pas avoir prit à temps leur portoloin pour la soirée. Une fois prévenu, Hector s'habilla et emmena Marvin avec lui, le jeune garçon pas vraiment enchanté à l'idée de retourner chez Camille. Tout dans sa demeure le terrifiait. Surtout la maîtresse des lieux, en fait.

Il n'était pas venu seul, à cette soirée. Il venait d'emprunter le même portoloin que la famille qu'il était chargé de ramener; la famille Andrews. Il lança un sourire ironique, les accueillant dans ce lieu avec si peu de lumière.


« Charmant, n'est-ce pas ? Suivez-moi. »

Marvin suivait à petit pas son père. Malgré le fait qu'il connaissait un peu Mily, il ne voyait aucune autre figure rassurante que son propre père, pourtant si froid et distant, dans cette soirée. Marvin connaissait sa position, contre toute attente. Hector les emmena dans la salle juste à côté, à savoir la salle de réception. Marvin ne put s'empêcher de glapir en voyant ces pauvres moldus en cage, horrifié. Par Merlin ... Jusqu'où la cruauté de Cassiopée ira-t-elle ? Hector, lui, sembla même pas faire attention aux contenues des cages, visiblement pas surpris.

Mais ce n'était absolument pas pire que la vision devant la cage. Un moldu s'était jeté sur Camille. Un nouveau glapissement. Le blondinet secoua la manche de son père.


« P-Père ... »

Il lui intimait d'agir. De sauver Camille. Qu'est-ce qui lui avait prit à ce moldu ? Mais Hector ne réagit pas. Il ne fut pas plus choqué que si Camille fut attaquée par une mouche. Un éclair bleuté ramena soudain le regard du jeune garçon, tandis que le moldu était propulsé à quelques mètres de Camille, inconscient. Hector avait soutenu la scène, un regard neutre et froid. Il applaudit. Lentement. Doucement.

« Eh bien, je vois qu'on s'amuse bien, ici. »

Marvin rougit. Ils étaient retardataires. Tout le monde devait se demander ce que diable ils fichaient ici. Il n'aimait pas ce sentiment. Hector salua de la tête la famille Maxima, semblant vouloir partir. D'un signe de la main, il invita les nouveaux venus à le suivre un peu plus. Pas vraiment intéressé par les autres personnes présentes, Hector alla droit vers Cassiopée. Ne perdant pas sa galanterie, et malgré tout le dégoût qu'il avait envers les Dubois, il saisit la main squelettique de la jeune femme pour y déposer un baiser. Cette façon de saluer une femme n'était peut-être pas de court en France. Et une partie de l'adulte espéra sincèrement que cela gênerait Cassiopée.

« Bonsoir, Cassiopée. Pardonnez mon retard. Ravissante robe. Je nous ai amené quelques nouveaux invités, qui ont ratés leur portoloin. »

Il montra d'un élégant geste de la main les nouveaux venus. Marvin baragouina un très timide bonjour à la femme, n'osant pas croiser son regard. Cette femme lui faisait très peur. Il ne voulait pas rester ici. Il voulait se faire tout petit. Partir, fuir cet endroit. Hector, lui, semblait suffisamment à l'aise pour attaquer Cassiopée sur sa robe. La jeune femme, en effet, semblait porter uniquement du noir.

Hector balaya rapidement du regard les nombreuses familles présentes. Ces familles étaient toutes misérables. Toutes se laissaient berner par la Dubois, se laissant mettre la laisse autour du cou. Il ne pouvait guère le dire, mais il admirait la famille Maxima, qui faisait le bon choix selon lui. Mais lui, cependant, était chargé de montrer que c'était les autres qui faisaient le bon choix. Marvin n'osait regarder personne. Il espérait qu'ils étaient en fin de soirée ...

Surdoué - RPGiste - Chèvre - Animagus - Phénix




Où ne suis-je pas disponible pour un RPG ?
Les Serres - Poudlard Express - Cuisines - Bibliothèque
Mily
3e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 2453
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 06/07/2019 à 11:56:40


Mily lassa les fils de sa robe sur son dos, les attachant d'un nœud papillon qu'elle fit rapidement. C'était une robe simple, ni trop courte ni trop longue, faite d'un satin mauve doux. De quoi ne pas trop attirer l'attention sur elle, comme elle essayait de le faire à chaque soirée où elle était conviée.

La jeune fille jeta un regard à May Jenner, qui était perdue dans ses pensées, les yeux sur le plafond. La fillette s'était introduite chez elle sans que sa mère ne s'en aperçoive, et par je ne sais quel stratagème avait réussi à entrer dans sa chambre, pour lui parler de « Ô combien les gens étaient énervants » à ses yeux. La première fois que la Andrews avait vu la Gryffondor chez elle, elle avait failli faire une crise cardiaque. Mais au fur et à mesure de ses venues surprises, elle s'était de plus en plus habituée, et avait simplement décidé de laisser passer. Tant que sa mère ne s'en apercevrait pas..

Elle soupira, avant de se concentrer sur son reflet de nouveau. Son teint était plus vif que d'habitude, plus posé, ses cernes moins voyantes que d'habitude grâce aux somnifères qu'elle avait pris la veille, qui l'avait fait dormir comme une enfant. Mily en aurait bien besoin, de ces heures de sommeil gagnées, parce qu'elle sentait que sinon, elle s'endormirait dans la demeure des Dubois.

Après s'être assurée d'avoir pris une montre qu'elle accrocha à son poignet, et que sa baguette était dans la poche cachée sous la doublure de sa robe, elle regarda May longuement et fit.

J'y vais. Tu devrais juste rentrer chez toi.Un sourire vint fleurir sur ses lèvres, et elle fit, doucement. Tu feras attention à toi, hein ?

Puis, sans attendre la réponse de la plus jeune, elle ferma la porte derrière elle et elle descendit en trombe les escaliers, s'étant déjà faite assez attendre comme ça.

*

Un silence grave l'attendait, dans le séjour de la vaste demeure. Les regards de ses parents étaient centrés sur un objet, incrusté d'une pierre rouge sang - mais celui-ci ne ressemblait pas à l'objet qu'ils avaient reçu il y a de cela 1 semaine. Mily observa son père puis sa mère, et comprit subitement quelque chose. Avaient-ils raté l'autre portoloin ? Elle se sentit subitement mal à l'aise, entre ces deux parents, qui se jaugeaient comme s'ils s'étaient disputés.

Si Mily ne connaissait pas très bien Camille Dubois, la préfète de Serpentard, elle avait déjà beaucoup entendu parler de sa famille, qui n'était pas n'importe laquelle, non. Très influente et connue par les lignées de sangs purs, cette soirée devait forcément être importante aux yeux de ses parents. Alors pourquoi y être en retard ?

Mais déjà, le portoloin, un médaillon incrusté, scintillait, signifiant le départ imminent de la famille. La Andrews y posa sa main, et quand le tourbillon bien familier qui accompagnait leurs départs en portoloin se propagea, elle sentit sur son poignet se poser une main, qui s'y accrocha de toutes ses forces.

*

Ils arrivèrent dans le vestibule de la demeure des français. La jeune fille jeta un coup d’œil à son poignet, où elle y avait senti une main, puis observa les lieux autour d'elle. Personne. Peut-être avait-elle rêvé.

Un homme vint les accueillir, et à ses côtés, un jeune garçon que la Andrews connaissait déjà. Marvin Harmonia. Un Poufsouffle du même âge qu'elle, qui avait l'air.. et bien, terrifié. Elle passa une main dans ses cheveux bruns, et suivit ses deux parents et le père de Marvin - ou du moins celui qui semblait l'être ? - jusqu'à la salle de réception, à côté.

Là les attendaient une scène étrange. Non loin de cages remplis de ce qui semblaient être des moldus, au centre de la salle de réception, se trouvait celle qu'elle se souvenait être Camille Dubois et un homme, aux mains posées sur le cou de la jeune fille. Tout autour, les familles semblaient regarder le spectacle sans rien faire, ni réagir, et Mily fulminait, scandalisée. Qu'est-ce-qu'il se passait ? Pourquoi personne n'allait l'aider ? Et comme pour répondre à ses questions, un éclair bleu retentit, comme venant de la jeune fille, et le moldu fut projeté quelques mètres plus loin, tandis que la préfète s'écroulait par terre.

Là seulement la mère de celle-ci vint la soutenir, après avoir jaugé la scène d'un regard froid. Et ce qui vint suivre au silence de la scène furent d'abord ses paroles ; sans grand sens pour Mily, qui l'écoutait parler sans comprendre cette dame à la robe aux reflets chatoyants, noire comme la nuit. Puis les applaudissements, lents et réguliers, du père de Marvin, retentirent dans la salle, et la jeune fille se sentit nauséeuse.

Elle ne savait réellement ce que ce que cette scène avait provoqué en elle, mais elle savait juste que c'était inhumain. Elle ne connaissait ni la fille, ni l'homme enragé, mais ce combat lui rappelait juste les arènes de Rome dans l'Antiquité, et elle se demanda un instant si les sangs-purs avaient décidé de faire un soudain pas en arrière dans l'humanité. Elle jeta un regard furtif à ses parents ; sa mère, impassible, comme toujours, avait fermé son visage, et aucune émotion n'y était visible. Son père, lui, avait les poings serrés, fermement, et ses yeux lançaient presque des éclairs.

Mily regarda enfin autour d'elle, et vit plusieurs visages d'adultes qu'elle ne connaissait que de vue d'abord, puis.. des enfants. Des élèves, pour la plupart, de Poudlard, qu'elle avait pu croisé dans les couloirs, ou qui était dans la même année qu'elle, et donc suivait les mêmes cours. La surprise fut plus grande encore quand elle croisa le regard de Julius Maxima, et ses sourcils se froncèrent tandis qu'elle détournait le regard pour observer les hommes en cage.

Le père de Marvin les présenta, et elle regarda ses mains, tandis qu'il parlait, daignant lever la tête pour faire un geste, et un simple sourire, qu'elle avait appris à perfectionner lors de toutes ses soirées. (Elle remercia son corps de ne pas trembler.) Son père, qui semblait si réticent à regarder la scène de toute à l'heure, garda ses manières de politesse et vint saluer la femme d'un sourire, lui aussi. Sa mère, quant à elle, s'exprima, brisant le silence qui s'était installé chez les Andrews, depuis leur arrivée dans le manoir.

Je vois que les.. festivités ont déjà commencé. Son regard s'était attardé sur les cages et les personnes y étant enfermés. Elle détourna son visage pour croiser le regard de Cassiopée. Excusez nous du retard, Mrs Dubois. Il y a eu quelques complications.




peu présente (je fais de mon mieux !)

RPG|OFF : j.l ; t.k ; c.s ; j.m
a.e ; ka.k ; légi ;pdfn ; vds ;





May Jenner
Chroniqueuse Gryff'Time
1re année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 792
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 06/07/2019 à 14:37:56

May tira de ses poches ses clés, avec lesquelles elle jouait. Elle observait la silhouette de la troisième année s’agiter énergiquement, puis se regarder une dernière fois sur la glace. Elle semblait si calme, si sûre d’elle, si douce dans tous ses faits et gestes, tant parfaite qu’on aurait dit l’opposée de la première année. May était parfaite à sa manière, dans le genre détestable, l’autre l’était dans le meilleure côté. Elle partit, en fermant la porte, tout en la laissant assez entrouverte pour laisser à May le temps d’apercevoir la jeune fille dévaler les escaliers.

Curiosité maladive, qu’on appelait ça, et que la rouge et or avait. Mauvaise curiosité, qui l’avait poussé à ouvrir la porte, et à regarder entre deux barreaux d’escalier ce qu’il se passait. Et toujours cette foutue curiosité qui l’avait poussé à tenir le poignet de la troisième année, alors qu’elle avait posé sa main sur le portoloin.


« Putain... ça fait mal ça. »

Fesses sur le sol, elle cherchait du regard la Andrews. Ses yeux divaguaient, d’un point à un autre, avant de finalement repérer la silhouette qu’elle reconnaitrait entre mille. Elle se leva d’un coup, contourna le pilier qui la cachait d’eux, puis marcha discrètement vers la petite famille, qui suivait un homme et ce qui semblait être son fils, vers une porte. Elle se glissa à l’ouverture de celle-ci, puis se doutant qu’elle ne devait pas être là, se mit dans un coin de la splendide salle. Un grand endroit, où on aurait pu accueillir des dizaines de millier de personnes. Celle qui avait loué cet endroit devait être riche, quelqu’un de grande renommée sûrement. Mais, cette salle, c’était un mariage ? Une fête ? Où étaient l’orchestre, la nourriture ?

May, après avoir examiné l’endroit où elle se trouvait, prit la peine d’y regarder ce qui semblait être les invités du mariage. Mily, Monsieur et Madame Andrews. C’était les seuls qui lui semblaient familier, si on enlevait la splendide femme qui se tenait, raide comme un piquet, aux côtés de sa fille. Son visage lui sautait aux yeux, mais elle n’avait pas de souvenir de l’avoir rencontré où que ce soit. Mais, quoi qu’il en soit, May n’aimait pas cette dame. Malgré toute cette prestance, cette sûreté, la bienveillance qu’elle dégageait, quelque chose lui dérangeait. Et, certes, May n’aimait pas grand monde, mais elle savait que quelques choses se tramaient entre tous. Sans compter qu’elle remarqua les baguettes aux poches de tous, la mettant légèrement à l’écart en repensant à son sang. Un sang typiquement moldu, un sang qui serait sûrement jugé comme était un sang de « bourbe » par la femme qui attirait le regard de la rouge et or.

Mais, en regardant celle-ci, May vu des bras bougés derrière elle. Possédait-elle quatre bras ? 5 jambes ? Ou d’autres invités qui cherchaient des choses au sol ? Elle fronça les sourcils quand la dame se décala pour que celle qui était sa fille s’approche d’un homme, un autre invité j’imagine, et se fasse étranglé par cette même personne. Personne ne semblait s’attarder sur le fait que la mère n’en fit rien pour aider sa fille, même si, après quelques lueurs bleus aveuglantes et un bléssé, elle lui fit un geste qui se voulait affectueux : la soutenir alors qu’elle allait tomber au sol.

May du s’empêcher de parler, elle savait que déjà, elle n’était pas l’invité idéale, mais elle avait surtout compris que son sang ne jouait pas non plus le bon rôle. Toutes ces personnes, enfermées, aussi folles soit elles, étaient modus. Et, la première année savait que, folle ou pas, criminel ou non, juste son sang aurait été une bonne raison pour finir comme l’autre. Mort ou inconscient, dans tous les cas, il ne semblait plus pouvoir bouger.

Et, là, May en était sûre : c’était le pire son qu’elle avait entendue. Les applaudissements des autres face au discours de la dame.



j'aime bien tes yeux. tu veux bien me les prêter ?
may&aly le duo qui dead ça

vava SUKYANA
RP : ON|OFF
Aileen Verran
Relations moldues
Chroniqueuse VIPère
Scrout Premium
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 1151
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 06/07/2019 à 15:57:24

Aileen ne voulait regarder nulle part, mais se forcer à poser ses yeux sur tout et tout le monde. La seule personne qu'elle n'osait observer était Julius. Son regard évitait ostensiblement la famille Maxima, alors que la honte la submergeait. Honte de se trouver là et de ne faire que serrer les dents. Honte que ses parents soient d'accord avec les idioties débitées. Honte de s'appeler Verran. Mais encore une fois, elle ne dit rien, se contentant de regarder. D'écouter.

Elle posa enfin les yeux sur Kendra Maxima lorsqu'elle dit à haute voix ce qu'Aileen voulait. Ainsi ils exprimaient clairement leur désaccord, et Cassiopée Dubois les laisser partir. Avec une clause de départ, évidemment. Servir par Camille. La jeune fille ne savait pas si sa préfète était indignée ou aimait cette soirée, son visage restait neutre, inexpressif.

Lorsque la maîtresse de maison commença à parler de protection, et dévoila un étrange tatouage sur le bras de sa fille, Aileen jeta un coup d'œil à son père. Il souriait, comme s'il prenait plaisir à ces choses. Et c'était sans doute le cas. Eleanor, elle, restait figée comme toujours. Le visage fermé. En quelques secondes, un des moldus se jetait sur Camille et se trouvait projeté à quelques mètres, comme si un puissant sortilège venait de lui être lancé. Effarée, ses neurones se connectant pour tenter de comprendre, Aileen regarda Camille s'effondrer et Cassiopée jouer les bonnes mères. Elle se força à rester le plus immobile possible, mais malgré tous ses efforts son visage ne parvenait à être neutre. Tout cela la dégoûtait. Comment pouvait-on utiliser la magie ainsi, et s'en sortir sans aucune réprimande ?

Elle sursauta quand une nouvelle voix se fit entendre, et se tourna vers son origine. De nouvelles personnes se trouvaient là, des personnes qu'elle n'avait encore jamais vues. Quoi que, les airs de certains enfants lui disaient quelque chose, peut-être se trouvaient-ils à Poudlard ? Trop de monde. Trop de monde venait assister au manège de Cassiopée. Combien se feraient manipuler, combien l'étaient déjà ? Derrière elle, Alistair prit la parole.


Vous n'avez sans doute loupé que la partie barbante. Entrez donc admirer les créations de notre charmante Cassiopée. Ma chère, votre protection est tout simplement extraordinaire, je n'ose imaginer le temps qu'il vous a fallu pour obtenir de tels résultats.

Était-il sérieux ? Quelque chose dans son regard affirmait que oui, il pensait chaque mot qu'il venait de dire. Il observa sa fille. Un court un instant. Puis continua.

Cela marcherait-il sur nos enfants ?

Non. Non, non, non. Aileen ne voulait pas cela. Mais en levant les yeux vers son paternel, elle compris qu'elle était ici dans cet unique but. Devenir une arme contre les moldus, car c'était bien comme cela qu'elle voyait cette "protection".

Merci Cami la plus bonne bonne bonne
de mes copines pour ce kit trop styley

♫ J'veux des problèmes... ♫
Ellana Spleen
Gardienne des lieux
Examinatrice ASPIC
Chroniqueuse Chicaneur
2e année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 2657
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 06/07/2019 à 18:23:35 - Modifié : 06/07/2019 à 18:24:17

Ellana admira le courage des Maxima. Il y avait au moins une famille censée parmi eux. Malheureusement, on n'échappait pas aussi facilement à Cassiopée et bientôt, elle se surprit à acquiescer avec ardeur aux paroles de la sang-pur. Maudite légilimens. C'était donc ça le but de cette soirée, ce tatouage, cette... rune. Un frisson glacée lui parcourut l'échine. La Dubois gonflait les rangs de l'Organisation. Des partisans fidèles, liée dès leur adolescence à son projet dément. Elle les rendaient tous complices.

L’estomac noué, elle observa Camille s'avancer, calmement, sous le regard implacable de leur hôte. C'est impuissant qu'elle contempla la scène, le visage vide de toute émotion. Elle ne réagit pas quand l'homme se jeta sur la préfète. L'air confiant de Cassiopée suffisait à avoir que le risque n'était pas pour sa fille mais bel et bien pour le moldu. Impuissante, elle observa l'éclair bleu, le corps abîmé projeté à travers la pièce, les convulsions, et enfin, la raideur si unique des cadavres.


Prodigieux...

Lointaine, la jeune fille acquiesça distraitement au murmure d’Hazel. L’horreur de la scène aurait dû lui donner la nausée, la rendre vibrante de colère, mais rien. Comme anesthésiées, ses émotions semblaient s’être évaporées. Un recoin de son esprit lui souffla qu’il s’agissait du choc, un autre que cela était préférable, il y aurait moins de risque qu’elle se trahisse.


Des applaudissement la ramenèrent enfin à elle, et détournant le regard du corps sans vie, elle aperçut plusieurs nouveaux venus. Encore chamboulée, les voix ne lui parvenait que comme au travers d'un échos et elle eut besoin de plusieurs secondes avant de comprendre les paroles prononcées. Bon sang, elle devait se reprendre. Ne pas flancher. Après tout, d'une certaine façon, la sorcière avait signée pour ça.

Il me semble que c'est le but de cette soirée, n'est pas ma chère ? Protéger nos enfants de ces infamies.

Ellana regarda sa grand-mère s'avancer vers Camille, encore affaiblit par l'effet de la rune.

Puis-je ?

Sans attendre de réponse, elle caressa du bout des doigts le dessin tracé sur la peau de la sorcière, les yeux brillants d'excitation.

C'est une pure merveille, Cassiopée. Je suppose que l'Organisation demande quelque chose en retour. Autre que notre fidélité bien sur, cela va de soi.






























"La liberté et l'indépendance ne se développent pas dans le secret, mais à la lumière de nos choix"
Julius Maxima
Préfet
Magizoologiste
3e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 3010
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 06/07/2019 à 22:11:56 - Modifié : 06/07/2019 à 22:14:18

Partir, ils étaient libres de partir. Cassiopée ne les retenait pas, contrairement à ce que Julius avait imaginé. Et tandis que sa mère tournait les talons, la main posée fermement sur l'épaule de son fils, Julius entendit des bruits dans le hall, bruits qui se dirigeaient vers la pièce. La porte s'ouvrit, laissant entrer de nouveaux invités, de nouvelles victimes des machinations de Mme Dubois. Les premiers à entrer étaient deux. Le père et son fils. Un petit blondinet, de l'âge de Julius. Julius reconnut avec horreur Marvin. Marvin Harmonia. Mais le pire était à venir. Deux autres familles entrèrent. La seconde avait une petite fille plus jeune que Julius qui était à Gryffondor. May Jenner. Il ne la côtoyait pas forcément, mais la connaissait. En revanche, l'autre, c'était plus terrifiant.

Julius reconnut Mily Andrews. Mily. Sa meilleure amie. Il sentit soudain un bloc glacé dans sa poitrine. Et si elle finissait elle aussi avec un de ces tatouages ? Et si elle devenait une créature aussi froide et inexpressive que Camille Dubois ? Julius lui jeta un regard inquiet et désolé. Quelques minutes auparavant, il n'avait qu'une envie : quitter les lieux. Mais maintenant qu'il voyait bon nombre de personnes qui lui étaient chers, subir les machinations de Cassiopée Dubois, il ne pouvait se résoudre à partir. Marvin. Mily. Aileen. Michael. Lui il se voyait éviter cette douleur tandis que restaient, forcés par leur parents. Julius était-il le seul à avoir des parents sensés ? Des parents qui ne croyaient pas à toutes ces foutaises ? Des parents qui savaient réellement ce qui était le mieux pour leur enfant.

Julius sentait la main de sa mère de plus en plus insistante sur son épaule. James le regardait avec force. Mais ses pieds étaient cloués au sol. Ils refusaient de bouger. Il ne voulait pas les abandonner là. De plus, il savait qu'il oublierait tout. Tout sur tout. Toute la soirée qui venait de se produire. A sa rentrée à Poudlard, il parlerait à Marvin comme si de rien était. A Mily aussi. Ils souriraient et riraient ensemble. Mily elle, l'aurait sûrement vu partir avec ses parents, tandis qu'elle y était coincé, mais Julius lui, n'en saurait rien. Et c'est ce qui l'effrayait le plus. Il les aurait abandonné, mais n'en aurait plus aucun souvenir.

Il jeta un dernier regard suppliant à Mily et Marvin, évitant Aileen. Il ne voulait en rien lui montrer son trouble. Après ce dernier regard, il se laissa emporté par la main de sa mère, vidé. Ils posèrent tous les trois leurs mains sur le portoloin. Jusqu'à la dernière minute, Julius hésita à retirer sa main au dernier moment. Juste avant que celui-ci ne disparaisse, emportant ses parents. Ceux-ci ne remarqueraient rien. Ils rentreraient au manoir et songerait à une fugue. Mais il n'eut pas le courage. Pas le courage de retirer ses doigts maigres de l'objet. Et dans un tourbillon bleu, les trois membres de la famille Maxima disparurent.

Ils réapparurent dans le salon de leur manoir près du village de Bibury. Ottavio lisait tranquillement un livre sur les runes, assis dans un grand fauteil de cuir verdâtre. Les trois étaient en pyjama dans le canapé confortable du premier salon. Ils avaient l'air épuisé, mais aucun souvenir de cette soirée était resté dans leurs mémoires. Ottavio releva les yeux, nonchalant.

Ottavio : Com'è stata la vostra serata ? (C'était comment votre soirée ?)
James : Da che cosa ? (de quoi ?)
Julius : Non siamo usciti di casa, Ottavio. (Nous ne sommes pas sortis de la maison, Ottavio.)

Fin pour moi o/

Absent jusqu’au 30 août.

Membre de la brigade du Dawa.
Tu es grosse Maylysone.
Stitshere est dans la place
Michael Bristow
Joueur de Quidditch
3e année
[Avatar]
Poufsouffle
Messages : 1098
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 11/07/2019 à 11:50:03

* Michael se mit à l'écart de toute l'agitation qui avait lieu dans cet endroit. La première chose qui attira son attention fut l'arrivée de pas mal de nouvelles famille dont certaines qu'il reconnaissait que trop bien. Pourtant il était trop terroriser pour dire quoi que ce soit.

Sa mère regarda la démonstration que fit l'hôte de maison tout en posant sa main sur l'épaule de son fils. Michael ne regardait plus rien et était bloqué dans ses pensées, il se réfugiait souvent là quand trop de personne était autour de lui et cela le mettait à l'aise.

Alors qu'il se reconcentra sur autour de lui, il vit que son cousin était partis, il tenta de rester fort.

Son père revint à côté de lui et le regarda comme si il hésitait à lui donner cette protection, il n'avait aucune mauvaise intention mais pas lui. *


Non papa, me fait pas ça. Tu m'as exposé aux dragons depuis que je suis tout petit, je n'ai pas peur de moldus.

* Le paternel se tourna vers Cassiopée avec son air serein comme d'habitude tendis que sa mère avait juste peur et voulait juste s'en aller, loin. Elle aimait son enfant mais ne voulait pas le protéger de cette manière.

Le paternel commença alors à s'adresser à elle. *


J'imagine que ce tatouage a un prix, lequel es-ce ? Je préfère avoir toutes les cartes en main avant de prendre ma décision

* Michael n'était pas aussi serein que son père. Parfois poser trop de questions pouvait coûter très cher, la curiosité ne devait pas être de mise aujourd'hui. *

Brooke Osborn
1re année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 361
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 18/07/2019 à 18:27:55 - Modifié : 18/07/2019 à 18:28:40

Brooke regarda lesdits Maxima partir. Elle voulait les suivre. Partir, qu'importe où et sans se retourner. Elle aurait pu le faire, si elle n'avait que sa peau à sauver. Mais il y avait aussi son cousin Gage,encore si petit et innocent. Elle ne voulait pas qu'il subisse lui aussi cela, alors elle restait, à contre-cœur. D'autant plus que si elle oubliait tout ceci, elle ne pourrait pas le protéger. Et, de toute façon, ses parents ne semblaient pas non plus décidés à partir.

L'adolescente ne savait pas si elle devait avoir pitié de Camille, ou en être dégoûtée. Ainsi, elle était le pantin de sa mère, chose que toute personne censée ne souhaiterait jamais. Puis elle pensa au cours de magie sans baguette qu'elle lui avait donné. La base, certes, mais il fallait bien avouer que l'adolescente avait le don de progresser facilement. Brooke espérait qu'elle allait en faire bon usage, quitte à s'en servir pour se sortir de tout ça.

Elle ne pouvait définitivement pas s'attendre aux événements suivantes. Elle allait presque crier qu'il fallait retenir ce pauvre fou, prêt à se jeter sur Camille, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Jonah et Hope, eux, restaient calmes, comme s'ils attendaient de lui montrer quelque chose. Et cela ne tarda pas. Difficile de choisir quelle était la chose la plus surprenante: la rapidité du moldu à perdre connaissance, ou Camille qui semblait d'un seul coup bien plus affaiblie.

Dans tous les cas, Jonah semblait être le plus convaincue des trois. Si ce système pouvait protéger sa fille, il n'hésiterait pas à faire en sorte qu'elle en soit elle aussi dotée. Sa femme, elle, était moins certaine. Plus méfiante. Elle sentait que quelque chose n'était pas vraiment normal dans tout cela. Et Brooke, avait une lueur d'espoir de pouvoir compter sur elle.


Hope- Très intéressant oui, effectivement... Mais est-ce qu'il y a des effets secondaires ? Comme, par exemple, un affaiblissement de leur magie ?


#3a1b42
Camille Dubois
Chroniqueuse VIPère
Scrout Premium
5e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 2423
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 31/07/2019 à 17:31:49

Camille reprenait des forces, comme si ce malaise n'était que passager, et surtout normal. Pourtant la jeune fille savait très bien ce qui puisait dans sa magie, dans son sang n'était en rien normal. Cette rune n'était qu'un poison pour mieux contrôlé et sa mère allait faire subir le même sort à toute une génération de sorcier et sorcière.

Cassiopée, elle soutenait son héritière avec une poigne ferme, écoutant les questions comme si elle s'y attendait. Un léger sourire au lèvre elle posa ses pupilles gelées sur les nouveaux invités, comme si tout ceci était parfaitement maitrisé, normal. De toute façon la Légilimens n'était plus surprise par grand chose. Sauf peut être cet esprit qu'elle toucha légèrement, un sourcil haussé, elle délaissa sa fille pour s'avancer, les invités s'écartant sur son passage. Et bientôt au centre de sa ligne de mire une petite fille, elle n'était pas bien haute, et surtout elle n'était clairement pas accompagnée.

Levant son regard de glace de la gamine, elle le planta dans celui qui l'avait ramené. Hector Harmonia.


Et bien mon cher, vous aviez peur de manquer d'amusement que vous nous avez ramener un petit quelque chose ?

Sa voix tranchante s'infiltrait dans chaque tête, enveloppé par la magie Legilimens. Elle était doucereuse comme glaciale, elle était tout simplement terrifiante. S'approchant encore de la petite May Jenner, Cassiopée fit un sourire qui n'avait rien de bienveillant et tapota la tête de la gamine.

Hector, voyons, je ne reproche pas les origines. Cette petite aura autant à prouver que les autres. Je suis sûr qu'elle apprendra très vite à choisir le bon camps, n'est ce pas ma chérie ?

Les pupilles gelées se posèrent sur la gamine qui ne pouvait faire autrement que répondre, si elle y arrivait. La question réglée, elle se saisit du bras de la fillette pour l'entrainer au côté de sa fille, Camille.

Et elle sera la première des enfants à être liée à ma rune, cela te fait plaisir ? Tu as beaucoup de chance, ma petite. Camille.

Cassiopée n'avait besoin de pas plus pour que la préfète comprenne, alors que sa mère lâchait May, Camille elle l'attrapait par le bras droit et fit tendre celui ci pour que l'avant bras soit découvert.

Cassiopée invita ses nouveaux amis à se rapprocher, sa baguette sortie, elle commença des incantations dont ils ne pouvaient saisir que des sons. Camille raffermit sa prise sur la gamine, elle savait que c'était douloureux, on la marquait comme au fer blanc. Bientôt une rune boursoufflée, rouge, comme ancrée et brulée dans la peau de la Jenner, apparut. La Dubois se prépara à toute réaction, et alors que la rune semblait s’entremêler pour finir par être immobile. Ce fut finit.

Un sourire au lèvre, Cassiopée alors, finit par répondre après aux questions des familles. Prenant la gamine par les épaules pour la montrer comme un objet d'exposition. Peu importe les larmes qui avaient peut être coulé, les cris qu'ils avaient surement entendu, et surtout la douleur que devait éprouver cette pauvre petite. C'était maintenant une nouveau pion sur le jeu géant de Cassiopée.


Comme vous le voyez pas de risque sur la santé. Cette enfant est toujours vivante, et mieux encore, elle est liée à vie à l'Organisation. Maintenant, si un moldu s'en prend à elle c'est nous tous qui réagiront. Cette rune n'est qu'un moyen de nous lier, puisant dans la magie pour protéger les plus faibles lorsqu'ils en ont besoin. Nos enfants ne sont plus jamais en danger, je vous le promet.

Et comme en parallèle des paroles de sa mère, Camille parcourait les familles, rassemblant les enfants, les héritiers. Bientôt ils seraient tous unis, pour l'Organisation.



Now I'm slipping through the cracks of your cold embrace
Marvin Harmonia
3e année
[Avatar]
Poufsouffle
Messages : 3717
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 31/07/2019 à 18:29:24

* Hector répondit à la femme par un rictus. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre que la jeune fille ciblée par Cassiopée était une née-moldue. Au fond de l'homme, une voix lui susurra que c'était lui qui l'avait amené au Diable. Que c'était lui qui avait jetée cette née-moldue dans la gueule de la louve ... Mais l'heure n'était pas aux sentiments. Tant pis pour les idiots qui avaient cette enfant à charge. Ils auraient dû y réfléchir à deux fois.

Hector s'éloigna de quelque pas en arrière, accompagné par son fils, laissant Cassiopée au milieu, au centre du spectacle. Elle avait entamée, soudainement, le rituel pour marquer la jeune fille. Hector se mordit légèrement la lèvre, avant de retrouver son visage neutre. La scène avait été difficile à supporter quand c'était son fils, Marvin, qui avait subit cela. Les souvenirs de cette soirée lui revenaient. Il baissa son regard, regardant son fils, qui était paralysé, les yeux fermés, ne voulant pas voir ça. Il passa son bras par dessus son épaule.

Marvin, lui, sentait toute la frustration de son père. Sa main serrait son épaule. Fort. Hector ne pouvait montrer toute la colère qu'il ressentait, ni mentalement, au cas où Cassiopée arrivait par hasard à infiltrer son esprit, ni physiquement. Alors, toute sa colère était concentrée dans sa main, qui serrait l'épaule du jeune garçon. Marvin ne dit rien. Il ne pouvait que le comprendre. *


[ La pauvre ... Si elle savait ... ]

* Marvin ne connaissait pas la née-moldue qui venait de se faire marquer, mais il avait beaucoup de peine pour elle. Cassiopée faisait à présent la promotion de son tatouage runique. Hector restait silencieux. Son contrat ne lui interdisait pas de ne pas encourager Cassiopée, après tout. Marvin, lui, avait le cerveau en effervescence, ne pouvant s'empêcher de penser "Menteuse".

Pendant que la jeune femme parlait, Camille rassemblait les jeunes adolescents auprès de la femme. Marvin fit un pas en arrière en voyant Camille s'approcher. Mais Hector ne fit rien pour l'empêcher d'emmener Marvin, retirant son bras. De toute manière, il était déjà marqué. Le pire était déjà passé. Qu'allait-elle faire de plus ? Marvin suivit alors à contre-coeur Camille, très mal à l'aise au milieu de tous ces étudiants qu'il connaissait, voués à être utilisés comme du bétail. Tête baissée, il ne dit rien. Il ne salua même pas les rares personnes qu'il connaissait.

Hector s'appuya contre un mur, bras croisés. Il détourna son regard de cette scène écœurante pour s'attarder sur les familles, les scrutant un à un. Il sentait beaucoup de choses ... Admiration ... Crainte ... Satisfaction ... La barbe, il n'y aura donc personne, à part les Maxima, pour se dresser contre elle ? Le jeune surdoué réfléchissait, se forçant à penser à être chose pour oublier la scène qu'il était en train de vivre. Il ne pouvait s'empêcher d'analyser les paroles, la gestuelle, de Cassiopée. *


[ C'est une véritable maîtresse dans l'art de la parole, de la manipulation ... Tous les mots et la gestuelle sont là. Pas étonnant que tout le monde tombe dans le panneau ... ]

Surdoué - RPGiste - Chèvre - Animagus - Phénix




Où ne suis-je pas disponible pour un RPG ?
Les Serres - Poudlard Express - Cuisines - Bibliothèque
May Jenner
Chroniqueuse Gryff'Time
1re année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 792
Titre : Re : La Valse de Sang
Créé : 31/07/2019 à 19:36:28

Tout s’était passé effroyablement vite, et, « vite », c’était assez pour que la rouge et or ne comprenne rien. Tout d’abord parce que, de base, elle ne comprenait pas grand-chose, ses capacités intellectuelles étant presque inexistantes, mais aussi, parce que la belle dame racontait un flot de paroles qui sonnait comme des bruits de bébés aux oreilles de la Jenner. Alors, dans l’esprit peu remplie soit-il de la jeune fille, une seule pensée semblait la préoccupée : « elle a des yeux rayons lazers ? comme batman ? jpensais que j’étais bien caché moi ». Et, une moue déçue accompagnait les quelques pensées, que, seul un Legillimens pouvait comprendre, mais, la Jenner avait décrété qu’il n’y avait personne d’intelligent dans la salle.

Si elle savait.

« Si elle savait », ça lui aurait bien servit comme phrase pour échapper à ce qu’elle était en train de vivre. Parce que, déjà, elle serait pas venue... Mais elle aurait laissé Mily toute seule, et ça, elle ne pouvait pas se le permettre. Même si, là, c'était plutôt elle qui avait besoin d'aide.

La rouge et or, tandis qu'on tapotait avec grâce son crâne, regardait ses ongles. Ils n'avaient pas grandit depuis la dernière fois, malgré tous les soins qu’elle faisait pour. Si May tenait bien à une chose, c’était ses ongles. Rien à foutre des cheveux - enfin, juste un peu -, les ongles étaient sa seule préoccupation.

May essaya de mettre les mains dans les poches de son pyjama Patrick, mais, elle n'en eu pas le temps, car, la maîtresse de maison s'empara de son bras, comme pour faire un "tuto beauté". Mais, là, c'était pas trop de la beauté ce qu'elle s’apprêtait à faire, et, ça faisait surtout plus mal qu'un simple dégradé. Alors, ce fut, beaucoup plus douloureux. Une sorte d'accouchement, mais, par le bras, si on pouvait comparer ce qui se passait sur son bras. C'était comme si on la brulait au millième degré, puis qu'on lui faisait des caresses juste après, comme pour dire "c'est finit". Mais ce n'était pas finit, et, la rouge et or n'avait pas finit de crier autant que sa voix cassé lui permettait. Elle essayait de frapper la dame, mais, elle n'y parvenait pas, ses yeux trop brouillés par les larmes pour qu'elle puisse bien viser.

La tâche achevé, la fameuse Calliopée, si tel était son prénom, prit par les épaules la Jenner avant de l'exposer aux yeux tous. C'est à ce moment là que, May se rappela avec un public, alors, ravalant ses dernières larmes et reprenant ses esprits, elle afficha un sourire radieux aux autres. Elle n'avait pas bien compris à quoi servait le truc sur son bras, une rune, mais, elle n'était pas d'accord avec les événements. Elle écarta les mains de la dame de maison de ses épaules, avant de s'adresser au public.

« Bon, poussez-vous, vous me collez trop mdame. elle tourna son regard vers les familles présentes, et tout en agitant les doigts et affichant un sourire de guignole, dit : Saluuut ! »

Puis, elle s'approcha de la maitresse de maison, et empoignant sa main, elle lui fit un baise-main, pour paraître polie devant les autres invités. Enfin, "polie", elle affichait son sourire le plus moqueur.

« Vous êtes ravissante, Calliopée. Vos vêtements vous vont à ravir, j'apprécie ce côté vieux, ancien, abîmé... tout ce qui vous décrit, non ? »



j'aime bien tes yeux. tu veux bien me les prêter ?
may&aly le duo qui dead ça

vava SUKYANA
RP : ON|OFF

Pages : <- 1 2 3 ->

Le Grand Escalier >> Monde magique >> Reste du monde

Retour en haut de la page



Vous avez besoin d'aide ? Rendez-vous dans la FAQ

Partenaires :
Écoles de Magie : Mana Wyrd - Harry Potter 2005 - Hogwartsnet - Habbo Magie Poudlard - L'académie Beauxbâtons - Mimble Mimbus
Monde Magique : Fédération du Quidditch Français - La Gazette du Sorcier - Wiki Harry Potter - Obscurus Presse - HP666 - L'Ordre du Phénix - Le Poudcast
Autres : Portail des jeux - Annuaire google

Toute reproduction en totalité ou en partie est interdite.
Les images et les noms relatifs à Harry Potter sont une propriété de la Warner Bros Corp. et J.K. Rowling.

© 2009-2019 Twelve Grimmauld Place - © 2012 Design par Wilde et Kate - Mentions légales

Optimisé pour Firefox 4, Google Chrome 6, Safari 5 et Opera 10.5