Panneau d'Affichage
Chargement...

Connexion




Mot de passe perdu?

Le Grand Escalier

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Reste du monde

[Verrouillé] Time is running out
Préfète
Auror assistante
Chroniqueuse VIPère
[Avatar]
Serpentard
6e année
Titre : Time is running out
Créé : 15/12/2019 à 23:54:55 - Modifié : 29/10/2023 à 22:31:56






Terre des Himbas,
Namibie



L'air était lourd, presque irrespirable. La fumée qui envahissait l'immense tente lui piquait les yeux et ne lui permettait plus de distinguer les silhouettes qui l'entourait. La chaleur des flammes faisait perler des gouttes de transpiration tout le long de sa nuque. Les vapeurs des herbes qui brûlaient la faisait tousser et autour d'elle, elle n'entendait que des respirations saccadées, ou des murmures qui psalmodiaient des paroles inintelligibles.

Une voix s'éleva. Profonde, puissante, effrayante. Une voix que la jeune femme était la seule à entendre. On l'avait prévenue. Ce voyage qu'elle entreprenait, était un voyage solitaire. Personne ne pouvait l'accompagner dans son passé.



Tu sais qui est responsable maintenant Hellia.



Les battements de son cœur semblaient s'emballer au rythme des chants qui s'intensifiaient encore et encore. Les yeux fermés, le souffle court, la sorcière puisait dans ses dernières réserves d'énergie afin de secouer la tête de droite à gauche comme pour en chasser la voix qui s'y était insinuée. Elle ne voulait plus rien entendre, elle n'aurait jamais voulu entendre mais, il était trop tard pour revenir en arrière.


Tu dois me venger Hellia. Me venger... Venger... Enger ... Ger...


* *
*


Manoir St.James,
Aberdeen



Il se réveilla en sursaut, ses vieux os craquant sous le brusque mouvement de son corps. Ses yeux clignant plusieurs fois avant de s'habituer à l'obscurité. Encore un cauchemar. Las, l'elfe se leva péniblement de sa couchette et alluma d'un claquement de doigt une chandelle posée sur une table. De l'autre côté de la pièce, Greyne, son congénère, se frottait mollement les yeux.


La maîtresse a encore fait un cauchemar ?


Aerin le pense.



Les deux elfes s'observaient, ne sachant pas comment réagir. Cela faisait trois jours que leur maîtresse était de retour de son voyage et trois nuits qu'ils subissaient ses cauchemars. La première nuit, Aerin s'était précipité à l'étage, inquiet pour la sorcière, mais cette dernière l'avait fortement réprimandé avant de le renvoyer d'où il venait. La deuxième nuit, il s'était contenté de s'enquérir de ses nouvelles à travers le bois épais de la porte et une fois de plus, la St.James l'avait rabroué. Cette nuit, l'elfe ne savait pas comment agir, pourtant, il quitta la pièce qu'il partageait avec l'autre elfe de la famille St.James et se dirigea vers lentement vers l'escalier.

Arrivé au premier étage, il poussa un profond soupir. Sa maîtresse était bel et bien réveillée. Il entendait des bruits sourds. Que pouvait-elle faire à cette heure ? Que lui était-il arrivé ?

S'approchant de la porte, il avisa de la lumière qui filtrait en dessous. Craintif, Aerin colla une oreille contre la porte au moment ou cette dernière s'ouvrait avec fracas. Sursautant, la créature fit un large bond en arrière et c'est en tremblant qu'il reçut le regard meurtrier de sa maîtresse.


On écoute aux portes maintenant ?



Le ton était sans appel. L'elfe déglutit et se colla contre le mur sans oser répondre.


Peu importe. Je pars en voyage, je ne serai pas de retour avant longtemps, ce n'est pas la peine de m'attendre, tu préviendras mon oncle.


Et avant qu'il ne puisse répondre, la St.James était déjà partie.


* *
*


Manoir Tal Moundine


Sa cape fourrée sur les épaules, son sac de voyage dans une main, Hellia traversait le parc du manoir Tal Moundine. L'aube se levait à peine. La sorcière était consciente que ce n'était pas une heure convenable pour se rendre chez une personne, mais cela lui était égal. L'imposante porte devant laquelle elle s'était déjà retrouvée plusieurs fois, il y avait des années de cela, était toujours là. Immuable. Lentement, la Fourchelang monta les marches, ses talons claquant contre les pierres des escaliers.

Les images de l'adolescente qu'elle était alors, repassaient devant ses yeux. Une petite blonde qui frappait trois fois contre cette lourde porte pour demander de l'aide à un ancien professeur.

Un sourire nostalgique se dessina sur les lèvres de la jeune femme avant qu'elle ne le chasse d'un geste de la main. Aujourd'hui, tout était différent. Elle était différente. Sa main gantée s'écrase contre la porte et le coup porté résonna longuement à l'intérieur de la demeure.




Casting : Proventus Tal Moundine & Hellia St.James
Figurants : Des elfes, des serpents, des souvenirs et le passé.
L'intervention de PNJ n'est pas souhaitée

Retraité
[Avatar]
Serpentard
3e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 17/12/2019 à 18:37:50 - Modifié : 17/12/2019 à 18:39:55

* Feu. Le feu le réchauffait enfin, lui qui passait ses nuits frigorifié dans l'étude de son bureau, un livre sur ses genoux, somnolant à moitié en découvrant ou en redécouvrant des passages de livres qu'il avait à moitié lu auparavant, traitant de vieilles légendes, de récits de vieux sorts mythiques, d'objets que nul ne trouvera plus jamais si tant est qu'ils avaient un jour existé. Ses os lui faisaient mal, à se réchauffer ainsi. La différence de température, au petit matin, lui prédisait que sa journée ne serait pas bonne, et qu'il la passerait probablement à se demander pourquoi il n'essayait pas plutôt de dormir la nuit, au lieu d'apprendre et d'essayer de comprendre des choses qui de toutes façon le dépassait. Les rayons du soleil n'allaient pas tarder à poindre, d'après les grains s'écoulant dans le sablier qu'un elfe viendrait bientôt retourner. *


* Enfoncé dans un fauteuil trop raide pour lui, le vieillard s'enfonça dans une sorte de demi-sommeil dès que ses yeux se furent clos. C'était involontaire, mais il n'en pouvait plus de fatigue. Pourquoi n'allait-il pas dormir, après tout ? La réponse lui vint automatiquement. Des cris, des traits blancs, rouges, de toutes les couleurs, lui repassaient devant les yeux. Des visages, brisés par la douleur et le chagrin, lui remuaient le cerveau comme autant d'épingles plantés dans ses souvenirs qui défilaient devant lui, encore et encore, mieux qu'une pensine, puisqu'ils avaient l'avantage de rajouter un brin de culpabilité à ce qu'il s'était réellement passé, et de transformer des choses pensées et repensées en un musée des horreurs presque sans fin pour son cerveau malade. *

* Le bruit de la porte qui se faisait maltraiter le sortir en un coup. Brusque. La respiration lui revint enfin comme si elle était partie durant son sommeil, lui prodiguant une longue inspiration dont il se serait bien passé, bloquant sa cage thoracique pendant un bref instant. Le feu ne crépitait presque plus, les rayons commençaient à poindre dans les vitraux ouvragés de la maison, projetant d'étranges ombres dansantes sur de la poussière qui maculait le sol. Le sablier s'était vidé, comme si il n'avait pas été retourné. L'aube était là, mais les elfes n'étaient pas passés. Où étaient-ils, enfin. Où se cachaient ces mauvais serviteurs ? Lui qui avait été si bon avec eux, où pouvaient-ils bien se trouver ? *

* Il alla retourner le sablier doucement, avant de lancer à la cantonade un ordre pour que l'une de ses ignobles créatures aille ouvrir la porte. N'entendant pas de réaction, il se leva. Son pantalon usé avait une drôle de couleur, le noir semblait passer. Depuis quand ne s'était-il plus changé ? Il lui semblait que c'était hier, pourtant. Mais non, pas vraiment. Il fallait rafistoler tout cela, faire un brin de toilette pour le visiteur, il ne voulait pas rentrer dans une maison habitée par une personne qui ne prenait pas soin d'elle, non, non. L'habileté magique dont il pouvait faire preuve le remit sur pied en un rien de temps. Sa chemise blanche était comme neuve et le pantalon remis sur pied présentait un noir mat parfait. *

* Il se hâta vers la porte. Le visiteur n'avait entendu que trop longtemps. Son pas soulevait des traces de poussière tout au long du chemin. Lorsqu'il ouvrit la porte, il eut l'impression de faire un effort surhumain. Le visage qui se dévoila ne lui était pas inconnu. Du moins lui semblait-il. Il avait vu tant de monde passer cette porte, la repasser dans l'autre sens, semblait-il pour toujours, que les visages et les gens s'effaçaient, au fur et à mesure. Mais... Elle lui disait vraiment quelque chose, cette jeune femme. *

Bonne matinée, mademoiselle. Puis-je faire quelque chose pour vous aider ?

:S
Famille, Devoir, Honneur

Préfète
Auror assistante
Chroniqueuse VIPère
[Avatar]
Serpentard
6e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 17/12/2019 à 21:23:10


La porte s'ouvrit sur une décennie. Dix années étaient passées depuis sa dernière rencontre avec l'ancien professeur de Sortilèges et Enchantements. Dix longues années ou elle avait étudié, voyagé. Chaque année, son hibou grand-duc apportait ses vœux à cet homme qui avait été plus qu'un professeur pour la jeune fille qu'elle était alors. Un mentor. Dix années s'étaient écoulées sans que jamais ses pas ne la ramènent au manoir Tal Moundine. Jusqu'à cette froide matinée.

La jeune femme dévisageait le vieillard qui se tenait sur le pas de la porte, scrutant le vieux visage ou s'inscrivaient le passage des années. Où était donc passé ce professeur tant admiré ? Était-il toujours vivant, caché derrière ce masque usé ? Le temps était un traître. Un de plus finalement. Cela n'aurait pas du la surprendre. La confiance était une fable et elle n'en serait jamais plus la victime.



Bonjour Pro... Monsieur Tal Moudine ?



Professeur il ne l'était plus, mais il l'était resté pour la jeune St.James. Seulement, elle n'était plus cette adolescente qui recherchait à s'identifier à un modèle paternel. Inspirant calmement, Hellia s'aperçu que sa voix était froide. Bien trop froide. Se radoucissant, elle poursuivit.


Vous souvenez vous de moi ? Je suis Hellia St.James, j'étais une de vos élèves autrefois à Poudlard.


Au fond d'elle, elle espérait que ce dernier n'ait pas perdu la mémoire. Il fallait qu'il se souvienne. De tout. D'absolument tout. Mais si, il advenait que ce vieillard ne soit plus que l'ombre de ce qu'il avait été, alors, sa tâche serait encore plus facile. S'approchant un peu plus prêt de la porte et retirant la capuche de sa cape afin qu'il puisse l'observer à son aise, Hellia lui lança un sourire.


Je suis vraiment désolée de me présenter chez vous sans y avoir été invitée et à une heure aussi matinale.



Baissant les yeux dans un simulacre d'embarras, elle se mordit la lèvre inférieure, légèrement tremblante et prononça d'une voix presque inaudible.



J'ai besoin d'aide, je vous en prie.




Retraité
[Avatar]
Serpentard
3e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 17/12/2019 à 22:04:18

* Les cheveux blancs du professeur semblèrent frissonner au nom que lui donna la jeune sorcière. Il lui rappelait un rêve, toujours le même, toujours. Mais il secoua sa tête comme pour se souvenir de quelque chose d'autre, de plus joyeux, de plus heureux, de plus délicat. Il sourit, doucement, dévoilant des dents d'un albâtre proche de celui de sa toison, naguère si fière et qui semblait maintenant avoir perdu de sa force, comme si les branches d'un arbre d'été ne supportaient plus le poids de la neige et voulaient tomber. Ses yeux pétillaient en se remémorant les souvenirs d'Hellia St.James, mais il ne dit rien de particulier de ses mémoires heureuses, et se contint à un sourire doux et à une voix qui n'avait pas, elle non plus, su conserver sa force, en observant le visage de la jeune femme. *

Oh, Hellia, c'est bien vous... Ma foi, cela fait si longtemps, si longtemps que je n'avais pas eu de nouvelles de vous, je me demandais ce que vous deveniez. Enfin, j'ai toujours eu un ragot ou deux de temps en temps, mais je ne voulais pas vous déranger, j'imagine que vous êtes devenue une jeune sorcière très douée et très occupée, n'est-ce pas ? Mais je vous en prie, entrez, entrez.

* Il s'écarta de la porte pour laisser passer la sorcière, et prit sa cape de ses épaules pour la jeter sur un portemanteau ancien qui trainait là. Il la précéda ensuite d'un pas lent vers la salle à manger ancienne, poussiéreuse, dont le ménage semblait ne pas avoir été fait depuis des lustres. Tremblotant quelque peu des jambes, il parvint à faire le tour de la table avant d'aller s'asseoir de l'autre côté, et l'invita à le rejoindre sur une chaise à sa droite. D'un claquement de doigts, le feu semblait s'être rallumé dans la cheminée, du moins assez pour produire quelques craquements et quelques flammèches, semblant presque éteint mais pas tout à fait. *

Installez-vous, vous me direz tout. Ce que vous êtes devenue, ce que vous avez vécu comme grandes expériences, et bien sur ce pourquoi vous avez besoin de moi. Je serais ravi de pouvoir vous aider. Mais je vais faire du thé, d'abord, un instant. Fleeni, Fleeni ?

* Rien ne suivit les paroles du professeur. Aucun craquement sonore, qui devait annoncer l'arrivée de l'elfe de maison de la famille, aucun bruit quelque part dans la cuisine qui montrerait que l'elfe était présent et prêt à servir son maitre, juste le silence blanc et lent qui suit après un échec, après une déconvenue de plus. Grommelant doucement que les elfes n'étaient plus ce qu'ils étaient, et que c'était quand même le bon temps avant, Proventus tâtonna un peu sur la table et prit une paire de lunettes un peu ébréchées qui trainait, et les posa sur son nez. *

Eh bien, je vais devoir le faire moi-même, on dirait. Ces elfes, j'ai l'impression qu'ils ne m'obéissent plus, je devrais faire quelque chose, un de ces jours. Où ai-je mis ma... Ha, la voila.

* La baguette de Proventus trainait sur une chaise, un peu en arrière de la table. Il se leva d'un air qui semblait pénible et se traina jusqu'à celle-ci, la prit et s'en alla dans la cuisine. Le thé ne prit pas longtemps à être fait, un petit coup de baguette servit à apporter tout ce qu'il fallait, tasses et cuillères poussiéreuses rapidement astiquées à l'aide d'un coup de baguette, sucres qui semblaient être incassables tellement ils étaient vieux et plusieurs petits biscuits secs immangeables à cause de leur dureté. Il retourna auprès d'Hellia et la servit.
*
Rien de mieux qu'un thé le matin, pas vrai, Hellia. Je me rappelle que vous adoriez cela lors de vos visites au manoir, auparavant. J'espère ne pas avoir perdu la main. Allez-y, racontez-moi tout, je veux tout savoir de votre nouvelle vie.

:S
Famille, Devoir, Honneur

Préfète
Auror assistante
Chroniqueuse VIPère
[Avatar]
Serpentard
6e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 18/12/2019 à 00:38:44

Une vague de souvenirs s'abattaient sur les épaules de la jeune femme lorsqu'elle pénétra dans la salle à manger, suivant son ancien professeur sans le quitter des yeux. Elle observa les meubles poussiéreux, les sols qui n'avaient désormais plus rien de leurs éclats d'antan. S'installant silencieusement à la place indiquée par Proventus, elle hocha lentement la tête, perdue dans ses réflexions, n'écoutant pas vraiment le flot de paroles de son hôte. Il l'avait reconnue et la sorcière avait pu, l'espace d'un court instant, apercevoir un éclair dans les yeux du vieillard.

Puis, il s'était éclipsé. Seule, Hellia pouvait tout observer à loisir. L'absence des elfes ne lui semblait pas être soudaine. Aucun elfe ne laisserait une maison dans cet état. Proventus vivait-il seul dans ce grand manoir ? Alors que la St.James s'interrogeait encore sur les conditions du vie du sorcier, celui-ci revint, servant le thé. Une fois de plus, elle hocha la tête dans sa direction, sans vraiment l'écouter. Ses pensées l'entraîner loin. Très loin du manoir Tal Moundine. En Afrique.

La voix était décharnée, effrayante, sombre. Les personnes qui se trouvaient dans la tente à ses côtés, s'étaient relevées brusquement. Certaines d'entre elles s'étaient précipitées à l'extérieur, mais pas elle. Non, elle était restée, elle avait écouté. Jusqu'au bout. Et peut-être n'aurait-elle pas dû.

Sursautant au bruit du thé qui emplissait la tasse posée devant elle, Hellia planta son regard dans celui de Proventus et secoua la tête pour en chasser ses pensées. Plongeant la main à l'intérieur de son sac de voyage, elle attrapa un mouchoir en tissus afin de s'éponger le front. Depuis son retour, elle avait l'impression que cela ne cesserait jamais. Une fois chose, elle s'adressa enfin au sorcier.



Je ne puis que vous remercier de votre accueil professeur. Vous êtes toujours là lorsque j'en ai besoin. Je crois que vous n'allez jamais réussir à vous débarrasser de moi.


Un petit rire franchit ses lèvres et la fourchelang observa longuement Proventus. Elle avait un plan, un plan qui ne consistait pas à tenir une discussion. Un plan qui n'était pas aussi réfléchi qu'elle l'aurait voulu. Mais cette voix, ces cauchemars...


Je ne peux plus rentrer chez moi. Pas tant que...


Que la voix serait toujours là. Mais il était hors de question de parler de cette voix. Il ne comprendrait pas ou imaginerait qu'elle était prise de folie.


Je ne peux pas rentrer chez moi parce-que j'ai touché à une magie à laquelle je n'aurais jamais dû toucher et j'ai besoin de vous maintenant pour m'aider à mettre fin à ce cauchemar dans lequel je suis entrée. Comprenez-vous ?


Soudain, Hellia observa le plateau que le professeur avait apporté, les rideaux, les meubles et le sol poussiéreux. Se remémorant quelques instants avant, le vieillard s'enquérir de ses elfes sans qu'ils ne se manifestent. Elle murmura plus pour elle que pour lui :


Vous êtes seul ici.



Retraité
[Avatar]
Serpentard
3e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 18/12/2019 à 18:25:10

* Elle s'épongeait le front. Le feu était-il trop chaud ? Il en doutait, lui, il avait froid. Mais cela faisait longtemps qu'il n'avait plus eu réellement chaud. Même les derniers étés, la froideur de la pierre du manoir lui permettait de rester à l'abri des vagues de chaleur qui ne manquaient jamais de secouer cette partie de la Grande-Bretagne régulièrement. Elle devait avoir vraiment besoin de lui, et avoir retourné tout son carnet d'adresse. Le thé lui faisait du bien, et lui permettait de garder les yeux ouverts et concentré sur la jeune femme en face de lui. Le sommeil avait beau lui manquer, il ne manquerait pas l'occasion de se rappeler un peu une jeunesse à laquelle il ne croyait déjà plus à l'époque.

Proventus eut un instant de frisson, un second, il ne comprenait pas pourquoi. C'est quand elle avait parlé des autres formes de magie. Comme si un reflet de l'ancien lui criait à l'intérieur et voulait sortir de ses gonds, comme si la peur qu'il éprouvait autre fois pour ce qu'il ne voulait pas comprendre revenait par intermittence pour le hanter dans son présent. Mais le frisson disparut, et le sourire qui avait imperceptiblement et sans qu'il ne puisse le contrôler commencé à s'affaisser se redressa. *

Je peux peut-être vous aider, bien sur ! Mais je ne crois plus être la personne la mieux qualifiée pour cela. Avez-vous demandé de l'aide au Ministère ? Je sais que les Langues-de-Plomb peuvent parfois faire des miracles ! Mais si vous y tenez vraiment, je peux essayer, racontez-moi tout Hellia.

* La seconde remarque le fit tiquer. Quelque chose le pressa dans sa tête, comme si il avait envie de dire quelque chose, mais la chose se tut comme elle était venue. Et se taira encore, et reviendra encore. Non, il ne vivait pas seul. Il avait encore ses elfes, il avait encore sa soeur, qui venait parfois lui rendre visite. Il ne vivait plus seul ici, cela faisait longtemps qu'il n'avait plus vécu seul, il avait toujours quelqu'un, il avait toujours quelqu'un dans ce manoir, ou un elfe. Oui, Fleeni était toujours là, il en était sur. *

Seul ? Oh non, non. J'ai toujours de la visite, bien sur. Et mes elfes sont là pour s'occuper de moi et du manoir, bien sur. Je ne saurais pas le faire sans eux.

* Un second frisson le traversa. Dieu qu'il faisait froid. Comment pouvait-elle ainsi s'éponger le front ? Elle n'avait aucune notion de la température ? Ou elle venait de courir ? Peut-être pas, peut-être était-elle simplement nerveuse à l'idée de revoir Proventus. Cela était compréhensible si sa nervosité était au moins équivalente au bonheur qu'il connaissait de la voir revenir ainsi dans son manoir, comme avant, comme quand il avait encore des choses à lui apprendre. *

Allez, expliquez-moi comment je pourrais encore pouvoir vous aider, si c'est dans mes capacités, bien entendu !

:S
Famille, Devoir, Honneur

Préfète
Auror assistante
Chroniqueuse VIPère
[Avatar]
Serpentard
6e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 18/12/2019 à 19:12:19

Kagumbo avait jeté une sorte de mixture odorante sur le feu afin de l'éteindre, au moment ou la silhouette se faisait plus nette. La silhouette d'un sorcier venant d'un autre monde. Un sorcier qu'elle n'avait connu qu'à travers pages des journaux qu'il avait laissé derrière lui. Un sorcier qu'elle n'avait pu observer qu'à travers les clichés conservés dans les albums de photographie de la famille St.James.

Un hurlement fendit l'air. Son hurlement. Kagumbo et ses acolytes avaient eu bien du mal à sortir Hellia de la tente. La sorcière était en transe et hurlait, déchirant la sérénité qui régnait habituellement sur leur petit village. Elle voulait entendre la suite, elle voulait le revoir. Elle proférait des menaces. Le chef du village savait bien que lui et les siens ne risquaient rien, sa femme gardait précieusement le bâton avec lequel les sorciers d'Occident pratiquaient leur magie. Seulement, il savait aussi que Hellia St.James n'était dorénavant plus la même.


* *
*



Épongeant cette fois ses tempes à l'aide de son mouchoir, Hellia se redressa et chercha à capter le regard de l'ancien professeur, car, elle l'avait bien remarqué, ses yeux étaient encore tels qu'ils l'étaient dans ses souvenirs. C'était peut-être la seule chose qui n'avait pas changé.

S'approchant de Proventus, elle n'accorda pas d'importance à la réponse de ce dernier. Seul ou non, cela importait peu. Tout ce qui comptait, était que sa mémoire et ses capacités soient intactes.



Je ne veux absolument pas de l'aide du Ministère Professeur. Ils n'y peuvent rien. La seule personne qui puisse me venir en aide, c'est vous.


Se détournant du sorcier, elle laissa ses pieds la guider devant l'âtre dont le feu n'était pas aussi puissant qu'il aurait fallu pour réchauffer la pièce. D'un léger coup de baguette, elle raviva ce dernier et suivit du regard le lent mouvement des flemmes qui dévorait le bois.


Vous êtes la seule personne en qui je peux avoir confiance.


Hellia inspira profondément avant de poursuive, le dos tournée, elle ne voulait pas le regarder :


Lors d'un voyage en Afrique, j'ai pu approcher à de la magie dont nous n'avons presque aucune connaissance ici. Une magie se pratiquant sans baguette. Une magie qui se nourrit de l'énergie humaine. J'ai assisté à des rituels ou les morts revenaient. Un monde cauchemardesque.


Frissonnant aux souvenirs des cauchemars qui l'empêchaient de trouver du repos, qui la tiraillaient nuit et jour, elle fit enfin face au sorcier.


Lors d'un rituel, un des sorciers a interrompu la cérémonie de manière abrupte. Il n'a pas respecté l'ordre. Je suis restée et je n'aurais pas du car maintenant, je suis hantée par ses cauchemars. Je ne peux plus dormir. Je ne peux plus fermer les yeux. J'entends... Des voix. Je sens des odeurs qui auraient dû rester en Afrique. Elles ne devraient pas être ici.


Se rapprochant de Proventus une fois de plus, elle attrapa la main du vieillard.


Vous comprenez pourquoi je ne peux pas demander de l'aide à n'importe qui n'est-ce pas ? On pourrait s'imaginer des choses totalement fausses et ma réputation serait ruinée. Des choses... Tout simplement trop noires. Mais vous professeur, vous me connaissez n'est-ce pas ? Vous savez que jamais je ne pourrais. Vous le savez, n'est-ce pas ?


Retraité
[Avatar]
Serpentard
3e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 27/12/2019 à 14:56:37

* Évidemment que le ministère ne pouvait pas rien faire pour elle. Personne à l'intérieur du ministère ne pouvait plus rien faire pour elle. Ils n'avaient jamais rien pu pour personne d'ailleurs. La corruption le trainait vers le bas et vers la destruction. Chose avec laquelle il n'avait d'ailleurs aucun problème. Pour autant qu'il se souvienne, il avait à un moment donné la moitié des employés sous sa coupe, mais cela, c'était bien avant, quand le monde extérieur avait encore de l'importance à ses yeux et qu'il ne s'était pas renfermé sur lui-même. Proventus n'allait pas nier qu'ils ne pouvaient rien, les langues-de-plomb encore moins. S'ils ne l'envoyaient pas promener, c'était uniquement parce qu'ils ne l'auraient même pas écouté, cette secte était encore plus bizarre que tout le reste du Ministère.

Les craquements du bois dans l'âtre le firent frémir un peu. Il voulut la remercier mais se retint, il ne voulait pas qu'elle puisse déceler encore une once de faiblesse en plus, qu'elle ne comprenne qu'il était incapable d'encore entretenir un feu à son âge. De petites bouffées de chaleur vinrent jusqu'à lui, le revigorant un petit peu, faisant taire les frémissements qui s'étaient insinués dans lui. Il suivit du regard la forme de la sorcière qui avait fini de bouger et se tint devant la cheminée.

La confiance... La seule personne en qui elle pouvait avoir confiance. Quelque chose fit apparaître une trace de culpabilité dans la tête du sorcier. Ce n'était pas clair, pas encore, mais il semblait se souvenir de quelque chose e rapport avec la professeure. Elle ne devait pas avoir confiance en lui, c'était certain, ce n'était pas une bonne idée, cela n'allait pas. Mais il ne voulait pas lui dire, la curiosité l'emportait sur son sentiment de justice, pour une fois. Étrange, comme si la justice de ce qui le taraudait pouvait être supérieur à ce qui lui infligeait de la culpabilité. *

Bien sur, bien sur...

* L'histoire l'édifia. S'il ne se rappelait pas de bribes de ce qu'il avait déjà pu voir, il la déclarerait folle sur le champ et la conduirait lui-même à Sainte-Mangouste, mais quelque chose dans le regard de la jeune sorcière le persuadait que cela était vrai, qu'elle avait été réellement en Afrique et qu'elle avait réellement vu ce qu'elle prétendait. Ou qu'elle mentait bien. Mais il ne voyait pas la différence, ni de justifications dans l'acte de venir chercher de l'aide auprès de lui dans ce cas-là. *

Je... Comment-est ce que je pourrais vous aider, Hellia ? Je ne suis pas très familier avec la magie africaine, et je suis un peu usé. Je ferais un maximum, bien sur, mais je ne sais pas quoi faire ?

:S
Famille, Devoir, Honneur

Préfète
Auror assistante
Chroniqueuse VIPère
[Avatar]
Serpentard
6e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 14/01/2020 à 17:58:05

Evidemment qu'il n'avait pas de connaissance en magie africaine, cela n'étonnait pas la St.James. Peu de sorciers britanniques s'aventuraient au-delà de la magie traditionnelle, faisant fi du reste. Cela était un tort, mais elle se gardait bien de le dire à voix haute.

La main de Proventus était glaciale et si ce dernier ne se tenait pas à ses côtés, communiquant avec elle, Hellia aurait pu craindre que le sorcier n'ait entamé son dernier voyage. Mais non, Proventus était bien vivant. Contrairement à d'autres. Un frisson traversa son corps et elle relâcha la main de l'ancien professeur.

Son regard ne quittait pas le visage du sorcier, guettant un signe, une réaction, peu importait. L'espace du seconde, les yeux de Proventus avaient eu l'air de voguer au loin, lui laissant imaginer que le vieil homme voyageait dans ses souvenirs, mais cela ne s'était pas éternisé et Hellia n'allait certainement pas utiliser un sortilège de legilimancie pour découvrir ce dont il s'agissait. La Fourchelang avait autre chose en tête.



Laissez-moi rester auprès de vous professeur.



Elle avait murmuré ses paroles, les laissant flotter entre eux afin de leur donner plus de poids. Ses yeux d'ordinaires si froids, s'étaient adoucit, cherchant l'approbation du sorcier. Il ne pouvait pas lui refuser son aide, elle n'avait que lui et quelque chose lui disait, qu'il avait aussi besoin de son aide même si jamais il ne le lui avouerait.


Je vous en prie, j'ai besoin de votre aide. Vous savez que jamais je n'insisterais de la sorte si cela n'était pas aussi important.



Nouveau murmure. Hellia espérait que la réponse de son ancien mentor serait favorable. A vrai dire, elle n'avait aucune envie de retourner au manoir St.James et d'être à nouveau la proie des cauchemars sans nulle autre présence que celles des deux elfes de maison qui chuchotaient, inquiets à son sujet, une fois la porte de sa chambre fermée.


Retraité
[Avatar]
Serpentard
3e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 14/01/2020 à 18:52:24

* Qu'elle reste. Oui, qu'elle reste. Qu'elle rende un peu de chaleur au vieux sorcier. Elle était la première personne vivante qu'elle voyait depuis... Non, non, les elfes étaient là, les elfes étaient là, il en était sur. Ils ne l'avaient jamais quitté, ils ne le quitteraient jamais, pas tant qu'il ne leur en donnait pas la permission, ou un vêtement. Ou les deux. Mais il ne l'avait pas fait, il en était sur. Alors qu'elle reste, qu'elle mette un peu de bonheur et de gaieté dans les tristes et mornes jours qui se succédaient. Même si elle n'avait pas l'air d'être précisément dans cet état d'esprit, Proventus n'avait que ça pour se raccrocher, il n'avait plus qu'elle, pour l'instant. Et les bribes de souvenir qu'il parvenait à rassembler sur la sorcière faisait presque poindre un sourire doux à la commissure de ses lèvres.

Elle lui lâcha la main, et cela lui fit comme un choc. Comme si elle était partie. Il du se secouer un peu pour la regarder de nouveau, vérifier qu'elle était bien là. Ses yeux affolés prirent juste le temps de capter son regard à elle, de vérifier qu'il n'était plus seul, qu'elle n'était pas un fantôme étrange de son imagination revenu le hanter comme d'autres le faisaient de temps en temps. Elle était bien là. *

Restez, Hellia, restez, s'il vous plait.

* Il avait une sorte de trémolo dans la voix. Comme si la réalité pointait enfin le bout de son nez dans le cerveau du professeur à la retraite. Comme si enfin quelque chose avait cédé. Mais c'était fugace, et c'était surtout déjà reparti. Sa voix ne se fit pas plus assurée, et elle ne resta qu'un murmure indistinct qui répétait les derniers mots qu'il avait prononcé deux ou trois fois. Si bas que personne si ce n'est lui ne purent les entendre, réellement. *

Je vais vous aider, Hellia. Si je le peux. Une dernière fois, tant que je respire toujours. Mais promettez-moi, promettez-moi...

* Ses prunelles se fondirent dans les siennes, et une larme perlait presque à ses yeux, qui s'humidifiaient si peu avant, et qui semblaient maintenant se rattraper avec le temps perdu, qui semblaient réaliser combien il aurait du pleurer et avoir peur de ce qu'il allait dire plutôt que d'en avoir fait le combat de sa vie, ou de ce qu'il se rappelait de sa vie plutôt. Sa voix tremblait et chevrotait alors qu'il terminait sa phrase. *

Promettez-moi de ne pas faire entrer de magie noire ici, s'il vous plait. Quoi qu'il arrive. Je n'en veux plus, plus jamais...

:S
Famille, Devoir, Honneur

Préfète
Auror assistante
Chroniqueuse VIPère
[Avatar]
Serpentard
6e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 15/01/2020 à 14:46:51

Habituellement habituée à obtenir ce qu'elle désirait, Hellia eu pourtant du mal à masquer sa surprise devant la situation qui se révélait fort simple. Examinant l'ancien professeur, elle l'écouta sans l'interrompre. Quelque chose était différent dans sa voix. Quelque chose qui, si elle parvenait à mettre le doigt dessus, lui serait sans doute d'une aide précieuse afin de comprendre Proventus Tal Moundine. Certains auraient assurés qu'il ne s'agissait que d'un vieux sorcier n'étant plus que l'ombre de l'homme qu'il avait été, perdant la tête, s'affaiblissant de jours en jours, mais Hellia n'y croyait pas une seconde. Où ne voulait pas y croire peut-être.

Était-il possible que ce sorcier si brillant, imposant le respect, qu'elle avait longtemps admiré, ne puisse qu'être sur le déclin ? Elle en doutait fortement et refusait même que cela soit le cas. Pour la suite, elle avait besoin d'un Proventus Tal Moundine en pleine possession des ses brillantes facultés mentales. Et de ses souvenirs, bien entendu.

Une fois encore, son regard analysa les recoins de la pièce mal entretenue. Si des elfes de maison vivaient encore sous ce toit, ils devaient être grabataires pour laisser ce manoir dans un tel état, ce qui ne pouvait que pousser le sorcier à se laisser aller. Pestant intérieurement contre les elfes du monde entier, la St.James reporta son attention sur son interlocuteur.



Je vous remercie professeur, vous ne pouvez pas...


Elle ne termina pas sa phrase. Les lèvres du professeur bougeaient silencieusement. Fronçant les sourcils, attentive, Hellia était incapable de distinguer quoi que ce soit. Déplaçant son poids d'un pied à l'autre, la sorcière ne savait pas comment réagir à cette situation et avant qu'elle ne puisse se décider sur l'attitude à adopter, le sorcier poursuivait sur sa lancée.

Les yeux de Proventus avaient accroché son regard. Ses prunelles semblaient humides et sa voix... Sa voix n'était tout simplement plus aussi assurée que d'habitude. La St.James en était décontenancée. Était-ce donc vraiment la magie noire la plus grande peur de Proventus Tal Moundine ?

La magie noire ? Celle dont ce père qu'elle n'avait pas connu, semblait user abusivement. Était-ce pour cette raison ? Les questions fusaient dans l'esprit vif de la St.James et si elles frôlaient ses lèvres, la jeune femme savait que ce n'était pas le bon moment. Un sourire rassurant se dessina sur ses lèvres et elle s'approcha du sorcier, posant une main rassurante sur son avant-bras.



Je vous le promets, aucune magie noire n'entrera dans ce manoir.


Elle n'avait pas besoin de cette magie obscure, pour obtenir ce qu'elle désirait. Seul le temps l'y aiderait.


Vous voulez me faire plaisir professeur ? Allez vous installer prêt du feu pendant que je m'occupe à redonner un peu de sa grandeur à votre demeure. Les elfes ne sont plus vraiment ce qu'ils étaient n'est-ce pas ?


Tirant sa baguette de sa poche, elle poussa doucement Proventus vers un fauteuil. Plus vite les lieux auraient retrouvé leur éclat d'antan, plus vite l'ancien enseignant se sentirait mieux, elle en était certaine. Elle l'espérait tout du moins.


Retraité
[Avatar]
Serpentard
3e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 15/01/2020 à 18:50:14

* Ses yeux redevinrent sec comme des cailloux d'été à marée basse que le soleil séchait rapidement. Elle avait promis, cela n'arriverait pas. Elle avait promis. Il n'avait donc aucune raison d'avoir peur de nouveau de la noirceur qui pouvait revenir, encore et encore, quand il ne s'y attendait pas, envahir son coeur et ses rêves, son cerveau et ses cauchemars. Alors, il suivit le son de sa voix. Il se leva, doucement. Sa main passa rapidement sur la veste rapiécée qui contenait sa baguette. Un vieux réflexe, évidemment. Le bout de bois lui procurait un sentiment de sécurité extrêmement étrange. Comme s'il avait une vie propre, et le rassurait avec des douces et anciennes promesses de bien-être et de futur radieux.

Les pas, les uns après les autres, le ramenèrent près du fauteuil, en face de l'âtre de la cheminée. Les flammes dansaient doucement, et les bûches qui craquaient faisaient un étrange et lointain concert qui lui plaisait. Il s'assit avec précaution, craignant de froisser encore plus son vêtement déjà fripé et usé jusque l'os. Sa concentration dans les flammes fut brêve. Déjà, la jeune femme qu'il semblait avoir oublié lui parlait, et le tirait de la perte de son regard à l'intérieur des braises rougeoyantes. Mais quelque chose de nouveau en lui se réveilla brièvement à ses paroles, quelque chose qu'il n'avait plus vu depuis longtemps, quelque chose de déplacé qu'il avait réussi à contenir à sa place. *

Ma maison sera toujours grande et noble, Hellia. Quoi qu'il arrive. Ne vous en faites pas pour elle, et venez vous installez à côté de moi.

* La lueur de fierté et d'orgueil brisé et irréparable qui avait pu danser dans ses yeux quand elle avait jugé l'état de sa maison avait disparu. Ses pupilles étaient de nouveau vides et sans expression, en attente de savoir ce qui allait se passer par la suite. L'impatience ne l'avait pas quitté, elle ne l'avait jamais quitté. S'il était capable de ne rien faire pendant des jours maintenant, il détestait toujours qu'une chose prévue ne se passe pas, ne vienne pas, ou plus couramment, ne se passe pas comme prévu. Il reperdit quelques instants son regard dans le feu avant de retourner son visage vers Hellia. *

Je suis un peu fatigué, Hellia. Ce n'est plus de mon âge de faire autant de choses, d'avoir autant d'émotions.

* La journée venait à peine de commencer pourtant, mais Proventus n'en pouvait plus, déjà. Le sentiment de retour en arrière que la jeune femme avait fait en frappant à la porte de sa maison et en y rentrant l'avait chamboulé, et toute sa concentration avait été nécessaire pour parvenir à refouler les émotions derrière un masque stoïque. Et la nuit blanche passée à essayer de se souvenir de ce qui le travaillait n'était pas fait pour l'aider, loin de la. *

Allons-y, que devons-nous faire ?

:S
Famille, Devoir, Honneur

Préfète
Auror assistante
Chroniqueuse VIPère
[Avatar]
Serpentard
6e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 24/01/2020 à 17:50:43

Ravie d'avoir visé juste en piquant l'orgueil de l'ancien professeur, Hellia lui adressa un sourire.

Ce n'est pas ce que je voulais dire professeur. Il est évident que la maison Tal Moundine sera toujours une grande et noble maison.


La jeune femme n'avait pas raté la lueur de fierté traversant les yeux de Proventus et était soulagée de constater que tout n'était pas entièrement perdu. Aussi, elle fit un geste de la main en direction de ce dernier afin de chasser ses arguments aussi loin que possible.


Au contraire professeur ! Les émotions sont utiles, bonnes ou mauvaises. Il est important de les ressentir, car cela concentre notre attention sur certains problèmes. Évidemment, il vaut mieux éviter de se laisser écraser par elles, mais les émotions ont une histoire et il faut savoir les écouter. D'ailleurs ...


Avant d'en dire davantage, Hellia agita sa baguette enfin de redonner de l'éclat à la pièce, observant la magie neutraliser la poussière, redonnant de la gaieté et de la chaleur d'antan au salon. S'approchant ensuite du fauteuil faisant face à celui de son ancien professeur, elle attrapa les coussins, les secoua afin de leur redonner du volume et s'installa, une lueur malicieuse dans le regard.


Avez-vous une pensine professeur ?



Proventus ne s'en doutait certainement pas, mais, ses plaintes contre les émotions qui n'était plus de son âge avaient donné une idée à la jeune femme. Si le présent lui était trop pénible, le passé lui, regorgeait certainement de moments capable de lui redonner de cette force qui avait été sienne et qui, elle en était certaine, ne se trouvait pas si loin encore. Et puis n'avait-elle pas apporté dans ses bagages quelques petites fioles contenant ses souvenirs ? Le moment lui semblait tout à fait propice pour les rappeler à la mémoire du sorcier.


Faites-moi confiance, se plonger dans le passé n'est pas toujours une mauvaise chose, bien au contraire. Je pense que c'est d'ailleurs une première solution pour chasser les cauchemars de notre présent.





Retraité
[Avatar]
Serpentard
3e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 27/02/2020 à 15:13:39

* Grande et noble maison. Comme si quoi que ce soit dans le nom de la maisonnée pouvait faire quelque chose. Les tableaux pourris, les tapisseries trouées, il n'y avait pas plus de noblesse dans cette maison que dans les histoires qui circulaient autour des histoires de ses membres. Quant à la grandeur, ils avaient laissé tomber l'idée il y'a bien longtemps. Toutes les familles ont les racines pourries, mais elles avaient depuis longtemps contaminées l'arbre de celle-ci.

Il parut réfléchir quelques instants, tandis que la poussière soulevée par la baguette d'Hellia et la lumière qu'elle faisait rentrer dans la pièce le faisait tousser doucement. Il claqua faiblement des doigts, comme si ceux-ci étaient aussi fragiles qu'un morceau de papier jauni, et qu'il avait peur de les écorner en les faisant s'entrechoquer. Un bruit étouffé à l'étage se fit entendre, suivi par une sorte de léger vrombissement, tandis qu'un éclat bleu apparaissait lentement dans la pièce. La pensine vint se trouver sur la table devant le fauteuil sur lequel la sorcière s'était assise. *

Voila la pensine...

* Il hésita en s'en approchant. Les souvenirs qu'il avait entreposé dedans ne regardait pas la jeune femme, ceux-là étaient en sécurité, bien loin de la, mais ce n'était pas pour autant qu'elle ne l'inquiétait pas, cette bassine. Les lueurs bleues qui dansaient ne rappelaient rien au professeur, aucune image n'apparaissait au dessus d'elle, mais les souvenirs étaient encore la, dans sa tête, ils dansaient et lui rappelaient tout ce qu'il voulait oublier pour l'instant. Sa voix perdit un instant de son tremblotement, reprenant de la puissance dans ce qu'elle lui proposait, voulant paraître fort pour elle. *

Je vous fais confiance, Hellia.

:S
Famille, Devoir, Honneur

Préfète
Auror assistante
Chroniqueuse VIPère
[Avatar]
Serpentard
6e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 30/12/2020 à 18:18:07

Chez les uns, avoir confiance, pouvoir se fier aveuglément à une tierce personne apportait sans doute un sentiment de sécurité. Chez les autres; la confiance inspirait de la crainte. La peur de la trahison certainement.

La vie lui avait enseigné nombre de choses ; notamment à ne pas avoir peur des mots. Il existait bien d'autres maux, beaucoup plus puissants, beaucoup plus douloureux et à côté, la trahison était une pure fadaise.

Agitant lentement son instrument magique face à sa paume gauche vide, elle fit apparaître des petites fioles. Sept exactement. Sept fioles contenant des souvenirs qu'elle allait partager avec le vieux professeur. Les déposant délicatement sur la table, à coté de la pensine, la sorcière entreprit de les classer par ordre de préférence. Ses préférences bien évidemment.

Prenant le premier contenant, elle en retira le bouchon en murmurant :
Voilà. Et versa enfin le liquide presque transparent, reposa la fiole et invita Proventus à se plonger dans le premier souvenir.



[Afficher]
Spoiler : Première fiole
Première fiole



Les couloirs de Poudlard pullulaient de tête blondes et brunes se hâtant de rejoindre leur prochain cours. Par les fenêtres, on pouvait apercevoir l'automne prendre sa place dans la nature écossaise en chassant les derniers jours de l'été. L'odeur des livres et uniformes neufs se répandaient dans l'air et les bruits de chaises tirées, de portes claquants sur leurs battants ainsi que des brides de diverses conversations brassaient l'air autour de la jeune Serpentard de première année qui se hâtait tant bien que mal, distribuant des coups de coude au hasard et pestant contre ses cornichons d'escaliers qui ne semblaient pas vouloir lui faciliter les choses. Enfin, pénétrant dans une salle de classe à l'éclairage tamisée, la petite blonde se dirigea vers un bureau de bois sombre derrière lequel se tenait un homme dans la force de l'âge, occupé à rédiger un parchemin. Sans même lever les yeux vers l'enfant, l'homme s'éclaircit la voix et s'adressa à elle.


Miss St.James, vous êtes en retard.


Navrée professeur. Miss Brooks ne nous a laissé sortir des cachots qu'à la seule condition que quelqu'un ne lui prépare une infusion capable de guérir sa migraine et ...


S'interrompant brusquement sur un signe du professeur, l'élève s'approcha du bureau et contempla les alentours, l'air enchanté.


Vous êtes dorénavant mon assistante miss St.James et la ponctualité est primordiale. Je n'ai que faire de Miss Brooks et de ses migraines. Me comprenez-vous ?


La vision se flouta et le temps s'accéléra. Le spectateur assistait à l'évolution de l'enfant, tant que physiquement ou dans l'apprentissage de la magie. L'enfant était devenue une adolescente. Elle se tenait toujours aux côtés du même professeur et entre eux, transperçait une forme de complicité. L'observateur ne pouvait passer à côté de l'admiration qu'avait la jeune fille pour le professeur ni de la fierté de ce dernier pour la réussite de son élève. Une fois de plus, la vision se flouta.



Il était temps de passer à la deuxième fiole.

Retraité
[Avatar]
Serpentard
3e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 08/01/2021 à 20:02:13

* Le vieillard sentit les frissons caractéristiques d'une plongée dans la Pensine lui parcourir l'échine. Le liquide n'en était évidemment pas, et il se sentit plutôt comme plongé dans une sorte de fumée bleutée qui le transporta dans un monde familier, en nuances de brun et de sépia. Il reconnaissait les lieux, il les avait si souvent traversés, si souvent occupés. Il avait passé une grande partie de son temps dans ces pièces, dans ces travées, à surveiller, à enseigner, à diriger, à réfléchir. Poudlard... C'était sans doute ce qui s'était le plus approché d'une maison à ses yeux, plus que le manoir miteux dans lequel il vivait, et qui ne faisait plus la fierté que des quelques armures et portraits que la rouille et la poussière n'avait pas encore troué ou effacés. Tous les élèves sortaient d'une classe, relativement classique, sans matériel particulier. Il ne savait pas quel cours était donné la dedans.

Un homme, entre deux âges, se tenait à son bureau. Il écrivait, il grattait du papier, comme si sa vie en dépendait. Impossible pour Proventus d'aller lire ce qu'il en était, c'était les souvenirs d'Hellia, pas de son professeur. Et Hellia arrivait justement, par les escaliers qui semblaient soudain s'être mis à l'écouter, comme s'ils venaient d'entendre une directive d'une personne qui voulait réellement qu'elle atteigne ce bureau. Il ne lui daigna même pas un regard, pas un signe de tête. Il se contentait de gratter son papier, de temps en temps de prendre un parchemin qui trainait sur le côté de son bureau, de le lire, et de trouver les informations qu'il cherchait avant de les retranscrire sur le papier qu'il tenait de l'autre main.

Elle était devenue l'assistante du professeur de son souvenir. Cela ne l'étonnait pas. Elle avait toujours été très studieuse, oui, très studieuse. S'il se rappelait bien, elle avait même été préfète, à un moment. Il se rappelait en avoir souri, lui dont les lèvres se déridaient rarement hors de ses calculs pour paraître plus sympathique ou de son ironie. Il se rappelait avoir ressenti du bonheur quand elle avait été nommée, plus tard, préfète... Il lui avait peut-être même fait un clin d'oeil, l'année de sa nomination, quand elle trônait à la table des Serpentard, tandis qu'il aidait Bates à présider le buffet... Enfin, c'était sans doute elle, il ne voyait pas pourquoi cela pourrait être quelqu'un d'autre.

Mais ce n'était pas ce souvenir là, dont il était question. C'était un des souvenirs d'Hellia, et il devait être important pour qu'elle le lui montre ainsi. Était-ce cet homme qu'elle avait perdu et qu'elle devait aider, et pourquoi diable Proventus ne parvenait-il pas à se rappeler du nom de ses collègues. Il y'avait... Par tous les dieux, il y'avait qui, encore ? Delvos, peut-être ? Ce n'était même pas certain. Il ne parvenait définitivement plus à s'en souvenir... Et il ressortit de la pensine, sentant encore l'odeur caractéristique d'un début d'année à Poudlard lui chatouiller l'esprit, lui remémorer des souvenirs de sa propre rentrée, tandis qu'il reprenait pied dans le salon de son manoir, bien plus froid que la salle de classe qu'ils venaient de quitter. *

Qui était-ce, Hellia, ce professeur qui vous a pris comme assistante ? Je ne parviens pas à remettre un nom sur son visage, pourtant, il m'est comme familier, et je me targue d'avoir plutôt une bonne mémoire !

:S
Famille, Devoir, Honneur

Préfète
Auror assistante
Chroniqueuse VIPère
[Avatar]
Serpentard
6e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 11/12/2021 à 23:43:01

Son regard ne quitta pas une seconde l’ancien professeur lorsqu’il plongea dans ses souvenirs. Elle savait exactement ce qu’il allait y voir et espérait déclencher une émotion chez le sorcier. La legilimens voulait qu’il se souvienne qu’elle n’avait pas été qu’une simple élève douée en sortilèges et enchantements. Il avait été son mentor. Elle l’avait admiré. Bien plus qu’un simple professeur. Elle s’était attachée à lui au-delà de ce qu’il pouvait imaginer. Il représentait cette figure qu’elle n’avait jamais connue auparavant. Une figure paternelle.

Lorsqu’il se redressa, Hellia le contempla longuement, interdite par la question qu’il lui posait. Proventus ne se souvenait donc vraiment plus ? Où jouait-il la comédie ? Elle plissa les paupières avant de se détendre et posa une main sur l’épaule de ce dernier.



C’était vous professeur. Vous ne vous souvenez pas de toutes ces heures où vous m'avez enseigné les sortilèges et enchantements ? Vous étiez le meilleur professeur de cette école et j’étais si fière que vous m’ayez choisi, ajouta-t-elle en laissant échapper un petit rire cristallin.


La deuxième fiole lui rappellerait peut-être davantage de souvenirs. Elle l’espérait du moins. Elle récupéra le premier souvenir et rangea délicatement la fiole dans la boîte prévue à cet effet avant de saisir une autre fiole et de la verser délicatement dans la pensine.


[Afficher]
Spoiler : Deuxième fiole
Deuxième fiole



Le regard de l’élève de Serpentard ne la quittait pas des yeux. Elle plongea la main à l’intérieur de la poche de sa cape et en sortit une photographie sur laquelle deux sorciers, un homme et une femme, prenaient la pause. Il s’agissait de Maughan St.James et d’Alicia Parker. Tous deux décédés des années auparavant.

Le spectateur suit la course effrénée de l’adolescente dans les couloirs de l’école à la poursuite de l’adulte qui ressemble comme deux gouttes à la sorcière de la photographie. Il peut aussi assister à la première rencontre entre Hellia et cette jeune femme se nommant Deborah Chloé Parker.

Le temps s’accélère et il peut voir Hellia en compagnie de Deborah au niveau 9 du Ministère de la magie, traversant une pièce circulaire où se trouvent douze portes. Puis quelques minutes après dans un bureau sombre ou les deux sorcières semblent être en pleine réflexion.



Pour tes parents, ce n’est pas encore sur, mais les miens ont été assassinés c’est un fait. J’en ai même été accusée avant d’être disculpée.


Les mots sont décousus, mais le spectateur peut tout de même en entendre des bribes.


Il nous faut de l’aide. Qui dis-tu ? Proventus Tal Moundine ? Soit, parles lui en mais sois prudente, il me semble qu’il s’agit d’un legilimens.



La vision se flouta et le temps s'accéléra. Le spectateur assistait à l'évolution de l'enfant, tant que physiquement ou dans l'apprentissage de la magie. L'enfant était devenue une adolescente. Elle se tenait toujours aux côtés du même professeur et entre eux, transperçait une forme de complicité. L'observateur ne pouvait passer à côté de l'admiration qu'avait la jeune fille pour le professeur ni de la fierté de ce dernier pour la réussite de son élève. Une fois de plus, la vision se flouta.




Retraité
[Avatar]
Serpentard
3e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 22/12/2021 à 22:34:11

* C'était donc lui. Évidemment que c'était lui, pourquoi lui montrerait-elle le souvenir de quelqu'un d'autre que lui. Cela lui rappelait quelque chose, il l'avait prise comme assistante, c'était tellement évident maintenant. Hellia, c'était ça... Hellia St. James, oui, Hellia St. James. C'était clair, maintenant. Elle avait fait du bon travail, elle l'avait bien aidé, cette année-là. Peut-être, en fait. Tout cela ne lui disait plus vraiment rien. Les années à Poudlard appartenaient au passé, maintenant, et le passé était enterré depuis bien longtemps. Mais néanmoins, il ne se rappelait pas avoir eu l'air si jeune. Ça, ça faisait réellement longtemps. Il passa une main dans ses cheveux, soupirant afin d'évacuer tout l'air qu'il pouvait avant de reprendre une bouffée d'air tout en lui adressant un sourire, et de replonger dans la pensine, dans le second souvenir qu'elle venait de faire apparaître, tout en agrippant la main que la sorcière posait sur son épaule, comme s'il voulait tangiblement se rattacher au réel.

Il se sentit touché, par le second souvenir. Tout disparaissait dans le regard que la jeune sorcière portait sur lui. Il ne se rappelait que de peu de regards aussi attachants que celui qu'elle portait sur ce qu'il reconnaissait maintenant comme une forme plus jeune de lui-même. Il se rappelait maintenant avoir été fier d'elle, quand elle évoluait, quand elle montrait qu'elle avait le potentiel de devenir la sorcière douée qu'elle n'avait sans doute pas manqué de devenir. Il ne comprenait pas pourquoi elle montrait ce souvenir-là, en particulier. Il avait l'impression d'être passé à côté de quelque chose d'important. Il essaya de se remémorer le début du souvenir, avant de se glacer le sang à lui tout seul. Parker. Parker. Parker. *

Vous m'avez menti, Hellia...

* Peu de noms de sorciers se rappelaient à lui aussi fortement que ceux des sorciers qu'il avait combattu, et surtout qui lui avaient donné du fil à retordre. Et le visage de Parker sur la photographie lui avait rappelé son nom. Elle était l'une des pires sorcières qu'il ait eu à croiser, et surtout une de celles qui lui avaient donné le plus de fil à retordre. Le second visage lui disait quelque chose, aussi. C'était son... associé, Marvin ? Maughan. Maughan comment, ça, impossible à dire. Mais lui n'avait pas été un problème, c'était juste un fétu de paille qui s'était associé à une tornade. *
Vous m'avez menti, vous aviez dit que vous n'amèneriez pas de magie noire dans cette demeure... Et vous voila avec une photo de cette Parker...

* Le vieux professeur tremblait, se rappelant de Parker, de ce qu'elle avait failli faire et de la noirceur de ses actes. Rien que revoir le souvenir de la femme qu'il avait tué le faisait frissonner, le rendait nauséeux. Et puis, pourquoi devait-elle être prudent à cause de sa légilimancie ? Proventus aurait-il dû découvrir quelque chose qu'il n'avait pas découvert dans l'esprit de la jeune femme, quelque chose qui le concernait ? Sa voix était presque plaintive, et presque brisée, quand il sortit finalement de ses pensées et des souvenirs d'Hellia *

S'il vous plait, Hellia, dites-moi ce que je peux faire réellement faire pour vous...

:S
Famille, Devoir, Honneur

Préfète
Auror assistante
Chroniqueuse VIPère
[Avatar]
Serpentard
6e année
Titre : Re : Time is running out
Créé : 30/12/2021 à 01:30:54

La fourchelang l’observa longuement en silence. Un silence troublé seulement par le bruit lointain d’une horloge égrénant les minutes. Tic tac. Tic tac. Tic tac. Elle avait l’impression que les battements de son cœur emplissaient la demeure. Pourtant, son visage ne reflétait nullement ses pensées. À moins qu’il n’utilise la Legilimencie, Proventus ne pouvait s’imaginer à quel point la sorcière s’obligeait à conserver une parfaite maîtrise de ses émotions.

Mentir. Le mot résonna étrangement à ses oreilles. Mentir. Tout n’était-il pas que mensonge depuis sa venue au monde ? Un peu plus ou un peu moins, qu’est-cela pouvait faire après tout. Pourtant, l’ancien professeur se trompait, elle ne lui avait jamais menti. Elle. Même dans les moments les plus… Délicats. Oui, c’était le mot qui convenait. Même dans ces moments-là. Il avait été le seul à apprendre pour les journaux de son père. C’est à lui qu’elle en avait confié un, s’imaginant pouvoir lui faire confiance. Confiance. Hellia retint de justesse un ricanement. Tic tac. Tic tac. Tic Tac. Les yeux perdus dans le vide, Hellia s’adressa à cet homme qu’elle avait tellement admiré.



Vous vous souvenez de cette visite que je vous ai rendue, il y a bien longtemps maintenant ? J’étais venue jusqu’ici, car j’avais fait usage du maléfice Sectumsempra que j’avais découvert dans un des journaux de mon père.


La sorcière leva son verre d’eau devant ses yeux, faisant de délicats mouvements du poignet, observant les reflets de la lumière produite par le lustre qui éclairait la pièce, puis elle porta le verre à ses lèvres. Tic tac. Tic tac. Tic tac.


Il ne s'agit que d'un souvenir et vous le savez professeur. Vous devez sans doute être éreinté, j'en suis sincèrement désolée, mais il reste une dernière fiole à explorer et ensuite, je vous dirais pourquoi je suis ici.


[Afficher]
Spoiler : Troisième fiole
Troisième fiole



L'air était pesant, étouffant. Le feu s'agitait au centre de la tente. Une épaisse fumée noire avait fait cesser les chants que les sorciers africains psalmodiaient depuis des heures. Ils quittaient tous la tente un à un, la laissant seule, des gouttes de transpiration coulant le long de sa nuque. La voix s’éleva, venant de loin, terrifiante.

Cette voix du passé qu’elle seule pouvait entendre et qui lui narra les événements qui avaient eu lieu peu de temps avant sa naissance. Elle savait à présent. Elle savait, mais ne voulait pas y croire. La voix réclamait la vengeance.

La scène devenait floue à présent. Peu à peu, une brume noire effaça les dernières visions du souvenir.


Je veux la vérité professeur. Mais je veux l’entendre de votre bouche. Je veux que vous me regardiez en face. Je veux tout savoir. Pourquoi ? Quel était votre but ? Qu’était-il ? Je veux tout savoir.


Tic tac. Tic tac. Tic tac.



Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Reste du monde

Retour en haut de la page



Vous avez besoin d'aide ? Rendez-vous dans la FAQ



Partenaires :
Écoles de Magie : Mana Wyrd - Harry Potter 2005 - Hogwartsnet - Habbo Magie Poudlard - L'académie Beauxbâtons - Mimble Mimbus
Monde Magique : Fédération du Quidditch Français - La Gazette du Sorcier - Wiki Harry Potter - Obscurus Presse - HP666 - La Charte du Fandom
Autres : Portail des jeux - Annuaire google

Toute reproduction en totalité ou en partie est interdite.
Les images et les noms relatifs à Harry Potter sont une propriété de la Warner Bros Corp. et J.K. Rowling.

© 2009-2023 Twelve Grimmauld Place - © 2020 Design par Alpha Landstorm, Artus Myrtle, Camille Dubois et Elea Loohest - Mentions légales

Optimisé pour Firefox 4, Google Chrome 6, Safari 5 et Opera 10.5