Connexion




Mot de passe perdu?

Le Grand Escalier

Le Grand Escalier >> Monde magique >> Reste du monde

Pages : 1 2 ->

La justice est une illusion
Lyanna Iversen
Retraitée
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 730
Titre : La justice est une illusion
Créé : 20/02/2021 à 19:00:12


L'anniversaire du leader de l'Organisation était rarement objet de célébrations, mais Lyanna, porteuse de sa nouvelle responsabilité au sein de la communication, avait tenu à créer cette année un évènement inoubliable. Il n'était pas uniquement question de fêter les quelques rides supplémentaires de Camille, mais également de montrer à tous le retour triomphant de la mage noire. Les dernières semaines avaient été compliquées, mais Lyanna avait réussi malgré tout à organiser la réception parfaite.

L'entrée du château Dubois avait été savamment décorée de centaines de minuscules globes de cristal qui apportaient une lumière douce à l'ensemble de l'endroit. Les fleurs d'un noir profond se mêlaient à des feuilles aux dorures travaillées sur l'ensemble des murs, tandis que des sorciers aux tenues travaillées portaient à tous des rafraichissements aux moments opportuns. Au milieu des convives, dans sa robe étincelante, Lyanna se pavanait joyeusement au bras de Kell, offrant des sourire étincelants à ceux qui avaient le bonheur de se trouver sous le jouxte de son aura vélanique amplifiée par des potions.

Habillée d'une longue robe qui semblait taillée dans l'acier, elle avait savamment relevé sa longue chevelure d'or en un chignon aux mèches ondulées. Ses grands yeux délicatement relevés par le maquillage s'accordaient parfaitement avec la parure de bijoux étincelants qu'elle arborait avec une prétention des plus naturelles. Si l'odieuse balafre qui ornait son visage attirait d'ordinaire des regards appuyés, elle passait ce soir inaperçue tant la jeune femme rayonnait. Si la fête était dédiée à Camille, il ne faisait aucun doute que son héritière n'avait en aucun cas eu l'intention de laisser sa mère lui voler la vedette.

Evitant soigneusement de croiser celle ci, la jeune femme passa une grande partie de la soirée au milieu des invités, rassurant certains, distrayant d'autres sans oublier d'en intimider quelques uns. Ce ne fut qu'au moment d'une ouverture de présents des plus traditionnelles que la sorcière s'approcha enfin de sa mère en compagnie de son cavalier, un sourire lumineux sur le visage. Lui tendant son présent, une jolie boite ornée d'un ruban d'un rouge chatoyant.


Joyeux anniversaire Camille ! C'est de notre part à Kell et moi.


Gloussant pour la forme, elle passa distraitement sa main dans ses boucles alors que sa mère ouvrait le présent, révélant un sublime collier assorti à des boucles d'oreilles. Le métal d'un blanc des plus étincelant était délicatement ouvragé, se reliant en des arabesques qui tenaient magiquement les unes à côté des autres. Au centre de la parure se trouvait une pierre d'un rouge étincelant qui semblait doucement pulser, révélant de temps à autre des reflets irisés aux nuances de noir. L'objet était absolument sublime et attira des exclamations de stupeur de la foule qui s'empressa de féliciter l'heureuse propriétaire ainsi que la personne qui avait eu l'honneur de lui offrir cet objet.

Il te faut le mettre, voyons Camille !


Et, sans attendre de réponse, la descendante de vélane agita son arme, faisant disparaître la parure que portait la mage pour la remplacer par ses nouveaux bijoux. Gloussant de contentement, elle trépigna sur place, un sourire tout à fait sincère pour la première fois de la soirée sur le visage.

Ca te plait ? Dis moi que oui je t'en prie, on a eu tellement de mal à le trouver si tu savais !

CASTING : Dubois&fille
INVITES : Un voleur, un menteur et un justicier
FIGURANTS: Des créatures des ténèbres et des sorciers festifs


Emmerdeuse#1

« Il s’obligea à sourire, ni par plaisir, ni par satisfaction. Il sourit malgré la douleur que lui inspirait la mort de ses hommes. Il sourit parce que c’était ce qu’il faisait toujours. C’était ainsi qu’il prouvait au Seigneur maître, et à lui-même, qu’il n’était pas soumis. »
Camille Dubois
Directrice de maison
Formatrice
Chroniqueuse VIPère
6e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 5210
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 20/02/2021 à 20:08:34

Son anniversaire. Si Camille s'était écoutée, elle l'aurait passé en tête à tête avec la tombe de son frère. L'anniversaire de la Mage Noire était aussi le jour de la mort de sa mère, le jour où elle avait accompli sa vengeance. Le jour où Camille avait brisé son âme.

Pourtant, elle savait comme c'était important pour Lyanna, pour l'Organisation. Sa fille lui avait expliqué de long en large, et s'était bien assurée que Camille participerait. La Mage Noire avait donc sortie une robe couleur nuit, et sa chevelure ébène était simplement rassemblée en boucle cascadant sur son épaule. La Legilimens avait travaillée pour retrouver ses muscles et son corps mais il avait fallut de nombreuses potions pour l'aider. Aucun des invités ou membres ne le remarquèrent, car si Lyanna jouait avec son aura vélane, Camille s'était entrainée, à l'instar de sa mère avant elle, à contrôler la Légilimancie.

Alors qu'elle ouvrait un énième cadeau banal et qui finirait sûrement offert à Miskeen ou sur une étagère quelconque, celle qui était à la base de toute cette mascarade s'approcha enfin.

La Leader de l'Organisation posa un regard admiratif sur la descendante de vélane, mais fut bien moins douce avec son accompagnant. Même si Kell avait prouvé son efficacité plusieurs fois, et que Lyanna lui était apparemment attaché, Camille ne pouvait s'empêcher de ressentir un petit énervement en contemplant avec quelle facilité il contentait son héritière.

Camille prit le petit paquet avec un sourire poli et l'ouvrant avec une lenteur exagéré pour satisfaire son public. Elle n'eut pas besoin de feindre la surprise, ses doigts passant déjà sur la beauté de cette parure. Une fois autour de son cou et à ses oreilles, elle fit, au plus grand plaisir des invités, un tour sur elle-même pour qu'ils admirent. Se retournant vers sa fille, elle prit ses mains, un sourire, que tous auraient pu qualifier de radieux, aux lèvres.

« Il me plait beaucoup. Merci Lyanna, et merci Kell. Je suis toutefois curieuse, comme tous le monde ici, de savoir comment vous avez mis la main sur une telle merveille. J'espère que je ne porte pas le larcin de notre cher Kell ? »

Un rire de mesure ponctua sa plaisanterie qui fut suivit de gloussements beaucoup plus franche des invités. Pourtant le regard gelé de Camille se posait sur Lyanna, un sourcil levé comme pour la mettre au défis de lui raconter un mensonge.





« Là où va Camille Dubois, le drame suit. » © Ellena Jones



« Il se peut très bien que la diplomatie soit l'art de manipuler les secrets. »




































Lyanna Iversen
Retraitée
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 730
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 20/02/2021 à 20:42:50 - Modifié : 20/02/2021 à 20:58:36

Visiblement outrée, Lyanna ouvrit et ferma la bouche plusieurs fois, avant de se rappeler qu'elle faisait face aux sorciers les plus influents de l'Organisation. Se parant d'un sourire lumineux, elle gloussa faussement, peinant à calmer la colère de voir sa mère insulter ainsi son invité.

Bien sûr que non voyons ! Il l'a trouvé chez un artisan magique à Paris ! N'est ce pas Kell ! C'est du sur mesure, je lui ai indiqué ce qui convenait, et les tribulations avec le marchands ont duré pas moins d'une semaine !

Evidemment ma chère, et je puis vous assurer que c'est de la qualité exceptionnelle belle maman !

Ponctuant son intervention d'un sourire lumineux, il ne semblait pas le moins du monde gêné par les accusations de la sorcière alors qu'il attrapait deux verres au liquide sombre pétillant sur un plateau qui flottait devant lui. En tendant une coupe à sa compagne, celle ci eu un sourire joyeux, tâchant de passer rapidement à autre chose non sans lancer un regard de biais à Camille, se promettant de lui en toucher un mot plus tard.

Je propose de porter un toast ! Mes amis levez votre verre je vous prie ! Oui, même toi Carlisse ! Je te vois au fond ronchonner voyons, qu'on lui apporte un verre ! Allez allez !

Se délectant des rires amusés des convives, Lyanna attendit avec une patience mal feinte que la dite Carlisse ne récupère son verre, avant de continuer.

A Camille, en espérant que cette année te soit bien plus reposante que la précédente, après tout on ne va pas chaque année passer six mois en infiltration dans des tribus perdues au fond de...

Les sourcils froncés, Lyanna sembla hésiter un instant avant de lever les yeux au ciel sous les rires polis des invités.

... après tout qu'importe ! Quoi qu'il en soit je te souhaite un merveilleux anniversaire, en compagnie de nos invités venus là pour célébrer avec toi cet incroyable moment ! A Camille !

Et, alors que tous reprenaient en coeur ses derniers mots, la descendante de vélane bu une longue gorgée du liquide alcoolisé, se préparant à fuir une nouvelle fois la leader de l'Organisation lorsque les grandes portes s'ouvrirent avec fracas, laissant apparaître une demie douzaine d'hommes aux tenues réglementaires.

Les sourcils froncés, la jeune femme descendit de la petite estrade sur laquelle elle était montée, pour se diriger vers les hommes qui déjà montraient, au grand damn de la sorcière, des insignes d'auror français. A leur tête, un sorcier dans la quarantaine aux cheveux coupés juste en dessous de la mâchoire et à la barbe impeccablement taillée. Son visage taillé et son nez aquilin étaient souligné par deux petits yeux au regard perçant. Altier, il ne se préoccupait pas, au contraire de ses collègues, des quelques invités scandalisés par l'intervention. Ses deux pupilles étaient plongés dans celles de Camille un peu plus loin alors que sa voix tranchante claquait dans la salle.


Mademoiselle Camille Dubois je suppose ?

Les deux mains croisées dans le dos, il s'arrêta devant Lyanna qui s'était interposée, l'air furieuse.

Qui êtes vous ? De quel droit faites vous irruption dans une demeure privé. Je veux votre nom immédiatement Monsieur, soyez bien certain que votre supérieur en entendra parler ! Quel scandale !

Mais il ne se préoccupa guère de la descendante de vélane, l'écartant simplement d'un geste ferme de la main.

Je suis l'auror Chris Rogers mademoiselle Iversen-Dubois. Tous mes papiers sont en règle, mais je vous en prie, voyez avec mon collègue mais je crains que cela soit le dernier de vos soucis.

Et, sans même voir l'air plus qu'outré de la descendante de vélane, il s'arrêta devant la chef de l'Organisation sous les murmures scandalisés de l'assemblée qui suivait les évènements avec une attention teintée de voyeurisme.

Mademoiselle Dubois, je crains bien de devoir vous arrêter, vous ainsi que Mademoiselle Iversen. Vos mains, si vous permettez ?

Emmerdeuse#1

« Il s’obligea à sourire, ni par plaisir, ni par satisfaction. Il sourit malgré la douleur que lui inspirait la mort de ses hommes. Il sourit parce que c’était ce qu’il faisait toujours. C’était ainsi qu’il prouvait au Seigneur maître, et à lui-même, qu’il n’était pas soumis. »
Camille Dubois
Directrice de maison
Formatrice
Chroniqueuse VIPère
6e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 5210
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 20/02/2021 à 23:20:48

Après un haussement de sourcil qui montrait visiblement le doute quant à la provenance des bijoux, et un autre à la mention du "belle maman", Camille leva tout de même son verre. Encore quelques heures et elle pourrait mettre fin à cette pièce de théâtre. Elle rendrait visite à la tombe de son frère, bien plus à l'aise avec les morts que les vivants.

Mais son programme fut coupé court avant d'avoir commencé lorsqu'une escouade d'auror fit son entrée. Soupirant, elle s'adressa à Kell dans un murmure perçut par lui seul.

« Si c'est pour une histoire de bijoux volés, je vous jure que je vous enferme moi-même, Kell. »


Toutefois la Mage Noire avait la vague impression que ce n'était clairement pas pour sa nouvelle parure que les aurors français venait. Haussant un sourcil dans un air teinté de mépris à la demande de l'homme, Camille n'esquissa qu'un sourire polit, levant un doigt comme pour demander quelques minutes.

Relevant la tête, sans se préoccuper de l'homme devant elle, elle s'adressa à l'assemblée d'une voix autoritaire.

« Bien, la fête est finie. Nous allons devoir la continuer en comité réduit avec ... Comment vous appelez vous déjà ? Ah oui, M. Rogers. Merci à tous pour vos présents, nous reviendrons vite vers vous avec les remerciements d'usage. Je vous souhaite une bonne fin de soirée, je crains que mon anniversaire ne se finisse pas en si bonne compagnie, sans vouloir vous offenser M. Rogers. »

La sorcière émit un rire froid, qui fut suivit en miroir par l'assemblée. Mais le petit discours prit effet, puisque les invités dans un mouvement commun se dirigèrent vers l'entrée pour prendre les cheminées ou transplaner directement. Une fois, le grand salon libéré, Camille se tourna à nouveau face à l'auror, tendant ses poignets avec une lenteur ironique.

« Où en étions nous ? Ah oui, vous vouliez me mettre les menottes. Puis-je avoir un motif ? Je doute que tout ceci soit une mise en scène pour me souhaiter un joyeux anniversaire, n'est ce pas ? »

La Legilimens lança un regard à Lyanna, qui de l'extérieur n'était rien d'autre qu'une mère intimant au calme sa fille. Pourtant la voix de la Mage Noire résonna dans celle de la descendante de vélane, et uniquement pour elle.

« Contacte Romain Lagarde dès que possible. »





« Là où va Camille Dubois, le drame suit. » © Ellena Jones



« Il se peut très bien que la diplomatie soit l'art de manipuler les secrets. »




































Lyanna Iversen
Retraitée
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 730
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 21/02/2021 à 15:08:59

Ce fut sans le moindre sourire que le sorcier fit virevolter sa baguette, entravant les mains de la mage noire sans la quitter de son regard perçant. Lyanna quand à elle parcourait les papiers avec ferveur, les sourcils froncés.

Comment ça vol de bijoux ? Comment cette Estève Dupont ose-t-elle nous accuser ? Et sur quelles preuves est ce que vous l'emmenez ? Par Merlin c'est un scandale, je vous assure que cela ne passera pas innapperçu Mr Rogers !

Levant un doigt menaçant, vers l'auror qui emportait la mage noire en dehors du château, son visage dur se figea d'un sourire patient, laissant ses pupilles briller d'une satisfaction habilement contenue.

Mais j'y compte bien Mademoiselle Iversen. Je vous prie de rester pour l'instant sur place, mes collègues vont venir pour fouiller votre château, Madame Dupont nous affirme qu'en plus de sa parure, une bague lui aurait également été dérobée. J'ose espérer que vous ne vous mettrez pas sur la route de nos aurors. Vous les accompagnerez ensuite à l'agence afin que nous puissions nous entretenir de ces derniers éléments.

Et, sans attendre de réponse de la blonde au visage rougissant de colère, fit volte face, emportant avec lui la mage noire. L'agence de ces aurors se situait dans un bâtiment Parisien longeant la Seine. Si l'endroit semblait décrépi de l'extérieur, l'intérieur quand à lui étincelait de modernité. Une série de grands blocs flottaient au centre d'un hall immense. Au centre de chacun, deux salles se faisaient face, l'une d'entre elle comportant deux petites chaises longeant une minuscule table, alors que l'autre qui donnait sur la première et pouvait accueillir une armée de spectateurs silencieux. Les caisses opaques laissaient supposer qu'elles permettaient de créer un peu d'intimité si les aurors le souhaitaient, alors que d'autres révélaient des sorciers angoissés qui tournaient dans la salle, lançant de temps à autre des regards aveugles sur ce qui les entourait.

Sans un mot, l'auror Rogers accompagna Camille jusqu'au bloc central, la faisant entrer sans un mot avant de la laisser seule dans la minuscule pièce. Une fois à l'intérieur, le prisonnier ne voyait rien d'autre que la minuscule pièce dans laquelle il était enfermé. Sans prendre la peine d'offrir un verre d'eau, et ayant soigneusement fouillé la jeune femme afin de lui retirer toute potion ou arme, il la laissa ainsi ce qui s'apparenta à quelques heures avant de revenir la voir.

Il s'assit finalement en face d'elle, une liasse de documents posés sur la table alors qu'il croisait les mains, ses pupilles franches plantées dans celle de l'occlumens qui lui faisait face.


Bon, Mademoiselle Dubois, je vais être très clair. Le bijou que vous portiez à la soirée vient d'être formellement identifié comme appartenant à Estève Dupont depuis plusieurs génération. Il lui a été dérobé il y a de ça une semaine.

Mécanique, le sorcier lui présentait une série de photographie d'une dame dans la cinquantaine qui abordait le pendentif que la mage noire avait obtenu quelques heures plus tôt.

Il se trouve que Madame Dupont a également perdu, lors de ce même cambriolage, une seconde paire de boucles d'oreille, ainsi qu'une bague qui appartenait à sa famille depuis des générations. Vous imaginez bien que nos aurors sont en train de fouiller votre château très activement afin de les retrouver.

Grimaçant, il offrit un sourire poli à Camille, concluant simplement.

Il se trouve que votre château est malheureusement quelque peu récalcitrant à nous présenter certaines de vos pièces, et que votre fille ne nous facilite pas la tâche en ayant contacté un certain...

Fouillant dans ses dossiers, le sorcier plissa les yeux, lisant distraitement ce qui était indiqué sur le petit mot.

Monsieur Lagarde, afin d'empêcher nos hommes de fouiller certains endroits malgré les autorisations légales dont nous disposons.

Les mains croisées, l'homme eu un sourire poli pour la sorcière.

Alors je vais essayer de nous faire gagner du temps Mademoiselle Dubois, en vous demandant franchement si vous avez bel et bien été l'instigatrice du vol chez Madame Dupont, et où avez-vous caché les bijoux restants ?

Emmerdeuse#1

« Il s’obligea à sourire, ni par plaisir, ni par satisfaction. Il sourit malgré la douleur que lui inspirait la mort de ses hommes. Il sourit parce que c’était ce qu’il faisait toujours. C’était ainsi qu’il prouvait au Seigneur maître, et à lui-même, qu’il n’était pas soumis. »
Camille Dubois
Directrice de maison
Formatrice
Chroniqueuse VIPère
6e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 5210
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 22/02/2021 à 00:27:23

La patience n'était pas une des qualités de Camille, pourtant rien ne sortait du masque gelé qu'était son visage. Elle tapotait à un rythme égal la table devant elle, attendant que l'inspecteur vienne finalement l'interroger. La colère envers ce Kell ne cessait d'augmenter, et même si son héritière était surement dans le coup, Camille ne se concentrait, comme à son habitude seulement sur un des possibles responsables.

Lorsque finalement Chris Rogers se décida à la rejoindre, le regard glacé de Camille se posa sur l'auror. Sans montrer une quelconque émotion, elle regarda à peine les photos et n'exprima aucun contentement ou au contraire tristesse lorsqu'elle apprit que son château en faisait des siennes. Elle détacha la parure de son cou et de ses oreilles, les lançant à l'auror dans un geste précis.

« Je ne suis aucunement intéressée pas des bijoux volés, et je pense, comme vous avez du le vérifier, avoir largement les moyens de m'acheter une parure telle que celle-ci, si l'envie m'en prenait. Un sourire poli orna les lèvres de la sorcière, avant qu'elle n'ajoute. De plus, comme vous l'a certainement dit ma fille, ainsi que Monsieur Lagarde, c'est un cadeau. Je n'étais donc pas au courant du contenue. Lyanna m'a informée qu'elle l'avait eu d'un petit marchant, je me doute que vous êtes donc allé vérifier s'il n'était pas l'auteur de ce vol avant de venir enfermer des victimes ? Je pourrais supposer que la bague doit être en sa possession, ou revendue comme il l'a fait avec le collier ainsi que les boucles d'oreilles. Quoiqu'il en soit, vous ne trouverez pas cette bague chez moi. En toute bonne foi, je vous rend les bijoux que je possédais et sans demander un quelconque dédommagement, que ce soit pour le scénario dont vous avez fait preuve, ou pour le temps que vous m'avez fait perdre. »

La voix de Camille était neutre, froide. Elle pencha sa tête, laissant un soupir faussement ennuyé sortir de sa bouche.

« J'espère ne pas avoir à contacter vos supérieurs pour corriger cette malencontreuse erreur. Monsieur Lagarde est un ami de la famille, mais monsieur Hermes, chef de votre département, l'est tout autant. Je suis sûre qu'il vous confirmerons que je n'ai pas pour habitude de voler des bijoux ne m'appartenant pas. »





« Là où va Camille Dubois, le drame suit. » © Ellena Jones



« Il se peut très bien que la diplomatie soit l'art de manipuler les secrets. »




































Lyanna Iversen
Retraitée
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 730
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 22/02/2021 à 16:15:09

Un mince sourire amusé fendit le visage du sorcier qui avait déposé nonchalamment son dos contre la chaise, les deux mains croisées alors qu'il ne quittait pas la mage noire du regard.

Vous devez bien savoir qu'être en possession d'objets volés est au moins aussi grave que de les voler soi même Mademoiselle Dubois. Je ne doute pas que votre fille soit également au courant, mais je prends bien note qu'il est tout à fait possible qu'elle soit à l'origine de ce larcin.

Une plume s'extirpa péniblement des feuilles pour commencer à griffonner quelques notes dans le calepin du sorcier qui semblait se délecter de la situation.

Oh, il me tarde que vous le contactiez mademoiselle Dubois parce que, croyez moi bien, l'inculpation pour détention d'objets volés, et peut être pour vol, est bien le dernier de vos problèmes.


* * * *


Impuissante, Lyanna regardait les sorciers s'engouffrer dans le château. Impériale, elle toisa l'auror qui osa lui demander de l'aide pour ouvrir une des portes du bureau de Camille. Crachant plus que répondant tandis que ses yeux lançaient des éclairs, elle n'hésita pas la moindre seconde malgré les recommandations de Lagarde.

Je ne suis pas propriétaire du château. S'il ne veut pas que vous rentriez, je ne pourrais rien faire pour l'en persuader. Ceci dit, je doute qu'un château enchanté puisse contrarier des aurors si professionnels que vous.

Se retenant à grand peine de continuer à invectiver le pauvre auror qui ne faisait que son travail, la jeune femme lança un regard mauvais à Lagarde qui secouait la tête d'un air plus que réprobateur. Il avait exigé qu'elle ne s'adresse à aucun des sorciers et de les assister autant que faire se peu si jamais ils venaient à lui demander une quelconque aide. Si le premier point était facile à appliquer, le second posait visiblement bien plus de problèmes. Kell quand à lui baroudait dans le château, offrant des sourires étincelants aux intrus tout en évitant avec soin de croiser la route de Lyanna qui avait remis à plus tard les quelques explications qu'elle pouvait exiger.

Incapable de tenir en place, la jeune femme informa l'avocat qui notait avec délectation les procédures mises en place par les aurors afin de contester la moindre preuve récoltée, qu'elle allait s'éloigner dans le jardin le temps que les sorciers ne terminent leur basse besogne. La tête haute, elle s'enfuit dans le jardin, sa colère cachant habilement la terreur qui commençait à l'envahir. Il était plus qu'évident que les sorciers mettaient bien du cœur à fouiller le château pour une simple bague. Sa baguette en main, vérifiant avec soin que nul auror ne la suivait, elle arriva en quelques minutes à l'écurie, bien décidée à protéger Camille.



* * * *


Déposant une nouvelle photographie sur la table, l'auror laissa à Camille le temps de l'observer. Inébranlable, l'homme tapotait délicatement ses doigts sur la table métallique alors qu'il attendait sagement que la jeune femme ne réagisse.


* * * *


Grimaçante, la jeune femme retira vivement une araignée de son épaule pestant contre les elfes de Camille, incapables de faire disparaître ces bestioles des écuries malgré les nombreuses protestations de la jeune femme. Si la sorcière avait passé beaucoup de temps adolescente dans cet endroit, elle avait depuis ramené son Sombral à sa villa en Norvège et avait depuis délaissé l'endroit. Fort heureusement, Camille lui avait trouvé une nouvelle fonction, pensant, certainement à raison, que personne ne penserais à fouiller des écuries pour y découvrir des éléments important.

Après un dernier sortilège afin de vérifier qu'aucun des aurors ne l'avait suivie, Lyanna secoua son arme, incantant doucement jusqu'à faire apparaître une porte dans le fond de la stalle principale. Sans perdre un instant, la jeune femme y pénétra sans un mot, faisant disparaître la porte à sa suite alors qu'elle s'engouffrait dans la petite salle.



* * * *


Voyez vous, Mademoiselle Dubois, vous êtes une femme absolument fascinante. Vous n'êtes pas sans savoir que les aurors Français ont dernièrement arrêté beaucoup de membres de votre Organisation, les chefs d'accusation oscillant entre détournement de fond, menace, incitation à la violence, meurtre, usage de magie noire, détention de reliques obscures, et j'en passe ! Malheureusement, à chaque fois qu'on attrapait l'un des membres de ce qui pourrait s'apparenter à votre secte, soyons clairs, ils refusaient systématiquement de nous parler de votre rôle dans tout ça. Oh, ils parlaient de vous en effet, mais jamais pour vous accuser. Non, ils louaient votre bienveillance avec leur famille, votre puissance incontestable, votre impact positif sur leur vie et sur l'avenir de leurs enfants, vous voyez le tableau ?

Toujours installé dans le petit siège, l'auror semblait avoir totalement oublié la présence de la photographie sur la table, totalement concentré sur la sorcière tandis qu'il continuait sa tirade, un sourire en coin indiquant son intense satisfaction.

Mais, plus que tout, ils louaient votre bienveillance extrême envers cette jeune fille que vous avez recueillie puis adopté. Elle a grandit avec un moldu si je ne m'abuse n'est ce pas ? C'était en effet particulièrement moderne pour une sorcière élevée au milieu de sangs purs, et tous s'extasiaient de la bienveillance extrême avec laquelle vous répariez ses nombreuses erreurs, comment vous la guidiez sur le droit chemin alors qu'elle ne cessait d'essayer de se détourner, et, à demi mot, comment vous la sauviez lorsqu'elle en avait besoin, à la fois du monde horrible dans lequel elle semblait plongée, mais également d'elle même.

Penchant la tête sur le côté, il conclut simplement, un éclat de victoire brillant dans son regard.

Quel dommage pour vous deux, que vous n'ayez pas été là pour l'aider à gérer mon équipe au sein de votre château, mademoiselle Dubois.


* * * *


Sans perdre de temps, Lyanna passa au milieu des immenses armoires scellées qui contenaient des dizaines d'échanges de lettres avec les espions de Camille dispersés de ça et là. Si les très nombreuses correspondances portaient un nombre significatifs d'indications sur l'Organisation, ce n'était pas ce qui préoccupait la jeune femme.

Sa baguette toujours en main, la sorcière frissonna, se retournant avec la désagréable impression d'être observée malgré sa certitude d'avoir été la seule à s'être aventurée ici. Laissant de côté cet horrible sentiment, elle s'arrêta enfin devant un tableau moldu représentant une sorcière brûlant sur un bucher. Son arme toujours en main, Lyanna vérifia une dernière fois, par acquis de conscience, que nul autre n'était présent ici hormis elle et les quelques insectes qui avaient eu l'honneur d'élire domicile en cet endroit sombre.

Une fois certaine d'être en sécurité, la jeune femme incanta de nouveau, sa baguette tournée vers le portrait moldu, alors que le tableau s'ouvrait en un cliquetis, illuminant le visage de la descendante d'une douce lumière bleutée tandis qu'il révélait son trésor.



* * * *


Voyez vous, j'étais presque certain qu'on trouverait quelque chose. Mais jamais, au grand jamais, je n'aurais pu rêver de quoi que ce soit d'aussi immense. Quelle chance avons nous eu que votre fille ne vous ressemble qu'à moitié...


* * * *


Incapable de cacher son intense soulagement de voir les souvenirs intacts, Lyanna en attrapa un comme pour confirmer leur présence physique. Le coeur battant à tout rompre, elle se félicita d'avoir pensé à les cacher aussi soigneusement. Inspirant longuement, elle le reposa, reculant d'un pas, le coeur battant alors qu'elle se préparait à les faire disparaître.

Concentrée, elle ne vit guère l'une des araignées prendre forme humaine derrière elle, une baguette en main alors qu'une voix lumineuse s'élevait.


Vous ne comptiez quand même pas profiter de l'absence de mes collègues pour vous charger vous même de ces souvenirs Mademoiselle Iversen ?


* * * *

Voyez vous, il se trouve que votre fille Lyanna peinait à accepter ce qu'elle avait vu, ce qu'elle avait fait et même ce que vous aviez fait. Alors, comme toute jeune personne fragile, elle fit ce qu'elle pu pour essayer de calmer sa conscience et son esprit. Elle n'est certes pas venue nous voir, en revanche, elle a fait en sorte de garder une série de souvenirs particulièrement explicites, certainement afin de l'aider à structurer son esprit dans la vie de tous les jours.

Posant une main sur la petite photographie de l'étalage de souvenirs derrière le tableau moldu, l'auror le retira de la petite table pour le placer dans le dossier qu'il avait amené.

Alors, vous voyez Mademoiselle Dubois, ma question quand au vol de bijou relevait davantage d'une curiosité personnelle que d'un réel besoin de vos aveux pour obtenir de quoi vous arrêter.

Se levant souplement de la chaise, il eu pour la première fois un sourire franc alors qu'il rayonnait de satisfaction.

J'espère que vous avez profité de votre anniversaire, je crains bien que ce soit le dernier que vous passiez en liberté Camille.

Emmerdeuse#1

« Il s’obligea à sourire, ni par plaisir, ni par satisfaction. Il sourit malgré la douleur que lui inspirait la mort de ses hommes. Il sourit parce que c’était ce qu’il faisait toujours. C’était ainsi qu’il prouvait au Seigneur maître, et à lui-même, qu’il n’était pas soumis. »
Camille Dubois
Directrice de maison
Formatrice
Chroniqueuse VIPère
6e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 5210
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 23/02/2021 à 20:51:31

Heureusement pour Chris Rogers, l'apparition soudaine d'un avocat renommé et hors de prix, lui sauva probablement la vie. La température s'était considérablement rafraichie dans la petite salle d'interrogatoire, et Camille avait largement étudiée la possibilité de raccourcir la vie de l'auror. Ce n'était pas pour les accusions dont la Legilimens savait qu'elles ne tiendraient jamais en procès, chaque affaires ayant déjà un coupable repentit et convaincu et les souvenirs ne seraient pas recevables, trop facilement modifiables. Mais Chris avait évidement touché un point sensible et unique chez la Mage Noire, sa fille.

Malgré les talents considérables de l'avocat, et du silence méprisant de Camille, le résultat fut le même. L'auror eut la possibilité d'enfermer la sorcière le temps que la lumière se fasse sur toutes les affaires. L'avocat assura à Camille que ce ne serait que quelques semaines au maximum et que tout le cabinet se mettrait immédiatement au travail. Le regard gelé qu'il récoltât lui assura que sa vie en dépendait tout autant que sa carrière.

La Mage Noire fut donc emmenée avec toutes les sécurités maximales dans la prison pour sorciers française. Située dans un lieu incartable, elle n'avait pas la sinistre allure d'Azkaban, mais n'était clairement pas en reste.

Jetée dans une cellule provisoire, la Legilimens contrôla sa colère qui palpitait en son sein depuis plusieurs heures. Comme un lion en cage, elle tourna dans la minuscule pièce, poussant son esprit qui lui était retourné comme un élastique, elle pesta contre les barrières magiques mises en place. Entendant un bruit dans la cellule à côté de la sienne, elle se tourna alors que le mur mitoyen devenait aussi clair que du verre.

Camille n'eut pas besoin de plus que quelques secondes pour reconnaitre la chevelure blonde de sa fille.

« Et voilà, réunies mère et fille, si c'est pas beau ça ? Au moins vous pourrez vous tenir compagnie en attendant qu'on s'occupe de vous. Oh et n'hésitez pas à parler de vos petits trafics, on adorerait avoir encore plus de preuves que celles déjà données par miss Iversen. Ahahaha. »

Le gardien prit la fuite sur un rire gras, alors que Camille se promettait de le lui faire ravaler dès qu'elle le pourrait. Néanmoins, la Mage Noire posa ses mains sur le mur de glace, inquiète pour son héritière.

« Lyanna ? Tout vas bien ? Ils t'ont fait du mal ? Son regard passa sur l'entrée de sa cellule, sachant qu'elle était forcément écoutée, elle ravala ce qu'elle voulait réellement dire pour seulement murmurer. Ne t'inquiète pas, nous serons bientôt sorti d'ici. Tous s'arrangera, comme toujours. »





« Là où va Camille Dubois, le drame suit. » © Ellena Jones



« Il se peut très bien que la diplomatie soit l'art de manipuler les secrets. »




































Lyanna Iversen
Retraitée
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 730
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 23/02/2021 à 21:20:37

Se redressant vivement, Lyanna eu un regard mauvais pour le garde alors qu'elle fronçait le nez, l'air mauvais.

Ils n'auraient pas osé essayer.

Fixant le mur translucide, Lyanna sembla prête à dire quelque chose avant de se raviser, tournant le dos à la sorcière pour s'asseoir du côté opposé. Elle ne réagit pas aux promesses de la mage noire, se contentant de la toiser l'air mauvais. Jetant un regard courroucé à sa tenue d'un jaune canari qui ne mettait définitivement pas son teint en valeur, la jeune femme leva les yeux au ciel.

Et en plus c'est du jaune. Sincèrement, rien ne pourrait être pire.

Ce fut à cet instant, comme pour la contredire, que la paroi séparant les deux sorcières disparu totalement, ne créant qu'un seul espace commun aux deux jeunes femmes. Ne pouvant contenir un juron, la blonde se redressa vivement.

Par Merlin, ils ont demandé à des lanceur de sorts en série Chinois de la faire leur fichue prison ? EHOH LE MUR S'EST EFFONDRE REVENEZ LE METTRE !

L'air furieuse, Lyanna attrapa les barreaux de la prison, attendant en vain que des gardiens ne viennent remettre en place les protections. Jurant à nouveau, elle fixa Camille d'un air mauvais, la mettant au défi de s'approcher d'elle, avant de s'asseoir sans un mot dans un coin.

Emmerdeuse#1

« Il s’obligea à sourire, ni par plaisir, ni par satisfaction. Il sourit malgré la douleur que lui inspirait la mort de ses hommes. Il sourit parce que c’était ce qu’il faisait toujours. C’était ainsi qu’il prouvait au Seigneur maître, et à lui-même, qu’il n’était pas soumis. »
Camille Dubois
Directrice de maison
Formatrice
Chroniqueuse VIPère
6e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 5210
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 23/02/2021 à 21:57:24

Haussant les sourcils aux réponses mauvaises de sa fille, Camille n'attendit pas plus de quelques secondes avant d'évidement s'approcher, traversant les deux cellules. Si elle se doutait que l'abolition de ce mur n'était surement qu'une technique pour leur faire avouer plus de preuves compromettantes, la sorcière allait tout de même en profiter.

Elle s'assit en silence aux côtés de Lyanna, laissant un silence geler s'éterniser avant de finalement se tourner vers la descendante de vélane. Elle pesa ses mots avec soin, jetant un œil sur la porte d'entrée.

« Tu as du mal à supporter tout ça ? »

Demanda-t elle finalement, si pour une personne extérieure on pouvait se dire que la Mage Noire parlait des conditions d'emprisonnement, sa question était bien plus profonde. Quelque chose tourmentait l'esprit de la sorcière après le discours de l'auror, et c'était à son sens bien plus grave que les prétendues accusations. Lyanna était fragile. Assez fragile pour avoir compartimenté ses souvenirs afin d'y voir plus clair. Camille en était elle la seule responsable ?

Elle avait bien compris depuis plusieurs années que la descendante de vélane ne pouvait être témoin de toutes les atrocités qu'elle commettait. C'était pour cela qu'elle avait placée sa fille sous le feu des projecteurs, agissant dans son ombre pour lui assurer le meilleur, en salissant son esprit déjà brisé. La Legilimens pensait naïvement que cela serait suffisant, les scènes traumatisantes restant épisodiques.

Sa main se leva, comme si elle voulait faire un geste d'apaisement envers la jeune femme, geste suspendu comme toujours. Et la Mage Noire ne put rattraper son geste, la porte de la cellule de Lyanna s'ouvrant brutalement. Deux sorciers armés et pointant chacun leur baguette sur les femmes s'avancèrent, attrapant la descendante de vélane avec brutalité.

Lorsque Camille s'avança, se levant rapidement pour réagir, un des hommes pointa sa baguette sur elle.

« Je vous déconseille d'intervenir, Mademoiselle Dubois. On a juste quelques petites questions pour votre fille. Poussant celle-ci, il aboya. Aller avance. »

Et Camille ne put que les regarder faire, impuissante alors qu'ils emmenaient sa fille, un sourire bien trop satisfait sur leurs visages.





« Là où va Camille Dubois, le drame suit. » © Ellena Jones



« Il se peut très bien que la diplomatie soit l'art de manipuler les secrets. »




































Lyanna Iversen
Retraitée
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 730
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 23/02/2021 à 22:36:49

Ballottée par ses émotions, Lyanna ne prit pas la peine de répondre à Camille. Le nez plissé, elle luttait en vain contre une colère destructrice qu'elle n'arrivait pas encore à maîtriser. A cette colère bouillonnante se mêlaient une foule de sentiments qu'elle n'arrivait pas à calmer. Qu'elle n'arrivait jamais à éteindre. Elle sentait cette peur incroyable lui nourrir les entrailles, une honte mauvaise quand à elle prenait son coeur tandis que son esprit ne cessait de lui faire entendre les derniers mots que Camille, alitée lui avait déclamé quelques semaines auparavant.

Avait-elle du mal à supporter ça ? La réelle question était de savoir ce que Lyanna pouvait réellement supporter. Elle ne supportait plus la présence de Camille, incapable de concilier cet insatiable besoin de la voir l'aimer, lui porter de l'attention tout en haïssant viscéralement tout ce qu'elle représentait. Elle ne supportait plus non plus cette Organisation dans laquelle elle se sentait piégée, entourée de gens faux qui n'attendaient que le bon moment pour lui planter un couteau dans le dos. Mais l'idée de tout quitter, de perdre l'attention qu'on lui vouait, la jalousie qu'elle suscitait ou l'amour qui lui était porté lui était davantage encore insupportable. Et, par dessus ce maelstrom de sentiments, naissait doucement un dégoût absolu pour l'erreur qu'elle avait faite ainsi que pour sa faiblesse révoltante.

Raide, la sorcière ne put contenir un mouvement de recul quand la sorcière leva la main, et ne put cacher son soulagement lorsque les deux sorciers arrivèrent. Les suivant sans un mot, étrangement docile, elle n'eut pas un regard pour sa mère, se contentant de profiter de ces quelques minutes loin d'elle.

La tête haute entre les deux hommes qui cancanaient, la jeune femme ne leur prêta pas la moindre attention, se concentrant sur le mur qui défilait, intriguée par les nuances légères de gris et de bleu selon des motifs très vaguement arrondis. Il ne faisait aucun doute que le sorcier qui avait créé ça s'était amusé à mettre en place un motif d'une incroyable complexité. La cellule dans laquelle les deux jeunes femmes étaient enfermées semblait isolée du bâtiment, l'unique couloir ne contenant pas la moindre porte autre que celle menant à la geôle de la mage noire. La descendante de vélane allait renoncer à essayer de calculer la distance qui la séparait de sa cellule, lorsque le motif sur le mur latéral sembla bouger. Incapable de réprimer un sursaut, elle se sentit étrangement honteuse alors que ses geôliers se mirent à ricaner.


Toutes les mêmes. Ca s'pavane, jusqu'à c'que ça l'voit.

Sans prendre la peine de répondre, Lyanna secoua la tête, continuant d'avancer non sans lancer de temps à autre des regards inquiets sur le mur qui avait repris son aspect étrangement inégal.

Ce ne fut qu'au bout du couloir que la sorcière comprit ce dont parlait les gardiens. Un dôme d'une centaine de mètres de larges et de moitié moins de hauteur révélait l'espace central de la prison. Des gardiens armés patrouillaient dynamiquement, certains avec un prisonnier sous leur garde, mais la plupart sans but apparent.

Mais Lyanna ne vit rien de cela, ses grands yeux écarquillés s'étant arrêtés sur les parois, incapable de cacher sa stupéfaction. Ce qu'elle avait à la base prit pour des motifs inscrits sur les murs ressemblait désormais à des ventouses. Des ventouses d'une quinzaine de mètres de diamètre chacune, répétés par dizaines autour de la paroi. Ce fut alors qu'elle s'immobilisait, incapable de concevoir ce qu'elle avait sous les yeux que, dans un mouvement d'une lenteur calculée, l'énorme tentacule se souleva, laissant apparaître derrière lui les remous d'une eau sombre dans laquelle se dessinait des kilomètres de bras de la créature colossale qui enrobait la structure.


Qu'est ce que c'est que ça ?

Emmerdeuse#1

« Il s’obligea à sourire, ni par plaisir, ni par satisfaction. Il sourit malgré la douleur que lui inspirait la mort de ses hommes. Il sourit parce que c’était ce qu’il faisait toujours. C’était ainsi qu’il prouvait au Seigneur maître, et à lui-même, qu’il n’était pas soumis. »
Camille Dubois
Directrice de maison
Formatrice
Chroniqueuse VIPère
6e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 5210
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 23/02/2021 à 23:22:18

Ayant ouvert ses barrières psychiques précédemment, Camille ne s'attendait pas à recevoir un tel déferlement d'émotions. Des émotions qui ne lui appartenaient pas. Des émotions qu'elle ne comprenait pas. N'ayant que la Légilimancie intuitive, beaucoup moins puissante que si elle avait sa baguette, la sorcière ne ressentit que les émotions primaires de sa fille.

Alors évidement, la Legilimens ne les comprit pas. Ou elle les comprit mal. Elle vit la peur, la colère, le dégout. Elle comprit que Lyanna avait peur d'elle, qu'elle était en colère contre elle, et dégoutée d'être avec elle. Et lorsqu'on l'emmena, Camille ne pouvait que fixer sa fille en silence, gelée par ce qu'elle ne pouvait saisir.

A plusieurs mètres de là, un des gardes qui entourait Lyanna se mit à rire méchamment se moquant de la descendante de vélane alors qu'il la poussait pour qu'elle continue à avancer.

« Ça c'est Faa'a. Répondit il simplement sans plus d'explication s'il disait le nom de la prison ou de la créature la constituant. Bon aller rentre là dedans. Et pleure pas, ça risquerait de mettre maman en colère. »

Finissant sur un rire plus gras encore, il poussa la sorcière dans ce qui sembla être un des murs tentaculaires. Sauf que la jeune femme ne se prit pas le mur et sembla absorbée par la matière, tombant dans un puits sans fond.

Elle toucha finalement le sol, alors qu'elle pouvait prendre connaissance de son environnement, il lui parut bien familier. Les sorciers l'avaient ils simplement renvoyés chez elle ? Et pourquoi donc en Norvège dans la demeure de son moldu de père ?

Un vent glacial fit bouger les arbres, la neige crissant sous ses pieds, pourtant c'était le seul bruit dans le silence de l'hiver. Une tache rougeâtre apparue au loin, et plus elle se rapprochait plus elles étaient nombreuses. Quatre en vérité, deux de forme adulte et deux beaucoup plus petites, des bébés.

Sous les yeux de Lyanna, les cadavres de son père, ainsi que sa nouvelle femme et ses enfants, étaient allongés dans la neige blanche et pure.





« Là où va Camille Dubois, le drame suit. » © Ellena Jones



« Il se peut très bien que la diplomatie soit l'art de manipuler les secrets. »




































Lyanna Iversen
Retraitée
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 730
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 23/02/2021 à 23:44:35

Incapable de quitter des yeux la créature, Lyanna réprima un frisson de dégoût alors qu'une unique pensée envahissait son esprit. Ils étaient sous l'eau. Certainement à des milliers de mètres de profondeur et d'un quelconque salut. Elle n'aurait pas l'occasion de voir un quelconque soleil ou la moindre goutte de lumière au cours des prochaines semaines, voir des prochaines années si le jury se refusait à l'acquitter.

La tête lui tournant, elle dût se faire à moitié porter par ses gardiens pour arriver à destination alors que la terreur la tétanisait. Si elle s'était jusque là concentrée sur sa bêtise et la responsabilité de Camille, l'idée de rester ici jusqu'à la fin de ses jours la paralysait désormais. Ce fut dans un état second qu'elle atterrit lourdement dans la neige.

Le souffle coupé à cause du choc, la jeune femme vit en premier lieu le ciel immaculé ainsi que l'imposant soleil qui étendait paresseusement ses rayons sur la paisible demeure de son père. A genoux, sur le sol, Lyanna eut un sourire béat, sentant sa terreur doucement la quitter. Ce ne fut que lorsqu'elle eut reprit totalement ses esprits que la jeune femme se releva en se demandant pourquoi on l'avait finalement envoyée ici.

Se souvenant des propos du sorcier qui était venu la chercher dans sa cellule, Lyanna eu un regard dégoûté pour le ciel bleu, visiblement persuadée qu'il était faux. Inspirant l'air gelé de son pays, elle s'avança à grand pas, sentant son cœur s'accélérer tandis qu'elle discernait la tâche écarlate. Incapable de se raisonner, elle s'arrêta finalement devant les cadavres, le cœur au bord des lèvres. Détournant le regard, elle dû se faire force pour lever les yeux au ciel, cherchant certainement une quelconque trace qui pourrait lui permettre de parler à celui qui lui créé ceci.


Vous pensez réellement que me faire voir ces horreurs me pousserait à confesser des choses que je n'ai jamais faites ? Je suis plus que certaine que quoi que je dise ici ce ne sera de toutes façons pas recevable devant un tribunal. Faites moi dégager ça.

Emmerdeuse#1

« Il s’obligea à sourire, ni par plaisir, ni par satisfaction. Il sourit malgré la douleur que lui inspirait la mort de ses hommes. Il sourit parce que c’était ce qu’il faisait toujours. C’était ainsi qu’il prouvait au Seigneur maître, et à lui-même, qu’il n’était pas soumis. »
Camille Dubois
Directrice de maison
Formatrice
Chroniqueuse VIPère
6e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 5210
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 25/02/2021 à 22:12:34

Malheureusement pour Lyanna personne ne lui répondit dans l'immense paysage Norvégiens. Elle était seule avec les cadavres, qui les yeux grands ouverts fixaient le ciel bleu avec une expression horrifiée. Le vent glacial tourbillonna autour de la descendante de vélane, portant les cris des morts, collant à sa peau comme des flocons sanglants. La tornade de glace s'enroula autour de ses membres comme des serpents gelés, causant des zébrures tout à fait réelles sur la peau de la sorcière.

La violence de la tempête augmenta, poussant la jeune femme au sol. Alors qu'elle touchait le sol, celui-ci se referma autour d'elle, comme une tombe. Comme un cercueil. Des racines s'enroulaient autour de ses poignets, l'écartelant pour finalement la laisser tomber dans un trou sans fond. Et alors qu'elle se redressait, sentant du sang bien réel couler du côté de son visage balafré, elle reconnu la pièce dans laquelle elle était.

Elle avait peut être hanté nombre de ses cauchemars d'adolescente, et de sa vie d'adulte. Une salle sombre où une des magies les plus sombres avait été réalisée, mais aussi un lien indéfectible.

Sauf que cette fois, ce n'était pas un souvenir.

Camille se trouvait au centre d'un pentagramme, son regard habituellement gelé était extraordinairement expressif pour une fois. La trahison, la souffrance, l'amour ? Elle se tenait le ventre, écartant des mains rougies par son sang.

« Pourquoi ? »

Murmura t elle dans un gargouillement, alors qu'elle s'effondrait au sol. Et dans les mains de Lyanna se trouvait l'outil responsable de ce meurtre, de cette trahison. Un couteau couvert du sang de sa mère adoptive tomba au sol dans un bruit sourd.





« Là où va Camille Dubois, le drame suit. » © Ellena Jones



« Il se peut très bien que la diplomatie soit l'art de manipuler les secrets. »




































Lyanna Iversen
Retraitée
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 730
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 27/02/2021 à 18:54:30

Ses mains passèrent de ses oreilles à ses bras dans un cri strident, incapable de déterminer laquelle des deux souffrances lui était la plus insurmontable. Si elle était quelques instants plus tôt convaincue que tout cela n'était qu'une horrible illusion, elle oublia bien vite la prison et les évènements qui l'avaient amenée ici lorsque la peur l'attira dans son océan déchaîné. Suffocante, elle se débattit avec peine, jusqu'à reculer précipitamment devant cette nouvelle vision d'horreur. On ne lui avait laissé ni le temps de se préparer à cette vision, ni de s'en protéger alors que le regard si humain de sa mère adoptive se posait sur elle.

Lorsque l'arme tomba dans un cliquetis sonore, elle sembla revenir à elle, s'élançant pour attraper le corps inanimé de Camille, faisant une pression désormais inutile sur son abdomen perforé. Incapable de contrôler ses émotions qui prenaient le pas sur sa rationalité, elle sentit des larmes commencer à couler sur ses joues.


Je n'ai rien fait, c'est pas moi Camille, c'est pas moi.

Tâchant de retrouver son souffle, elle plaça ses grands yeux dans les pupilles vides de la sorcière. Elle n'était pas morte. Elle ne pouvait pas mourir. Reculant brutalement tout en repoussant le corps de la mage noire, Lyanna inspira longuement, laissant passer la peur qui l'avait envahie, ignorant maladroitement les brûlures du gel sur ses bras dénudés tandis qu'un sourire mauvais fendait son visage tiré par une fatigue amplifiée par les avalanches d'émotions qu'elle ne parvenait à contrôler.

Bien tenté, mais elle n'est pas morte. Elle ne peut pas mourir ! Je n'ai rien à vous dire. Rien !

Emmerdeuse#1

« Il s’obligea à sourire, ni par plaisir, ni par satisfaction. Il sourit malgré la douleur que lui inspirait la mort de ses hommes. Il sourit parce que c’était ce qu’il faisait toujours. C’était ainsi qu’il prouvait au Seigneur maître, et à lui-même, qu’il n’était pas soumis. »
Camille Dubois
Directrice de maison
Formatrice
Chroniqueuse VIPère
6e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 5210
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 27/02/2021 à 19:39:07

Le silence répondit toujours à Lyanna alors que le pentagramme tracé autour d'elle devenait plus lumineux. Le sang de la Mage Noire coulait sur les tracés, activant un sortilège qui entoura la descendante de vélane comme une cage de lumière. La douleur fut réelle, les sensations de ses os qui craquaient, se cassant et se reformant, étaient tout à fait réel. Comme un schéma préparé, la douleur laissa place à une nouvelle vision lorsque la cage lumineuse engloba complètement la jeune femme. Elle était dans le jardin arrière du château Dubois, à genoux dans l'herbe qui pouvait lui chatouiller sa peau exposée.

Lyanna n'était que peu venue ici, après tout, Camille n'aimait qu'elle aille trainer du côté du cimetière familiale. Mais ici, il n'y avait plus de Camille pour l’arrêter, car en face d'elle, juste à côté de la pierre tombale d'Alexandre, se trouvait celle de la mère adoptive de Lyanna.

Le vent doux du Sud de la France traversa la descendante de vélane, apportant avec lui les reproches et les plaintes du passé.

« C'est de ta faute. Tu l'as tuée. Tu étais sa faiblesse. »

La voix n'était malheureusement pas celle de Camille, mais celle bien plus caressante, bien plus chaude, de Cassiopée. La sorcière étendit son ombre derrière Lyanna, plus belle encore que lorsqu'elle était représentée sur les portraits. Plus puissante encore, son esprit venant toucher tel un poison celui de Lyanna.

Mais lorsque cette dernière se retourna, il n'y avait personne. Pas d'ombre. Pas de sorcière.

A la place, elle entendit un rire venant de sa droite, et un sortilège griffa ses bras, infligeant des blessures tout à fait réelles.

« Pauvre petite Lyanna qui ne comprend jamais rien. Pauvre petite Lyanna qui n'est qu'un fardeau, un poids. Elle n'est que là pour faire joli, mais elle ne sera jamais à la hauteur. »

Toujours personne n'était à la droite de Lyanna lorsque le sortilège cessa. Mais le rire résonna à nouveau, plus cruel et tranchant que des poignards.





« Là où va Camille Dubois, le drame suit. » © Ellena Jones



« Il se peut très bien que la diplomatie soit l'art de manipuler les secrets. »




































Lyanna Iversen
Retraitée
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 730
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 05/03/2021 à 14:48:13

La lumière avait cédé aux ténèbres alors que le ciel avait disparu en compagnie de la terre. Plus rien ne semblait exister, hormis cette douleur incessante. Cette douleur indéfinissable qu'elle n'avait encore jamais ressenti auparavant. Elle n'était pas que physique, elle semblait toucher jusqu'à son âme. Lyanna avait tout oublié, de qui elle était à où elle était et quel était son objectif pour se placer en position foetale, des larmes sèche brûlant ses joues. Et, lorsqu'une nouvelle vision fit apparition, elle ne vit que le nom de Camille flotter devant elle sur la sinistre pierre tombale.

Non, non, non. C'est pas possible non, non, non.

Incapable de se redresser, elle sentit un frisson de terreur parcourir son échine alors qu'elle s'affalait sur le côté, reculant précipitamment en rampant tandis que ses grands yeux terrifiés voltigeaient autour d'elle.

J'ai rien fait. Je n'aurais pas pu la tuer. Non, non, non.

Incapable de calmer ses sanglots, la sorcière butta contre la pierre tombale qui semblait se jouer d'elle, tandis qu'elle criait à nouveau de douleur.

Elle n'est pas morte ! Elle n'est pas morte !

Mais la colère ne vint pas l'aider à se redresser. Paralysée par la terreur, fourbue par la douleur et envahie par les ténèbres, Lyanna ne put que se rouler sur le côté, incapable de réagir face au monstre qui l'agressait, alors qu'elle se repliait sur elle même, plaçant ses deux mains sur ses oreilles.

Elle n'est pas morte, elle est toujours là. Elle ne peut pas mourir. Elle ne peut pas mourir. Elle ne peut pas mourir...


Elle lui avait promis de ne jamais l'abandonner.

Elle me l'a dit, elle ne peut pas mourir.

Elle lui avait assurée que la mort ne saurait jamais l'emporter, qu'elle avait créé une âme incapable de s'en aller.

Elle ne peut pas mourir.

Une âme emplie de noirceur qui ne saurait jamais trouver le repos. Une âme qu'elle avait vu. Une âme qu'elle avait frôlé, qu'elle avait essayé de réparer...

Elle ne peut pas...

Cette âme qui avait été touchée par la sienne. Cette âme qu'elle avait senti changer. Cette âme qui avait été modifiée par une magie qu'elle même ne comprenait pas.

Non, non, non. Je ne l'ai pas tuée. C'est pas moi, c'est pas possible.

Incapable de réagir, incapable de réfléchir correctement, elle leva péniblement la tête, cherchant dans les ténèbres le réconfort de Cassiopée.

C'est pas moi, je voulais l'aider, j'ai toujours voulu l'aider. Je ne voulais pas !

En larmes, au sol, le bras ensanglanté, le corps meurtri, elle ne réussit à accuser la pire des douleurs qui envahit son être entier. Elle ne songea pas un instant à se défendre, n'imagina pas une seconde qu'elle aurait pu se battre. Elle souhaitait uniquement que son supplice prenne fin. Immédiatement. Quel qu'en soit le moyen.

Emmerdeuse#1

« Il s’obligea à sourire, ni par plaisir, ni par satisfaction. Il sourit malgré la douleur que lui inspirait la mort de ses hommes. Il sourit parce que c’était ce qu’il faisait toujours. C’était ainsi qu’il prouvait au Seigneur maître, et à lui-même, qu’il n’était pas soumis. »
Camille Dubois
Directrice de maison
Formatrice
Chroniqueuse VIPère
6e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 5210
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 05/03/2021 à 21:14:51

Au même moment.

« Alors Mademoiselle Dubois, le spectacle vous plait ? Elle est coriace votre petite tout de même. On a pas l'habitude de les voir s'enfoncer autant. Hein Fred ? Elle est quoi, niveau trois ? Quatre ? L'homme eut un sourire goguenard, avant de se retourner vers l'écran magique qui montrait Lyanna, ensanglantée, meurtrie. Sans faire attention au froid glacial qui s'était instauré dans la cellule, il continua sur le même ton. Vous avez dû sacrément l'entrainer pour qu'elle soit aussi résistante. La torture ça vous connait apparemment ? On a vu des choses pas joli-joli ... Un bruit strident d'alarme résonna, l'auror se retourna, surpris. FRED! C'est quoi ce bordel ? Y'avait pas d'exercice de prévu aujourd'hui! FRED! L'auror rugit mais personne ne lui répondit. Et lorsqu'il se revint face à la prisonnière, il ne put qu'articuler. Oh bordel de Merlin. »

---

Deux jours plus tard, Ministère des Affaires magiques.

« Comment ça vous n'avez "aucunes nouvelles de la prison" depuis deux jours ? Allons répondez! Les mains de l'officier du ministère de la magie française s'abattirent sur le bureau faisant trembler les pauvres employés. Envoyez des aurors, envoyez n'importe qui mais je veux savoir ce qu'il se passe! »

Une pauvre secrétaire fondit en larme, et un sorcier, plutôt jeune et timide leva sa baguette en signe d'interrogation. Au mouvement de tête froid de son chef, il articula après avoir déglutit.

« M-m-mais m-m-monsieur, on a en-en-envoyé ... Plusieurs aurors et d'autres et ... personne-n'est-revenu. »

Soufflant de peur, il roula des yeux et sursauta lorsque son chef tapa du poing sur la table.

« Vous là, vous prenez votre baguette et vous allez tout de suite à la Prison. Tout de suite. Je veux un rapport dans une heure. Aller, ACTION! »

Le pauvre petit rouquin hocha la tête et faillit trébucher une bonne vingtaine de fois. Pourtant il se précipita dans le trou qui lui servait de bureau pour prendre son manteau. Tremblant, il alla dans un bureau annexe pour obtenir un portoloins express. Le lieu de la prison était gardé secret pour raisons évidentes et l'employé du ministère était obligé de passer par d'autres pour y aller. Il n'osa pas croiser le regard de celui qui lui préparait l'objet magique et qui s'étonnait de voir tant d'employés prendre un portoloins aller ces deux derniers jours, et tout autant rater celui du retour.

Le tiraillement au nombril familier ne fut rien en comparaison de l'appréhension du sorcier, qui tenait fermement sa baguette, prêt à tout. Pourtant, peu importe son arme, peu importe son entrainement, rien ne préparait le jeune homme à ce qu'il allait vivre.

---

Prison magique Française.

Encore une merveilleuse journée au sein de notre petit village Faa'a ! Le soleil brille, les oiseaux chantent! Mais rapprochons nous un peu de cette petite maison.

« Lyanna! Mais tu es encore au lit ?! Voyons combien de fois t’aies je dit "La Margarita je la bois" pas "je dors avec" ! *Rire du public* Regarde moi l'état de cette pièce! »

En tenue de ménagère sorcière années 50, Camille posait un regard amusé sur sa fille, à moitié enveloppée dans une lourde couverture et vêtue d'un pyjama tout aussi d'époque. D'un coup de baguette sautillant, la sorcière rangea les vêtements, les bouteilles vides disparurent. *Applaudissement et sifflement du public*

« En plus nous avons un invité ! Fraichement arrivé de Paris, tu imagines! *Clin d'oeil au public* Peut être qu'il te plaira, il est plutôt bel homme. Aller, debout! »

La couette se tira brutalement pour exposer sa fille. *Rire du public. Changement de plan, nous sommes dans le salon typique d'une famille sorcière des années 50. Un sorcier se tient sur un canapé, une tasse de thé dans les mains, sa chevelure rousse brille. *

« Mademoiselle Dubois, je dois dire que votre accueil est formidable. Tout autant que votre fille...

Vous en l'avez pas vu encore, petit malin! *Rire du public* Pourquoi êtes vous venu en ville, monsieur... ?

Je suis venu... Le sorcier fronça les sourcils, il regarda autour de lui d'un air perdu. Je suis venu...

Vous êtes venu rendre visite à votre père, non ? Notre voisin ?

Le sorcier redressa la tête. Oui! Tout à fait, mon père! Et il m'a vanté la beauté de votre fille alors je n'ai pas pu résister à venir voir par moi même. » *Sifflement du public*





« Là où va Camille Dubois, le drame suit. » © Ellena Jones



« Il se peut très bien que la diplomatie soit l'art de manipuler les secrets. »




































Lyanna Iversen
Retraitée
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 730
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 05/03/2021 à 21:39:12

Nul ne confirma qu'elle était innocente alors que les ténèbres englobèrent la jeune femme. Il n'y avait désormais plus rien, hormis la détresse dans laquelle on l'avait plongée. La douleur n'était pas physique, mais tellement plus douloureuse. Le remord la taraudait alors qu'une détresse sans nom l'envahissait. Elle n'était pas assez consciente pour dire qu'elle était morte, mais pas assez inconsciente pour ne plus sentir cette foule d'émotions inébranlable qui la submergeait.

Lorsque la lumière envahit son visage, la sorcière ne put contenir le gémissement de détresse alors que de nouvelles larmes coulaient sur ses joues immaculées.


Non, non, non. Laissez-moi, pitié je...

Mais la voix familière la fit cligner des yeux alors qu'elle appercevait la silhouette familière de la mage noire. Interdite, la jeune femme ne se posa pas la moindre question sur l'endroit, le lieu ou même la tenue de la jeune femme. Elle se contenta de se lever sans même remarquer que son corps ne possédait plus la moindre cicactrice que ce soit sur ses bras ensanglantés il y a quelques instants ou son visage tout aussi parfait que lors de ses premiers jours.

En pyjama, sans s'attarder sur les décors, elle s'avança dans le joli salon, ses grands yeux ne lâchant pas sa mère à quelques mètres d'elle. De grosses larmes coulaient sur ses joues alors qu'elle s'appuyait maladroitement sur le mur.


Je... Tu es en vie. Je ne t'ai pas tuée. Tu es là, tu es là.

Incapable de tenir debout, elle s'affala lourdement sur le sol tandis que d'intenses sanglots la parcouraient. C'en était définitivement beaucoup trop pour la jeune femme qui avait depuis longtemps abandonné toute conscience réaliste de la situation.

Je suis désolée Camille. Je ne voulais pas, je n'ai jamais voulu.

Les sanglots s'étaient transformés en spasmes alors qu'elle posait une main tremblante sur son visage ravagé par les larmes sans même prêter la moindre attention au sorcier présent dans la pièce. Elle ne voyait que sa mère. Vivante.

Emmerdeuse#1

« Il s’obligea à sourire, ni par plaisir, ni par satisfaction. Il sourit malgré la douleur que lui inspirait la mort de ses hommes. Il sourit parce que c’était ce qu’il faisait toujours. C’était ainsi qu’il prouvait au Seigneur maître, et à lui-même, qu’il n’était pas soumis. »
Camille Dubois
Directrice de maison
Formatrice
Chroniqueuse VIPère
6e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 5210
Titre : Re : La justice est une illusion
Créé : 05/03/2021 à 22:27:20

Lyanna apparait sur les applaudissement du public. Le public est en larme. Des "oooh" et des "aaah" retentissent. Apothéose lorsque Camille s'approche de Lyanna, caressant sa joue ainsi que ses cheveux d'un geste doux.

« Évidement que je suis là, où est ce que tu veux que je sois petit Veaudelune ? *Rires attendris du public* La sorcière sèche les larmes de sa fille de ses mains gelées. Est ce que je n'ai pas déjà dit que je ne pouvais pas mourir ? *Clin d’œil au public* Les mères sont éternelles, je serais là chaque matin pour te tirer du lit, que tu le veuilles ou non. » Camille émit un rire en écho avec ceux extérieurs.

Soudain elle s'écarta de sa fille, les mains sur son tablier ridicule, les sourcils froncés de mécontentement.

« J'espère que tu t'excuse pour ta tenue, jeune fille. Je t'ai dis que nous avions un invité et voilà comment tu descend. Enfin bref, je suis sûr que monsieur ... Enfin qu'il te trouvera ravissante, comme toujours! N'est ce pas que vous la trouvez belle, ma fille ? »

Camille se tourne vers le sorcier, un sourcil levé. Celui ci se leva précipitamment, échappant un peu de thé sur sa tenue.

« O-oui, f-fabuleuse! Mademoiselle Lyanna, en-enchanté. Son regard se leva timidement, et le temps sembla ralentir. Il fronça les sourcils une micro seconde avant de cligner des yeux et de sourire.

Aaah la magie de l'amour. *Sifflement du public*

Le sorcier s'approcha de la descendante de vélane et trébucha sur un objet imaginaire, atterrissant sur le côté du canapé et se frappant lourdement la tête. Se rasseyant, il frotta une bosse déjà naissante.

Ah bah ça c'est ce qu'on appelle un coup de foudre. » *Rire du public*

« Mais quel maladroit! Pire qu'un véracrasse ce petit! Allons asseyez vous avec nous, nous allions justement prendre un brunch. Cela t'éclaircira l'esprit, ma fille, rien de mieux qu'un *La sorcière sort une boite de gâteau où une sorcière est imprimée sur le devant, superbe et tout aussi souriante, la marque est en imprimé gras et rouge* Petit Biscuit Faa'a Buleux et un verre de lait pour bien commencer une journée bien Organisée! *Musique entrainante*

Elle se tourne vers une table dont les couverts viennent d'apparaitre. La porcelaine étincelle et les serviettes sont d'un blanc immaculé. Camille se tourne d'un geste fluide, invitant les deux sorciers alors qu'elle pointait de sa baguette une carafe de lait qui se versait dans un glougloutement agréable.

« Et bien Lyanna ne reste pas plantée là telle une jeune licorne. Aide notre invité à prendre place à notre table! » *murmure intéressés du public*





« Là où va Camille Dubois, le drame suit. » © Ellena Jones



« Il se peut très bien que la diplomatie soit l'art de manipuler les secrets. »




































Pages : 1 2 ->

Le Grand Escalier >> Monde magique >> Reste du monde

Retour en haut de la page



Vous avez besoin d'aide ? Rendez-vous dans la FAQ

Partenaires :
Écoles de Magie : Mana Wyrd - Harry Potter 2005 - Hogwartsnet - Habbo Magie Poudlard - L'académie Beauxbâtons - Mimble Mimbus
Monde Magique : Fédération du Quidditch Français - La Gazette du Sorcier - Wiki Harry Potter - Obscurus Presse - HP666 - La Charte du Fandom
Autres : Portail des jeux - Annuaire google

Toute reproduction en totalité ou en partie est interdite.
Les images et les noms relatifs à Harry Potter sont une propriété de la Warner Bros Corp. et J.K. Rowling.

© 2009-2019 Twelve Grimmauld Place - © 2020 Design par Alpha Landstorm, Artus Myrtle, Camille Dubois et Elea Loohest - Mentions légales

Optimisé pour Firefox 4, Google Chrome 6, Safari 5 et Opera 10.5