Panneau d'Affichage
Chargement...

Connexion




Mot de passe perdu?

Le Grand Escalier

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Reste du monde

ρeindre ses cauchemars
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : ρeindre ses cauchemars
Créé : 06/08/2022 à 22:31:10 - Modifié : 07/08/2022 à 07:49:58


Il ne savait pas exactement pourquoi et encore moins pourquoi il y pensait maintenant, mais Mylan se remémora avoir envoyé une carte postale animée à Ludvig. Le paysage était plutôt simple : Londres sous sa plus belle pluie. Non pas que cette scène représentait là l'horrible temps qui se jette continuellement sur cette ville, mais plutôt pour y voir là une forme d'espoir car après tout, après la pluie il y a le beau temps. Bien entendu, ce genre de cliché amenait chaque personne à s'interroger et à trouver une signification à celui-ci, et c'est particulièrement pourquoi l'Hemingway aimait l'art.

De l'art, il y en avait un peu partout dans son appartement plutôt simple en apparence, situé à Londres. Si d'habitude il avait l'habitude de crécher dans de luxueux domiciles, pour cet appartement qui est strictement à son nom (et non à celui de son mari), il était rester simple. Au diable la belle vaisselle et le lit en baldaquin, non il avait décidé de rester lui-même, notamment au niveau de la décoration. C'est donc pour cela qu'il y avait une toile au-dessus de son lit. Une grande toile signée Ludvig. À chaque fois qu'il la regardait, il ne pouvait succomber à la beauté renfermée dans une chose aussi banale qu'un tableau.

Le plus étrange dans tout cela est lorsqu'il se réveille, il a toujours l'impression d'être en compagnie de cet artiste, comme si celui-ci était en train de le regarder. Parfois ça lui donnait des sueurs froides, parfois non, Mylan ne savait pas trop quoi en penser. La seule chose qui lui parvenait à l'esprit à chaque fois que cela se produisait était, évidemment, le peintre y avait mis une partie de son âme. Était-ce seulement possible qu'un tableau puisse devenir un horcruxe ? Là était le fruit de ses pensées.

Il était loin de s'imaginer qu'un simple souvenir qui remonte à la surface puisse avoir un quelconque signe de prédiction. Lui qui mettait un point d'honneur à garder ses souvenirs en captivité dans son esprit, d'autant plus avec ses talents d'occlumens, le voilà étonné. Dans tous les cas, après avoir entendu des coups donnés à sa porte d'entrée, il alla voir qui cela pouvait être, se doutant de tout sauf de Ludvig.


« the usual fault of man is not to predict the storm in good weather »

• OCCLU •

• ACS •

Avatar Camille Dubois
PJS de Helio Azevedo


[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : ρeindre ses cauchemars
Créé : 07/08/2022 à 04:05:21 - Modifié : 10/08/2022 à 02:32:11

Cela faisait plusieurs mois que Ludvig était en cavale. Il se cachait ici et là. Là où on voulait bien de lui. Non, son visage ne se trouvait pas sur des affiches de recherche. Pourtant, il avait commis l'irréparable, sous le coup de l'émotion. Le pire dans tout cela, c'était qu'il ne se souvenait de rien. Le néant.

Caché au fin fond d'un village bulgare, le Gustafsson fixait une carte postale qu'il avait reçu il y avait quelque temps déjà. Lui qui croyait être laissé à lui-même dans ce monde qui ne comprenait rien à l'art. À son art. Dans un coin de sa petite chambre miteuse, où un meuble à moitié affaissé lui servait de lit et un petit bureau mangé par les mites trônaient, quelques toiles étaient appuyées sur le mur derrière la porte. Il avait tenté de vendre quelques toiles, mais ce n'était pas en Bulgarie et surtout dans ce petit village qu'il allait faire de belles affaires. Puis, à son allure, il ne devait certainement pas attirer la sympathie des villageois.

Se levant de son lit, sa chemise tachée de peinture et de trace de suie, le grand blond attrapa la carte postale, la relisant pour une énième fois. Mylan. Son ami, son mécène. Le seul qui croyait en son talent hors de l'Académie suédoise ou du moins, qui avait vu quelque chose en lui. Il fallait dire que depuis l'incident en Suède, Ludvig avait fuis. Il était allé le plus loin qu'il pouvait, sans s'exiler à des milliers de kilomètres. Il fallait qu'il garde un pied en Europe. Même s'il s'était promis de ne pas se rendre en France ou même en Angleterre, il avait besoin de voir son ami. Il avait besoin de trouver un train de vie normal. Décent. Car ce n'était pas en essayant de vendre ses toiles dans un village avec une allure de mendiant qu'il allait réussir à se sortir de cette situation. Puis, il avait besoin d'un cadre moins sombre pour créer. Car il en était conscient, les toiles qui squattaient le coin de sa chambre étaient très lugubre. Plus que ce qu'il avait fait auparavant.

Déposant la carte postale sur le petit bureau, le Gustafsson pris une décision qui allait changer sa vie. Dans le bon ou le mauvais sens. Attrapant son vieux manteau à capuchon tout troué et son sac qui avait eu de meilleur jour, il descendit dans cet endroit qu'ils appelaient une auberge dans ce village éloigné. Toiles à la main, il n'hésita pas une seconde et les fourra dans la cheminée qui les consuma sans souci. Se couvrant la tête de son capuchon, le suédois sorti à l'extérieur et trouva un endroit loin des regards. La carte bien caché dans l'une de ses poches, l'homme transplana sans souci.

Lorsqu'ils réapparu, il se retrouva les deux pieds dans l'eau. Il pleuvait, comme toujours. Londres était reconnue pour cela. Rasant les murs, la tête baissée, Ludvig se dépêchait. Il fallait qu'il atteigne cet appartement. Il toqua trois petits coups et ce ne fut pas long, un visage familier vint lui ouvrir.


LUDVIG : Mylan... J'ai besoin de ton aide.
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : ρeindre ses cauchemars
Créé : 09/08/2022 à 06:18:43

Mylan, qui s'était levé il y a de cela une heure, tenait dans sa main droite sa tasse de thé déjà entamée. Vêtu d'un pantalon noir ainsi qu'un pull gris, ses yeux noisettes étaient occupés à décrypter la scène captée dans ce tableau. Il connaissait cet art, c'était de l'abstrait. Ses connaissances dans le domaine artistique lui étaient, en somme, plutôt utiles, notamment pour comprendre l'univers dans lequel Ludvig continuait de grandir et d'accroître sa popularité.

Face aux coups de pinceaux vaguement donnés, comme s'ils avaient été exécutés à la hâte, l'Hemingway tentait de comprendre ce que le Gustafsson avait ressenti en peignant cette toile. De toute évidence, il pouvait visualiser une forme de colère, ou plutôt d'irritation. Peut-être ladite irritation venait du fait que Ludvig avait, à cette époque, de la difficulté à se faire connaître, à gagner son pain ? Mylan était plutôt confiant face à cette théorie, après tout la toile qu'il regardait figurait dans les « débuts » officiels de l'artiste. De même, le formateur d'Occlumancie fut probablement l'une des premières personnes à croire en Ludvig. Après tout, il avait énormément de potentiel, ça il le voyait. Maintenant, l'artiste n'avait plus qu'à l'exploiter.

On toquait à sa porte. De petits coups donnés, il reconnaissait là quelqu'un qui voulait s'imposer sans vraiment déranger, comme s'il tentait de garder une certaine gêne. Dans tous les cas, l'Hemingway alla ouvrir, vaguement intrigué, le cœur battant à tout rompre. Ses prédictions allaient-elles être bonnes ? Mylan n'y croyait pas, après tout Ludvig semblait tracer sa vie ailleurs. Enfin, c'est ce qu'il pensait, jusqu'à temps qu'il tombe sur un Ludvig lui réclamant de l'aide. Son apparence, notamment ses vêtements, lui démontra que celui-ci ne vivait pas dans la richesse, voire peut-être même dans la misère. Il ne savait pas trop.


MYLAN - Ludvig ? Je... Je m'attendais pas à recevoir ta visite... avoua-t-il en avalant difficilement sa salive. D'un coup, Mylan sentait que son thé lui laissait un goût amer en bouche. Voyons, ne reste pas planté là ! Viens te mettre au chaud.

L'Hemingway s'éloigna de son interlocuteur pour aller échanger sa tasse de thé pour sa baguette. Une fois revenu, grâce à des coups de baguette, il fit sécher en quelques secondes les vêtements de Ludvig. De sa main libre, il la tendit vers le peintre pour réclamer son manteau. Après tout, l'occlumens était un homme bien éduqué et avec des manières.

MYLAN - Tu veux un café ? Un thé peut-être ? Prendre un bon bain chaud ? Des vêtements propres ? Dis-moi tout.


« the usual fault of man is not to predict the storm in good weather »

• OCCLU •

• ACS •

Avatar Camille Dubois
PJS de Helio Azevedo


[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : ρeindre ses cauchemars
Créé : 10/08/2022 à 02:57:46

Ce n'était pas du tout dans sa nature de demander de l'aide. Cela se voyait par l'allure qu'il avait. Ludvig avait laissé son orgueil diriger ses actions et maintenant, il était dans un état lamentable. Certes, il était conscient en quittant la Suède comme un voleur que la suita ne serait pas facile, mais il avait espérer se faire un nom en Bulgarie. Grave erreur. Ses actions semblaient avoir déteint sur lui et maintenant, il portait une sorte de trace.

En frappant à la porte de son ami, il espérait pouvoir trouver une sorte de réconfort. Du moins,il espérait pouvoir se refaire à Londres, en restant un minimum anonyme. Car il était certain que le mot c'était passé. Qu'un élève de l'Académie des beaux-arts de Suède s'était enfui après avoir commis l'irréparable.

Lorsque la porte devant lui s'ouvrit, le Gustafsson fut soulagé. Il expira un coup, esquissant un léger sourire sur ses lèvres. Même s'il détestait cette situation. Il aurait préférer revoir Mylan dans d'autres circonstances que dans sa fuite. Tout de même, le britannique d'ascendance suédoise resta sur le pas de la porte, attendant que son ami l'invite. Ce qui ne fut pas très long.

Posant le pied dans l'appartement, refermant la porte derrière lui, le peintre observa un instant l'endroit, ne pouvant échapper au regard surpris et désemparé du Hemingway. Qu'à cela ne tienne, le professeur agissait comme un hôte exemplaire, faisant sécher les vêtements du blond en une fraction de seconde, avant de prendre le manteau de ce dernier.

LUDVIG : Je... je ne veux pas abuser de ton hospitalité Mylan, mais... un bain serait bien.

Ludvig avait dit cela en sachant très bien que son ami aimait les choses propres, cadrés et distingués. Donc, recevoir quelqu'un chez lui qui ressemble plus à un clochard qu'à un artiste peintre qui avait étudier dans une des académies des plus prestigieuse n'était pas possible.

Le Gustaffson déposa alors son sac rempli de pinceaux et de tubes de peinture à l'huile sur le sol, observant à nouveau les lieux. Ce qui ne l'empêcha pas de lancer une petite boutade, malgré la situation.

LUDVIG : Je vois qu'être auteur est plus payant qu'être peintre... dit-il en souriant.
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : ρeindre ses cauchemars
Créé : 10/08/2022 à 07:39:10

Il est évident que Ludvig connaissait Mylan, notamment sur son penchant pour les bonnes manières. Il n'était pas un maniaque de la propreté, mais ayant épousé l'un des prestigieux noms qui figure parmi l'élite de la société sorcière, il est évident que l'Hemingway tentait par toutes les chances d'adopter un comportement digne de ce nom. Alors évidemment, il va s'en dire que les choses classées, propres et cadrées faisaient dorénavant partie de son quotidien. Rares seront les fois où Mylan se fera apercevoir dans un sale état. Bref : rares seront les fois où il sera à la place du Gustafsson.

Bien entendu, le formateur ne critiquait point la manière que le peintre avait décidé de mener sa vie. C'est noble, c'est beau, c'est la liberté. Plutôt que de laisser sa destiné diriger sa vie, c'est lui qui prend en main sa destiné. Pour Mylan, on ne peut pas en dire autant : régularité rythme sa vie, tandis que liberté rythme celle de Ludvig. Deux modes de vie qui s'opposent, mais qui, d'une certaine manière, se complètent. Un peu comme le yin et le yang. Mylan serait le yang et Ludvig le yin. La lumière contre l'obscurité. Enfin, dans les faits seulement.


MYLAN - Voyons Ludvig, tu sais bien que pour... un ami comme toi, mon hospitalité n'aura jamais de limite. dit-il en ayant fortement hésité sur comment étiqueter leur relation. Des connaissances, de simples bons amis, des supporteurs ? Non. Bien entendu, leur relation s'étend bien plus loin que ça. Je te prépare ça immédiatement.

Armé de sa baguette, l'Hemingway se dirigea vers sa salle de bain pour faire couler l'eau tout en y ajoutant différents savons aux parfums sucrés et raffinés. Cela va de soi, des serviettes et des vêtements propres seront matérialisés près du bain, de quoi transformer un peu le physique de Ludvig. Au niveau des vêtements, c'était pantalon noir, chemise de lin et sous-vêtements propres. Une fois revenu, il put remarquer le sac trônant près de sa porte d'entrée.

MYLAN - Entre toi et moi, tu sais très bien que je préfère tes peintures à mes écrits. La seule différence entre ces deux arts, c'est que les mots viennent rejoindre beaucoup plus facilement les sorciers que des coups de pinceaux, malheureusement. Pourtant, un livre c'est strict, tandis qu'une toile laisse place beaucoup plus facilement à l'imagination.

Pour Mylan, son appartement n'était pas si luxueux. Enfin, bien entendu l'aspect intérieur dépassait celui d'un appartement d'un sorcier lambda, mais n'en était pas pour autant si dispendieux. Pour tout dire, avec son salaire de professeur à Poudlard, il aurait été capable de se payer un loyer comme celui-ci. Peut-être pas en début de carrière, mais après une certaine expérience acquise, oui. Ce qui donnait véritablement son côté prestigieux à l'appartement, c'était la décoration. Comme quoi avec peu on peut faire de grandes choses.


« the usual fault of man is not to predict the storm in good weather »

• OCCLU •

• ACS •

Avatar Camille Dubois
PJS de Helio Azevedo


[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : ρeindre ses cauchemars
Créé : 12/08/2022 à 03:30:15 - Modifié : 12/08/2022 à 04:44:46

S'il avait pu imaginer être reçu de la sorte, Ludvig aurait outrepassé son égo pour venir demander de l'aide au Hemingway. Le nombre de journée où il n'avait pas pu se nourrir ou plutôt où il s'était contenté de pain rassi et d'eau n'auraient jamais existé. Au lieu de cela, il avait préféré vivre sa misère seul. Supporter le froid de l'hiver bulgare dans sa chambre aucunement chauffée.

Oui, il enviait la vie de Mylan. Cette facilité qu'il avait. Le succès. Il enviait l'auteur, mais pas au point de le détester ou de le jalouser. Parce qu'à un moment, le Gustafsson était voué à ce même genre de train de vie, mais il avait tout gâché. Du moins, c'est ce qu'il pensait. Il ne se souvenait de presque rien. Il y avait un gros trou noir entre le moment où la personne était entrée dans l'atelier et où il a vu ses mains tâchés de sang et le corps au sol. Depuis, il était en cavale. Puis ses nuits, quand elles n'étaient pas parsemées de cauchemars, il les passait à réfléchir. À tenter de se rappeler le fil des événements.

Écoutant à peine son ami, pendant qu'ils traversaient l'appartement, Ludvig capta tout juste ce que disait ce dernier. Hochant lentement la tête, il pouvait être que d'accord.


LUDVIG : Tu as sûrement raison, malheureusement. Mais dans un livre, même s'il peut surprendre, la personne se laisse porter par le récit. Un peu prit par la main. Pas avec une toile. Peut-être que les gens ont peur aussi. De leur imagination, de leurs pensées des plus profondes.

Sur ces mots, le grand blond s'arrêta au pas de la porte qui donnait sur la salle de bain. Tout était déjà prêt. Ce qui soulagea l'homme de 35 ans. S'il enviait Mylan, il était aussi très reconnaissant. Il lui devait tant. Surtout que depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vu, Ludvig n'avait pas tellement créé et travaillé son art. Se contentant d'essayer de survivre un minimum.

LUDVIG : Je vais... me laver. Je vais essayer de faire vite.

Refermant la porte de la salle de bain, en remerciant le professeur d'un sourire, Ludvig se retrouva à nouveau seul avec lui-même. Il ne se fit pas prier pour retirer ses vêtements tachés et troués. En une fraction de seconde, il était dans la baignoire, la mousse le recouvrant presque entièrement. Il prit quelques minutes, les yeux fermés, à respirer cette odeur qui l'avait tant manqué. Puis, il se lava. Avec force par moment. Comme s'il essayait encore d'effacer le sang sur ses mains.

Au bout d'une heure, il était lavé, séché et bien habillé. Les vêtements choisis par Mylan étaient tout simplement parfaits. Pieds nus, il se promena quelques minutes dans l'appartement, observant chaque détail, quand il tomba enfin dessus. La première toile qu'il avait vendu. Là, sur le mur dans la chambre. Juste au-dessus du lit. Cette toile qui avait été le début de la fin, en quelque sorte. Car les soucis avaient déjà commencé à ce moment.

[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : ρeindre ses cauchemars
Créé : 15/08/2022 à 05:21:15

Mylan n'avait pas eu la vie facile, loin de là. Et son succès, il l'a eu avec la sueur de ses efforts. La plupart pense que tout lui a toujours été servi sur un plateau d'argent. Non, ce n'est pas vrai. Ce qui est frustrant pour l'Hemingway, c'est que malgré tous ses efforts, les médias tentent et continuent toujours de les rabaisser, de les décrédibiliser pour le dépeindre comme étant un fils à papa, ou ce genre de profil.

MYLAN - Tu as sûrement raison Ludvig, les gens ont toujours eu peur d'eux-mêmes et de leurs plus sombres pensées. Et cela n'est pas prêt de changer à mon avis.

S'adossant contre l'un de ses murs, il avait croisé ses bras pour regarder le peintre s'aventurer dans son appartement pour se diriger vers la salle de bain. À la mention qu'il allait se laver, l'occlumens ne lui offrit qu'un simple sourire. De son côté, c'était sa tasse de thé entamée qu'il termina en même temps de finir les quelques copies qu'il avait omis de corriger. Lorsqu'il entendit la porte de la salle de bain s'ouvrir et se refermer ainsi que des pas se promenant dans son appartement, il se releva pour aller le rejoindre. Mylan resta dans le cadre de sa porte à contempler Ludvig qui, lui, contemplait son œuvre au mur, celle au-dessus de son lit.

MYLAN - Cette œuvre, quelle est sa signification à tes yeux ?

À chaque fois que le formateur observait l'œuvre, il se sentait toujours un peu plus près avec le génie artistique du peintre. Avec le temps, chaque coup de pinceau commençait à prendre un sens dans son esprit. Pour l'instant, il n'y voyait qu'une mosaïque fracturée qui, peu à peu, s'assemble et se répare. Il a simplement hâte d'y voir la vérité derrière le tableau.

MYLAN - Et si tu me disais la raison de cette visite inattendue ? Loin de moi l'idée de douter de notre amitié, mais je me doute que ce soit une simple visite de bienveillance. Qu'il y a-t-il ?


« the usual fault of man is not to predict the storm in good weather »

• OCCLU •

• ACS •

Avatar Camille Dubois
PJS de Helio Azevedo


[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : ρeindre ses cauchemars
Créé : 16/08/2022 à 02:57:26

Posté devant l'oeuvre qui trônait au-dessus du lit du Hemingway, Ludvig se posait plein de questions. Autant sur le tableau que sur son emplacement. Ces questions venaient et partaient dans son esprit durant tout le temps qu'il resta planté là à observer. Le tableau prenait une toute autre signification dans ce décor et pourtant, il cachait quelque chose. Quelque chose que lui-même était incapable de déchiffrer, parce qu'il y avait un trou noir. Même qu'il était incapable de le situer dans la chronologie de ses propres œuvres. Il se souvient simplement que Mylan lui avait offert une commandite pour la création d'un tableau et qu'après le drame à l'Académie royale des beaux-arts de Suède, le professeur avait reçu un paquet bien emballé et ficelé. C'était le tableau.

Se détournant lentement, incapable de détaché ses yeux de la toile, le Gustafsson reporta tout de même son attention sur l'homme qui se tenait à l'autre bout du couloir.


LUDVIG : Mes débuts. Ta confiance. Et... un basculement. Toi ? Et pourquoi cet emplacement ?

C'était ses mots. Ceux qui décrivaient, à ses yeux, cette oeuvre. Quand il avait commencé à peindre cette toile, Ludvig était confiant. Gonflé à bloc par la commande et l'amitié que lui portait son ami et mécène. Il avait peint avec des couleurs vives avec des traits assumés. Puis, tout avait basculé. Les couleurs sont devenue plus sombres. Les traits plus précipités. Comme empreints de colère. Pourtant, nous pouvions encore apercevoir quelques coups de pinceaux aux tons orangé. Bien caché entre les noir et le bleu marine.

Jetant un dernier coup d’œil à cette toile qui signifiait tant de chose, l'artiste passa une main sur son visage en entendant la voix de l'auteur. L'inévitable question.


LUDVIG : Je crois que je suis... dans la merde. Désolé pour mon langage. Le seul problème, c'est que je ne me souviens de rien. Le seul témoin de tout ça, c'est cette toile.dit-elle en faisant un signe de tête vers l'oeuvre.

S'éloignant de la chambre, le Gustafsson alla s'installer sur le canapé de son ami, plongeant son visage entre ses mains, totalement découragé.


LUDVIG : Je ne veux pas t'impliquer dans tout ça. J'ai juste besoin de me remettre sur les rails, tu vois ? Le temps de quelques jours. Je n'arrive plus à créer depuis ce temps. Du moins, je n'arrive plus à faire comme avant et je crois... que tu peux m'aider.
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : ρeindre ses cauchemars
Créé : 23/10/2022 à 05:39:39

Il semble que Mylan avait lui aussi le droit à une panoplie de questions. Sa signification pour lui ? Pourquoi l'emplacement ? À vrai dire, lui-même ne savait pas vraiment. C'est un bon endroit, tout simplement ? Il pouvait l'admirer à chacun de ses réveilles ? Au fond, l'Hemingway savait probablement pourquoi, mais n'osait pas aller au fond de sa pensée. Pour un occlumens comme lui, ce n'est pas vraiment surprenant. Il compartimente ses souvenirs de manière très ordonnée. Sa tête est une véritable bibliothèque de souvenirs cadenassés.

MYLAN - Le désespoir qui envahit l'espoir, qui prédomine tout. Les forces obscures qui l'emportent sur la lumière. Je ne sais pas vraiment en fait. C'est une tâche constante qui demande rigueur d'essayer de percer ce tableau à jour.

Il évitait soigneusement, mais surtout habilement, sa seconde question. Pourquoi ici ? Il ne sait pas vraiment, mais ce que Mylan sait c'est que ce tableau, mis dans la chambre, lui donnait toujours l'impression d'être plus près de Ludvig. Le formateur ne sait pas quoi en penser de ses propres réflexions. Pourtant, il est convaincu qu'à l'intérieur de lui, derrière ce tableau, se cache plus que de simples traits de pinceau.

MYLAN - Une amnésie ? C'est curieux.

Immédiatement, le cerveau du professeur se mit à chercher une explication logique. Est-ce que Ludvig s'était fait oublietter ? Un mécanisme intérieur de défense face à une brusque réalité (ou un traumatisme) ? Celui-ci suit l'artiste jusqu'à son salon, essayant de mieux comprendre sa situation.

MYLAN - C'est-à-dire « te remettre sur les rails » ? À quoi penses-tu ? Qu'attends-tu de moi ? T'aider à te trouver un emploi ? À retrouver tes souvenirs ? À t'inspirer ?

Évidemment, Mylan pouvait aider, surtout si cela concernait tout ce qui a en rapport avec le domaine de l'esprit. Que ce soit la légilimancie ou l'occlumancie, ces arts n'ont plus de secret pour le formateur. Si Ludvig voulait replonger au plus profond de son esprit, bien sûr que l'Hemingway en serait capable, mais à quel prix ?


« the usual fault of man is not to predict the storm in good weather »

• OCCLU •

• ACS •

Avatar Camille Dubois
PJS de Helio Azevedo


[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : ρeindre ses cauchemars
Créé : 24/10/2022 à 03:38:45

Ludvig écoutait sagement ce que son ami lui disait. Le barbu voyait bien que le Hemingway cherchait une façon d'éviter de répondre à la seconde question. Ce qui éveilla la curiosité de l'artiste. Pourtant, sans jamais regarder Mylan dans les yeux, le Gustafsson le comprenait. Petit à petit. Pour le moment, il n'allait rien dire, rien faire. Il voulait juste des réponses à ses propres questions ou du moins, pouvoir se refaire. Retrouver cette petite touche artistique qui avait attiré son mécène dans l'atelier de l'Académie royale des beaux-arts de Suède. Puis, oui. Les doigts lui démangeaient depuis qu'il avait passé la porte de la demeure du formateur. Surtout après s'être lavé. Comme s'il avait laissé derrière lui toute la noirceur qu'avait été ces derniers mois.

LUDVIG : Je vois... Mais oui, je ne me souviens de rien. Peut-être que tu peux m'aider à trouver des réponses ?

Pour la première fois depuis qu'ils étaient dans le salon, Ludvig leva ses yeux bleus pâles vers Mylan. Il avait pris le temps de tailler parfaitement sa barbe, n'ayant plus l'air d'un clochard. Ses longs cheveux qui tombaient sur ses épaules étaient encore un peu humide. Il se leva, pour regarder son ami droit dans les yeux, se plaçant qu'à quelques centimètres de de Mylan, la commissures de ces derniers se plissant doucement. Il cherchait quelque chose dans le regard du Hemingway, mais rien ne lui venait.

LUDVIG : Je veux que tu m'aides à retrouver mon inspiration et ma mémoire. Je te laisse entrer dans dans ma tête, dit-il en tapotant sa tempe. En contre parti, je peins ton portrait. Je sais qu'il semblerait que je sois l'unique gagnant dans tout cela, mais je sais que tu brûles d'envie, tout comme moi, de savoir ce qu'il s'est passé.

D'un coup, il recula. Tournant le dos au formateur, observant la pièce comme s'il cherchait une quelconque information. Pourtant, il n'attendait qu'une chose : une réponse. Et il espérait que son petit numéro de proximité ait eu l'effet escompté.

LUDVIG : Qu'en dis-tu ?

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Reste du monde

Retour en haut de la page



Vous avez besoin d'aide ? Rendez-vous dans la FAQ



Partenaires :
Écoles de Magie : Mana Wyrd - Harry Potter 2005 - Hogwartsnet - Habbo Magie Poudlard - L'académie Beauxbâtons - Mimble Mimbus
Monde Magique : Fédération du Quidditch Français - La Gazette du Sorcier - Wiki Harry Potter - Obscurus Presse - HP666 - La Charte du Fandom
Autres : Portail des jeux - Annuaire google

Toute reproduction en totalité ou en partie est interdite.
Les images et les noms relatifs à Harry Potter sont une propriété de la Warner Bros Corp. et J.K. Rowling.

© 2009-2023 Twelve Grimmauld Place - © 2020 Design par Alpha Landstorm, Artus Myrtle, Camille Dubois et Elea Loohest - Mentions légales

Optimisé pour Firefox 4, Google Chrome 6, Safari 5 et Opera 10.5