Panneau d'Affichage
Chargement...

Connexion




Mot de passe perdu?

Le Grand Escalier

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Reste du monde

The Golden One
Directrice adjointe
Formatrice
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : The Golden One
Créé : 09/06/2023 à 23:21:28




« Je vous promet miss, cela fait des années, voir des siècles qu'on en a pas vu par ici... Elle s'est surement éteinte à cause de la déforestation et...

- Je me moque de la cause, coupa une voix gelée qui fit gémir le petit homme rondouillard. Je vous ai donné 1000 gallions pour que vous me rapportiez cette fleur. Je constate que vous êtes devant moi, et pas elle. »

L'homme essuya les perles de transpirations de son front, balbutiant à nouveau des excuses. Sa main tremblait en serrant une baguette ressemblant à une écharde géante. Le lieu du rendez-vous établis était une maison abandonné au sud de Londres, il n'y avait pas une autre habitation à des kilomètres et ça, elle le savait pertinemment. Sa commanditaire sortit de l'ombre où elle était tapie, comme si elle en faisait partie elle-même. Il leva des yeux larmoyant alors qu'il déglutissait bruyamment.

Franck Josh n'avait jamais été un bon sorcier, à peine sortit de Poudlard il s'était rangé dans une profession à la limite du légal. Contre une somme d'argent, il s'arrangeait pour trouver ce qu'on lui demandait. C'était souvent des petits trésors, certains avec plus de valeurs que d'autres. Depuis plusieurs années, Franck avait amassé un bon petit pécule qu'il dépensait dans l'alcool et les jeux. Pas de femme ni d'enfants, il se demandait à présent si ce n'était pas exactement pour cela qu'elle l'avait contacté.

Un jour, il avait reçu un hibou lui demandant une rencontre dans cette même bâtisse. Il ne l'avait pas rencontré alors, c'était une autre sorcière qui lui avait simplement donné une photographie de ce qu'il devait chercher ainsi qu'une avance considérable sur la somme promise. Franck avait eut les yeux qui était sorti de leurs orbites en pesant le petit sac de gallion, pensant déjà qu'il pourrait s'accorder une petite pause de plusieurs année avec ça. Puis il avait regardé la photographie et avait encore plus jubilé. C'était une fleur ! Une petite fleur de rien du tout à cueillir. Rien de bien sorcier en soit.

Mais la chose s'était corsée lorsqu'il n'avait pas trouvé la fleur. C'était bien la première fois que Franck échouait.

« Je peux vous rendre votre argent ... mentit-il puisqu'il en avait déjà dépensé le quart. Je vous jure, miss, cette fleur n'existe plus sur cette planète, j'en suis persuadé...»

Un rire glacial coupa court ses supplications et un noeud tordit douloureusement ses entrailles. La sorcière se rapprocha et Franck se perdit dans ses prunelles qui semblaient faites de glace. Elle aurait pu être jolie si elle n'était pas aussi maigre, pensa-t il, mais quelque chose se dégageait de cette sorcière. Quelque chose qui lui donnait envie de fuir. Il voulut faire un pas en arrière mais ses jambes demeurèrent de pierre. La sorcière eut un sourire comme si elle savait exactement ce qu'il se passait, et pour cause, elle en était responsable.

« Oh Franck, susurra-t-elle alors qu'il se figeait, il ne révélait pas son véritable prénom lors de ses magouilles, qu'elle le connaisse n'était vraiment pas bon signe. Je suis également persuadée que tu penses dire la vérité. Mais je suis très contrariée que tu m'aies fait perdre mon temps... Et tu sais ce qu'il se passe lorsque je suis contrariée ? Il secoua la tête négativement, ses lèvres commencèrent à trembler. Elle s’approcha et frôla d'une main gantée la joue du sorcier, son sourire n'avait pas bougé d'un iota. Il se passe de très mauvaises choses... » murmura-t-elle alors que sa baguette commençait à s'illuminer.

« Je ne peux rien vous dire ! Je n'en sais pas plus ! Gémit Franck, des trémolos faisant passer sa voix dans les aiguës. Il y avait un homme qui l'a reconnu par contre ! Demandez-lui ! Il saura lui ! »

Sa supplication eut le mérite de faire stopper la baguette qui n'était qu'à un centimètre de sa tempe. La sorcière haussa un sourcil et pencha légèrement la tête.

« Vraiment ? Fit-elle.

- Vraiment ! Répondit-il, sentant que c'était peut-être sa seule chance. William ! Oui William ! Trouvez William Forester ! »

Il n'eut le temps que d'articuler cette dernière affirmation, son regard emplie d'espoir qu'il pourrait s'en sortir qu'il s'écroula à terre. Le regard vide, il revivait ses derniers souvenirs, livrant plus d'information à sa commanditaire qu'il ne l'avait fait depuis le début de la conversation.

Quelques minutes plus tard, Camille Dubois repartit de la maison abandonnée, une bourse pleine de 600 gallions dans la main. Elle transplanna tout d'abord chez elle où, arrivée à son bureau, elle écrivit une lettre sur un parchemin jaunit.

« Cher collègue,
J'ai entendu parler de votre récente admission au collège Poudlard. Étant curieuse sur vos activités antérieures et quelques questions d'ordre botanique, je vous propose de prendre un thé, ce dimanche à 14h à Pré-Au-Lard. Nous pouvons nous rejoindre aux Trois Balais.
En espérant recevoir une réponse affirmative,

Amicalement,

Camille Dubois,
Formatrice Légilimancie et Occlumancie. »




Feat William.


C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Professeur
Auror
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : The Golden One
Créé : 12/06/2023 à 16:55:39

La pluie drue et chaude qui s'était mise à tomber ruisselait sur le visage fatigué de l'écossais. Ses vêtements détrempés collaient à ses muscles saillants et son corps engourdit de l'attente interminable qu'il vivait se détendait petit à petit au contact de l'eau. Cela faisait maintenant dix heures qu'il n'avait quitté cette position. Sa concentration ne faiblissait pas et son esprit demeurait inflexible, déterminé à surprendre la créature et à se saisir des dernières graines qui lui manquaient.

La clairière qu'il surveillait sous le couvert des arbres était tout aussi calme que lui mais il était là. Le terrible lézard de plus de cinq mètres de long attendait. Ses marques noires le long de l'échine, ses cornes courtes et ses écailles lisses et cuivrées ne trompaient pas le professeur de botanique, pas plus que les crochets venimeux qu'il avait pu apercevoir quand le dragon happait l'air devant lui, le goutant et cherchant inlassablement sa proie. Le manque de chance avait installé les derniers plants de cette ancêtre de Daphnée, au pieds du nid de ce Dent-de-Vipère du Pérou.

Un sourire vînt marquer le visage de William. Un sourire motivé par l'endormissement de la dangereuse créature. Le lézard ailé l'avait surpris plus tôt et pour éviter de blesser la femelle qui aurait risqué de piétiner ses œufs, il s'était efforcé de ne pas lancer de sortilège de Conjonctivite. L'écossais s'était résigné à prendre la dragonne à l'usure et son heure était venue.

Baguette à la main, prête à être dégainée, le botaniste avançait. Respirant sans un bruit, avançant avec calme et méthode, il faisait un pas après l'autre. Aucun signal, aucun son ne parvenait des pieds de l'aventurier aguerri. Ce n'était pas sa première approche furtive et ce ne serait pas sa dernière. Il n'était plus qu'à un mètres des fleurs roses de la plante toxique et il cherchait du regard les fruits rouges qu'elle produisait. Le souffle chaud du dragon endormi commençait à lui parvenir. L'odeur d'un charnier et la chaleur d'un four faisait un mélange particulièrement pénétrant. Il était là, le fruit rouge et sec. Les graines son prêtes. Il se saisit du fruit et le craquement du bois au moment de la cueillette déclencha le réveil immédiat de la dragonne. William se mit alors à courir en direction des arbres les plus proches quand un hululement vînt le cueillir et le fit émerger.

Il était encore sur son banc de bois, devant la serre numéro deux. Il venait de terminer une sieste involontaire mais salutaire. Un hibou s'était perché sur ses pectoraux. Se redressant et reposant à côté de lui l'animal, il récupéra un pli jauni scellé d'un curieux sceau noir. La lettre décachetée et le contenu lu, l'écossais souriait.


- Une Legilimens et une Occlumens.... Rien que ça ! Il va falloir que je retravaille ma capacité à vider mon esprit... Et des questions sur mes activités antérieures d'ordre botanique... Elle a quelque chose en tête. Comment mes aventures ont pu arriver à ses oreilles ? Quel est le margoulin qui a bien pu baver dans mon dos...

Etirant ses muscles encore endormi le professeur de botanique se leva en direction de la serre. Le hibou lui emboitait le pas en sautillant. Se saisissant de la première plume venue, il sorti son encrier personnel et son encre marron. Il ne l'utilisait que pour les courriers importants et sa curiosité avait été particulièrement attisée par les demandes de la jeune femme.
« Chère Camille,

Heureux que mon arrivée au collège Poudlard ait pu attirer votre curiosité. Je partagerai volontiers une boisson avec vous demain à Pré-au-Lard. Je vous rejoindrai à 14h aux Trois-Balais comme convenu. Une... course précèdera notre rendez-vous et je ferai en sorte d'être malgré tout à l'heure.

En vous souhaitant une bonne journée,
Amicalement,
William Forester,
Chercheur et Professeur de Botanique. »


- Allez ! A Camille Dubois ! Et tâche de ne pas te perdre en route !

Directrice adjointe
Formatrice
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : The Golden One
Créé : 13/06/2023 à 23:52:45

Le lendemain arriva très vite, et tout aussi rapidement l'heure fatidique. Les Trois Balais étaient remplis aussi bien d'élève venant tester leurs limites avec quelques bierraubeurre que d'adultes voulant décompresser. Les rires fusaient, les discussions devenaient plus passionnées au rythme des tournées.

Mais il y avait une table où on entendait ni rires, ni discussion. Une table légèrement en retrait, qui offrait une vue non négligeable sur les différentes entrées du pub. Une silhouette y était attablée, un capuchon sombre rabattu sur son visage. Une de ses mains était dissimulé dans une poche, caressant une baguette d'un bois ébène.

Assez étrangement, aucune serveuses ou serveurs ne s'approchaient de sa table. On lui avait seulement déposé un verre remplis d'un liquide rouge carmin. Elle n'y avait pas touché, se contentant de le mélanger afin d'observer le léger dépôt sur les parois. Sous sa capuche, personne ne vit la grimace de dégout lorsque le verre fut déposé. Après les vins français, cette piquette écossaise n'était vraiment pas à la hauteur.

Un instant, elle songea à Hope et Catherine, non loin, dans le château. Depuis la cérémonie pour Lyanna, elle ne les avait pas revu. Elle ne supportait pas leurs regards, leur pitié. Mais bientôt, oui bientôt, tout ceci changerait. Bientôt, elle ne verrait plus que de la fierté et de l'admiration dans le regard de ses anciennes pupilles.

Et tout ceci changerait grâce à William Forester.

En parlant du loup, la porte s'ouvrit, et la sorcière reconnu l'homme qu'elle avait vu dans les souvenirs de Franck. Elle attendit quelques secondes, le temps de dévisager le professeur à sa guise, avant de rabaisser son capuchon.

Le morceau d'étoffe tomba dans son dos et dévoila un visage aussi pâle que la lune, et un regard aussi gelé qu'un lac en plein milieu de l'hiver. Ses cernes ainsi que les marques de son deuil avaient été habilement dissimulées par plusieurs elixirs. Ses cheveux ébènes cascadaient en boucles souples autour de son visage alors qu'un léger sourire flottait sur ses lèvres aussi rouge que son vin.

Camille Dubois avait été formée à plusieurs arts. De combat ou de la plus sombre des magies par Opale Tal Moundine. De la musique par ses précepteurs. Mais, il y avait bien un art où Cassiopée Fawley Dubois avait formée elle-même sa fille. L'art de la séduction, comme l'avait appris la mage noire depuis son adolescence, était bien un des plus puissant.

Son regard glacial plongea dans celui de l'homme, et elle susurra tout en sachant qu'il l'entendrait.

« Enchanté William Forester. »


C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Professeur
Auror
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : The Golden One
Créé : 20/06/2023 à 23:10:04

Franchissant la porte de bois de ce lieu qu'il connaissait si bien, l'homme sentait ses muscles encore dur des heures passées dans la serre. La journée n'avait pas été de tout repos mais il fallait bien ça pour garder les lieux en état. Une chose sur laquelle l'Ecossais ne lésinait pas, c'était bien les efforts physique. Un mental fort n'est rien sans un corps qui l'est tout autant.

Balayant la salle rapidement du regard, William n'était aucunement surpris de trouver les habituels licheurs qui tuais le ver une fois de plus, les quelques adultes qui mouillait doucement la meule pour souffler d'une rude journée et l'accumulation d'élèves venant découvrir les joies des Trois-Balais, comme lui l'avait fait plus jeune. Seule une silhouette encapuchonnée dénotais dans le paysage bruyant et heureux du troquet de Pré-Au-Lard. Le sorcier était seul, assez fluet et les clients l'évitaient.


Heureusement qu'il s'était changé avant de venir. Ne connaissant pas la réputation de la sorcière qui l'avait invité et n'ayant pas eu d'information à son sujet, il avait tout de même décidé de s'habiller correctement. Retroussant les manches de sa chemise en lin verte sur ses bras musclés, le botaniste vérifiait que son pantalon beige était bien en place avant de se diriger vers le bar.


Au moment où ce dernier dépassait la silhouette encapuchonnée, cette dernière tomba le drap sombre qui lui cachait le visage. Une femme à la peau claire et aux cheveux noirs et ondulés se dévoila à ses yeux. La nature de cette créature expliquait la silhouette fluette de tout à l'heure. La beauté de cette dernière ne faisait aucun doute et William n'aurait pu le nier. Il se dégageait pourtant de ce visage et de son regard, une froideur et une force qu'il ne s'expliquait pas.


Curieux devant l'intrigante sorcière, le professeur sourit. Il ne pouvait s'empêcher de sourire. La vie était telle qu'il l'avait décidée et peut importe les contraintes qui s'imposait à lui, il avait décidé il y a bien longtemps de les aborder en souriant. Il adressa à la brune un signe de tête poli.



- Enchanté Camille Dubois. Je vois que vous avez déjà commencé à consommer. Je vais me chercher une bouteille et je vous rejoins.


Devant le comptoir de bois qui avait soutenu plus d'un sorcier en perdition, l'Ecossais commanda. Revenant au près de la sorcière, il tenait dans sa main droite un verre vide et une bouteille de Whisky. Un Whisky belge qu'il avait découvert dans les importations étranges et pourtant agréables du barman. Il les posa sur la table, et déposa de sa main gauche un verre de vin rouge devant Camille.


Assis, il se servit un verre de Whisky, en but une lampée avant de regarder de se pencher de nouveau vers la legilimens.



- J'ai pensé que celui-ci vous plairait plus. Un vin du Languedoc qu'il ne sert pas à tout le monde. Alors comme ça vous avez entendu parlé de moi ? En bien j'espère ?


Ses yeux ! Oui ! Ses yeux... William venait de mettre le doigt sur le détail qui l'avait intrigué depuis tout à l'heure. Ses yeux...

Directrice adjointe
Formatrice
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : The Golden One
Créé : 23/06/2023 à 19:36:46

Camille n'avait pas besoin la Légilimancie pour lire sur le visage avenant de William. Tout en lui, son sourire, son regard, et même sa chemise de lin transpirait la bonté. Alors qu'il se dirigeait vers le bar, la sorcière en profita pour le dévisager sans aucune gêne. La manipulatrice qu'elle était, commençait déjà son travail, observant ses gestes, ses mimiques, ce sourire aimable qu'il adressait au barman.

Il revint avec un verre de vin, et le visage de la sorcière se fendit d'un sourire qui ne remonta pas à son regard de glace. Elle prit délicatement la coupe, la portant à son nez afin d'humer les odeurs fruitées, mais également pour en déceler un éventuel poison. Avant de le porter à ses lèvres, la mage noire égraina quelques cristaux transparents d'une pochette qu'elle venait de sortir de sa manche. Ceux-ci grésillèrent joyeusement avant de se désintégrer dans la boisson. Paraissant satisfaite, la sorcière leva enfin son verre en direction de celui de William, un faux sourire d'excuse peint sur son visage.

« Une précaution malheureusement nécessaire ici, les sorciers Britannique ne m'apprécient guère. »

Un euphémisme car depuis la disparition d'Opale Tal Moundine, anciennement ministre de la magie, et donc la mort de sa protection, plusieurs sorciers britanniques avaient décidé de faire taire cette influence française montante dans le monde de la magie. Certains n'appréciaient que peu les idées véhiculées par l'Organisation, qu'ils qualifiaient d’extrémistes.

« Ce qui, j'espère ne sera pas votre cas, continua-t-elle d'une voix douce, caressante. Elle leva son verre. A notre rencontre, William Forester et à l'aide que j'espère, vous pourrez m'apporter. »

La sorcière avala donc une gorgée du vin, qui avait bien meilleur goût que la précédente piquette, appréciant la richesse de l'arôme ainsi que l'acidité des tanins dans sa bouche.

« Une connaissance m'a récemment parlé de vous, un féru de botanique à qui j'ai demandé quelques informations. Il n'a pas pu me renseigner, mais il m'a parlé de vos aventures et de votre passion pour la flore. Camille marqua un temps, son discours était parfaitement maitrisé, chaque intonation ou mot choisi avec soin, tout comme les émotions sur son visage. La Legilimens pouvait les reproduire lorsqu'elle se concentrait, mimant ce qu'elle ne pouvait ressentir. Elle soupira, repoussa une mèche ébène derrière son oreille, semblant préoccupée. Voyez-vous, William, je suis à la recherche depuis plusieurs mois d'une fleur bien particulière. Elle esquissa un petit sourire charmant. Si vous êtes passionné par les plantes, je peux dire que mon activité favorite est la réalisation d'élixir ou de philtres. Et les pétales de cette fleur entrent dans la composition d'un elixir que je tente de faire depuis plusieurs mois. »

La vérité se mêlait au mensonge avec une telle dextérité que même un Legilimens aurait été confus par son discours. D'un geste fluide, elle sortit sa baguette, et fit apparaitre un parchemin vieillit où le croquis d'une fleur était dessinée.

« Voici la Leontopodium alpinum aureum, ou encore l'Edelweiss Dorée. C'est une plante si rare qu'on la dit éteinte. Mais je sais qu'elle existe encore. La ferveur qui s'inscrivait sur son visage n'était pas feinte, elle voulait cette plante, elle l'aurait. Son regard aussi pâle que la glace se releva et se fixa à celui de William. Je vous offrirais ce que vous voudrez, William, si vous me guidez à cette fleur. »

Camille n'était pas pauvre, ni en gallion et encore moins en moyens. Elle ferait ce qu'elle promettait à cet homme s'il lui permettait de rapporter les pétales de cette fleur. Car la mage noire ne voulait qu'une chose, parler une fois encore à sa fille perdue.


C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Professeur
Auror
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : The Golden One
Créé : 28/06/2023 à 22:58:16

Leontopodium alpinum aureum. Evidement qu'il connaissait cette plante. Quel botaniste digne de ce nom ne la connaissait pas, elle ou la légende qui lui était associée ? Reprise de nombreuses fois dans d'anciennes civilisations sorcières, l'histoire de l'Edelweiss Dorée était célèbre et les pouvoirs qu'ont lui prêtait étaient si grand qu'elle en avait disparu de la surface de la terre. Graines et fleurs avaient été la proie de l'avidité des Hommes, de leur quête éperdue de pouvoir.

Les souvenirs des jours passés aux quatre coins des forêts primaires de cette planète revenaient dans la tête de William. Les deux contrées qui étaient le plus marquées par cette plante mythique ne s'accordaient pas sur toutes les propriétés de la fleur mais toute deux s'accordaient sur le lien avec l'outre-tombe.

Dans les animiques autochtones du sud du Canada, laissaient au chaman de leurs tribus le soin de cultiver ces plantes qui étaient surtout cérémonielles pour eux. Seuls les sorciers d'une grande affinité avec la nature arrivaient à en cultiver une graine. Et les racines étaient utilisées pour permettre aux mystiques d'entrer en communication avec les morts. Cette approche, temporaire et fugace rappelait la fameuse relique des trois sorciers : la Pierre de Résurrection.

Les anciens habitants du Canada n'étaient pas les seuls à connaître l'Edelweiss Dorée et la peuplade qui maîtrisait le plus sa culture et sa conservation était une très ancienne, et aujourd'hui éteinte, tribu des Balkans. William se souvenait d'un bas-relief qu'il avait traduit pendant ces années d'ermitage et de recherche.


" Le jour d'éveil arrivera,
L'ère de l'âme et du cœur.
le temps de la Lumière immaculée vient.
Le temps du froid pur,
le temps de la Folie,
le temps du Mépris,
Ouvrent une brèche sur l'espoir.
Une âme s'éveillera de la glace
Et renaîtra sous un nouveau soleil.
Née sur le sang du peuple versé ,
De la terre ancienne et fertile,
Une graine va renaître.
L'Edelweiss dorée est difficile.
Seule elle ne poussera pas.
L'amour d'un homme et sa passion
De la graine jaillira une fleur,
Des pétales naîtront un souvenir,
Du souvenir naîtra la paix."


La sorcière brune qui maîtrisait chacun de ses gestes, chacune de ses paroles depuis l'arrivée de l'Ecossais avait laissé percer une petite lueur d'envie dans son regard. Cette plante, elle devait vouloir la posséder au plus profond d'elle-même pour qu'une réaction perle sur le visage de l'Occlumens. Quelle pouvait en être la raison ? Comme elle allait lire en lui sans aucun doute, le botaniste espérait que la jeune femme ne cherchait pas à se faire du mal avant tout et qu'elle y réfléchirait à deux fois. Jouer avec les morts n'est jamais une bonne chose mais il faut aussi être suffisamment fort pour vivre une interaction avec une âme tombée. Le jeune professeur espérait qu'elle serait assez forte pour supporter le plan qu'elle avait prévu.

Se reculant dans son siège, finissant son verre avant de s'en resservir un autre, William posa un avant-bras musclé sur la table et prit un air sérieux.


- Vous empoisonner ? C'est loin d'être un de mes projets mais... je comprends. Pour ce qui est du Leontopodium, on ne vous a pas menti. Je suis au regret de vous dire qu'il ne reste aucune de ces fleurs sur Terre. Mais je ne suis pas homme à laisser une demande aussi importante et lourde de sens sans réponse. Il doit exister encore quelques rares graines et je crois savoir où en trouver une. Mais en faire germer une est devenu... Impossible.

Marquant une nouvelle pause et buvant une nouvelle lampée de whisky tout en réfléchissant, l'Ecossais réfléchissait. Elle lisait sans doute en lui comme dans un livre ouvert, il ne servait à rien de chercher un mensonge et de toute façon, ça ne lui ressemblait pas. Il jugerait bien de la femme et de ses choix. Il avait les cartes en main et ne voulait pas pour autant en abuser.

- Je pense que je dois être un des seuls... peut-être même le seul naturaliste à savoir faire fleurir cette graine. Que voulez vous en faire ? Vous le savez, j'en suis certain, que ses propriétés peuvent faire vivre de douloureux moments mais j'ai besoin de savoir... Vous chercher à revoir qui ? Pensez-vous être assez forte ? Ne vous engagez pas à la légère.

Directrice adjointe
Formatrice
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : The Golden One
Créé : 01/07/2023 à 00:51:59

Malgré tout le contrôle que Camille exerçait sur ses émotions, elle avait bien du mal à ne pas planter ses ongles dans la paume de sa main. Elle ne voulait pas s'avouer vaincu, si la mage noire connaissait un de ses défauts c'était bien son entêtement. Peu importe le temps que cela prendrait, elle était bien décidée à faire germer une de ses graines dont parlait naturaliste.

Lorsque finalement il décida de lui avouer qu'il avait mieux encore, une piste pour le faire, un véritable sourire fleurit sur ses lèvres écarlates. Celui-ci n'était pas contrôlé, ou simulé. Non Camille Dubois accordait un de ses rares sourires à cet homme car elle savait qu'à présent, peu importe le dénouement, elle finirait par parler à sa fille.

Son regard aussi pâle que la glace se fixa dans les iris de son interlocuteur, elle prit une longue gorgée de vin avant de répondre. Elle avait préparé cette histoire, prévoyant qu'on lui demanderait son but, après tout, toute personne un peu renseignée comme cela semblait être le cas de William voudrait savoir.

« Il était une fois, commença-t elle d'une voix grave, une sorcière qui voulait le pouvoir. Dans sa recherche, on lui confia une fillette aux aptitudes étranges mais qui avait surtout un don pour lui taper sur le système. Sans qu'elle ne s'en rende compte, la sorcière commença à s'attacher à cette fillette qu'elle formait avec soin. Elles vécurent des aventures, oh oui, de sacrées aventures...et un jour, la sorcière se rendit compte qu'elle ne pourrait jamais avoir d'enfant. Dans un premier temps, cette nouvelle lui fut insupportable, elle qui avait recherché et trouvé la Puissance, le destin se jouait d'elle ? Alors elle chercha des moyens. Avant de se rendre compte que le destin avait déjà répondu à ses demandes avant même qu'elle ne s'en rende compte. La fillette devint alors son héritière, sa fille, et le seul être au monde qui la faisait se sentir vivante...

Sa voix mouru quelques instants, comme si la mage noire se souvenait de ces instants, de ce qu'elle ressentait. Finalement, elle reprit à boire en continuant.

« Le temps passa, la fillette devint jeune femme, mais le temps n'avait que peu d'emprise sur la sorcière, du moins en apparence. La fille et la mère prirent conscience qu'un jour elles risquaient d'être séparée et cela leur fut impossible à admettre. Elles se mirent alors dans une quête de pouvoir, un pouvoir qui attira jaloux et envieux. Ils cherchèrent par tous les moyens à séparer la mère et la fille, comprenant qu'ensemble elles étaient plus fortes que jamais. Mais même après un emprisonnement, après des créatures dangereuse ou pire encore, elles faisaient faces, ensemble. »

La tête de Camille se baissa alors, ses doigts se contractèrent à nouveau alors que la colère faisait vibrer sa voix.

« Et ce fut pas une nuit de pleine lune, que la fille fut trahie par une innocente qui ne l'était que d'apparence. Elle l'assassina dans les bras de sa mère, son beau regard bleu océan mourut en ne reflétant que la peur d'être séparée d'elle. »

Sa tête se releva brusquement, ce n'était plus que de la colère qui faisait briller son regard aux reflets sombres, mais la douleur. La douleur d'une mère qui a perdu son enfant.

« La sorcière, la mère de cette histoire, c'est moi William Forester. Et ma fille, Lyanna, est morte dans mes bras sans que je ne puisse lui dire adieu. Depuis plusieurs mois on me demande de faire son deuil, mais c'est impossible. Impossible tant que les derniers souvenirs d'elle seront remplis de peur, de douleur et de colère. »


C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Professeur
Auror
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : The Golden One
Créé : 05/07/2023 à 10:05:41

William écoutait avec attention une bien triste histoire, contée avec beaucoup de passion, de tendresse, de sentiments forts à l'égard de cette fille meurtrie et trahie. Buvant de temps à autre de petites gorgées de whisky, il ne quittait pas des yeux la sorcière, croisant par moment le regard débordant de colère de cette dernière.

La tristesse de ce deuil impossible, la fureur qui animait Camille et cette volonté forte qu'elle avait de revoir une dernière fois sa fille assassinée dans ses bras, l'Ecossais ne pouvait que le comprendre. La belle brune qui cherchait à faire son deuil était avant tout une mère. Un mère déchirée entre l'amour d'une fille qu'elle avait perdue et la hargne à l'encontre de ceux qui lui avait pris cette part de bonheur. William n'y était pas insensible et il n'allait pas la laisser souffrir. Alléger un tant soit peu son fardeau, l'aider dans ce moment si difficile à gérer la perte d'un être si cher, aiderait forcément la sorcière à apaiser le feu qui la rongeait.

Au delà de cette situation on ne peut plus normale pour n'importe quelle femme aimant autant son enfant, le professeur constata sa surprise. La formatrice laissait son corps en proie à ses émotions. Ne voulant pas souligner l'amère ironie de ce constat, il le garda pour lui et il ne pensait qu'à une chose, la tristesse de cette femme. Qui qu'elle soit, quoi qu'elle fut, quoi qu'elle fasse, une mère ne mérite pas ce destin.


- Une bien triste histoire Camille, si vous me permettez de vous appeler ainsi.

Il se pencha vers la table et appuya ses avant-bras sur le bois usé.

- Je comprends votre amertume et votre désir, croyez-le bien. Je vous aiderai. Un deuil doit être fait mais s'il peut être adoucit, il doit l'être.

Laissant sa voix se poser dans le silence, l'Ecossais regarda la femme droit dans les yeux. Son visage, toujours marqué par le sérieux, il dessinait les jours à venir dans sa tête. La toile qui s'y brossait trahissait maints dangers et leur aventure allait être noyée dans un grand débordement d'émotions auxquelles la sorcière ne s'attendait surement pas mais elle avait l'air décidée.

- Si c'est entendu pour vous, je vous invite à mettre vos affaires en ordre pour les jours à venir. J'en ferai de même de sorte qu'on puisse partir jeudi prochain. Je ne sais combien de temps notre périple sur place prendra mais globalement ça devrait être l'affaire de deux ou trois jours. Les Balkans ne sont pas toujours accueillants et les anciennes ruines sont en haute altitude. Je vous inviterai bien évidemment à vous habiller en conséquence. Je me chargerai du matériel et de la nourriture.

Sachant que cette demande de faire venir la formatrice avec lui sur le terrain allait surement la surprendre, William se prépara à expliquer son but.

- Pour l'usage que vous en voulez, je dois vous prévenir qu'avant que je ne touche cette graine, il faudra qu'elle entre en contact avec une petite quantité de votre sang et... de votre sang encore chaud. La quantité sera minime mais je ne peux partir sans vous. Ce qu'il faudra faire après, j'en fais mon affaire et le transport ne posera pas de problème mais il vous sera impossible de l'utiliser si vous ne venez pas avec moi.

Ne lâchant pas le regard de la belle Dubois, William but une nouvelle gorgée de whisky.

- Espérons qu'il reste bien une graine maintenant.

Directrice adjointe
Formatrice
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : The Golden One
Créé : 05/07/2023 à 19:45:19

« Esperons-le, » répéta la sorcière un éclat de triomphe se reflétant dans son regard moins d'une seconde.

***

Quelques heures plus tard, Camille rentrait chez elle. Elle n'alla pas rejoindre son fiancé dans leur lit, ni border les enfants qui devaient dormir à poing fermés. Non. La mage noire se dirigea directement vers la pièce secrète et souterraine du château. Elle s'agenouilla près d'un cercueil en verre où dormait une jeune femme à la chevelure dorée. Du moins elle semblait dormir si on ne faisait pas attention à son teint cadavérique, ni à sa poitrine qui ne bougeait pas.

Cela n'eut pas l'air de déranger Camille qui effleura le verre gelé de ses doigts. Pour la première fois de la soirée, elle abandonna tout masque, finit la peine, la colère, la douleur et tous ces sentiments qu'elle avait verrouillé au fin fond de son esprit. Mais si utiles pour convaincre ce William Forester.

Car Camille Dubois n'était pas femme à laisser le hasard faire. Elle s'était bien renseignée sur le nouveau professeur, lisant dans les esprits ce que ses collègues pensait de lui. Elle savait donc exactement où appuyer, quoi dire pour que l'homme accède à sa demande. Et tout s'était passé exactement comme elle l'avait voulu.

« Bientôt ma douce, bientôt nous serons à nouveau réunies. Et tu pourras te venger de cette petite peste de Fawley, je te le promet ma douce. Sa vie contre la tienne, elle nous le doit bien... Un rire gelé s'échappa de sa gorge comme si elle venait de proférer une plaisanterie. Oui ma chérie, bientôt...bientôt... »

La sorcière continua son monologue, ses promesses et l'exposition d'un plan qui n'admettait aucun hasard.

***

Le prochain jeudi, Camille se tenait en face de l'entrée des Trois-Balais comme convenu par hibou avec William. Elle portait une cape fluide aussi sombre que sa chevelure qui dissimulait probablement elixirs, potions mais également un poignard argenté cédé par son ex-mentore, Opale Tal Moundine. Sous sa cape, la mage noire portait une tenue qui ne laissait que peu d'espace à l'imagination, pantalon sombre agrémenté de cuissardes. Les cuissardes étaient décorées de motifs délicats, tels que des broderies argentées représentant des symboles magiques ou des glyphes mystiques. Elle portait également un chemisier de soie de couleur ivoire, à l'encolure délicate décoré broderies élaborées rappelant une certaine rune. Celle-ci était visible d'ailleurs grâce aux manches légèrement évasées, la rune de l'Organisation inspirée de Perthro, d'un noir d'encre, enroulée autour du coude pâle la sorcière.

Son visage était légèrement dissimulé par la capuche de sa cape et cela n’empêchait pas les élèves ou passants de faire un large détour. Ainsi accoutrée, la sorcière n'inspirait pas vraiment la confiance, au contraire, elle transpirait la dangerosité.


C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Professeur
Auror
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : The Golden One
Créé : 27/11/2023 à 15:18:48

La nuit déjà bien entamée par la discussion qu'il avait eu avec cette Camille, l'Ecossais était maintenant posé dans sa chambre. Allongé sur son lit, il songeait à tout ce qui avait été dit ce soir et à ce qu'il lui faudrait faire dans les semaines à venir.

Tout ce qui l'animait habituellement à partir en excursion, à l'aventure, était ce soir prit dans un mélange amer de sentiments. La froideur et la dureté de cette femme était peut-être une façade qu'elle arborait depuis tellement longtemps qu'elle ne pouvait plus s'en défaire. Une mère est capable d'amour et une mère qui a perdu sa fille est capable des pires horreurs pour venger la mort de sa fille. La Dubois semblait réellement marquée par sa perte tragique et le botaniste ne pouvait se résoudre à la laisser dans la tristesse sans rien tenter.

Mais ce n'était pas une bonne idée et ça, il le savait. Il avait entendu tellement de chose sur l'experte en Legilimancie, tellement de choses qui venaient accroître le sentiment de froideur et de danger qu'elle dégageait, qu'il ne pouvait pas rester candide. Il était impossible de ne pas se méfier.

Il avait cependant semblé au naturaliste qu'elle avait agit avec sincérité et honnêteté ce soir. Même si elle ne lui avait pas tout dit, il savait au moins son premier dessein. Elle était donc capable d'amour. Il espérait qu'elle serait de surcroit capable d'honneur. Lui le serait après tout. Et bien que la certitude de ne pas regretter son geste, le professeur ne pouvait se résoudre à autre chose qu'à tendre la main à cette mère en souffrance.

C'était décidé. Il allait l'aider. Mais la tâche allait être bien plus ardue qu'il n'y paraissait. L'Edelweiss Doré était une relique parmi les plantes ancestrales. Trouver une graine tiendrait déjà de la chance insolente mais la faire germer et prélever correctement les racines relèverait du miracle. C'était un défi qu'il allait réellement aimer relever !

Tout en continuant de songer à tous les préparatifs qu'il devait faire pour leur voyage, toute la méticulosité qu'il allait devoir apporter dans les soins de cette graine si rare et au nombre colossal de nuit qu'il faudrait à la plante pour germer et de jours pour qu'elle produise une racine vigoureuse, le trentenaire s'endormait doucement.



*****

Ses affaires mises en ordre, ses cours décalés à une date ultérieure, William avait contacté Durim par hibou. Le vieil homme allait le rejoindre cet après-midi. Le botaniste savait que cet ami de longue date ne resterai pas longtemps, il ne supportait plus la société humaine qu'elle soit moldue ou magique. Reculé en acète dans un petit village des Balkans qui comptait aujourd'hui trois habitants, il vivait dans l'autarcie et le calme le plus complet, bien décidé à y mourir et à voir mourir ses secrets avec lui.

Il était quinze heures tapantes quand l'albanais apparu dans la chambre de l'Ecossais. Malgré un transplanage réalisé avec brio, le vieil homme ne pouvait s'empêcher de jeter des regards énervés à tout ce qui lui rappelait le confort de la société. Croisant le regard du Forester, il s'approcha de lui et tous deux se firent une accolade sincère et pleine de sentiments.


William : Assieds-toi mon ami. Comment se passe ta vie à Aldintsi ?

Durim : Oh tu sais Will, je suis seul et ça me va.

La voix de l'acète était grésillante. Il ne parlait pas assez souvent pour que sa gorge y soit habituée. Chaque mot avait l'air de lui coûter beaucoup.

Durim : Je ne reste pas longtemps, tu me connais, je ne supporte pas la ville. Tu à l'air bien installé toi. Ta nouvelle vie te plaît ?

William : Professeur de botanique c'est un job qui me plaît bien, oui. Et je peux faire toutes les recherches que je veux sur mon temps libre. Ça me convient plutôt bien.

Le silence se posait et l'atmosphère s'alourdissait.

Durim : Tu t'es mis dans quel genre d'affaire ? Ce service que tu m'as demandé n'est pas un petit service. Le secret devait mourir avec moi.

William : Durim, je ne te le demanderais pas si je n'en avais pas réellement besoin. L'affaire est de taille et est complexe mais moins tu en sais mieux tu te portes. Je garderai le secret.

Durim : Je n'ai que deux personnes au monde à qui je fais réellement confiance Will et je vais bientôt mourir. Je te confis ce secret et tu seras le seul à le connaître.

Le descendant starcevien sorti de son sac un morceau de papier sur lequel était écrit le nom d'un lieu. Sa lecture, donnée volontairement par le gardien du secret, ouvrait les portes du Fidelitas. Il pourrait entrer dans le tertre, il lui faudrait cependant être très prudent.

William : Je te remercie mon ami. Allez on se boit un coup.

Le Forester sorti une bouteille de whisky et deux verres. Les retrouvailles se prolongèrent jusqu'à ce que l'albanais se sente trop oppressé par la présence de la ville. Après des adieux qui semblaient être les derniers qu’ils se feraient l’un à l’autre, Durim transplana de nouveau pour retrouver sa terre, dans les Balkans.

*****

Le jeudi matin était là. L’Ecossais s’était préparé en conséquence. Il portait un pantalon cargo marron, des chaussures de randonnée, une épaisse chemise bleue en jean et son blouson de cuir marron. A sa ceinture était accroché un étui à couteau et sa baguette était fixée dans l’intérieur de son manteau. Son sac contenait une poche à fiole, chacune pleine de liquides en tout genre, un sachet de tissu contenant ce qui pourrait être prit pour un simple sable et une corde. Cette dernière était plus là par habitude et par nostalgie que par nécessité mais il était content qu’elle soit là. L’heure était maintenant à retrouver la Dubois devant les Trois-Balais.

Plus il avançait dans les rues de Pré-au-Lard, plus els passant murmuraient en se retournant. Quelque chose semblait les perturber. Tournant sur la rue principale, il découvrit la raison de ces murmures. Elle était là, de noir et d’ivoire vêtue, cachée en partie sous une cape, Camille attendait. La foule ne l’approchait pas mais le botaniste, lui, arrivait à sa hauteur.


- Bonjour Camille.

Le trentenaire se pencha à l’oreille de la jeune femme. Il savait ce qu’il risquait, il savait aussi ce que ce geste attirerait comme regard de la part des passants mais il savait que la Dubois ne serait pas effrayée. Elle avait, après tout, les armes nécessaires pour se défendre.

- Nous allons bientôt partir dans les Balkans. Votre tenue vous convient-elle ? Aurez-vous assez chaud en altitude ? Êtes-vous prête ?

Directrice adjointe
Formatrice
[Avatar]
Poudlard
Adulte
Titre : Re : The Golden One
Créé : 30/11/2023 à 23:40:15

« Bonjour William. »

Susurra la sorcière en levant son regard aussi pâle et gelé qu'un glacier afin de croiser celui de l'homme. La mage noire n'avait pas bougé lorsqu'il s'était penché et n'avait même esquisser de geste vers sa baguette, il était toutefois compliqué de dire si cela était dû à la confiance envers William ou à la confiance en ses propres capacités. Elle ne se priva pas de détailler, ensuite, le sorcier, son visage gardant le masque inexpressif habituel. Hormis le léger haussement de sourcil à la question du botaniste. Une ébauche de sourire retroussa les commissures de ses lèvres.

« Mes vêtements sont évidement ensorcelés pour convenir à n'importe quelle température, mais je suis heureuse de savoir que ma température vous intéresse à ce point.»

Camille était fiancée à Stefan Dashkov, qui n'avait absolument rien à envier à William en tant que descendant de vélane physiquement. Toutefois, la sorcière avait été éduquée pour être la parfaite héritière puis leader d'une secte, et la mage noire connaissait un point faible commun à tous les hommes.

Se décollant du mur sur lequel elle était appuyée, elle offrit un sourire figé au sorcier avant de poser délicatement une main gantée de cuir sur son coude. Le transplanage les emmena dans un paysage bien différent de l'écosse. Même si l'herbe était tout aussi verte, les crêtes escarpées se dressent comme des sentinelles immuables, embrassant le ciel d'un bleu profond. Les sommets rocheux défient l'horizon, couronnés de neiges éternelles qui scintillent sous les rayons du soleil.

Une rivière cristalline serpente dans la vallée, l'eau scintillant comme des diamant. Loin de se faire happer par un paysage enchanteur, la sorcière lâche le coude de William et posa un regard à peine expressif sur les beautés de la nature offerte sous leurs yeux.

« Je vous suis vers les ruines et l'Edelweiss, professeur. »


Fit Camille avec une lueur d'ironie dans le regard. Il était assez clair, qu'en son temps, Camille Dubois avait été une élève plus que compliquée pour ses professeurs. Assez manipulatrice pour éviter comme par enchantements les punitions, assez intelligente pour maintenir son niveau scolaire proche de la perfection, mais terrifiant la plupart de ses camarades et des élèves plus jeunes. Elle avait même été préfète avant que sa conduite ne soit rapportée à la direction, et il avait fallut deux ans de plus pour finalement lui donner un ultimatum. Qui portait juste sur son insigne au final, Camille avait choisie par elle-même de partir de l'école. William n'était pas différent de ses professeurs de l'époque, il fallait juste qu'elle sache quels fils tirer.


C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Reste du monde

Retour en haut de la page



Vous avez besoin d'aide ? Rendez-vous dans la FAQ



Partenaires :
Écoles de Magie : Mana Wyrd - Harry Potter 2005 - Hogwartsnet - Habbo Magie Poudlard - L'académie Beauxbâtons - Mimble Mimbus
Monde Magique : Fédération du Quidditch Français - La Gazette du Sorcier - Wiki Harry Potter - Obscurus Presse - HP666 - La Charte du Fandom
Autres : Portail des jeux - Annuaire google

Toute reproduction en totalité ou en partie est interdite.
Les images et les noms relatifs à Harry Potter sont une propriété de la Warner Bros Corp. et J.K. Rowling.

© 2009-2023 Twelve Grimmauld Place - © 2020 Design par Alpha Landstorm, Artus Myrtle, Camille Dubois et Elea Loohest - Mentions légales

Optimisé pour Firefox 4, Google Chrome 6, Safari 5 et Opera 10.5