Le Grand Escalier

Le Grand Escalier >> Bureaux du personnel >> Bureaux de Poudlard >> Bureau des Bibliothécaires

Pages : <- 1 2 3 4 5 ->

[Verrouillé] Les leçons de français
[Important]
Emy Denver
Retraité
3e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 2858
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 03/03/2014 à 21:13:47 - Modifié : 09/10/2021 à 11:33:45

Homophones

Je me suis cassé le cou à cause d'un mauvais coup. L'opération a un coût élevé.

Il est parfois difficile de faire la différence entre ces trois mots, alors qu'ils ont des sens complètement différents. Il est assez simple de déterminer lequel utiliser en fonction du contexte.

  • Cou

Le cou est la partie du corps qui sépare la tête du reste.

  • Coup

Le coup est « l'impression que fait un corps sur un autre en le frappant ».

  • Coût

Le coût est le prix d'une chose.

  • Entraînement

Complète ces phrases avec cou, coup ou coût.

1. Il couvrit son ... et demanda si le ... de la bourse avait augmenté.
2. La jeune fille tenta d'éviter le ..., mais elle était trop lente, ce qui lui valut un gros bleu.
3. Il prit ses jambes à son ... en hurlant que le ... de la vie était trop conséquent.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. Il couvrit son cou et demanda si le coût de la bourse avait augmenté.
2. La jeune fille tenta d'éviter le coup, mais elle était trop lente, ce qui lui valut un gros bleu.
3. Il prit ses jambes à son cou en hurlant que le coût de la vie était trop conséquent.
Illisana River
4e année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 5116
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 28/04/2014 à 20:45:06 - Modifié : 26/09/2021 à 13:13:41

Vocabulaire

Les bizarreries du français enfin expliquées

Combien de fois avez-vous pesté contre notre belle langue et ses irrégularités ? Des centaines, des milliers ? Comme tout le monde, quoi ! Cette petite leçon vous aidera peut-être à mieux comprendre pourquoi on dit ci et pas ça. On retient toujours mieux quelque chose dont on comprend le fonctionnement.

  • L'accent circonflexe, on est d'accord, il sert à rien ?

Oui et non ! On l'utilise pour accentuer la prononciation de certaines voyelles. Par exemple, « ô » et « o », ce n'est pas la même chose. On utilise souvent le petit chapeau pour plus de prestige.

Ô, le trône infâme et suprême !

Il nous révèle l'étymologie des mots ! On l'utilise pour remplacer deux voyelles qui se suivent, comme dans âge (aage) ou pour corriger une orthographe trop différente de la nouvelle prononciation, comme dans mûr (meur), sûr (seur). Ces cas sont minimes.

Le plus fréquemment, le ^ marque un « s » qui a disparu, comme dans forêt (forest), hôpital (hospital), île (isle), même (mesme), etc. Vous remarquerez d'ailleurs que l'anglais est resté très proche de l'ancien français sur ce point, puisqu'on dit toujours forest, isle, island, hospital, etc.

Et attention, le ^ n'est pas toujours inutile. Vous avez sans doute remarqué que « fut » et « fût » sont tout à fait différents, tout comme « sur » et « sûr ».

  • Un cheval, des... chevals !

Et non. Mais vous voulez savoir pourquoi ? Parce qu'en ancien français, même si on ajoutait aussi un -s pour marquer le pluriel, la terminaison en -l entrainait une exception. Le -le se vocalisait en -u pour que le -s s'accroche ensuite. Ça donnait donc ceci : cheval → chevaus.

Reste à savoir d'où vient ce -x. C'était tout simplement l'abréviation pour -us et les copistes l'utilisaient tout le temps : chevaus → chevax (à l'écrit).

Sauf que cette abréviation est tombée aux oubliettes et les copistes ne l'interprétaient plus comme un -us déguisé. On prononçait toujours « chevaus » donc ils rétablirent la prononciation par écrit en ajoutant le u : chevax → chevaux.

  • Il dit, nous disons, vous... disez ?

Et bien, ce n'était pas loin ! Figurez-vous que nos ancêtres ont tout tenté pour faire disparaître ces monstres d'irréguliers. En ancien français, les conjugaisons irrégulières étaient peu à peu modifiées pour coller à une norme, histoire d'avoir moins de pièges. Ils ont voulu faire de même avec « dire » et « faire ». Ils ont donc fait évoluer les deux irréguliers (nous et vous), mais seule la forme de « nous » fut adoptée.

Nous dîmes → Nous disons → OK !
Vous dites → Vous disez → NON !
Nous faimes → Nous faisons → OK
Vous faites → Vous faisez → NON !

C'est donc la faute de vos arrière-arrière-arrière-...-grands-parents. Mais ne leur en voulez pas trop, grâce à eux, nos conjugaisons sont plus faciles à apprendre puisqu'ils ont simplifié pas mal de choses à côté de ça.
Alexeievna
Retraitée
3e année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 9079
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 29/04/2014 à 01:44:46 - Modifié : 26/09/2021 à 22:23:06

Vocabulaire

Méthodes pour progresser en orthographe

Lors du sondage effectué sur les leçons, certains nous ont parlé du problème d’orthographe… qui finalement n’était pas vraiment inclus dans nos leçons. Le problème étant que faire des leçons sur toutes les possibilités d’écriture, l’étymologie de chaque famille de mots et les particularités transformerait ce topic en beau bazar, et vous n’en sortiriez pas vraiment aidé. Raison pour laquelle nous avons décidé de vous proposer quelques méthodes pour retenir l’orthographe de certains mots.

  • Les mots-mêlés

Si à un niveau simple, vous connaissez probablement l’orthographe de tous les mots depuis votre tendre enfance, il n’est pas dit que ce soit également le cas des niveaux les plus compliqués. Alors, plutôt que de sortir votre téléphone pour jouer à un jeu d’arcades abrutissant, adoptez les mots-mêlés ! Vous découvrirez probablement de nouveaux mots, et le fait de chercher les lettres composant ces mots vous aidera à mieux les mémoriser. Et qui sait ? Cela pourrait même vous amuser !

  • L'écriture, la lecture, la relecture

Que vous soyez en train d’écrire un texte, d’en relire un ou même que l’on ait relu et corrigé votre texte… attrapez un dictionnaire ! Dès que vous avez le moindre doute, cherchez le mot ou l’expression qui vous pose problème. Si on vous a corrigé une faute et que vous ne la comprenez pas, demandez directement à votre correcteur ou ce cher dictionnaire : en cherchant le pourquoi du comment et en le comprenant, vous avez plus de chance de mémoriser l’écriture d’un mot qu’en « barrant » simplement une faute sur une copie. Et si un dictionnaire, c’est trop lourd pour vos petits bras frêles, internet est votre ami.

  • S'intéresser aux règles de bases de grammaire

Bon, certes, ce n’est pas très amusant, dit comme ça. Cependant, les « trucs » viennent aussi de là. Vous prononcez un adverbe « amment » ? Il prendra donc deux lettres « m » lors de sa construction. Et si vous voyez que vous faites une erreur récurrente sur une règle… partez lire cette règle et enregistrez-la au plus vite. Rien ne sert de vouloir tout apprendre en même temps, il vous faut agir raisonnablement !

  • L'étymologie

Vous ne comprenez pas quelle est la différence entre deux homonymes ? Cherchez l’étymologie de chacun. Souvent, cela vous permettra de trouver d’autres mots de la même famille qui divergent et vous permettront d’avoir une bonne idée sur le sens et l’orthographe de votre mot. Un exemple : raisonner et résonner. Raisonner vient du latin « rationem » qui a donné aussi le mot ratio (=proportion, rapport entre deux valeurs) tandis que résonner vient du latin « resonare » et lui-même basé sur le nom « sono » (=son). Différentiables, donc !

  • La photocopieuse

N’utilisez pas la machine mais endossez son rôle ! Bon d’accord, c’est assez rébarbatif de recopier des mots, mais ils s’enfonceront un peu plus dans votre caboche qu’en les relisant juste une fois, comme ça, avant d’aller dormir. Ensuite, affichez ces mots recopiés quelque part chez vous où vous passez souvent et où vous avez l’occasion de vous arrêter : la cuisine pendant que les pâtes cuisent, la salle de bain pendant que vous vous brossez les dents… et chez Illisana, cette liste de mots se trouve dans ses toilettes. Humhum.

  • Attention à l'anglais

Bien que tout le monde soit fier de votre accent bien imité lorsque vous parlez, la langue française sera bien moins fière lorsque vous écrivez. En effet, ces deux langues très proches ont beaucoup de mots en commun, ayant le même sens, mais dont l’orthographe varie ! Méfiez-vous, donc. Adresse, oui, c’est du français. Address, c’est de l’anglais. Et « addresse »… ça n’est rien du tout. Alors quand vous découvrez du vocabulaire anglais proche de mots français, pensez bien à vérifier l’orthographe des mots dans les deux langues.

  • Doucement sur les nouvelles technologies

Entre Word, Google Chrome et leurs correcteurs orthographiques automatiques, êtes-vous encore capable de voir vos fautes d’orthographe ? Posez donc un peu tous vos écrans et écrivez à la main, vous ciblerez mieux vos lacunes de cette façon, et vous pourrez y remédier.

Cette fois-ci, pas d’exercice pratique… il s’agit plus de votre quotidien, maintenant. J’espère donc que cette leçon vous a été utile et que vous pourrez tous éradiquer bon nombre de fautes d’orthographe de vos mots, désormais.

> Sorcière en vadrouille

Faustine Tompson
2e année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 2464
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 30/05/2014 à 20:27:34 - Modifié : 26/09/2021 à 13:08:38

Vocabulaire

L'Euphonie

Le terme d'euphonie désigne l'harmonie des sons dans une phrase. Pour que cette harmonie soit présente, à l'oral comme à l'écrit, il est parfois nécessaire d'ajouter un -s ou un -t entre deux mots, ces deux lettres sont dites euphoniques. Cette règle est généralement utilisée lorsque deux voyelles appartenant à des mots différents se suivent.

  • Le -t euphonique

Le -t euphonique se place entre un verbe et les pronoms « il », « elle », « on » et leurs pluriels. Il est précédé et suivi de traits d'union. Nous y avons recours au quotidien sans même nous en rendre compte, lorsqu'une question posée inverse la place du sujet et du verbe.

A-t-elle faim ?
Joue-t-il dans le jardin ?
Parle-t-on de toi ?


On omet le -t euphonique quand le verbe se termine déjà par un t. Dans ce cas, on ajoutera seulement un trait d'union entre le verbe et le sujet.

Est-il gentil avec vous ?
Avait-elle les yeux bleus ?
Sont-ils en vacances ?


On omet également le -t euphonique quand le verbe se termine par un d. Là encore, un trait d'union suffira. À noter cependant qu'on prononcera le d comme un t.

Comprend-il ce que tu lui dis ?
Entend-elle sa voix ?
Attend-on son amie ?


Le -t euphonique est également valable pour les verbes terminant en c comme convaincre et vaincre.

Convaic-t-il son professeur de lui laisser une chance ?
Vainc-t-on l'équipe adverse ?


Il est également valable dans l'expression « Voilà-t-il ».

Voilà-t-il pas qu'il commence à pleuvoir !

Attention ! Ne pas confondre le -t euphonique avec le -t élidé de l'expression « Va-t'en ! ». Dans cette expression, le « t » est précédé d'un trait d'union et suivi d'une apostrophe car il remplace le « te » pour ne pas dire « Va te en ! ».

  • Le -s euphonique

Le -s euphonique est utilisé pour les verbes à l'impératif, à la 2e personne du singulier, lorsqu'ils sont suivis des adverbes « y » ou « en ». Il s'ajoute à la fin du verbe et est suivi d'un trait d'union.

Va le rejoindre, vas-y.
Regarde ces dessins, découvres-en le sens.


Attention ! Le -s euphonique est valable pour les verbes du premier groupe et ceux en -ir si leur impératif se termine par un e (exemple : offrir : offre), uniquement dans le cas du « y » et du « en ». Il ne faut pas le confondre avec le -s de la 2e personne du singulier que l'on retrouve chez les verbes du 2e et 3e groupe à l'impératif (exemple : nourrir : nourris).

  • Entraînement

Corrige les phrases suivantes.

1. Défend-t-il son petit frère parce qu'il sait être l'auteur de la faute ?
2. Comprend t il ce que je lui demande ?
3. Que murmure-il ?
4. Va-t-en !
5. A t'il réussi ses examens ?

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. Défend-il son petit frère parce qu'il sait être l'auteur de la faute ?
2. Comprend-il ce que je lui demande ?
3. Que murmure-t-il ?
4. Va-t'en !
5. A-t-il réussi ses examens ?
Giinny Van Lackshad
Retraitée
3e année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 2717
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 31/05/2014 à 22:08:26 - Modifié : 26/09/2021 à 13:01:25

Vocabulaire

L'Élision et le h muet


  • L'Élision

L'Élision est la suppression d'une des voyelles finales « a, e, i » devant un mot commençant par une voyelle ou un h muet. Il y a souvent des différences du point de vue oral et écrit. Il peut y avoir élision à l'oral et non à l'écrit. L'élision est parfois (voire même souvent) exprimée par une apostrophe.

Élision du e

Je pense qu'il voudra bien.

Cependant, si on fait une « pause » dans la phrase à l'aide d'un signe de ponctuation, il n'y a pas d'élision.

Il a dit que j'étais une bonne lectrice parce que, selon certains, on lit plus de 20 livres par mois quand on est bibliothécaire.

Si on utilise l'impératif avec un pronom personnel « le » ou « la » suivant le verbe, on n'a pas élision.

Prends-le avec toi.

« Je » et « ce » subissent l'élision, sauf quand il s'agit de la forme interrogative à l'écrit.

Il n'y a pas élision avec « ce » s'il n'est pas sujet ou pas devant une proposition relative. Ce sont des propos bien barbares, mais il faut surtout se concentrer sur ce qui vous semble le plus « logique ». Suivez votre instinct et méfiez-vous de cette exception.

Élision du a
Il y a élision pour « la » étant un article ou un pronom personnel.

Je l'aime.

« Ça » ne subit l'élision que dans de rares cas.

Si « la » est la note et non pas un article ou un pronom, on ne fait pas l'élision.

Fais-moi un la avant de faire un do.

Si
On utilise l'élision quand on a un « si » devant « il » ou « ils ». Cependant, si « si » a le rôle d'adverbe, il n'y aura pas élision.

Je ne sais pas s'il m'aime.

Remarque : Il arrive qu'on élide le « tu » en parlant en langage familier.

T'es sûre que ça va, chérie ?

  • Le h muet (Mon dictionnaire, ce héros)

La particularité du « h » est qu'il se prononce ou non selon l'article qui précède le nom concerné. En effet, il est dit aspiré, donc prononcé, quand l'article qui précède le mot peut être « le » ou « la ».

Le héros
La hache
Le harem


Dans ce cas, on ne fait pas de liaison au pluriel.

« Les héros », sans prononcer le son « z » devant héros.

Au contraire, quand on utilise « l' » et qu'on ne peut pas mettre « la » ou « le », il s'agit d'un h muet.

L'horloge

Quand il s'agit d'un h muet, on fait la liaison au pluriel.

« Les horloges » se prononcera « les zorloges ».

  • Entraînement

Choisis entre les deux formes dans chaque phrase.

1. C'/Ce est ce matin que le professeur nous a donné un nouveau chaudron.
2. Je/J' y ai vu beaucoup des/d' animaux.
3. Dans l'/le un des espaces, un homme tenait un oiseau : l'/le hibou semblait apeuré, mais le/l' homme lui parla doucement.
4. Nous étions si/s' intéressés que nous ne/n' avons pas vu le temps passer.
5. Le professeur me l'a/la dit et cela m'a/ma fait plaisir.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. C'est ce matin que le professeur nous a donné un nouveau chaudron.
2. J'y ai vu beaucoup d'animaux.
3. Dans l'un des espaces, un homme tenait un oiseau : le hibou semblait apeuré, mais l'homme lui parla doucement.
4. Nous étions si intéressés que nous n'avons pas vu le temps passer.
5. Le professeur me l'a dit et cela m'a fait plaisir.
Emy Denver
Retraité
3e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 2858
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 20/06/2014 à 10:44:28 - Modifié : 26/09/2021 à 19:21:18

Vocabulaire

Les anglicismes

Dans le monde, il existe entre trois et sept mille langues. La plus parlée est le mandarin, mais on retrouve également l'espagnol, l'hindi, l'arabe, le portugais, le bengali, le français, le japonais, l'allemand... et l'anglais. Et il y a des mots qui ont traversé la barrière des langues et que l'on retrouve donc dans une autre langue : on dit que le mot a été « emprunté ». Lorsqu'un mot anglais se retrouve en français, on appelle cela un anglicisme. Si le mot venait du grec, par exemple, on dirait un hellénisme. Dans cette leçon, on va voir quelques anglicismes. Il est impossible de tous les voir, il y en a bien trop en réalité ! On les utilise très souvent et, parfois, ils passent même inaperçus dans notre langue.

  • Les catégories d'anglicisme

- L'anglicisme de sens (ou sémantique) : lorsqu'on traduit un mot de l'anglais vers le français, il arrive de faire des erreurs de traduction et de donner le sens anglais au mot français.

« To address » est traduit par « adresser », mais en français, « adresser » signifie parler à quelqu'un. Dire « J'adresse la parole à mon frère » est juste, contrairement à « J'adresse le problème », employé avec le sens de « to address » (s'occuper de, traiter).

Pour l'éviter, vérifiez le sens du mot français par rapport au contexte, surtout s'il existe également en anglais avec une orthographe proche (comme « adresser » et « to address »).

- L'anglicisme de structure : l'anglais a une structure tout à fait particulière. Au lieu de dire : « la voiture rouge », l'anglais, lui, dira « la rouge voiture ». L'anglicisme de structure, comme son nom l'indique, est le phénomène qui vise à reproduire une structure ou une expression anglaise dans une phrase française.

En anglais, on dit : « to walk on the street », ce qui donne littéralement « marcher sur la rue ». Or, la structure correcte en français serait plutôt « marcher dans la rue ».
Autre exemple : « Ruby is in charge of organizing the celebration. », en anglais, a donné « Ruby est en charge de l'organisation de la fête. », alors qu'il faudrait dire en français (même si cette forme n'est pas fausse en soi) : « Ruby est chargée de l'organisation de la fête. ».


Pour l'éviter, faites attention aux prépositions présentes dans la phrase, ainsi qu'au contexte général de la phrase.

- L'anglicisme de vocabulaire (ou lexical) : c'est le plus courant. Il s'agit tout simplement d'emprunter un mot littéralement de l'anglais vers le français et de l'utiliser à la place du mot français.

On dit un « scoop » alors qu'on pourrait dire une « exclusivité ».
On dit un « coach » à la place d'un « mentor ».


Pour l'éviter, car il est préférable d'utiliser le mot équivalent en français dans une copie d'interro par exemple ou dans une copie de bac (oui, c'est la période, il faut en parler), essayez de chercher si une expression existe en français avec le même sens.

  • Quelques anglicismes de vocabulaire

Ci-dessous, une petite liste de mots ou d'expressions anglicisées et leur équivalent français. Elle est évidemment non exhaustive.

• Un banana-split : une banane chantilly
• Jouer fair-play : jouer franc-jeu
• Un open-bar : un bar à volonté
• Quelque chose de vintage : quelque chose de rétro
• Du gloss : du brillant à lèvres
• Un gag : une blague
• Un best-seller : un succès en librairie
• Un remake : une ré-adaptation
• Un thriller : un film d'angoisse
• Un one-man-show : un spectacle en solo
• Un bug : un bogue (ou un problème, une panne)
• Débriefer : faire le point
• Un chewing-gum : une boule de gomme
• Un week-end : une fin de semaine
• Meeting : une rencontre
• Quelqu'un de cool : quelqu'un de sympathique
• Un dealeur : un négociant (le verbe dealer : négocier, marchander)
• Un squatteur : un occupant illégal, un occupant clandestin
• Une extension : une rallonge

  • Entraînement

Remplace les mots anglicisés par un équivalent français.

1. Voulez-vous un milk-shake ?
2. Pour l'école, il me faut un stick de colle.
3. Combien de magazines achetez-vous chaque semaine ?
4. Sur Poudlard12, on peut recevoir une Newsletter.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. Voulez-vous un lait frappé ?
2. Pour l'école, il me faut un bâton de colle.
3. Combien de revues achetez-vous chaque semaine ?
4. Sur Poudlard12, on peut recevoir une infolettre.
Coconut Dynamite
Retraitée
6e année
[Avatar]
Poufsouffle
Messages : 23787
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 22/06/2014 à 14:23:42 - Modifié : 26/09/2021 à 19:26:40

Vocabulaire

Parce que le français n'aime pas la solitude

Qui ne s'est jamais demandé si on écrivait acacia ou accacia ? Tu mouras ou tu mourras ? Resurgir ou ressurgir ? On le sait, le français peut être une véritable plaie. Et avec le doublement de consonnes, pas de chance, car il n'existe même pas vraiment de règles... mais on peut tout de même apprendre quelques astuces pour ne pas (trop) se tromper.

  • Généralités

Sachez que :
- la plupart des consonnes doubles se situent entre deux voyelles.
- les consonnes h, j, q, v, w et x ne sont jamais doublées.
- les consonnes b, d et g sont rarement doublées.
- le z et le k ne sont doublés que très rarement et en général dans des mots d'origine étrangère (pizza).
- on trouve rarement des consonnes doubles après une voyelle avec accent.

  • Dans la conjugaison

Le « r » est doublé au futur et au conditionnel pour tous les verbes à part prévoir et pouvoir, et toutes les personnes.

Courir : vous courrez, tu courrais, tu courras, ...
Voir : ils verront, nous verrions, ...


Certains verbes en -eler ou -eter doublent le « l » et le « t ». Cela concerne tous les temps et personnes cette fois-ci.

Appeler : j'appelle
Jeter : tu jettes


  • Et en dehors ?

- le doublement du s quand il se prononce [s]
Dans ce cas, il est très souvent doublé, sauf s'il suit le préfixe « re » ou d'autres préfixes comme « anti », « pré », « pro »... ou s'il se situe entre une voyelle et une consonne (personne, tension).

- le doublement de b, d et g
À part quelques exceptions, ces consonnes ne sont pas doublées.

Il existe quelques exceptions :
→ b : abbé, gibbon, gibbosité, rabbin, sabbat...
→ d : addiction, addition, adduction, bouddha...
→ g : aggraver, agglomérer, agglutiner, suggérer, toboggan, loggia...

- le doublement du c
Les mots comportant « ec », « ic » ou « oc » ont rarement le c doublé. En revanche, après « ac », il l'est très souvent, bien que là aussi, il existe quelques exceptions.

- le doublement du f
Après les syllabes « af », « ef » ou « of », le f est souvent doublé. Après « if », « ouf » ou « uf », c'est beaucoup plus rare.

- le doublement de l, n, p, r et t
Pour ces consonnes-là, c'est beaucoup plus compliqué ! Il n'existe pas vraiment de règles (pas pertinentes en tout cas car comportant trop d'exceptions). Mais ce n'est pas une raison pour accumuler les fautes ! Lire et s'entraîner restent les meilleures solutions pour bien imprimer chaque mot correctement dans sa mémoire et ne plus faire aucune erreur.

  • Entraînement

Écrivez les mots correctement dans les phrases.

1. L'écriture de Ron est ilisible/illisible.
2. L'effet du médicament est imédiat/immédiat.
3. Le paysage est imense/immense.
4. Sirius est reconnu inocent/innocent.
5. Hermione est sage comme une image/immage.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. L'écriture de Ron est illisible.
2. L'effet du médicament est immédiat.
3. Le paysage est immense.
4. Sirius est reconnu innocent.
5. Hermione est sage comme une image.

“So whether you come back by page or by the big screen, Hogwarts will always be there to welcome you home.”

MAKE HUMMUS NOT WAR.


Illisana River
4e année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 5116
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 18/07/2014 à 16:24:31 - Modifié : 26/09/2021 à 12:47:03

Vocabulaire

Des origines surprenantes

On ne prend pas souvent la peine de réfléchir au sens que les mots délivrent eux-mêmes.

Qui prend la peine de se demander d'où vient « maintenant » ? Pas bien compliqué, il suffit de réfléchir un coup : « main » et « tenant », puisque « maintenant » veut dire « tant qu'on l'a en main ». Astucieux, n'est-ce pas ?

D'autres mots qu'on ne questionne pas sont porteurs d'un sens pourtant transparent. Ils cachent bien leur jeu, ces petits coquins.

Lieutenant est une personne tenant lieu (de chef, lorsque le chef n'est pas là).

Coquette vient de « coq » et le -ette ajoute un sens de petitesse et de féminité.

Par contre, d'autres mots ont des origines très surprenantes et parfois bien ironiques.

Le travail n'était autre qu'un instrument de torture, à l'origine.

Le talent désignait à la base une monnaie (talentum). C'est avec la Bible (Matthieu) que la dimension métaphorique qu'on utilise aujourd'hui existe. On passe de la pièce de monnaie concrète à celle de l'idée d'une qualité naturelle à faire valoir.

Il y a aussi le cas du hamburger. En fait, les gens se sont bien trompés en divisant le mot en « ham » (=jambon) et « burger ». Burger est ainsi devenu un mot à part entière pour en former d'autres comme « cheeseburger ». Problème, « hamburger » vient de la ville de Hamburg (Hambourg en français), donc rien à voir avec le jambon et ce qu'on appelle « burger ». Impossible cependant de faire marche arrière, « burger » est créé, c'est trop tard.

La mélancolie est en fait une traduction exacte de « bile noire ». La théorie des humeurs disait justement qu'un sentiment de tristesse profonde provenait d'un excès de bile noire. C'est pour cela que ce sentiment fut appelé Mélancolie. Même cas pour le Spleen, qui est la traduction anglaise de la rate, là où est produite cette fameuse bile noire.

Aussi, les méduses furent nommées d'après Médusa (vous savez, la gorgone avec ses serpents et son regard qui change en pierre), et pas l'inverse. C'était parce que leur forme ressemblait à la tête de la gorgone, justement. L'adjectif « médusé » vient aussi de la mythologie grecque.

Le sens du verbe « horripiler » a un petit peu changé depuis le temps. À l'origine, il venait de « horrere » (se hérisser) et de « pilus » (le poil). On est donc passé de « hérisser le poil » à « être agacé et répugné ».

Et qui aurait cru que « payer » était cousin de « paix » ? Le verbe vient pourtant du latin « pacare », qui signifie « apaiser », « faire la paix ».

Beaucoup d'autres mots qu'on n'interroge plus sont pourtant de véritables aventuriers avec leur histoire propre. Questionnez-les pour les voir sous un autre jour ! (Et puis vous pourrez toujours frimer en repas de famille !)
Melody Store
2e année
[Avatar]
Serpentard
Messages : 1594
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 21/09/2014 à 21:56:42 - Modifié : 26/09/2021 à 13:05:53

Vocabulaire

L'étymologie

Puisqu'il faut préserver le langage de Molière et savoir manier la verve à la perfection, aujourd'hui, nous vous proposons de nous intéresser aux origines des mots qui composent notre langue : l'étymologie. Nous avons décidé de faire cette leçon sur l'étymologie afin de vous proposer d'apprendre quelque chose qui sortirait de l'ordinaire et qui mêlerait le langage à l'histoire tout en restant dans le cadre du « français » à proprement parler. Il ne faut pas négliger l'étymologie des mots de notre langue. Cela permet de trouver la signification des mots et de pouvoir les utiliser correctement dans le récit d'une œuvre telle qu'un roman ou encore un poème.

  • Définition

L'étymologie est une discipline linguistique qui permet de trouver l'origine et la signification des mots de notre langue. Car, avant de les utiliser, il faut déjà savoir ce qu'ils racontent et leur signification originelle. Le mot étymologie vient de l'ancien grec « etumologia » composé de deux mots « etumo- » qui signifie « vrai » et « -logia » qui signifie « discours, sens ». En d'autres termes, le mot « étymologie » signifie le « vrai sens » des mots.

Et vous avez là l'étymologie du mot « étymologie ».

  • Les sources de nos mots

Un peu d'histoire maintenant. Vous n'êtes pas sans savoir que le français est une langue d'origine latine. Un dérivé de cette langue morte était d'ailleurs parlé dans la France Médiévale, jusqu'à ce fameux François Ier qui instaura le « françois » sauf pour la messe qui se faisait toujours en latin.

Tout ça pour dire que la plupart de nos mots viennent du latin. Ils ont en majorité une étymologie latine, mais pas uniquement. La langue française a emprunté beaucoup de mots à différentes autres langues :
- au grec ancien, pour les mots savants.
- à l'anglais.
- à l'italien, à partir de la Renaissance.
- au néerlandais et au scandinave (vieux norrois), pour la navigation par exemple.
- à d'autres langues comme l'allemand ou encore l'arabe (pour ce qui est des sciences exactes) et certains dialectes sud-américains comme le quechua.

  • Exemple

Voici quelques exemples afin que vous puissiez visualiser et déjà apprendre le sens de certains mots.

Mathématiques, du latin « mathematicus » et du grec « mathêmatikos » : « mathêma » voulant dire « sciences », soit la science des mathématiques selon Aristote.

Gymnase, du grec « gymnos » qui signifie « nu ». C'est l'endroit où s'entraînaient les athlètes grecs complètement nus.

Café, de l'arabe « qahwa ».

  • Et sinon, à quoi ça nous sert ?

Vous vous dites sans doute que l'étymologie ne sert pas à grand-chose, mis à part savoir d'où les mots proviennent. L'étymologie sert à enrichir notre vocabulaire, à découvrir les mots de notre langage. IRL, dans vos cours de français, vos professeurs ont sans doute déjà abordé l'étymologie pour vous faire comprendre des mots. Cela permet également de mieux maîtriser le français, ce qui n'est pas négligeable pour écrire des œuvres.

La majorité des étymologies proviennent du latin et du grec. Il faut savoir que quatre-vingt pour cent du vocabulaire de la langue française provient de ces deux langues. L'étymologie vous permettra donc de développer vos connaissances en langue française, mais également de connaître le sens des mots et des étrangetés orthographiques qu'ils contiennent.

  • Entraînement

Cherchez l'étymologie de ces mots.

1. Somnifère
2. Orthographier
3. Polygone
4. Biographie
5. Arachnophobie

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. Somnifère = somnus : le sommeil, ferre : porter
2. Orthographier = orthos : droit/juste/correct, graphein : écrire
3. Polygone = poly : plusieurs, gonia : l'angle.
4. Biographie = bio : vie, graphein : écrire.
5. Arachnophobie = arachno : araignée, phobie : peur
Coconut Dynamite
Retraitée
6e année
[Avatar]
Poufsouffle
Messages : 23787
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 28/09/2014 à 15:16:23 - Modifié : 29/09/2021 à 17:50:24

Mise en page / Style

Mettons l'accent sur les majuscules

  • Les accents sur les majuscules

Bien que nous les oubliions souvent sur les majuscules les accents, ainsi que les cédilles et la ligature (œ), sont bien censés s'y trouver. En France du moins, les règles divergeant légèrement en Suisse et au Canada. Mais puisque pour une fois c'est en français que la règle est la moins compliquée, restons-y : pas de question à vous poser, les accents se mettent sur toutes les majuscules et capitales, sans exception. Nos camarades Québécois quant à eux les omettent sur les acronymes en capitale et nos voisins les Suisses ne les mettent pas sur la lettre première lettre d'un mot en minuscule si celui-ci commence par une majuscule.

Le problème, c'est de savoir les mettre ! Avec une écriture manuscrite, c'est simple, sur ordinateur... c'est plus compliqué. À moins d'avoir le « mind palace » de Sherlock Holmes, vous aurez bien du mal, puisqu'il faut retenir un tas de codes (sauf sur des logiciels de traitements de texte où vous pouvez parfois trouver les caractères spéciaux dans le menu insertion). Vous devez connaître les signes que l'on peut obtenir en faisant alt + un chiffre ? Vous savez, tous ces trucs sympas : ☺ ♥ ♦ ♣ ♠ et compagnie ? Il suffit de garder un doigt appuyé sur alt et avec l'autre de faire une combinaison de chiffres, puis de relâcher les deux. Pour mettre les majuscules accentuées, ça marche aussi comme ça !

  • Quels sont les codes ?

Ça paraît compliqué mais certains ne sont finalement jamais utilisés. À force d'en utiliser certains régulièrement, les codes rentrent tous seuls, vous verrez !

    Á : ALT + 181
    Â : ALT + 182
    À : ALT + 183
    Ä : ALT + 142
    æ : ALT + 145
    Æ : ALT + 146
    Ç : ALT + 128
    É : ALT + 144
    È : ALT + 212
    Ê : ALT + 210
    Ë : ALT + 211
    Í : ALT + 0205
    Ì : ALT + 0204
    Î : ALT + 0206
    Ï : ALT + 0207
    Ô : ALT + 0212
    Ö : ALT + 0214
    Π: ALT + 0140
    œ : ALT + 0156
    Ú : ALT + 0218
    Ù : ALT + 0217
    Û : ALT + 0219
    Ü : ALT + 0220

  • Entraînement

Écris ce texte avec les bonnes majuscules.

harry potter est né à godric's hollow, un village semi-sorcier. âgé d'un an à peine, harry est devenu orphelin, voldemort ayant tué ses parents. il fut surnommé l'élu.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

Harry Potter est né à Godric's Hollow, un village semi-sorcier. Âgé d'un an à peine, Harry est devenu orphelin, Voldemort ayant tué ses parents. Il fut surnommé l'Élu.

“So whether you come back by page or by the big screen, Hogwarts will always be there to welcome you home.”

MAKE HUMMUS NOT WAR.


Emy Denver
Retraité
3e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 2858
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 30/01/2015 à 22:23:32 - Modifié : 26/09/2021 à 22:18:59

Vocabulaire

J'ai littéralement dormi durant la traversée.

Aujourd'hui, gros sujet dans les leçons de français !

  • Litteralement

Nous allons parler d'un mot utilisé par 99% des français, mais qui l'est malheureusement à tort et à travers, sans que quiconque ne connaisse forcément le sens de départ et les cas dans lesquels on peut l'utiliser.

L'adverbe littéralement signifie « d'une manière littérale, conforme à la lettre ». Il doit être utilisé pour signifier d'un acte au sens propre, et non au sens figuré. Là réside l'erreur commune. On ne peut pas mettre « littéralement » dans toutes les phrases. En plus d'être lourd, c'est faux dans la plupart des cas.

J'ai littéralement réveillé les voisins.
C'est bon, puisque j'ai vraiment réveillé les voisins.

Le chômage a littéralement réveillé Paris.
Il n'a pas littéralement réveillé Paris, puisqu'il faut prendre le verbe réveiller au sens figuré. Je ne peux donc pas utiliser littéralement.

  • Pendant / Durant

La différence est minime entre ces deux mots, mais elle existe. Normalement, vous pourrez utiliser l'un ou l'autre car ils sont interchangeables, même si dans certains cas, cela peut vous paraître lourd à l'oreille. Cependant, dans l'optique d'améliorer un peu votre connaissance de la langue française, voici une petite explication sur ces deux termes.

Durant exprime la durée dans sa globalité, pendant toute la durée de l'action.

J'ai dormi durant la traversée.
Cela sous-entend qu'on a passé la traversée à dormir.

Pendant exprime plutôt une partie ou la globalité de l'action. Il est souvent suivi d'un nom marquant la durée (deux heures, quatre jours...).

J'ai dormi pendant la traversée.
On peut avoir dormi une heure dans la traversée, mais pas forcément toute la traversée.

  • Entraînement

Choisis de mettre ou ne pas mettre littéralement.

1. La bombe nucléaire a ... explosé le 6 août 1945.
2. Suite à une attitude déplaisante, il a ... été licencié.
3. Je me suis ... cassé la figure.
4. Tu me casses ... les pieds.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. La bombe nucléaire a littéralement explosé le 6 août 1945.
2. Suite à une attitude déplaisante, il a été licencié.
3. Je me suis cassé la figure.
4. Tu me casses les pieds.
Emy Denver
Retraité
3e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 2858
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 26/05/2015 à 21:50:16 - Modifié : 26/09/2021 à 17:13:51

Vocabulaire

Le mot juste — Édition 4


  • Au final

Il suffit de tendre l'oreille pour remarquer que le terme apparaît dans toutes les bouches. Pourtant, il n'est pas grammaticalement juste. Dans cette expression, le terme « final » est un substantif, c'est-à-dire un nom. Or, normalement, ce terme est un adjectif (sauf dans le cas de l'opéra italien, dans lequel on parle de finale, donc de « final », mais c'est le seul cas pouvant être employé). Il serait la mauvaise traduction du latin « in fine » ou de l'anglais « in the end ». Afin d'être juste, il faut dire « finalement », « en fin de compte », mais surtout pas « au final ».

  • Au jour d'aujourd'hui

Vous devez connaître le terme de tautologie. « Au jour d'aujourd'hui » est un des plus gros pléonasmes de la langue française et il est pourtant utilisé tous les jours, de la même manière que « monter en haut » ou « descendre en bas ». Il exprime une double redondance puisque le jour en tant que date est exprimé plusieurs fois : « au jour » et « aujourd'hui » (qui lui-même est une ancienne tautologie car « hui » vient du latin « hodie » qui signifie « aujourd'hui »). Malgré son utilisation courante, il est tout à fait faux et ne doit pas être utilisé.

  • Plus pire / moins pire

Rappelons d'abord que « pire » est l'antonyme de « meilleur ». Tous les deux sont utilisés soit comme des superlatifs soit comme des comparatifs.

Il est le meilleur / pire coureur.
Son dernier gâteau était pire que le précédent.


On ne peut utiliser « moins pire », comme on ne peut dire « plus meilleur ». En revanche, pour pallier ce problème, on peut dire « moins bon » ou « moins épouvantable ».

  • Pallier + COD

On entend souvent que les gens « pallient au problème ». Cependant, cette expression est fausse. Pour la simple et bonne raison que le verbe pallier est transitif. Il ne peut être utilisé avec la proposition « à ». Il faut donc dire « pallier le problème » (ou utiliser un autre COD).

  • A priori / à priori

Vous avez deux choix : sachez tout d'abord que les deux expressions sont justes, mais qu'elles ont toutes les deux des caractéristiques à respecter selon le choix que l'on fait.

Si vous décidez de considérer leur étymologie et leur origine latine (comme idem, et cetera...) alors « a priori » doit être mis en italique par ordinateur et mis entre guillemets ou souligné (en général, les locutions latines sont mises entre guillemets).

Sinon on peut considérer que ces expressions ont été « francisées » et elles sont alors écrites sans être mises en italique, entre guillemets ou soulignées. On peut alors considérer la présence d'un accent.

Mais dans un texte, préférez tout de même la version latine sans accent et en italique.

  • Entraînement

Corrige ces phrases.

1. Au final, j'ai pu attraper le vif d'or.
2. Il est important de connaître l'arithmancie au jour d'aujourd'hui.
3. Son gâteau est plus meilleur que la dernière fois.
4. Harry Potter a pallié au problème des Détraqueurs.
5. Hermione a lu un livre plus pire que le précédent.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. Finalement, j'ai pu attraper le vif d'or.
2. Il est important de connaître l'arithmancie à ce jour.
3. Son gâteau est meilleur que la dernière fois.
4. Harry Potter a pallié le problème des Détraqueurs.
5. Hermione a lu un livre pire que le précédent.
Alexeievna
Retraitée
3e année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 9079
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 04/08/2015 à 14:35:42 - Modifié : 26/09/2021 à 17:15:51

Vocabulaire

Le mot juste — Édition 5

Employez un mot pour un autre, c'est une erreur fréquente et parfois difficile à repérer. Raison pour laquelle voici trois points qui vous aideront à trouver le mot juste lors de vos conversations !

  • Se souvenir / se rappeler

Ces deux mots sont souvent utilisés l'un pour l'autre. Cependant, si le sens est proche, leur construction syntaxique n'est pas la même. En effet, on se souvient de quelque chose et on se rappelle quelque chose. Pour vous aider à mémoriser cette différence, notez que « rappeler » n'est autre « qu'appeler à nouveau » et que vous ne dites jamais « j'appelle de ».

  • Prétendu / soi-disant

Si ces deux mots semblent être des synonymes signifiant « qui n'est pas ce qu'il paraît être », il n'en est pourtant rien. En effet :

- soi-disant a été formé sur le pronom « soi » et sur le participe présent du verbe dire et peut donc se traduire par « qui se dit ». Un soi-disant fou est donc un homme qui se dit lui-même fou.
- prétendu signifie « qui est dit » et concerne donc une autre chose. Un prétendu fou est donc un homme que d'autres qualifient de fou.

Cela s'applique dans le cas d'une utilisation comme adjectif et non comme adverbe ou comme locution conjonctive.

Elle a soi-disant démissionné.
Soi-disant qu'elle a démissionné.


  • Recouvrer / recouvrir

À vue de nez, vous pensez connaître ces deux verbes sans qu'on en explique le sens, mais pourtant, leur utilisation diffère et, à l'oral, les fautes d'emploi sont fréquentes puisqu'au présent singulier, la forme est la même (je recouvre). Mais voici comment les utiliser :

- Recouvrer : quand on rentre en possession d'une chose perdue, et généralement, il s'agit de la santé. Dans ce cas-là, on dit qu'on a recouvré la santé.
- Recouvrir : dans ce cas-là, on dit qu'il a recouvert le lit d'une couverture.

Vous n'avez plus qu'à recouvrir une personne pour qu'elle recouvre la santé !

  • Entraînement

Choisis entre les deux formes.

1. Je me rappelle du / le goût des Chocogrenouilles.
2. De soi-disant / prétendus scientifiques prétendent que leur crème est la meilleure.
3. Souviens-toi de / Rappelle-toi de la soirée de Quidditch !
4. Il a recouvré / recouvert le livre pour qu'il soit protégé.
5. Elle a recouvré / recouvert la santé.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. Je me rappelle le goût des Chocogrenouilles.
2. De soi-disant scientifiques prétendent que leur crème est la meilleure.
3. Souviens-toi de la soirée de Quidditch !
4. Il a recouvert le livre pour qu'il soit protégé.
5. Elle a recouvré la santé.

> Sorcière en vadrouille

Emilie Allen
Retraitée
3e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 1655
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 31/10/2017 à 16:35:35 - Modifié : 29/09/2021 à 17:55:12

Homophones

Quoi que je fasse, j'arrive toujours à la même réponse quoique j'utilise différentes méthodes.

« Quoi que » ou « quoique », telle est la question. Ne vous inquiétez pas, vous n'êtes pas le seul à tomber dans le panneau à chaque fois que vous écrivez ce mot, mais oui, on est tous pareil. Nous avons tous ce petit moment d'hésitation avant de l'écrire, qui se résulte, la plupart du temps, par l'abandon et le choix d'un autre mot pour le remplacer. Donc, n'attendons pas plus longtemps. Ouvrez bien vos yeux et vos oreilles parce que vous allez devenir des experts du quoi que/quoique. C'est parti !

  • Quoique

Écrit de cette façon, le mot fait partie de la catégorie conjonction de subordination. En effet, notre cher « quoique » sans espace sert à lier une phrase subordonnée à une phrase principale (comme dans le titre). Dans ce cas-ci et comme dans tous les cas où il est utilisé en subordonnant, il peut être remplacé par « bien que » qui signifie exactement la même chose.

Je vais sur Poudlard12 quoique ce ne soit pas une priorité. → Je vais sur Poudlard12 bien que ce ne soit pas une priorité.

  • Quoi que

« Quoi » et « que » sont en chicane, séparez-les d’un espace. Lorsque le subordonnant ne va plus, il faut changer l’orthographe. D’accord, c’est bien beau tout ça, mais pourquoi ? Écrit en deux mots, « quoi que » entre dans la catégorie des pronoms, plus précisément, celle de locution pronominale. Dans le titre, on pourrait remplacer « quoi que » par « quelle que soit la chose que ». Notez bien que lorsqu’il est écrit « quoi que ce soit » on ne peut pas le remplacer par l’exemple plus haut, mais on utilise à la place « n’importe quoi ».

Quoi que tu fasses, ne te mets pas en danger pour rien. → Quelle que soit la chose que tu fasses, ne te mets pas en danger.
Tu peux me demander quoi que ce soit, sauf d'aller vider la litière, dans ce cas-là, tu es tout seul. → Tu peux me demander n'importe quoi, sauf d'aller vider la litière, dans ce cas-là, tu es tout seul.


  • Entraînement

Complète ces phrases avec quoique ou quoi que.

1. Je ne mettrai pas de foulard pour aller dehors ... la professeure en dise.
2. Je vais peut-être garder ce pull ... il fasse déjà chaud.
3. Il est hors de question que tu fasses ... ce soit aujourd'hui.
4. Je sors ce soir ... je sois encore fatiguée de ma journée.
5. ... la tempête fût moins forte, le vent soufflait encore.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.


1. Je ne mettrai pas de foulard pour aller dehors quoi que la professeure en dise.
2. Je vais peut-être garder ce pull quoiqu'il fasse déjà chaud.
3. Il est hors de question que tu fasses quoi que ce soit aujourd'hui.
4. Je sors ce soir quoique je sois encore fatiguée de ma journée.
5. Quoique la tempête fût moins forte, le vent soufflait encore.

AVATAR DE KAYA LANDERS

#Camille&Lusenn
Astyanax Chrysopoulos
Employé à l'office de recherche et de contrôle des dragons
Adulte
[Avatar]
Poudlard
Messages : 8048
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 09/03/2019 à 11:24:34 - Modifié : 26/09/2021 à 17:24:10

Vocabulaire

Le mot juste — Édition 7


  • Hiberner / hiverner

D'origine parfaitement identique, ces deux verbes ont des sens bien définis qui, bien que proches, ont leurs différences.

Hiberner est le verbe le plus connu des deux. Il exprime un repas d'un animal dans un état de somnolence ou de léthargie. Ce verbe s'applique donc uniquement aux animaux.

Un ours ou une marmotte hiberne pendant l'hiver.

Hiverner, quant à lui, désigne un moment passé à l'abri pendant l'hiver. L'hivernation est donc possible pour des objets comme des animaux. Ce verbe peut être accompagné d'un complément direct, contrairement au verbe « hiberner ».

Des bateaux, des plantes ou du bétail mis à l'abri pour l'hiver hivernent.
Les oiseaux migrateurs hivernent en hiver.


Moyen mnémotechnique : Pour retenir la règle plus facilement, vous pouvez retenir que les bêtes hibernent.

  • Accident / incident

Quasi similaires, ces deux mots se différencient principalement par l'ampleur des dégâts provoqués.

Un accident est un évènement inattendu causant des dégâts plus ou moins importants. De plus, un accident résulte parfois de la chance et n'est donc pas toujours évitable.

Un incident est souvent d'importance moindre. Il est souvent issu d'un souci technique et aurait donc pu être potentiellement évité. L'importance des dégâts étant subjective, un incident pour certains pourrait être vu comme un accident pour d'autres.

Mais comme le français, c'est trop génial, il y a des exceptions ! On parlera toujours d'accident de parcours, même si ce n'est que rarement très grave, d'accident de la route même lorsqu'il n'y a aucun blessé et d'incident diplomatique même si une guerre approche.

  • Affluence / affluent / influence

Proches à l'écrit, ces trois mots n'ont absolument rien en commun.

Affluence signifie qu'il y a une abondance de quelque chose allant de l'eau lors d'une inondation à des personnes sur l'autoroute.

Je n'aime pas prendre le bus à 17 heures, c'est l'heure d'affluence.

Un affluent est un cours d'eau qui se jette dans un autre.

La Drôme est un affluent du Rhône.

Influence exprime, quant à lui, une influence de quelqu'un ou quelque chose sur quelqu'un d'autre ou une autre chose. L'influence peut être exercée par des humains, mais aussi par des planètes dans le cas, par exemple, de l'astrologie.

La Lune influence les marées.

  • Entraînement

Complétez les phrases suivantes avec l'un des mots suivants : hiverner, hibernation, affluence, affluent, influence, accident, incident. Faites attention à bien accorder les mots. Chaque mot n'est utilisable qu'une seule fois.

1. Il paraît que Mme Chourave est sous l'... de l'alcool depuis quelque temps.
2. J'ai eu un ... de voiture suite à un ... de moteur.
3. Mon nouveau bonsaï est très fragile. Cet hiver, je vais le faire ... dans mon salon.
4. La Loire a de nombreux ... .
5. Dans certaines contrées, il paraît que lorsque les marmottes sortent de leur ..., cela peut porter chance.
6. Suite à l'inondation, l'... de l'eau commence à causer de nombreux dégâts.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. Il paraît que Mme Chourave est sous l'influence de l'alcool depuis quelque temps.
2. J'ai eu un accident de voiture suite à un incident de moteur.
3. Mon nouveau bonsaï est très fragile. Cet hiver, je vais le faire hiverner dans mon salon.
4. La Loire a de nombreux affluents.
5. Dans certaines contrées, il paraît que lorsque les marmottes sortent de leur hibernation, cela peut porter chance.
6. Suite à l'inondation, l'affluence de l'eau commence à causer de nombreux dégâts.



PNJ d'Achileas Chrysopoulos

Avatar par Julien Kensington








Par Alyne Matthews
















Elliot Strand
2e année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 3691
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 24/03/2019 à 23:06:35 - Modifié : 26/09/2021 à 17:18:44

Vocabulaire

Le mot juste — Édition 6

Parfois, on a beau maîtriser les règles de conjugaison et d'orthographe sur le bout des doigts, on peut commettre des petites erreurs d'ordre lexical. Voyons ensemble si vous connaissez ces petits pièges dans lesquels tombent des millions de vos compatriotes.

  • S'avérer

Le verbe « avérer » contient déjà l'idée de vérité. « S'avérer vrai » est donc une sorte de pléonasme malheureux (comme « monter en haut »). Bien évidemment, il est impossible d'utiliser « s'avérer faux », sauf si vous décidez de jouer délibérément sur un oxymore (quand on met deux mots contraires côte à côte, comme « une lumière sombre »). Pour utiliser ce verbe, il faudra que l'adjectif qui le suit ne le répète ni le contredise. On peut donc dire : « s'avérer utile », « s'avérer difficile », etc. Il est possible de dire qu'une chose s'est avérée pour signifie qu'on l'a prouvée comme vraie, bien que l'emploi soit rare et soutenu. Les linguistiques vous diront qu'à force d'employer la structure fautive « s'avérer vrai / faux », celle-ci va finir par être acceptée.

  • Cinquantenaire

« Un cinquantenaire, c'est un homme qui a entre 50 et 60 ans. » : bien tenté, mais non, sauf si vous venez d'une époque fort lointaine. Le mot qui convient est en fait quinquagénaire. Le cinquantenaire est une commémoration, un anniversaire.

Le cinquantenaire de la bataille opposant Grindelwald et Dumbledore.

  • Deuxième / second

S'il y a bien deux mots, c'est qu'ils expriment deux réalités différentes. Le mot deuxième sous-entend qu'il y a un « troisième » (ou plus) derrière. Si vous employez second, alors vous admettez qu'il n'y a rien qui suit. Si vous arrivez second à votre course sur balai volant, vous avez un peu moins de mérite que si vous arrivez deuxième.

  • En train / entrain

Ces deux homonymes sont souvent confondus puisqu'une seule espace les sépare.

Le mot entrain est un nom synonyme d'énergie, d'enthousiasme.

Je suis allé en cours de potions avec entrain.

En train de est une locution qui s'emploie très fréquemment. Sachez, par ailleurs, que « en train » est souvent considéré comme superflu. On peut souvent s'en passer. Utilisez-le donc avec parcimonie, quand vous souhaitez vraiment souligner l'action.

Je suis en train de caresser un Fléreur.
Je suis en train de lire la Gazette. → Je lis la Gazette.


  • Entraînement

Choisis entre les deux formes.

1. Il a raison, cela est avéré vrai / avéré.
2. Ron est maintenant un cinquantenaire / quinquagénaire.
3. Durant le tournoi de Quidditch, Harry est arrivé deuxième / second.
4. Avec entrain / en train, il s'inscrit au tournoi de duels.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. Il a raison, cela est avéré.
2. Ron est maintenant quinquagénaire.
3. Durant le tournoi de Quidditch, Harry est arrivé deuxième.
4. Avec entrain, il s'inscrit au tournoi de duels.


If Harry Potter taught us anything,
it's that no one should live in a closet.




Elliot Strand
2e année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 3691
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 22/04/2019 à 11:36:54 - Modifié : 04/10/2021 à 14:54:19

Conjugaison

Fatiguant ou fatigant ?

Si fatiguant et fatigant existent tous les deux en français, ils ne sont pourtant pas interchangeables.

  • Quelle est la différence ?

« Fatiguant » est un participe présent (invariable).

En fatiguant mon croup le soir, je prends moins de risques qu'il me réveille la nuit.

« Fatigant » est un adjectif (qui peut donc prendre la marque du féminin et du pluriel).

Mon croup aboie toute la nuit, il est fatigant.

  • Comment les différencier ?

Pour vous assurer que vous ne faites pas d'erreur, essayez de mettre un adjectif qui n'a aucun équivalent proche comme « facile » ou « heureux ». Vous ne devriez plus avoir de problèmes pour différencier l'adjectif du participe présent.

J'en profite pour vous signaler que le participe présent n'est pas une forme verbale très heureuse à l'oreille et peut très vite alourdir un texte si l'on en abuse. Faites donc très attention à ne pas y recourir trop fréquemment. On pourrait croire que vous vous êtes fait contaminer par l'anglais et sa structure en -ing...

  • Entraînement

Choisis entre les deux formes.

1. Faire ses devoirs, c'est fatiguant/fatigant.
2. L'arithmancie est un sujet fatiguant/fatigant le cerveau.
3. Le personnel naviguant/navigant vous aidera à vous installer à bord.
4. Ton éthonan est tout fringuant/fringant.
5. Ce joueur de Quidditch a été extravaguant/extravagant lors du dernier match.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. Faire ses devoirs, c'est fatigant.
2. L'arithmancie est un sujet fatiguant le cerveau.
3. Le personnel navigant vous aidera à vous installer à bord.
4. Ton éthonan est tout fringant.
5. Ce joueur de Quidditch a été extravagant lors du dernier match.


If Harry Potter taught us anything,
it's that no one should live in a closet.




Elliot Strand
2e année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 3691
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 22/05/2019 à 20:22:33 - Modifié : 29/09/2021 à 17:47:28

Mise en page / Style

Les parenthèses et les tirets


  • À quoi servent les parenthèses ?

Les parenthèses ont différentes applications. Parmi les plus fréquentes, on retrouve les explications ou des précisions courtes qui ne sont pas forcément nécessaires à la compréhension de la phrase.

Les théories de la magie noire sont enseignées par la très compétente (et humble) Violette Beauchamps.

On utilise aussi cette méthode pour insérer la traduction d'un mot ou d'une phrase, pour expliciter un acronyme, pour ajouter une date, un lieu, un pourcentage, etc.

Attention cependant à en faire usage avec parcimonie, car les parenthèses ont tendance à hacher le discours et le rendre difficile à lire. On peut souvent les remplacer par des virgules, qui sont des marqueurs moins intrusifs.

  • Quelle ponctuation ?

Se pose alors la question de la ponctuation : faut-il mettre un point avant ou après la parenthèse fermante ? Les deux solutions sont en réalité possibles, à condition de bien respecter la logique que l'on applique.

- L'information entre parenthèses est une phrase indépendante qui peut se situer après la phrase principale. Elle possède donc sa propre ponctuation.

Violette Beauchamps est connue pour son grand sens de l'esthétisme. (Elle est aussi célèbre pour son compte Gringotts bien rempli.)


- L'information entre parenthèses n'est pas une phrase indépendante et ne prend donc ni majuscule, ni point. La ponctuation de la phrase dans laquelle elle s'insère est mise après la parenthèse fermante pour l'englober.

Violette Beauchamps est connue pour son grand sens de l'esthétisme (ainsi que son compte Gringotts bien rempli).


- Il est aussi possible d'avoir une phrase indépendante notée ainsi, même si ce cas de figure est moins fréquent.

Violette Beauchamps est connue pour son grand sens de l'esthétisme (elle est aussi célèbre pour son compte Gringotts bien rempli).

Vous noterez que lorsque l'information entre parenthèses constitue une phrase indépendante séparée de la principale, il faut tout simplement la ponctuer à l'intérieur (sans oublier la majuscule). En revanche, lorsque la phrase n'est pas indépendante, la ponctuation se place à l'extérieur et l'on ne met pas de majuscule, sauf lorsque le premier mot est un nom propre (Violette, par exemple).


- Il est possible aussi d'avoir un point d'interrogation à l'intérieur des parenthèses, même s'il ne s'agit pas d'une phrase complète et indépendante.

Pour amadouer la douce Violette (mais est-ce encore un secret ?), faites-lui une bonne tasse de tourmenthé.

Vous remarquerez d'ailleurs que la virgule a été déplacée après la parenthèse fermante.


  • Et les fameux tirets dans tout ça ?


Les tirets longs, aussi appelés cadratins, peuvent aussi être utilisés pour faire un petit aparté dans une phrase. Leur utilisation est à mi-chemin entre la parenthèse et la virgule. On peut — comme je fais là — se servir de deux tirets pour donner une précision, qui pourrait très bien être entre parenthèses ou entre virgules. Contrairement aux parenthèses qui fonctionnent toujours par deux, le tiret peut fonctionner en autonomie quand il se trouve en fin de phrase — ce qui est pratique et que j'illustre ici. Et contrairement aux parenthèses, les tirets ne peuvent encadrer une phrase entière qui serait totalement indépendante : il faut que celle-ci soit incluse dans une phrase phrase. — Ne faites donc jamais ça, par exemple. —

Attention, il ne s'agit pas ici du tiret que l'on peut trouver directement sur son clavier (souvent sur la touche du « 6 »), qui est plus court. Le tiret long s'obtient avec la combinaison ALT + 0151.

  • Entraînement

Corrige ces phrases.

1. Le tourmenthé, ça n'existe pas (n'en déplaise à miss Beauchamps !).
2. Adoptez un crapaud et (Qui sait ?) vous aurez peut-être la chance de faire éclore un basilic.
3. Comment pouvez-vous lui demander son âge ? (vous n'avez vraiment pas froid aux yeux)
4. Merci de ne pas centrer les images de plus de 390 px de largeur (Ça ajoute une barre de défilement toute moche.).

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. Le tourmenthé, ça n'existe pas (n'en déplaise à miss Beauchamps !).
2. Adoptez un crapaud et (qui sait ?) vous aurez peut-être la chance de faire éclore un basilic.
3. Comment pouvez-vous lui demander son âge ? (Vous n'avez vraiment pas froid aux yeux.)
4. Merci de ne pas centrer les images de plus de 390px de largeur. (Ça ajoute une barre de défilement toute moche.) OU Merci de ne pas centrer les images de plus de 390px de largeur (ça ajoute une barre de défilement toute moche).


If Harry Potter taught us anything,
it's that no one should live in a closet.




Bryshere Wellington
3e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 841
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 16/06/2020 à 13:56:51 - Modifié : 26/09/2021 à 22:25:55

Vocabulaire

Préfixe et suffixe

Si la France est connue pour quelque chose, c'est bel et bien son histoire qui lui a imposé un grand nombre de contacts donnant ainsi lieu à des adaptations phonétiques et syntaxiques des langues des civilisations voisines. On peut donc dire que la langue de Molière a été exposée au phénomène des emprunts linguistiques. Mais qu'est-ce qu'un emprunt linguistique ?

Le dictionnaire de linguistique Larousse (1973) définit ce phénomène de la manière suivante :

« Il y a emprunt linguistique quand un parler A utilise et finit par intégrer une unité ou un trait linguistique qui existait précédemment dans un parler B et que A ne connaissait pas ; l’unité ou le trait emprunté sont eux-mêmes appelés emprunts. »


Comme le montre très bien le graphique circulaire ci-dessus, la langue française tient une bonne partie de ses mots d'anciennes langues comme le latin (~ 11800) ou encore le grec (~3600).

Pour la leçon de ce mois-ci, nous nous intéresserons au grec ancien et plus particulièrement aux préfixes et suffixes qui jouent un rôle colossal au niveau de la formation des mots.

Voici une liste non exhaustive de plusieurs préfixes :
A- ; An- → Négation
Exemple : Anormal
Aéro- → Air
Exemple : Aérodrome
Allo- → Autre
Exemple : Allophone
Ana- → Retournement, renversement
Exemple : Anaglyphe
Andro- → Homme
Exemple : Androgenèse
Anthropo- → Humain
Exemple : Anthropophage
Anti- ; Anta- → Opposition
Exemples : Anti_inflammatoire, Antagoniste
Apo- → Éloignement
Exemple : Apothéose
Archéo- → Ancien
Exemple : Archéofaune
Arthro- → Articulation
Exemple : Arthralgie
Astro- → Étoile
Exemples : Astronomie, Astrologie
Auto- → Soi-même
Exemple : Autobus

Baro- → Pression, gravité
Exemple : Barophile
Biblio- → Livre
Exemple : Bibliolâtre
Bio- → Vie
Exemple : Biocénose

Calli- → Beau
Exemple : Calligramme
Cardio- → Cœur
Exemple : Cardiologue
Cata- → Complètement
Exemple : Cataracte
Céphalo- ; Céphale- → Cerveau
Exemple : Céphalote
Chiro- → Main
Exemple : Chiromancie
Chrome- → Couleur
Exemple : Chromophotographie
Chrono- → Temps
Exemple : Chronologie
Ciné- → Mouvement
Exemple : Cinétique
Cosmo- → Univers
Exemple : Cosmogonie
Crypto- → Caché
Exemple : Cryptogramme
Cyan- → Bleu
Exemple : Cyanure
Cyber- → Naviguer
Exemple : Cyber-harcèlement
Cycle- → Cercle
Exemple : Cyclique

Dactylo- ; Digit- → Doigt
Exemples : Dactylographe, Digital
Démo- → Peuple
Exemple : Démographie
Derm- → Peau
Exemple : Dermatologue
Di(a)- → Deux
Exemple : Dioxygène
Dynamo- → Force
Exemple : Dynamographe
Dys- → Difficulté, mauvais état
Exemple : Dyscalculie

End(o)- → En, dedans
Exemple : Endocrâne
Épi- → Sur
Exemple : Épiderme
Eu- → Bien, vrai
Exemple : Euphorie
Exo- → Extérieur
Exemple : Exorciste

Gastr- ; Gastéro- → Estomac
Exemple : Acide gastrique
Gé(o)- → Terre
Exemple : Géologie
Gramm- → Qui est écrit
Exemple : Grammaire
Grapho- → Qui écrit
Exemple : Graphisme
Gynéco- → Femme
Exemple : Gynécologue

Halo- → Sel
Exemple : Halogènes
Hélio- ; Héli- → Feu
Exemple : Héliothérapie
Hemi- → Demi
Exemple : Hémisphère
Hémo- ; Héma- → Sang
Exemple : Hémophilie
Hétéro- → Autre
Exemple : Hétérogène
Hippo- → Cheval
Exemple : Hippodrome
Homo- → Pareil
Exemple : Homonyme
Hydro- → Eau
Exemple : Hydrater
Hygro- → Humidité
Exemple : Hygromètre
Hyper- → Au-dessus
Exemple : Hyperactif
Hypno- → Sommeil
Exemple : Hypnotiser
Hypo- → Au-dessous
Exemple : Hypoglycémie

Icono- → Image
Exemple : Icône
Iso- → Égal
Exemple : Isocèle

Kinési- → Mouvement
Exemple : Kinésithérapeute

Litho- → Pierre
Exemple : Lithographie
Log- → Science
Exemple : Logographe

Macro- → Grand
Exemple : Macroscopiquement
Mélan- → Noir
Exemple : Mélancolie
Méta- → Changement
Exemple : Métamorphose
Métro- → Mesure
Exemple : Métronome
Micro- → Petit
Exemple : Microscopiquement
Miso- → Haine
Exemple : Misogyne
Mnémo- → Mémoire
Exemple : Mnémotechnique
Mono- → Unique
Exemple : Monologue
Morpho- → Forme
Exemple : Morphologie
Myo- → Muscle
Exemple : Myocarde
Mytho- → Légende
Exemple : Mythologie

Néo- → Nouveau
Exemple : Néophyte
Neuro- → Nerf
Exemple : Neurologique
Nyct- → Nuit
Exemple : Nyctophile

Oligo- → Peu nombreux
Exemple : Oligarchie
Ophtalmo- → Oeil
Exemple : Ophtalmologie
Ornitho- → Oiseau
Exemple : Ornithologie
Ortho- → Droit
Exemple : Orthographe

Paléo- → Ancien
Exemple : Paléolithique
Pan- → Tout
Exemple : Panoramique
Par(a)- → À côté de
Exemple : Parascolaire
Patho- → Souffrance
Exemple : Pathologique
Péd- → Enfant
Exemple : Pédiatre
Péri- → Autour
Exemple : Périmètre
Philo- → Qui aime
Exemple : Philosophie
Pneumo- → Respiration, poumons
Exemple : Pneumonie
Podo- → Pied
Exemple : Podologue
Poli- → Ville
Exemple : Politique
Poly- → Plusieurs
Exemple : Polythéiste
Pro- → Devant ; avant
Exemple : Pronom
Pyro- → Feu
Exemple : Pyromancie

Rhino- → Nez
Exemple : Rhinocéros

Syn- ; Sym- ; Syl- → Avec
Exemple : Sympathique

Télé- → Au loin
Exemple : Télépathie
Théo- → Dieu
Exemple : Théologie
Thérap- → Soin
Exemple : Thérapeute
Topo- → Endroit
Exemple : Topographie

Xéno- → Étranger
Exemple : Xénophobe
Xylo- → Bois
Exemple : Xylophone

Zoo- → Animal(ier)
Exemple : Zooplancton

When raindrops fell down from the sky
the day you left me
an angel cried
oh, she cried
Matoutou
Préfète en chef
Architecte
Joueuse de Quidditch
Miss Poudlard12 2022
1re année
[Avatar]
Serdaigle
Messages : 8315
Titre : Re : Les leçons de français
Créé : 12/10/2021 à 00:12:41

Homophones

J'ai acheté une paire de chaussures à mes pairs.

Nous allons tout apprendre pour différencier ces deux homophones.

  • Pair

On utilise pair lorsqu'on parle de quelqu'un qui exerce la même activité que soi. C'est, en quelque sorte, l'équivalent de « collègue ». Lorsque vous avez un doute, remplacez donc ce mot par « collègue » et voyez si ça fonctionne.

Attention, « pair » s'utilise aussi dans des expressions connues :

Une jeune fille au pair
→ Qui travaille en échange d'un logement et de nourriture.

Hors-pair
→ Excellent, brillant.

Aller de pair
→ Avoir des choses en commun.

Un nombre pair (0, 2, 4, 6, 8) et impair (1, 3, 5, 7, 9)

  • Paire

La paire n'a rien à voir, puisqu'elle désigne un ensemble de deux choses semblables. On dit bien « une paire de chaussettes ».

  • Entraînement

Complète ces phrases avec paire(s) ou pair(s).

1. Il rencontrera ses ... lors d'une conférence à Paris.
2. Ces deux-là, ils font une belle ... !
3. Coconut est l'un des ... d'Illisana.
4. J'ai besoin d'acheter une nouvelle ... de chaussures.
5. Je dois aller voir mes ... pour faire mon exposé.

  • Correction

Surligne pour voir la correction.

1. Il rencontrera ses pairs lors d'une conférence à Paris.
2. Ces deux-là, ils font une belle paire !
3. Coconut est l'un des pairs d'Illisana.
4. J'ai besoin d'acheter une nouvelle paire de chaussures.
5. Je dois aller voir mes pairs pour faire mon exposé.

Leçon d'Illisana River

~ Hakuna Matata ~








~ Hakuna Matata ~





#TeamGlandeRien #TeamZombiePaumé









Avec les Chocogrenouilles, plus de ventre qui gargouille !








~ Hakuna Matata ~



#TeamGlandeRien #TeamZombiePaumé
Avatar de la magnifique Jessica Wonders <3

Pages : <- 1 2 3 4 5 ->

Le Grand Escalier >> Bureaux du personnel >> Bureaux de Poudlard >> Bureau des Bibliothécaires

Retour en haut de la page



Vous avez besoin d'aide ? Rendez-vous dans la FAQ



Partenaires :
Écoles de Magie : Mana Wyrd - Harry Potter 2005 - Hogwartsnet - Habbo Magie Poudlard - L'académie Beauxbâtons - Mimble Mimbus
Monde Magique : Fédération du Quidditch Français - La Gazette du Sorcier - Wiki Harry Potter - Obscurus Presse - HP666 - La Charte du Fandom
Autres : Portail des jeux - Annuaire google

Toute reproduction en totalité ou en partie est interdite.
Les images et les noms relatifs à Harry Potter sont une propriété de la Warner Bros Corp. et J.K. Rowling.

© 2009-2023 Twelve Grimmauld Place - © 2020 Design par Alpha Landstorm, Artus Myrtle, Camille Dubois et Elea Loohest - Mentions légales

Optimisé pour Firefox 4, Google Chrome 6, Safari 5 et Opera 10.5