Panneau d'Affichage
Chargement...

Connexion




Mot de passe perdu?

Le Grand Escalier

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Poudlard et ses environs

Stick together
Chroniqueur VIPère
[Avatar]
Serpentard
1re année
Titre : Stick together
Créé : 05/04/2024 à 01:05:04 - Modifié : 07/04/2024 à 21:46:07



* Le garçon sentait ses poumons le brûler. Cela faisait bien dix minutes qu'il courait contre une montre qui l'avait déjà battu, encore une fois. Comme à son habitude, il ferait perdre des points à sa maison. Combien est-ce que ce serait aujourd'hui ? Dix ? Vingt ? Cinquante ? Quelle importance ? Il était un déficit à lui seul et toute sa maison, ou presque, le voyait déjà comme un boulet à la course au titre. Ce qui était loin d'être faux. Il ne comprenait pas le principe de la coupe des quatre maisons. Quelle était la valeur d'une coupe collective ? S'il devait s'investir, ce serait pour lui-même. Non pas qu'il n'aimait pas ou ne respectait pas les membres de sa maison. Tout simplement, si Serpentard gagnait, ce ne serait pas lui le gagnant. À partir de ce moment, quelle valeur avait la victoire ? Dans une équipe de quidditch, sept joueurs en affrontaient sept autres. De ce fait, il était facile de se démarquer. Néanmoins, ce principe n'était pas vrai quand une compétition rassemblait des dizaines voire des centaines de personnes. Perdu dans la masse, d'autres feraient les efforts. Par ailleurs, il n'aimait pas sa maison, sa famille y était et ne ratait pas un moment pour le rabaisser et le faisait passer pour plus minable qu'il se sentait déjà. Il ne comprenait pas pourquoi le choixpeau l'y avait envoyé, ne voyant pas que c'était son individualisme et sa volonté de se démarquer seul qui l'avait poussé dans les bras de l'ambition. Par ailleurs, ces questions ne changeaient pas qu'il courrait toujours dans les escaliers, à la recherche de sa salle. *

* Il finit par se prendre le pied dans la dernière marche, le faisant tomber la tête la première sur la pierre. Le bruit sonore fit raisonner les murs et on pouvait voir sur sa robe les marques d'usures de ses nombreuses maladresses, à l'image de son nez désormais rouge du sang qui menaçait de s'écouler de ses narines. * « Bon... Et bien, j'espère que ce sera à cet étage... » * Boitillant légèrement, il se fraya un chemin au travers de ce labyrinthe pour finalement se trouver devant la porte qu'il reconnut. Le cours de défense contre les forces du mal. Il n'y avait pas à dire, la professeure lui faisait peur. Elle parlait lentement, froidement, et ne donnait pas envie au garçon de s'intéresser à son cours. Alors, le plus souvent, quand il n'arrivait pas trop en retard, il lisait des manuels en Histoire de la Magie ou des manuels de quidditch. Une fois, il avait été collé tout son dimanche à cause de son attention. En même temps, étudier les créatures de manière théorique n'était pas intéressant. En revanche, s'il s'agissait de les affronter, là le cours aurait eu toute son attention. À l'instar des héros, il se serait mesuré au danger. Cependant, nulle gloire ne pouvait être tirée d'une théorie aseptisée par la sécurité. Surtout que les principales forces qui lui voulaient du mal n'étaient pas des créatures magiques, mais bien sa propre famille. *

* Frappant à la porte, il entra, la mine déconfite. * « Bonjour Madame, excusez-moi de mon retard... » « Vous avez quinze minutes, Monsieur Cadwallader. » « Seize, mais les escaliers sont traîtres... » * La voix était basse et ne cherchait pas à provoquer, il était juste factuel, malgré la timidité qu'on pouvait percevoir chez lui. * « Prenez place, et quinze... Seize points en moins pour Serpentard. » * Le garçon hocha la tête puis alla s'installer dans le fond. Un pas, deux pas, puis l'horreur de la situation lui sauta aux yeux. Quelqu'un avait pris sa place dans le fond. Regardant autour de lui, il chercha désespérément une place où aller, si possible loin du premier rang. Malheureusement, c'était bien là-bas qu'il finit par trouver le seul endroit où s'asseoir. L'espace d'un instant, il avait hésité à assister à la leçon debout, mais il s'était assez fait remarquer comme ça. Résigné, il prit place à côté d'une de ses camarades de Serpentard. C'était bien sa veine. Après ça aurait pu être pire. Sixtine aurait sans doute eu un ou deux commentaires à faire sur ses retards répétés. Là, il y avait peu de chances qu'ils échangent, ne serait-ce qu'un mot. Comment s'appelait-elle déjà ? Althéa ? Athéna ? Non, impossible de s'en souvenir. Ce n'était pas qu'elle n'était pas intéressante, juste qu'elle ne l'intéressait pas. La nuance était fine et parfois, Aidan se comportait comme si elle était tout simplement absente de son esprit. Néanmoins, le coup du sort frappa de nouveau. S'il avait bien pris son encrier et sa plume, il avait oublié ses parchemins. Tournant sa tête de manière très robotique au point qu'on aurait presque pu entendre sa nuque grincer, il sourit de manière très nerveuse à sa camarade. * « Excuse-moi, Athéna... Tu n'aurais pas... Un parchemin ? Ou deux... » * Il observa vers le tableau, jaugeant l’intérêt qu'il aurait pour la leçon. * « Ou juste un demi, ça devrait suffire... »

pv avec Athéa Liveland
bannière faite par Camille Dubois ♥
Chroniqueur VIPère
Joueur de Quidditch
[Avatar]
Serpentard
4e année
Titre : Re : Stick together
Créé : 05/04/2024 à 19:55:13 - Modifié : 05/04/2024 à 20:00:40


Bousculant un maximum de monde sur son passage, Athéa essayait de se frayer un passage dans le couloir bondé d'élèves. Elle n'était pas en retard, mais pas en avance non plus. Pour son âge, elle mettait une force étonnante dans ses mouvements, si bien qu'elle se prit quelques insultes et pu percevoir des grognements indignés dans son dos. Elle se fichait bien d'énerver ses camarades, en cet instant, tout ce qui lui importait c'était d'arriver à l'heure en classe. En réalité, elle ne voulait simplement pas attirer l'attention de sa mère si d'aventure elle venait à se faire coller. Depuis que la jeune fille avait fait son entré à Poudlard, elle était heureuse d'avoir pu prendre de la distance avec cette dernière. Plus qu'heureuse, c'était un soulagement de ne plus vivre sous une pression permanente, l'angoisse de faire le moindre pas de travers chevillé au corps. Au château, elle pouvait presque vire un semblant de liberté. Et c'est bien pour ça qu'elle était si presser de rejoindre sa salle de classe. Par ailleurs, elle n'aimait pas non plus perdre de points de maison, la Liveland avait le victoire dans le sang, et elle était bien décidée à s'investir dans la coupe des quatre maisons. Ou en tout cas, à ne pas perdre de points bêtement.

Alors qu'elle reprenait son souffle, comme si elle venait de courir un marathon, la première année fit une halte sur le pas de la porte. Elle se mit légèrement sur le coté pour ne gêner personne. La Serpentard ne pouvait décemment pas rentrer dans cet état, sa réputation en prendrait un coup et apparemment, ce n'était pas digne de son rang. Enfin, ça c'était d'après sa mère, la jeune fille n'était pas bien certaine de comprendre cela, mais pour l'instant, elle s'exécutait encore sans trop poser de questions. Replaçant correctement ses vêtements, elle épousseta sa robe avant de se redresser. Finalement, estimant que son allure était plus que correcte, elle se déplaça pour enfin rentrer. Elle faisait partie des deniers arrivés, alors elle s'installa à une table vide, et se laissa tomber lourdement sur sa chaise. Pour la grâce, on repassera, mais tans pis, elle venait d'utiliser une grande partie de son énergie à pousser les autres dans le couloir. Bien installé, elle déposa avec application ses affaires sur son bureau. Ses parchemins, son matériel d'écriture et même un manuel prirent placent de manière ordonné sur la surface en bois.

Une foi satisfaite, la verte et argent laissa sa chaise se balancer pendant que son regard balayait la salle de manière circulaire, ses yeux inquisiteurs s'attardant parfois sur certains de ses camarades. Bien vite, elle fut interrompu par l'enseignante qui débuta son cours. La leçons n'était pas particulièrement palpitante, mais Athéa appréciait cette matière, alors elle tenta de garder sa concentration au maximum. Et si au début ça ne fut pas bien compliqué, l'arrivé impromptu d'un retardataire changea totalement la donne. Ce dernier totalement débraillé, semblait également blessé au nez. Dans un premier temps, la jeune fille s'interrogea sur ce qui avait bien pu lui arriver, puis avisant ses vêtements froissé et tachés de sang, c'est un sourire moqueur qui prit place sur son visage.

La Liveland était persuadée que son camarade avait simplement du tomber, ou peut-être avait-il percuté quelqu'un, n'en reste pas moins que cela l'amusait. Pour autant, cet amusement ne dura pas longtemps quant elle entendit que sa maison venait de perdre des points à cause du garçon. Et ça ne s'arrangea pas quant elle le vit s'approcher pour prendre place à coté d'elle. Néanmoins, cela aurait pu en rester la s'il n'avait pas en plus eut le culot de lui taxer du parchemin... en écorchant éhontément son prénom au passage. Le sourire envolé, Athéa sentait poindre l'agacement. Sa mâchoire s'était contracter, et ses dents étaient à deux doigts de grincer. Mais plutot que de céder à l'énervement, elle préféra répliquer acerbe. Bien que ça soit pas forcément mieux.


- C'est A.t.h.é.a. Insistant fortement sur chaque lettre, la Serpentard poursuivit. Tu veux que je te l'épelle, ou tu as aussi besoin d'un demi cerveau ?

L'insulte lui était peut-être venu naturellement, mais maintenant elle hésitait. Devait elle lui prêter un bout de parchemin, ou le laisser se débrouiller. Elle n'était pas certaine de ce qu'elle préférait. Continuant de se balancer sur sa chaise, elle évaluait ses possibilités. Si elle ne lui donnait rien, elle était prête à parier qu'il ne prendrait pas le cours en note, et alors il risquait de faire perdre encore plus de points à Serpentard. Mais d'un autre coté, elle n'avait pas non plus envie de l'aider. Il arrivait en retard, et en plus il n'était même pas en possession des affaires les plus basique. C'était exaspérant, surtout pour la Liveland qui mettait un point d'honneur à ne jamais arriver en retard, et avec toutes ses affaires. Souhaitant ne pas trancher cette question dans l'immédiat, elle opta finalement pour une autre solution plus mesquine.

- Qu'est-ce que j'obtiens si je t'aide Aidan ? Elle au moins, elle connaissait son prénom, et elle lui faisait bien comprendre.



TANGUY / KEITH / IZORA / DIANA / SIXTINE / CARTER / ANTHEA / AIDAN


~ I don't want to be anything other than me ~
RPG : ON
Chroniqueur VIPère
[Avatar]
Serpentard
1re année
Titre : Re : Stick together
Créé : 06/04/2024 à 00:45:40

* La voisine de fortune d'Aidan vit son sourire s'envoler. L'héritier se demanda pourquoi, mais rapidement, il se douta de la réponse. Qui aurait aimé être assis à côté du boulet de la maison ? Pas lui en tout cas. Surtout que la Serpentard semblait particulièrement enjouée par ce cours pompeux. C'était d'ailleurs incompréhensible pour le garçon. Comment aimer une matière qui se contentait tout simplement de la théorie ? À quoi pouvait-il bien servir de se défendre avec style ou de repérer un esprit ? Cela faisait rire intérieurement le première année. Il s'imaginait face à un dragon qui s'apprêtait à lui cracher du feu pour faire fondre sa peau sur ses os calcinés. Puis, avant qu'il ne lance le feu mortel, le garçon tendrait les pouces en l'air afin de demander à la créature magique de bien vouloir attendre qu'il se souvienne des cours... La défense n'était pas une chose qui s'apprenait, elle se vivait. Qui pouvait lui apprendre à se défendre contre son cousin ? Quand ce dernier l'avait enfermé dans les toilettes, lui plongeant la tête vers des liquides inconnus à l'odeur repoussante, il n'avait pas eu de théorie, ni même de temps d'attendre. Il n'avait eu que son impuissance et son manque d'entraînement. Cependant, dans sa hâte à juger, il ne voyait pas non plus comment on pouvait dénigrer, le cours d'Histoire de la Magie, cours auquel il était toujours assis au premier rang, la table débordant de parchemins d’annotation sur chaque anecdote que racontait le professeur. Cette incompréhension ne l'empêcha pas de demander un demi-parchemin à sa voisine, ce qui visiblement avait eu le don de l'agacer. Ou alors cela avait été son erreur sur le prénom. Oui, vu sa façon d'en détailler chaque partie, il ne put que baisser un peu plus la tête. *

« Désolé pour l'erreur... » * S'excuser fut son premier réflexe face à l'irritation de la jeune fille. Par ailleurs, elle posa une question qui était intéressante. Que gagnait-elle à l'aider ? Il n'avait jamais vu les choses ainsi. Fallait-il gagner quelque chose pour vouloir venir en aide à autrui ? Sans doute. Sa famille était comme ça. Sans doute pas son grand-père. Mais ses cousins cherchaient souvent à se mettre en valeur dans leur amitié. C'était comme ça qu'ils s'étaient constitués des petites armées de suiveurs, ou étaient eux-mêmes des suiveurs face à un élément de la chaîne alimentaire plus élevé qu'eux. Il se gratte la joue dans sa réflexion intense, le regard toujours vers sa table. * « Un ami ? Je suppose... Ou juste le fait d'avoir aidé ? » * Il n'avait pas de meilleure réponse. Par ailleurs, il n'était pas plus intéressé que ça à en trouver une. Quelle importance ? Ce n'était pas comme s'il tenait à tout prix à prendre en note son cours. Il se contenta de hausser les épaules et de sortir un livre d'Histoire de la Magie à la place des parchemins. Comptait-il le sacrifier afin d'avoir de quoi écrire ? Absolument pas. Il se contentait de lire son livre méprisant par son indifférence le cours que dispensait la professeure. Le mal prenait bien des formes et le mépris par indifférence était, à bien des égards, un des plus violents. Non seulement, il ne cherchait pas à accorder au cours l'attention qu'il méritait, mais en plus, il se contentait d'esquiver la question sans creuser davantage le problème. Pourtant, malgré cela, rien n’emmenait du garçon concernant du mépris. Au contraire, il semblait juste plus intéressait par son livre que par son environnement. Rêveur, il ne semblait pas conscient des réalités. *

* Pourtant, quelque chose le travaillait, au point que plus les pages défilaient, plus ses sourcils se fronçaient. L'échange avec sa camarade se répétait dans sa tête durant quelques secondes, encore et encore. Il lui semblait avoir manqué un élément. Pourquoi lui avait-elle proposé un demi-cerveau ? Il était évident que c'était pour l'insulter et faire référence au demi-parchemin, mais pour le garçon, cette option était impossible. Il n'avait rien fait pour mériter une telle hostilité, la raison se trouvait ailleurs. Dix secondes après, son visage s'illumina, comme si l'évidence avait traversé les nuages de son incompréhension telle une lumière divine. * « Si tu m'as proposé un demi-cerveau... C'est parce que tu es déficiente et que tu n'as pas mieux à me proposer ? » * Son regard se détacha de son livre et se tourna, curieux vers Athéa. La voix était calme, on pouvait presque sentir poindre une touche de compassion, qui, vu la grossièreté de la demande, pouvait passer comme du mépris. * « Est-ce pour cela que tu te mets au premier rang et que tu as besoin de tout noter ? Sinon tu n'arrives pas à suivre ? » * Penchant la tête sur le côté, plus allé loin dans sa théorie, plus elle faisait sens. Oui, la jeune fille devait sans doute avoir la moitié du cerveau manquant. Cela expliquait aussi sans doute pourquoi elle avait prononcé son prénom avec une telle lenteur, elle n'était pas vexée, simplement limitée ! Et il avait osé la juge hâtivement en la trouvant agressive ! Se sentant coupable, il ferma son bouquin, se pencha vers sa camarade et lui demanda d'une voix très lente, alors que la professeure commençait à s'approcher d'eux, sans doute curieuse, voire furieuse, de l'inattention du garçon * « Veux-tu que je t'aide... A.t.h.é.a ? » * Il avait prononcé le prénom avec la même lenteur comme pour se faire comprendre auprès d'une personne qui n'était pas dotée de tous ses moyens. D'ailleurs, si elle se balançait autant, c'était sans doute aussi par problème de concentration, il devait donc parler plus lentement. Sans doute, prendrait-il le cours en note désormais. Non pas pour lui, mais pour s'assurer qu'elle ait tout le cours. Visiblement, il n'avait jamais fait assez attention à elle pour voir qu'elle était brillante dans certains domaines, notamment les défenses contre les forces du mal, métamorphose ou sortilège et enchantement. Concernant le vol, Aidan était trop absorbé par son propre talent pour reconnaître celui des autres. Tout indiquait qu'il se trompait, mais à force de n'être que dans son monde, il n'arrivait pas à respecter celui des autres. *
Chroniqueur VIPère
Joueur de Quidditch
[Avatar]
Serpentard
4e année
Titre : Re : Stick together
Créé : 07/04/2024 à 16:27:09


Si la jeune fille avait dans un premier temps été fière de sa réponse, maintenant, un gout amère était présent sur sa langue. Aidan s'était excusé, mais Athéa ne cherchait pas l'amitié, et certainement pas pour un bout de parchemin. Elle aurait voulu une réponse plus intéressante, un gain moins insignifiant. Non qu'elle considérait son camarade comme insignifiant, elle ne le connaissait pas suffisamment pour ça, mais l'amitié, ce n'était pas quelque chose que l'on pouvait offrir si facilement. En tout cas, elle ne le pensait pas, et elle n'accordait pas sa confiance si facilement. Laisser une personne rentrer dans son cercle proche c'était lui donner la possibilité de te blesser, ce que la Serpentard n'était pas prête à faire. Au fond elle avait peur, peur de subir encore, ou de laisser sa mère s'immiscer et tout détruire, comme toujours. A la place, elle préférait maintenir une certaine distance avec les autres, une distance protectrice, mais qui pouvais parfois l'a plonger dans une solitude forcé. Mais finalement, le problème n'était pas vraiment la. Pendant que la première année réfléchissait encore à la possibilité de lui passer un parchemin ou non, l'esprit du garçon lui semblait s'égarer ailleurs. Un ailleurs qui laissa momentanément la Liveland sans voie.

Elle était consterner, indigné, et en réalité elle se sentait un peu honteuse. Sa chaise avait cesser de se balancer, et sa posture était maintenant clairement hostile. Les bras croisés, et le regard meurtrier, Athéa ne comprenait pas comment Aidan avait-il pu arriver à la conclusion qu'elle était déficiente, cela lui paraissait tellement improbable. Le pire, et c'est ce qui était le plus insultant, c'est qu'il semblait vraiment sérieux. Ce n'était pas une remarque destiné à la blesser, mais bien une véritable interrogation, qui semblait se transformer en certitude au fur et à mesure que son esprit limité se créait un film. Cela aurait pu être risible, honnêtement, n'importe qui suivant les même cours que la verte et argent ne pouvait ignorer l'intelligence de la jeune fille. Enfin, apparemment, ce n'était pas le cas du Cadwallader qui semblait dans son monde, perdu entre rêve et réalité. Mais ce constat ne l'aidait pas à mieux faire passer la pilule, bien au contraire. Si la jeune fille avait été du genre à céder à ses pulsions, elle aurait clairement mis son poing dans la tête garçon. Intérieurement, elle bouillonnait, frustré d'être en classe et limité dans ses mouvements et paroles. D'autant plus qu'elle voyait très bien l'enseignante se rapprocher d'elle.

Néanmoins, guidé par sa colère et faisant fit de son environnement elle laissa les choses se dégrader et empirer. Elle ne pouvait pas laisser passer cet affront. Guider par une colère froide, elle récupéra rapidement le bouquin laissé à l'abandon par le Serpentard et l'observa sous toute ses couture. Il semblait avoir de l'importance pour lui, en tout cas plus que le cours qu'ils suivaient tous, sauf lui. Avisant le titre, histoire de la magie, elle se demanda ce qu'il pouvait bien trouver à cette matière. En tout cas, elle, elle ne l'appréciait pas vraiment, elle trouvait l'histoire vraiment barbante, et inutile. D'un autre coté, cela l'arrangeait bien, ainsi, elle n'aurait pas de scrupule pour ce qui allait suivre. Cherchant le regard du garçons, elle le fixa, mauvaise, quant elle pu accrocher ses iris aux siens. Simultanément, elle ouvrit le bouquin et commença à s'exprimer d'une voix froide.


- Il me semble que c'est d'abord à moi de t'aider. Joignant le geste à la parole, elle laissa ses doigts parcourir une page prise au hasard, et commença à la déchirer sur toute la longueur. Satisfaite, elle réitéra l'opération, une nouvelle foi avant de tendre les deux feuilles au garçon. Maintenant, tu as de quoi écrire.

Mais la jeune fille n'avait pas encore apaisé sa colère, elle perdurait et s'amplifiait. Elle n'en avait pas fini, peu importe que les pas de l'enseignante soit de plus en plus proche. Elle avait encore quelque minutes avant qu'on ne lui tombe dessus, et elle comptait bien les mettre à profit. Refermant violement le bouquin, elle l'agrippa fermement avant de le plaquer violement contre le torse de son voisin, frappant au passage son menton incliné dans sa direction. Ce dernier émis un petit bruit de craquement qui fit vraiment plaisir à la verte et argent. Elle apprécia tant qu'elle laissa son corps se détendre et sa voix raisonner méchament.

- La seule personne limité ici, c'est toi. Sort un peu de ta grotte Aidan.

Alors que ces dernières paroles franchissaient l'espace entre ses lèvres, Athéa se redressa fièrement, sursautant lorsqu'une ombre fit son apparition vraiment très proche, mais de dos. Maintenant, elle était dans une mauvaise posture et si la réaction de son camarade était à la hauteur de ses espérances, cela allait mal se terminer.




TANGUY / KEITH / IZORA / DIANA / SIXTINE / CARTER / ANTHEA / AIDAN


~ I don't want to be anything other than me ~
RPG : ON
Chroniqueur VIPère
[Avatar]
Serpentard
1re année
Titre : Re : Stick together
Créé : 07/04/2024 à 17:54:19

* L'héritier était assez fier de lui. En effet, il avait fait preuve, selon lui, de plus d'empathie qu'à son habitude. Il avait cherché, non pas à ne se concentrer que sur ses centres d'intérêts, mais s'était tourné vers un autre sorcier pour chercher à nouer un lien. Peut-être allait-il se faire une nouvelle amie ? Non pas que Sixtine ne lui suffisait pas, mais après tout, elle aussi avait d'autres amies, des camarades et elle n'était pas toujours disponible. La journée n'était peut-être pas si mauvaise. Pourtant, quelque chose tracassait encore le garçon. Il ne voyait aucune reconnaissance sur le visage d'Athéa. Au contraire, l'hostilité semblait de plus en plus s'assumer et son instinct de survie, pourtant assez défectueux, s’alarmait. Non, c'était juste sa paranoïa. Après tout, elle n'avait aucune raison de lui vouloir du mal. C'était sans doute de la pudeur, ou alors juste elle était mal à l'aise qu'il ait percé à jour son secret. Un secret qui n'était pas si secret que cela tant, avec le recul, elle portait sur son visage son incapacité mentale. Du moins, aux yeux d'Aidan qui réinterprétait les rares souvenirs qu'il avait d'elle. Bientôt, son imagination lui rajoutait des yeux qui louchaient, une façon de parler incertaine, et un petit zozotement à la fin de chacune des phrases. L'imagination fertile était souvent une qualité louée chez les enfants, mais celle d'Aidan, inconsciemment, mutilait la réalité pour mettre le garçon sur un piédestal. À trop vouloir se rapprocher des étoiles, il marchait sur ceux qui étaient sur terre. *

* Le sourire rayonnant du garçon s'estompa peu à peu quand il la vit parcourir de ses doigts son livre. La voix glacial de la jeune fille fit frissonner l'héritier, mais c'était le bruit de la page que l'on arrachait à sa base qui lui hérissa le poil d'effroi. Pourquoi ? Il ne comprenait pas. Qu'avait-il mal fait ? Était-ce simplement une réponse pragmatique et elle ne savait pas ce qu'elle faisait ? Possible. Pourtant, le corps du garçon tremblait. C'était comme s'il venait de se faire insulter, frapper. Telle une victime face à son agresseur, il semblait juste paralysé. Elle pouvait faire ce qu'elle voulait, il se laissait faire, soumis par sa peur. Un œil avisé pouvait même voir des particules d'eau commencer à se former sur le contour de ses yeux. Son champ de vision se flouta et il ne voyait que le visage d'Athéa qui peu à peu s’apaisait dans sa vengeance. Toujours sous le choc, il ne réagit pas quand elle ferma violemment le livre au point de faire sursauter le reste de la salle. Ce n'était pas tant la fureur qui l'avait blessé, mais c'était la première fois que quelqu'un qui n'était pas lié à sa famille se comportait ainsi. * « Je... » * Il n'eut pas le temps de finir ce qu'il voulait dire. Son esprit lui-même ne savait pas de quoi cette phrase aurait été faite. Des excuses de nouveaux ? Des questions ? Il ne le saurait jamais, car elle colla violemment son livre contre lui, percutant au passage son menton qui craquela. La force fut suffisante pour faire tomber l'héritier déjà ébranlé par la situation. *

* Fesses contre terre, le livre entre ses mains, Aidan regarda Athéa. C'était un nouveau choc, mais les larmes ne coulèrent jamais. La tristesse et le choc faisaient place peu à peu à une nouvelle émotion. Sa vision était troublée, mais seulement parce que son attention ne se tournait désormais que vers la jeune fille. Sans la quitter du regard qui s'emplissait peu à peu de colère, il posa délicatement son livre sur le sol. Elle l'avait frappé, détruit ce à quoi il tenait et elle s'attendait à ce qu'il ne réagisse pas ? Comme si un esprit avait pris possession du corps du garçon qui n'avait jusque-là montré que des traits rêveurs, il affichait désormais sur ses traits l'appel de la vengeance. Les étincelles vertes réclamaient plus qu'un œil pour un œil et une dent pour une dent. Non, elle avait pris ses pages ? Elle allait les garder. Se relevant avec une grâce dont il ne faisait preuve que sur un balai, il se rapprocha d'elle. Sa main droite se claqua sur la table, faisant de nouveaux sursauter les élèves qui étaient le plus proche d'elle. Ses doigts se refermèrent sur une des pages mutilée et il acheva le papier en le froissant jusqu'à en faire une boule. Sa main gauche saisit fermement le siège de sa camarade, le tirant légèrement vers lui pour s'assurer qu'elle ne s'échappe pas. Le temps avait comme ralenti et il s'observait lever le bras droit pour placer la boule de papier de force dans la bouche de sa victime. La sensation était étrange, comme s'il n'était que spectateur de la scène et non un acteur. La colère qui le remplissait semblait presque apaisante et son corps ne faisait que répondre à des impulsions qui n'avaient aucune pensée, elles étaient creuses et n'avaient pour seuls échos que la vengeance. Contrairement à elle, il ne parlait pas. Il n'en voyait pas l'utilité. Pas de provocation, pas de reproche, juste des conséquences à l'état pur et un désintérêt le plus total pour le manque de discrétion. Le monde aurait bien pu brûler autour de lui, qu'il ne semblait pas prêt à y accorder la moindre attention. * « MONSIEUR CADWALLADER ! » * Tel un éclair dans un ciel noir, la voix de la professeure fit sursauter Aidan. Sa colère se dissipa. Toujours au-dessus de sa camarade, la boule de papier froissée dans sa main, prête à s'abattre contre la bouche d'Athéa, il tourna lentement sa tête vers celle qui l'avait interpellé. * « Madame ? » « QUE FAITES-VOUS ? RETOURNEZ A VOTRE PLACE ! » « ... » * Sans un regard pour sa camarade, il reprit sa place. * « Oui Madame... Je vous prie de m'excuser Madame... » « Vous et Mademoiselle Liveland vous aurez deux heures de retenues ce soir... Je réfléchirai aux punitions supplémentaires prochainement. Et vous faites perdre quarante points à Serpentard... Chacun. » * Un murmure parcourut l'assemblée, mais Aidan n'en avait cure, il se contenta de rassembler son livre et les deux pages arrachées, y compris celle qu'il avait froissée. Peut-être que la bibliothécaire pourrait réparer son livre ? De nouveau plongé dans ses songes, le garçon semblait particulièrement calme et toute colère l'avait quitté. Pourtant, contrairement, au début du cours, sans qu'il ne s'en rende compte, sa jambe droite ne pouvait rester immobile et semblait trembler depuis la pointe des pieds jusqu'au haut de sa cuisse, contrastant avec le reste du corps qui était droit comme un i. *
Chroniqueur VIPère
Joueur de Quidditch
[Avatar]
Serpentard
4e année
Titre : Re : Stick together
Créé : 08/04/2024 à 23:31:21 - Modifié : 08/04/2024 à 23:37:17


Décidément, dans cette salle les sourires se fanaient aussi vite qu'ils arrivaient entre les deux Serpentard. Si Athéa avait vécu de manière satisfaisante sa vengeance mesquine, face à la réaction du garçon elle avait presque regretté aussitôt. Ses tremblements couplé à son air de chien battu eurent vite fait d'installer une forme de culpabilité chez la jeune fille. Pourtant, elle avait simplement voulu lui faire payer ses remarques rabaissantes et totalement infondés, loin d'elle l'idée de provoquer cette réaction. Elle voulait juste lui faire un peu mal. Maintenant, elle avait l'impression d'être une personne horrible, violente et cruelle, à l'image de sa mère, et elle n'aimais pas ce que cela déclenchai en elle. Pour cette raison, elle en voulu à Aidan de réagir ainsi, elle alla même jusqu'à lui reprocher entièrement cette situation qu'elle trouvait injuste. Elle n'était pas la méchante de l'histoire, et elle refusait qu'on puisse opérer la moindre comparaison avec sa génitrice, cela lui semblait insoutenable. Après tout, ce n'était pas sa faute si le garçon n'était pas capable de supporter une petite altercation. Quant on l'enfermait dans sa chambre pour ne venir la récupérer que le lendemain elle ne pleurait pas, quant elle devait regarder des choses horrible elle ne pleurait pas non plus, et elle ne le faisait toujours pas quant elle devait subir les assauts violent de sa génitrice.

Mais à la vérité, Aidan non plus n'avait pas pleuré, seul le choc et la tristesse s'étaient installé sur son visage. Et en y regardant de plus près, son expression était maintenant radicalement en train de changer. Si la chute du premier année n'avait pas été préméditer, Athéa n'avait rien fait pour l'empêcher, bien au contraire. Elle l'avait trouver amusante et s'en était presque délectée. En revanche, elle fut plus que surprise de le voir se relever, la colère présente sur ses traits. Plus encore, elle ne pu anticiper la suite de ses actions. Paralysé par l'étonnement, elle le vit à peine se rapprocher pour empoigner sa chaise. Mais plutot que d'être effrayer, elle eu une réaction bien différente, son corps frissonnant sous l'adrénaline que le Serpentard venait de créer. Son regard sur le garçon venait de changer, et elle préférait nettement cette vision. Cette colère qu'elle même refoulait du mieux qu'elle pouvait venait d'exploser chez son camarade, et elle appréciait étonnement cela. Plus que ça, elle l'enviait presque, elle qui n'avait pas le droit de céder à ses émotions de cette manière, son approche était plus perfide, moins instinctive. A coter de ça, sa culpabilité venait de s'envoler, et cela l'a soulageait d'un poids. Alors lorsque sa surprise fut passé, et qu'elle vit son voisin se rapprocher dangereusement, papier chiffonner à la main, sa seule réaction fut de sourire. Un sourire en coin plein de défis, Aidan pouvait approcher, elle n'allait même pas l'en empêcher, ou peut être à la dernière minute.

D'ailleurs, lorsqu'il fut interrompu par l'enseignante, que Athéa avait totalement oubliée, elle fut presque déçu. Elle aurait voulu voir jusqu'ou il était près à aller, et s'il allait tenir jusqu'au bout sans se dégonfler. Evidement, elle était dégouter de perdre encore des points de maison, surtout qu'elle était aussi responsable, mais cela passait finalement au second plan. Elle hésita à protester, et à remettre toute la faute sur le Serpentard pour échapper à la punition, mais elle estima que n'importe qui ayant jeter un coup d'œil dans leurs direction pouvait attester de sa culpabilité, alors elle se tut. Enfin presque, elle prit tout de même le temps de lancer une dernière pique, moqueuse, à son voisin avant de se murer dans le silence jusqu'à la fin du cours. Dans son regard, une lueurs étrange brillait à présent.


- Raté, une prochaine foi peut être.

~ ~

Elle venait de passer de nombreuse minutes à chercher ses parchemins, mais impossible de mettre la main dessus. Maintenant, elle était plus qu'en retard pour ses heure de colle et le dépit se lissait sur son visage. La verte et argent devait se rendre à l'évidence, elle allait devoir s'y rendre sans ses affaires. Accélérant le mouvement, elle courut dans les couloirs à toutes vitesse, totalement aveugle à son environnement tant elle était concentré sur son objectif. Pourtant, en réalité, elle n'était pas tans alarmé que ça. Elle était déjà coller, rien de pire ne pouvait lui arriver non ? En tout cas, elle se rassurait ainsi lorsqu'elle arriva sur le pas de la porte essoufflé et légèrement écheveler. Frappant, elle attendit qu'on lui réponde avant de pénétrer dans la pièce et de s'excuser platement, ses mains triturant sa robe.

- Je suis désolé pour mon retard, je ne trouvais pas mes parchemins.



TANGUY / KEITH / IZORA / DIANA / SIXTINE / CARTER / ANTHEA / AIDAN


~ I don't want to be anything other than me ~
RPG : ON
Chroniqueur VIPère
[Avatar]
Serpentard
1re année
Titre : Re : Stick together
Créé : 10/04/2024 à 16:06:33

* Le cours continua comme si de rien était. La professeure ne fit aucune autre allusion et Aidan ne se tourna pas davantage vers sa camarade. Cependant, plus sa jambe s’agitait, plus il sentait sa tête bourdonner, comme si quelque chose n'allait pas. Le bourdonnement se transforma en sifflement, le rendant particulièrement, mal à l'aise. Ses muscles aussi développés que ceux d'un enfant de onze ans se contractaient à intervalle irrégulier en même temps qu'il repensait au bruit qu'avait fait la page déchirée. Pourtant, d'un point de vue extérieur, rien ne semblait différent en-dehors des quelques tremblements inférieurs. Son visage était un peu plus pâle que d'habitude et son regard vide, mais cela était une apparence adéquate pour quelqu'un qui venait de faire perdre autant de points à sa maison. De plus, d'autres dans la salle n'était pas non plus au meilleur de leur forme. Certains, dans le fond, ronflaient, d'autres s'échangeaient de bout de parchemins dont le contenu était connu de tous par les gloussements des destinataires. En somme, même si au regard des deux enfants leur situation était centrale dans la pièce, finalement, ils n'étaient rien de plus que des enfants qui se chamaillaient et qui avaient du mal à gérer leurs émotions. Des jeux d'enfants. Pouvaient-ils réellement mal tourner ? Après tout, le rejet et la peur n'étaient que des émotions volages qui ne s'ancraient dans le cœur des jeunes sorciers par un amarrage régulier au port de l'âme. Néanmoins, la simple idée de se retrouver en retenue avec sa camarade accentuait le sentiment de malaise, tel un vertige, que ressentait l'héritier. Était-il allé si loin que ça ? Il n'avait voulu que se défendre comme il le faisait dans sa famille. Pourquoi cet air scandalisé dans le regard de la professeure quand elle avait cherché à l'arrêter ? Il ne le savait pas. *

* Une fois, le cours fini, Aidan resta quelques secondes, laissant Athéa partir en première. Deux heures de colle ? Il n'en était pas question. Il avait mieux à faire. Il allait devoir fuir cette punition. Cependant, il ne s'agissait pas uniquement de fuir comme avec Penderyn. S'il se contentait de sécher son heure de colle, de lourdes conséquences pourraient arriver. Non définitivement, il devait avoir une bonne excuse pour fuir les lieux. Si possible quelque chose qui lui ferait quitter la pièce par une autre sortie que la sortie principale. Différents plans se mettaient en place dans l'esprit du garçon qui resta bien silencieux durant le repas de midi, ne mangeant que de manière très frugale, son esprit était obsédé par le fait de trouver une solution. Le pire dans ce fonctionnement était qu'il ne prenait même pas en compte la moralité dans ses actions, car seul comptait le résultat à la fin pour les coûts que ça lui vaudrait. Ce n'était plus seulement une question d'ennuis, mais échapper à une heure de retenue était devenu un défi qu'il s'était lancé, tout le reste n'avait aucune importance. Finalisant les détails de son plan, il se leva en dernier de la table de serpentard pour se diriger vers les cuisines. Première étape, se procurer de l'huile. Il frappa à la porte et un elfe apparu. * « Excusez-moi... Le professeur de Gastronomie Sorcière a besoin d'huile... » « Et il envoie un première année ? » « Je passais dans le couloir... Il ne voulait pas envoyer un de ses élèves... Je... Je crois qu'ils sont encore en examens. » * Aidan faisait de son mieux pour ne pas laisser sa timidité prendre le pas. Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de sentir son cœur se serrer quand il mentait à cet elfe si serviable. Qu'aurait dit Penderyn ? Sans doute quelque chose comme « S'il est assez bête pour te croire, alors c'est bien fait pour sa pomme. » Un peu rassurer, il croisa le regard du gardien des cuisines avec un peu plus d'assurance. Heureusement, ce dernier avait visiblement autre chose que d'inspecter un peu plus la validité du mensonge du garçon. Au pire, quel mal pouvait faire un peu d'huile ? Il donna un peu d'huile dans une bouteille de verre. Heureux, l'héritier alla dans son dortoir pour vider un de ses encriers et remplacer l'encre noire par de l'huile. Bien, maintenant deuxième étape. Il prit quelques draps de rechanges pour les nouer comme une corde avant de filer vers la réserve de balais. * « Que fais-tu ici ? » « Euh... Excusez-moi monsieur... Juste notre professeur de vol veut que... Nous examinions les balais pour le prochain cours. » « Et n'as tu pas pris de balais avec toi à la fin du cour ? » * Le jeune Cadwallader baissa les yeux. La honte était palpable, mais c'était bien de mentir aussi ouvertement qui le couvrait de honte. * « C'est juste que... Un de mes camarades de classe... A cassé le sien... Et... Il ne veut pas me... Rendre le mien. » * Cette même honte, qui le dévorait, était la même qui le rendait si sincère et touchant face à son aîné qui lui confia le balai avec un sourire compatissant. Sans un mot, juste un petit hochement de tête, l'héritier quitta les liens. Même s'il s'en voulait, son envie d'évasion et d'aventure surpassait le peu de morale qu'on avait réussi à lui inculquer. *

* Les heures passèrent, les cours prirent fin et Aidan eu le temps de finir son plan avant d'aller en retenue, au premier étage. Deux heures... Sur les deux, il n'avait prévu que d'en faire une. Après tout, au bout de la première heure, il y avait de fortes chances que la professeure soit contraintes de sortir pour surveiller les couloirs. De plus, il avait renversé ce qu'il lui restait d'huile cinq minutes après le début de la retenue pour s'assurer que tout passage se fasse remarquer. Le lieu devait être bien choisir, après tout, il ne fallait pas placer la flaque sur un passage trop fréquenté durant les heures, mais qui était fortement fréquenté entre les heures. Avec dix minutes de retard, il était tout de même le premier à rentrer. La professeure le disputa, mais il n'en fit pas grand cas. Si jamais son père apprenait ce qu'il avait fait... Il allait passer un sale quart d'heure. Sans compter sa maison qui allait lui passer un savon. Tout indiquait qu'il devait arrêter tant qu'il le pouvait encore. Alors pourquoi avait-il autant hâte ? Son cœur n'était plus comprimé par la honte, mais s'accélérait à la simple idée d'avoir un timing serré. Son regard n'était plus fuyant, mais trahissait l'excitation. Pourtant, trop occupée à lire, son livre, sa professeure ne fit pas attention au changement d'attitude. La première heure passa, Athéa était arrivée entre temps sans que le garçon ne daigne lui adresser un regard. Le garçon commença à compter. Cinq. Quatre. Trois. Deux. Un... Rien ? S'était-il trompé ? Il allait devoir trouver une autre idée pour faire sortir la professeure. Alors que son esprit fulminait de nouvelles idées toutes irréalistes, un grand boum se fit entendre. Visiblement, quelqu'un était tombé près des escaliers. La satisfaction déformait le visage de l'héritier. Il ne pensait pas au blessé, juste au fait que la professeure sortît en toute hâte. Il avait cinq minutes, peut-être dix. Il se leva de sa chaise prenant son deuxième encrier. Que lisait la professeure ? Hum... Aucune importance, il n'avait pas le temps. Il se contenta de verser le contenu de son encrier sur des parchemins qui se tenaient non loin de la bouche. S'il avait bien retenu, l'huile avait une légère tendance à intensifier les incendies. La fumée attirerait la professeure, mais surtout donnerait une excuse pour passer par la fenêtre pour échapper à l'incendie. Bien sûr, le plan n'était pas parfait, il était même assez bancal. Cependant, il avait envie de le tester. Prenant la bougie entre ses mains, il se rappela de la présence d'Athéa. Il se tourna vers elle, le regard un peu absent dans lequel les flammes de la bougie dansaient donnant un éclat particulier à ses yeux verts, comme obnubilés par la lueur chaude qu'il tenait si près de son visage,. * « Tu comptes rester ici ? »
Chroniqueur VIPère
Joueur de Quidditch
[Avatar]
Serpentard
4e année
Titre : Re : Stick together
Créé : 12/04/2024 à 19:33:46


Étonnement, son entrée tardive dans la salle se fit sans soucis majeur. L'enseignante lui jetta à peine un regard blasé avant de lui indiquer rapidement de s'assoir. Athéa, peut désireuse d'empirer sa situation s'exécuta sans broncher, ou presque. Levant les yeux au ciel, elle jetta tout de même un regard circulaire dans la pièce afin de trouver son camarades qu'elle savait ici. En tout cas, s'il n'avait pas décidé en plus de toutes ses autres frasques, de sécher une colle. Il devait forcément être arrivé avant la première année qui était bien trop en retard pour que l'inverse se produise, quand bien même le manque de ponctualité du garçon étaient de notoriété publique. Bien vite, son regard trouva sa cible et un sourire en coin instinctif prit place sur son visage. D'un côté, elle était heureuse de ne pas être seule ici, surtout qu'elle n'était pas entièrement responsable. De l'autre, il ne lui fallut pas longtemps avant de remarquer que quelque chose clochait chez lui. Son excitation était palpable et trahissait uns forme d'impatience plus que prononcé. Ce qui n'était évidemment pas normal dans la situation où il se trouvait. Dans un sens, elle aurait pu attribuer ce comportement à une hâte que la colle se termine, mais son instinct ne l'a trompait jamais, troisième œil oblige, et elle savait que la cause était tout autre. Elle ne pouvait simplement pas le déterminer tout de suite, mais était bien décidée à percer ce mystère. De toute façon, elle n'avait rien d'autre de plus intéressant à faire, sans parchemin cela ne l'intéressait pas vraiment de lire si elle ne pouvait pas prendre de note.

Ainsi, lorsqu'elle se décida enfin à se mettre en marche, les pieds traînant, pour prendre place à un bureau, elle en choisit un vraiment très proche afin de pouvoir l'observer à loisir. Sortant tout de même un bouquin pour maintenir l'illusion qu'elle travaillait, elle l'ouvrir sur une page au hasard avant de maintenir sa tête sur sa main retenu par son coude. Si son regard était entièrement fixer sur le Serpentard, il ne le remarqua pas une seule fois, bien trop préoccupé par autre chose. De même, l'enseignante ne lui jetta pas un seule coup d'œil, Athéa se sentait presque invisible. Et si dans d'autres circonstances cela aurait pu lui poser problème, en l'occurrence cela avait plutôt tendance à l'arranger. Les minutes passèrent, et rien ne se passa. Son pied battait au rythme de son ennuis et la verte et argent commençait à croire que rien n'allait finalement se passer. Pourtant, quand elle fut presque tenté de dormir un peu pour passer le temps, un bruit se fit entendre dans le couloir, comme une chute suivie d'un grognement. Alors elle se redressa, et au lieu d'orienter son regard en direction de l'agitation elle continua de fixer son vis à vis, contrairement à l'enseignante qui elle fila à toute vitesse dehors. Cela aurait presque pu être flippant, mais en réalité elle pu enfin avoir la confirmation qu'elle ne se trompait pas. Rapidement, le garçon se mis en action sous le regard curieux de la jeune fille, qui commençait à croire que le Serpentard était complètement fou. Lorsqu'elle le vit jouer au pyromane, elle eut un mouvement de recule instinctif face aux flammes. Si ces dernières semblaient attirer dangereusement le garçon, ce n'était pas le cas pour la Liveland qui préfèrait largement le froid et la glace. Pour autant, cela ne l'empêcha pas de ressentir une forme d'attraction, d'admiration pour le garçon. Son regard habiter par les flammes y jouait surment pour beaucoup. Néanmoins, quand il s'adressa finalement à elle, elle ne se retint pas de laisser entendre son scepticisme.


- Tu compte mettre le feu au château ? Tu es complètement fou en fait. En plus, ton plan a vraiment l'air hasardeux. Tu va passer par la fenêtre ? Tu n'a aucune chance de réussir à t'accrocher. S'approchant et agrippant un des bras du garçon, elle l'agita pour souligner son absence totale de muscles avant de poursuivre. Et quand bien même tu réussirais, tu as prévu d'attendre bêtement en bas les bras croisés pour justifier ta fuite qui n'aurait pour origine qu'un besoin de sauver ta peau face au flammes ? Sans compter qu'il parrait hautement improbable qu'un incendie se declare justement pile au moment ou l'enseignante déserte pour aller régler un problème dans le couloir. Problème que tu as sûrement déclenché aussi. La coïncidence paraît vraiment très grosse.

Démontant point par point le plan du première année, la jeune fille réfléchissait pourtant en même temps à la manière dont elle allait justifier sa fuite. En effet, si elle trouvait l'idée complètement folle au demeurant, cela ne l'empêchait pas d'y adhérer totalement également, l'excitation prenant le pas sur sa raison. Elle était certaine qu'elle serait bien plus doué que Aidan pour baratiner leurs enseignante, après tout, c'est déjà ce qu'elle faisait au quotidien. Alors que le garçon semblait si innocente d'apparence, bien que ses actions commençaient à laisser penser totalement le contraire. C'est pour ça qu'à la place de l'envoyer se faire voir, elle répondit finalement à sa question initiale de manière hautaine et sur d'elle.

- Je pense surtout que tu vas avoir besoin de moi, Aidan. Peut importe ton plan, sans moi, tu va juste finir coller à vie. Ou continuer de t'ennuyer à mort, mais en bas.

Au fond, elle avait également surtout envie qu'Aidan reconnaisse sa valeur. Jusqu'à present, la Liveland n'avait fait que provoquer la peur ou la pitié auprès du première année. Si d'une certaine façon elle voulait se rattraper, c'est surtout son egaux qui parlait. Il s'était trouvé atteint lorsque le Serpentard avait prétendu qu'elle était déficiente et elle ne comptait pas laisser cette image d'elle perdurer. Elle avait des choses a prouver, bien qu'elle ne sachent pas vraiment exactement pourquoi elle se souciait autant de l'avis de son camarade. Athéa était bien plus, et elle allait le montrer.



TANGUY / KEITH / IZORA / DIANA / SIXTINE / CARTER / ANTHEA / AIDAN


~ I don't want to be anything other than me ~
RPG : ON

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Poudlard et ses environs

Retour en haut de la page



Vous avez besoin d'aide ? Rendez-vous dans la FAQ



Partenaires :
Écoles de Magie : Mana Wyrd - Harry Potter 2005 - Hogwartsnet - Habbo Magie Poudlard - L'académie Beauxbâtons - Mimble Mimbus
Monde Magique : Fédération du Quidditch Français - La Gazette du Sorcier - Wiki Harry Potter - Obscurus Presse - HP666 - La Charte du Fandom
Autres : Portail des jeux - Annuaire google

Toute reproduction en totalité ou en partie est interdite.
Les images et les noms relatifs à Harry Potter sont une propriété de la Warner Bros Corp. et J.K. Rowling.

© 2009-2023 Twelve Grimmauld Place - © 2020 Design par Alpha Landstorm, Artus Myrtle, Camille Dubois et Elea Loohest - Mentions légales

Optimisé pour Firefox 4, Google Chrome 6, Safari 5 et Opera 10.5