Panneau d'Affichage
Chargement...

Connexion




Mot de passe perdu?

Le Grand Escalier

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Reste du monde

Pages : 1 2 3 ->

Les Héritiers
Camille Dubois
Directrice adjointe
Formatrice
Adulte
[Avatar]
Poudlard
Messages : 6266
Titre : Les Héritiers
Créé : 22/05/2022 à 22:11:59 - Modifié : 24/05/2022 à 23:57:30



Une nuit de juin,

Une pluie modérée s'abattait sur le petit village de Pluffugan, dans une modeste demeure, Brieuc, jeune homme d'une trentaine d'année alimentait sa cheminée. Son regard gris était perdu dans les flammes et il n'eut même pas une réaction lorsque son chat vint se coller à ses jambes. C'était le soir, le soir, où tout allait changer.

---

Quelques jours plus tard, extrait du Cris de La Gargouille

« INFO - Retour sur l'intrusion meurtrière. Un moldu s'est introduit il y a deux jours dans une vieille demeure de sorcier, le manoir Kerzol. La famille habitante était justement rentrée pour fêter les réjouissances de fin d'année scolaire et un blessé a été à déploré. Heureusement, la jeune adolescente touchée, Alwena, a été emmenée au plus vite à la Grande Clinique Magique de Paris et nous avons été informé qu'elle se remettrait rapidement. Le moldu a mystérieusement disparu et les aurors sont toujours à sa recherche. Une source officielle nous a assuré que ce moldu "n'aurait pas pu faire tout cela tout seul et qu'il avait été forcément aidé par un ou des sorciers". »

---

Quelques semaines plus tard,

Camille était revenue d'une mission particulièrement délicate la veille, la sorcière avait obtenue de nouvelles cicatrices mais aussi de nouvelles connaissances. Elle sirotait à présent une boisson fumante, mélange de plusieurs herbes, à son bureau, lisant les dernières informations ainsi que des lettres de membres de l'Organisation. Certaines choses attiraient plus son attention que d'autres, les rapports de fonctionnement faisaient partis de la seconde classe, et alors qu'elle en posait un sur une pile branlante, un extrait de journal s'échappa d'une missive.

La mage noire parcouru l'extrait du Cris de la Gargouille qui parlait d'un manoir sorcier attaqué par un moldu. L'article avait été soigneusement découpé, et la jeune femme le retourna perplexe. Son sang se glaça alors qu'elle remarquait une note manuscrite, écrite d'une encre écarlate.

« Ton frère ne sera pas le dernier. »








C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Tanguy Kerleal
Joueur de Quidditch
6e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 4817
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 24/05/2022 à 09:48:17 - Modifié : 24/05/2022 à 13:59:05

Bonsoir, Miss Dubois. Vous m'avez fait mander ?

A la porte du bureau de l'intéressée, le Gryffondor tentait d'afficher une mine impassible. Il était à la fois curieux et terrifié d'avoir été convoqué par le Professeur Dubois dans son propre bureau. Il ne fréquentait jamais les officines des professeurs adjoints, et encore moins ceux des directeurs des autres Maisons du collège. Cependant, la brève missive qu'il avait reçue était sans appel, et on ne contestait certainement pas un tel personnage lorsqu'on est élève, fût-on au seuil de la sixième année. Il avait frappé, ses yeux fixés sur le petit écriteau de bois lourd de sens.


Pr. Camille Dubois
Directrice de Serpentard


Il avait saisi la poignée, qu'il avait lentement tournée, en priant très fort pour que l'entrevue ne soit pas un carnage social. La porte avait tourné sur ses gonds dans un grincement léger, et son regard avait embrassé la vue du bureau tout entier, au centre duquel trônait cette enseignante si redoutée de la quasi totalité de cette école. Ses yeux se posèrent sur la petite table qui se dressait devant elle : une pile de lettres et de papiers de toute sorte formait une chaîne blanche qui masquait ce que le Professeur Dubois tenait dans ses mains, et qui semblait retenir toute son attention. Le Breton faillit échapper un soupir de surprise lorsqu'il reconnut les grands titres caractéristiques d'un journal qu'il connaissait bien, mais qu'il n'aurait jamais cru apercevoir outre-Manche.

Vous lisez le Cri de la Gargouille ?

Tanguy se mordit les lèvres. Un peu de discrétion n'aurait pas fait de mal. Le sorcière avait une si terrible réputation qu'il se demanda si ce commentaire ne provoquerait pas une réponse fatale pour lui. De plus, il se maudit lui-même : il savait pertinemment que celle qui était encore directrice de Serpentard pour quelques semaines était française, et venait du continent, elle aussi. Avec un peu de chance, le mépris dont faisait preuve la sorcière pour la plupart des élèves, dont la totalité de la Maison Gryffondor, suffirait à ce qu'elle ignore sa remarque bien malvenue.

Camille Dubois
Directrice adjointe
Formatrice
Adulte
[Avatar]
Poudlard
Messages : 6266
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 24/05/2022 à 23:56:16

Encore sous le choc de ce qu'elle venait de lire et relisait à nouveau, la sorcière ne répondit pas tout de suite à l'élève dont elle avait pourtant fait mander la présence quelques minutes après sa première lecture. Elle était encore dans ce château quelques semaines, autant en profiter pour faciliter l'échange avec un élève qui l’intéressait très particulièrement depuis très exactement quinze minutes.

Bien sûr, comme pour de nombreux élèves provenant de familles sang-pur, et encore plus quand celui-ci venait d'une famille française, Camille s'était déjà renseignée sur Tanguy Kerleal alors que ce dernier découvrait tout juste les murs du château. Elle savait donc qu'il provenait justement de la famille dont parlait le Cris de la Gargouille, celle qui avait été attaquée.

Le soupir de surprise qui s'échappa des lèvres du jeune lion tira la sorcière de ses pensées et elle détacha son regard du journal pour le poser sur l'adolescent. Ses iris gelées le détaillèrent comme on le fait sur un morceau de viande, lorsqu'on ne sait pas encore s'il sera tendre à la cuisson, avant qu'un demi-sourire orne son visage, pas réellement plus rassurant.

« Si ta question porte sur ma capacité à le lire, tu n'as pas d'inquiétude à te faire sur ce sujet. Si elle porte plutôt sur le fait d'y trouver des informations intéressantes, je suppose que cela dépend de l'édition. »

Parfaitement consciente de n'avoir pas répondu à la question du jeune homme, elle l'invita à s'assoir en face d'elle, faisant disparaitre les parchemins jonchant son bureau d'un coup de baguette. Son accent français était minime, ayant grandit en baignant dans les deux langues, pourtant elle avait insisté sur le mot capacité en le prononçant dans la langue de Molière, sans même la trace d'un effort.

« Je ne te ferais pas attendre plus longtemps, si je t'ai fait appelé c'est pour savoir si tu avais eu des nouvelles de ta famille ? Elle pointa d'un doigt la petite brève concernant le manoir Kerzol sur le journal. Étant également résidente française, je m'interroge, et m'inquiète, sur cette histoire. »

Sa voix était douce, la Legilimens savait manier l'art de la parole et également son ton. On pouvait même lire dans son regard pâle quelques traces de sollicitude qu'elle n’éprouvait pas le moins du monde mais qu'elle n'avait plus aucun mal à simuler. Elle agita sa baguette et une autre tasse, identique à la sienne, apparue devant Tanguy. Et si Camille Dubois avait probablement l'air d'une sorcière tout simplement inquiète pour la famille d'un élève, derrière se cachait la mage noire qui n'oubliait pas le mot sanglant qui lui avait été adressée.








C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Tanguy Kerleal
Joueur de Quidditch
6e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 4817
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 25/05/2022 à 16:43:41

Si le Breton avait été soulagé de voir qu'elle avait reçu son commentaire nonchalamment, son sang se glaça au fur et à mesure qu'elle évoqua sa famille, tandis qu'elle désignait des yeux la brochure qu'elle avait extraite du quotidien français. Il la voyait mieux depuis qu'il s'était assis sur le siège que lui avait indiqué la directrice. Ses yeux émeraude fixèrent, interrogateurs, les prunelles de l'adulte qui lui faisait face.

Malgré tout le respect que je vous dois, Madame, je ne vois pas en quoi cette histoire vous regarde.

Ses yeux exprimaient dès lors une profonde froideur, qui masquaient le soupçon que le verbe de la Dubois avait éveillé en lui. Celle-ci charriait avec elle une réputation telle que la plupart des sorciers, notamment les élèves de Poudlard, la craignaient et se méfiaient violemment d'elle. Bien que Tanguy ne fût guère peureux pour un sou, il faisait partie de cette majorité silencieuse qui détournait le regard afin de pas croiser le regard de celle que l'on soupçonnait adepte de pratiques peu recommandables. Ainsi, voir, ou plutôt entendre la directrice de Serpentard avouer que l'agression du manoir l'intéressait n'était pas pour le rassurer, au contraire.

Il s'était exprimé en français. L'affaire était suffisamment importante, bien qu'elle intéressât déjà le professeur Dubois selon toute vraisemblance, et la dernière chose que voulait Tanguy était que cette histoire traverse les murs et arrive à l'oreille de tous les individus présents dans l'immense bâtisse, élèves comme professeurs et personnel. Après tout, elle était française, elle. C'était aussi une manière pour le Gryffondor de produire un effet de non-recevoir : elle n'avait aucune réponse à fournir, car cette histoire ne relevait pas de ses compétences, et n'avait, en aucune manière, trait à ses affaires. Tanguy était assez anxieux de voir que, malgré tout, si le Professeur Dubois l'avait convoqué dans son bureau, c'est donc qu'elle s'y intéressait, et ce n'était pas bon signe : moins les deux protagonistes se fréquentaient, mieux Tanguy se portait. De fait, jusqu'à cet après-midi, la distance et l'ignorance réciproque avaient été la norme, comme pour la plupart des autres élèves, et le Breton s'en était satisfait.

Il regardait, par ailleurs, avec un air circonspect, la tasse qui était apparue devant lui, suite à un mouvement de la baguette du Professeur Dubois. Son éducation aurait voulu qu'il la remerciât et qu'il en bût le contenu. Cependant, il n'avait aucune envie de montrer à l'adulte qu'il avait besoin de quoi que ce soit. Ses yeux demeurèrent froids, et il ne fit aucun geste pour se saisir de la tasse, qui était fort jolie, pourtant.

Camille Dubois
Directrice adjointe
Formatrice
Adulte
[Avatar]
Poudlard
Messages : 6266
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 27/05/2022 à 01:15:05

Pendant une demi-seconde, un éclair gelé passe dans les pupilles de la mage noire, elle n'a pas l'habitude qu'on lui refuse quelque chose, et plus encore lorsque cela vient d'un adolescent. Un instant, elle songe à utiliser la légilimancie, à lui arracher les réponses qu'elle souhaite aussi facilement qu'on retire une écharde. Elle pourrait briser son esprit en un claquement de doigt.

Mais la sorcière éloigne ces idées, elles lui apporteraient peut être du plaisir sur le moment, mais des problèmes supplémentaire sur le long terme. S'en prendre à un élève au sein de Poudlard n'était pas recommandé et elle n'avait pas envie de retenter l'expérience de la prison.

Après un silence équivoque, son regard se posa sur la tasse intouchée, elle eut un sourire froid.

« Ce n'est qu'un chocolat chaud tout droit sortit des cuisines de Poudlard. Je n'empoisonne pas les élèves que je reçois, ce serait grossier. »

S'emparant de sa propre tasse qui n'était pas remplie avec du chocolat, elle, elle prit une gorgée. Elle n'avait toujours pas répondu à sa provocation, et l'idée de lui donner une bonne leçon titillait encore son esprit, pourtant, il lui fallait une porte d'entrée, et Tanguy Kerleal restait pour l'instant la meilleure solution.

« Si je te disais que tout ceci n'est que le début ? Que ta cousine a peut être échappé à la mort cette fois-ci mais que si ces moldus ont décidé de vous amputer d'un membre, ils ne reculeront devant rien ? Dans quelques semaines, mois, les aurors n'auront rien trouvé et se désintéresseront de l'affaire, car ils en ont plusieurs d'autres à traiter. Alors, les responsables reviendront. Sa voix était calme, gelée, et son regard pâle fixait celui de Tanguy. Qui sait qui sera la prochaine victime ? Tes parents ? Un de tes frères ? Ta cousine à nouveau ? »

Elle énuméra la possible liste de victime sans même sourciller, presque avec dédain. Laissant le temps à Tanguy de saisir toutes ses paroles, elle lança une dernière pique avec un sourire aussi gelé que ses pupilles.

« Mais effectivement, je peux faire comme si cette histoire ne me regardait pas. J'adresserai mes condoléances à ta famille et leur préciserai que lorsque tu en avais le pouvoir, tu as choisi de ne rien faire. »








C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Tanguy Kerleal
Joueur de Quidditch
6e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 4817
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 27/05/2022 à 10:22:31

Tanguy ne répondit pas tout de suite. Il laissa planer un silence, qu'il voulait malaisant, pour entamer l'assurance de son interlocutrice. Sa confiance était aussi intacte que les murs de Poudlard, mais son assurance propre ressemblait plus à une ruine romantique telle qu'on en voit sur les gravures des deux siècles précédents, envahie de lierre et de plantes grimpantes.

Vous êtes mal informée. Il n'est pas possible que l'attaque ait été menée uniquement par des moldus.

Il marqua une pause. Ses yeux soutinrent le regard du professeur sans sourciller, bien que la lueur de défi, qui s'était allumée quelques instants auparavant, se fût éteinte. Ses prunelles affichaient encore un regard dur.

Le domaine est ceint d'un système de sortilèges de protection complexes qui ne date pas d'hier.

Ces détails seuls avait ébranlé le Gryffondor lorsqu'il avait reçu par hibou la nouvelle de l'affaire, avant que le Cri de la Gargouille ne s'emparât du sujet. Quelques doutes avaient surgi dans son esprit, rapidement dissipés après un examen mental de la propriété. Depuis sa plus tendre enfance, Tanguy était au fait des caractéristiques magiques propres à chacune des propriétés qui appartenaient à ses parents, de même qu'à ses grands-parents : Dol, Saint-Malo et Rennes étaient protégés par les mêmes sorts, donc certains étaient très anciens, et oubliés depuis. On avait copié, pour Rennes et Saint-Malo, ceux de Dol, qui constituait la terre historique de la famille Kerzol. L'attaque eût lieu à Versailles, que Tanguy aurait été moins inquiet : l'Hôtel de Sceaux se trouvait en zone dense, en France, dans une région qui concentrait bien plus de sorciers, animés de toutes les intentions imaginables, que les landes bretonnes, réputées désertiques, sauvages et inhospitalières. De plus, la bâtisse était beaucoup plus récente, et les sorts qui la protégeaient étaient classiques et correspondaient à ceux qu'on apprenait lors des formations. De fait, les cambriolages et autres activités illicites trouvaient leur salut dans les contre-sorts développés pour briser ses protections magiques connues de tous. Pour Kerzol, en revanche, la question de l'effraction subsistait, et Tanguy espérait fortement que les aurors bretons auraient la présence d'esprit de faire appel à des druides très savants pour enquêter sur ce qui n'aurait jamais dû arriver - et n'était jamais arrivé avant cette soirée-là.

Vous savez, vos effets de manche ne m'impressionnent pas. Vos menaces sont caduques, puisqu'il n'est rien que vous ne puissiez faire.

La paranoïa dont faisait preuve Miss Dubois aurait été presque risible, si le personnage n'était pas glaçant. Tanguy était toujours sur son siège, le dos très droit, n'osant esquisser le moindre mouvement. Il ne baissait pas les yeux devant celle qui l'avait convoquée, mais son aura paralysait sa volonté physique. La tasse qui se trouvait devant lui n'avait pas bougé depuis qu'elle avait apparue : la vapeur de la fumée seule s'était estompée.

S'il était ficelé à sa chaise, immobile, son esprit était encore indépendant. Nulle justification n'était nécessaire pour qu'il se jugeât dénué de toute responsabilité dans cet accident. Son cœur le savait, sa raison tout autant. La Dubois aurait fort à faire pour établir le contraire. Le chantage qu'elle énonçait alors n'avait aucune prise sur l'âme du Breton. S'il était blessé que sa famille eût été attaquée, rien ne le convainquait sur l'émergence d'un drame familial, dont la portée pourrait être plus importante, et ce n'était certainement pas la Dubois qui lui imposerait son avis.


Vous êtes impuissante.

Un très léger sourire étira ses lèvres, suffisamment discret pour qu'il n'apparût point comme manifestation d'insolence. Sa sortie relevait davantage de la provocation, et c'était en pleine connaissance de cause que le Breton l'avait formulée. La directrice de Serpentard se croyait douée et invincible, et lui voyait d'un très mauvais œil son intervention dans les affaires bretonnes, les siennes qui plus était. Moins la Dubois manigançait sur la péninsule, mieux la contrée péninsulaire et ses habitants s'en porteraient. La Bretagne devait rester terre vierge de tout conflit de pouvoir, comme elle l'était depuis des siècles, et Tanguy ne voulait pas être le cheval de Troie qui jetterait à bas ce principe.

Camille Dubois
Directrice adjointe
Formatrice
Adulte
[Avatar]
Poudlard
Messages : 6266
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 11/06/2022 à 22:42:27

« Pour attaquer ses frères et ses soeurs, je préfère croire que ce sont des moldus qui sont au coeur de tout ceci. »

Répondit calmement Camille, presque légèrement. Elle fit un geste qui voulait dire "évidement" lorsque Tanguy parla des protections. Il avait beau être un adolescent arrogant et fier de sa famille, ce n'était pas le premier qui se tenait devant la mage noire et elle n'eut même pas un seul frémissement sur son visage. Évidement qu'elle se doutait que les manoirs familiaux étaient protégés, elle venait d'une famille de sang-pur elle aussi.

L'arrogance du jeune homme ne s’arrêta pas, et elle en fut tellement ridicule que lorsqu'il essaya de la provoquer, Camille n'eut qu'un sourire moqueur. Elle ne le cacha pas, et secoua la tête, comme désolé pour son interlocuteur.

« Je te pensais assez âgé pour comprendre, pour apprendre, il faut croire que je me suis trompée. Je suppose qu'on t'a enseigné qu'il est noble de refuser une main tendue lorsqu'elle est présentée. »

Finissant sa boisson, elle la fit disparaitre, comme celle de Tanguy qui ne l'avait pas touché. D'un coup de baguette, la porte s'ouvrit, elle se désintéressa de l'adolescent, se levant pour observer le parc du château via une fenêtre.

« Je ne te retiens pas plus longtemps, Tanguy Kerleal. Profite de tes vacances. Nous ne nous reverrons probablement pas, je quitte Poudlard. Elle sembla doucement mélancolique à cette phrase, mais lorsqu'elle se retourna à moitié, il n'y avait aucune trace de cette émotion ou d'une autre. J'espère que tu as raison et que cet accident demeurera isolé. »

Elle eut un sourire patient, comme si elle s'adressait maintenant à un enfant un peu lent, ou trop petit pour comprendre la réalité de ce monde. Puis, elle se retourna à nouveau en direction de la fenêtre. Tanguy ne voulait pas de son aide, le futur lui dirait s'il le regretterait.








C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Tanguy Kerleal
Joueur de Quidditch
6e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 4817
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 15/06/2022 à 19:20:47

Le soleil l'éblouit, et il dut plisser les yeux, presque jusqu'à l'aveugle, pour distinguer les formes du large boulevard inondé de soleil. Les pavés de granit inégaux ne lui facilitaient pas la tâche, et le Gryffondor s'arrêta, le temps que ses pupilles supportent la forte luminosité de ce ciel si dégagé.

Il sortait de la Clinique magique de Paris, dans laquelle avait été emmenée sa cousine suite à l'affaire de l'effraction à leur domaine familial. La jeune fille se remettait à vue d'œil, et les infirmières qui s'occupaient d'elle avaient assuré à l'élève de Poudlard que l'échéance de sa sortie ne se comptait plus qu'en jours. Il y avait laissé sa grand-mère, avec qui il s'était rendu au chevet de sa cousine et qui désirait passer plus de temps avec sa petite-fille, tandis que lui était ressorti du bâtiment, pour cause de quelques achats à effectuer. Le souvenir d'Alwena sur son lit d'hôpital, bien qu'elle fût souriante, replongea Tanguy dans des souvenirs amers dont il ne parvenait pas à se défaire.

A vrai dire, c'était le regard du professeur Dubois qui le hantait. L'échange avait été bref, et Tanguy ne s'était pas fait prier lorsqu'elle l'avait congédié. En réalité, il avait pris lui-même la liberté de prendre congé du professeur. Il se souvenait à peine du bref « Au revoir madame » qu'il avait glissé, sans oser croiser son regard tandis qu'elle s'était retournée vers sa fenêtre, trop pressé qu'il avait été de quitter ce bureau dont tous les objets qu'il contenait, de l'encrier à l'armoire, lui avaient donné la chair de poule. Il était plus que jamais convaincu que l'éloignement avec des sorciers tels que le professeur Dubois était un bénéfice moral et psychologique.

Malgré tout, ses paroles résonnaient encore dans sa tête, tandis qu'il avait repris sa marche et s'avançait au milieu du boulevard brûlant.


[ Si je te disais que tout ceci n'est que le début ? ]

[ J'espère que tu as raison et que cet accident demeurera isolé. ]

Malgré la chaleur caniculaire du jour sous laquelle la capitale française étouffait, le Gryffondor avait froid dans le dos, et la chair de poule parcourut son corps. Les phrases énoncées par la sorcière n'étaient certainement pas de bon augure. Tanguy essayait de se rassurer sur ce point en se persuadant qu'aucun autre incident n'avait eu lieu depuis leur conversation, ni chez lui ni en Bretagne. Il se refusait d'admettre qu'il ne lisait plus le Cri de la Gargouille, de peur que ses yeux ne tombent par mégarde sur un article relevant un « incident » similaire qui aurait pu avoir lieu sur le continent. Il préférait ignorer plutôt que savoir. Bien évidemment, il n'avait parlé à personne de cette conversation. Il se doutait que le nom de Camille Dubois, s'il n'avait jamais été évoqué devant lui dans un cadre purement scolaire, n'était pas inconnu ni de son père, ni de sa mère, ni de ses aïeux, ni de leurs amis, ni du reste de cette société, car elle avait des liens avec les sociétés du sud de la Loire - d'où provenait précisément l'ancienne directrice de Serpentard. Mais Tanguy tentait vainement de se convaincre que le sud était vaste, et que croiser le chemin d'une pareille sorcière était un hasard rare et malheureux.

La chaleur finissait de faire fondre le cerveau du pauvre Breton, peu habitué à de telles températures. Il décida de quitter l'impérial boulevard, qui était, d'ailleurs, assez désert, pour prendre une rue perpendiculaire afin de poursuivre sa route selon un itinéraire parallèle. Il n'avait pas plus tôt changé de direction qu'il aperçut une terrasse de café parisien. Un rapide coup d'œil sur les feuilles de menu, qui étaient occupées à se battre en virevoltant dans les airs tandis que leur support de bois essayait vainement de les rattraper, lui appris qu'on y servait du cidre en bolées. En soupirant, il s'écroula sur une chaise, tandis qu'un parasol orange s'empressa aussitôt de le couvrir des rayons meurtriers du soleil de son ombre. Rien ne valait ce liquide ambré qui coulait des bords de la Rance, et qui charriait en lui une hospitalité incommensurablement plus bienveillante que le breuvage que lui avait vainement offert le professeur Dubois quelques semaines plus tôt.

Camille Dubois
Directrice adjointe
Formatrice
Adulte
[Avatar]
Poudlard
Messages : 6266
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 21/06/2022 à 22:48:32

Jeanne était une jeune fille aux cheveux cendrés et aux lèvres aussi pâles que son visage. Son regard gris délavé était assez étrange pour qu'on s'y arête mais sa beauté était bien trop quelconque pour attirer ce genre de regard. Son corps menu était tendu sur les toits de Paris, elle avait une mission et ne comptait pas échouer. Lorsqu'elle vit une silhouette sortir de la Clinique Magique de Paris, elle se mit enfin en mouvement, bondissant sur les toits comme une acrobate.

Elle s’arrêta au dessus d'un bar aux parasols orange, lorgnant sa proie avec la patience d'un félin. Elle arrive à descendre, aussi gracieuse qu'une danseuse du fameux opéra parisien, pour se glisser dans les cuisines en surchauffe. Personne ne fait attention à cette petite souris grise qui parait invisible dans le ballet des serveurs. Elle se part d'un sourire timide et accoste une autre jeune fille.

« L'chef m'a dit de servir l'jeune homme à la table 4. Il veut quoi ? »

Articule-t elle d'un ton nonchalant. Pressée, l'autre manifestement contente d'avoir son travail déchargé, ne met pas longtemps à lui donner son plateau avec la commande du client. La petite souris grise sert les tables à côté avant de donner la bolée de cidre au Kerleal.

Après avoir joué son rôle une dizaine de minute, le temps de n'éveiller aucun soupçon, la petite souris disparait. Elle n'est plus qu'une ombre qui surveille du haut des toits de Paris.

---

Camille était à Paris pour affaire, représentant le tout nouveau parti qu'était devenu l'Organisation. Elle sortait du ministère français, se préparant à transplanner lorsqu'une silhouette à un bar non loin attira son attention. Elle reconnue l'adolescent qu'elle avait convoqué à son bureau quelques semaines auparavant, à Poudlard.

Sans avoir l'intention de le rejoindre, son regard s’arrêta sur la petite serveuse aux cheveux argent. Son attitude était étrange sans vraiment que la Legilimens ne sache pourquoi, mais c'est au bout d'une dizaine de minute que la sorcière mit le doigt sur quelque chose. Elle n'avait pas réapparue.

Ses talons claquant sur les pavés parisiens, la mage noire avait sortie sa baguette et d'un geste, la bolée vola de la table pour se renverser sur le sol. Camille agrippa une main de l'adolescent ses doigts agrippant son poignet pour tâter son pouls. Son regard chercha celui de Tanguy, inspectant ses pupilles.

« Est ce que tu as bu une gorgée ? Tanguy, répond moi, est ce que tu as bu ? »








C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Tanguy Kerleal
Joueur de Quidditch
6e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 4817
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 23/06/2022 à 22:21:38

On vint rapidement prendre commande auprès du Breton qui demanda un bolée de cidre, ce qui était la raison pour laquelle il s'était attablé à cette terrasse. En attendant, il ferma les yeux à demi, éreinté qu'il était : la chaleur parisienne ne lui convenait guère. Il avait hâte de retourner dans ses pénates et profiter de l'air frais charrié par l'aquilon ou le zéphyr. L'été s'annonçait radieux en perspective, et le Breton avait bien besoin de prendre la température de la Manche sur la Côte d'Emeraude.

Sa somnolence fut brisée lorsque un tintement se fit entendre tout près de lui. Tiré de ses vagues pensées, il se redressa et avisa une jeune serveuse qui portait sur sa main un plateau sur lequel trônait un petit bol. Le Breton leva un sourcil : depuis quand les boissons arrivaient au bout du bras d'un serveur ? Ce n'était pas dans les habitudes sorcières, surtout à l'ombre de parasols parisiens, dont les sorciers se targuaient d'être à la pointe de l'élégance. Suspicieux, ses yeux verts suivirent l'ombre de la jeune fille jusqu'à ce qu'elle disparut, tandis que ses lèvres commençaient à tremper dans le bol qu'il avait saisi d'une main. Il but une gorgée.

A vrai dire, il n'eut pas le temps d'aller plus loin. Sans crier gare, son bol s'éleva dans les airs, projetant son contenant sur le Breton et les personnes qui se trouvaient alentour. Après plusieurs embardées aériennes, le bol se brisa sur les pavés, à quelques dizaines de centimètres d'une paire de talons. Tanguy leva les yeux, et sa figure se figea lorsqu'il reconnut la propriétaire de cette paire de chaussures féminines.


Pr... Professeur Dubois ?

Encore sonné par le choc du bol volant, le souffle coupé par la surprise de la rencontre qu'il venait de faire, trempé d'alcool glacial, il restait sans voix devant l'ancienne directrice de Serpentard qui le fixait intensément, son visage affichant la même mine aimable que la dernière fois qu'il l'avait quittée, et oublia de répondre à la question qu'elle lui avait posée.

Camille Dubois
Directrice adjointe
Formatrice
Adulte
[Avatar]
Poudlard
Messages : 6266
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 26/07/2022 à 19:45:01

« Camille. Ou miss Dubois. Je ne suis plus à Poudlard, petit. » Marmonna la mage noire cherchant de son regard pâle un signe d'empoisonnement sur le visage de l'élève.

Elle compte mentalement le pouls du jeune homme, le trouvant élevé. Mais comment savoir si c'était le fait de croiser son chemin ou quelque chose d'autre. En plus, il ne semblait pas décidé à répondre à ses questions, difficile à dire si c'était la stupidité d'un adolescent sous le choc ou à sa boisson.

Détachant sa main du poignet de Tanguy, Camille fouille dans une poche de sa cape, faisant apparaitre d'un coup de baguette un verre de son autre main. Elle sort une petite fiole violette, et la vide dans le verre.

« Bois ça. C'est un antidote général, je ne sais pas ce qu'elle t'a mis dedans, mais je ne pense pas que c'était mortel, sinon tu serais mort. Probablement pour t'endormir et t'emmener quelque part. »

Son regard fouille les toits de Paris, elle n'est pas rassurante, mais pousse tout de même le verre vers le jeune sorcier avec insistance.

« Bois, ou tu risque de sombrer dans un profond sommeil, je dirais dans... une ou deux minutes... dans le meilleur des cas évidement. »

Allait elle devoir le forcer avec de la Légilimancie ? Il ne lui ferait probablement plus confiance par la suite, mais au moins il serait en vie. Ses doigts tapotèrent en rythme sur la table, son regard gelé fixait alternativement le verre d'antidote et Tanguy.








C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Tanguy Kerleal
Joueur de Quidditch
6e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 4817
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 17/08/2022 à 22:31:17

Les yeux du Breton étaient toujours grands ouverts lorsqu'ils se posèrent sur le verre violacé que lui tendait la sorcière. Son esprit n'avait pas encore digéré la situation, pour laquelle il ne trouvait pas de mot : tout s'était passé si vite. Cependant, la crainte que lui inspirait Miss Dubois reprit rapidement le dessus : il se saisit du verre dont il s'agissait, et, sans la moindre hésitation, il le but d'une traite. Pas question de perdre du temps quant à savoir si elle cherchait à l'empoisonner : il savait qu'elle était plus intelligente que simple meurtrière, et il ne voyait pas l'intérêt qu'elle lui portait pour chercher à l'éliminer, alors même qu'elle lui avait tendu la main quelques semaines plus tôt.

Si elle marquait une légère impatience pendant qu'elle le regardait prendre ce qu'elle lui avait présenté comme étant un antidote, Tanguy sentit ses entrailles prendre doucement feu. Cependant, méfiant vis-à-vis de la sorcière, il resta stoïque, et ne montra aucun signe révélateur de son mal-être, qui se transformait, petit à petit, en martyre intérieur.


Pourquoi vous dressez-vous toujours sur mon chemin, Miss Dubois ?

Par réflexe, il s'était exprimé en anglais, ainsi qu'il avait l'habitude de s'adresser au corps professoral de Poudlard dont elle avait fait partie jusque-là. Si, lors de sa réunion avec elle dans son bureau, il avait pu soutenir son regard glacé, il détournait à présent les yeux. Sa question était bête : elle n'appelait pas de réponse intelligente ; sa présence était fortuite, évidemment. Paris est un carrefour, et elle était française. Il valait mieux, par ailleurs, qu'il l'eût croisée dans la capitale française plutôt qu'au détour d'un sentier dans une forêt bretonne.

Pendant ces quelques secondes, le brasier qui consumait ces intestins ne faiblissait pas, au contraire : il s'étendait dans ses membres, et bientôt il se tenait le ventre, plié en deux au-dessus de la table. Il serait tombé s'il n'avait été assis. De la bave bleue commença à émerger de ses lèvres.


Ce que vous m'avez donné, était-ce vraiment un antidote ?

Camille Dubois
Directrice adjointe
Formatrice
Adulte
[Avatar]
Poudlard
Messages : 6266
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 18/09/2022 à 13:50:48

« Merde. » Jura la française, et si elle ajouta quelque chose Tanguy ne l'entendit probablement pas.

Le regard de la mage noire se leva vers les toits de Paris, se demandant qui pouvait prendre pour cible un si jeune sorcier et plus encore, ajouter une réaction à son antidote. Il fallait de très grandes compétences en potion et ce n'était pas à la portée de n'importe qui.

Toutefois, ces réflexions ne durèrent pas plus de quelques secondes, elle n'avait pas de temps à perdre. Et cela se conforta lorsqu'elle entendit un bruit sourd sur les pavés parisiens. Très bien, il ne manquait plus que cela, songea ironiquement la sorcière.

---

La petite espionne fronça les sourcils lorsqu'elle vit les deux sorciers disparaitre. Cette femme avait foutu en l'air son plan, tout marchait pour le mieux, le jeune homme, sa cible, avait pris son cidre et il n'était plus que question de minute. Et alors, elle, avait débarqué, l'empêchant de prendre une dose complète de son poison mais en essayant de le soigner en plus. Jeanne avait émit un léger sourire en voyant la réaction quasi immédiate, mais il se fana rapidement lorsqu'il disparurent par transplannage. Elle allait devoir faire son rapport avec une partie manquante, la plus importante, celle qui donnait le résultat de sa mission.

---

Château Dubois, Sud de la France.

Une petite elfe à l'apparence hideuse, dû aux nombreuses rides qui affaissait son visage, était au bord du lit. Comme si elle sentait que l'adolescent que sa maitresse avait ramené et soigné il y avait là quelques heures, se réveillait. Elle tendit un plateau au jeune homme rempli de mini-sandwich à la charcuterie et au fromage bien français.
« La Maitresse a dit que vous pourriez manger mais avec parcimonie. Vous aurez peut être quelques aigreurs d'estomac, elle a été obligé de vous purger totalement. Le poison était coriace. Heureusement que ce n'était qu'une seule gorgée! »

Croassa la vieille elfe avec un sourire bienveillant derrière sa peau tombante. Elle insista en tendant le plateau juste sous le nez de Tanguy.








C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Tanguy Kerleal
Joueur de Quidditch
6e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 4817
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 26/10/2022 à 22:26:30

La phrase était sortie toute seule de ses lèvres, et, s'il avait eu le loisir de s'y intéresser, Tanguy se serait demandé comment il avait eu le courage et la force de le faire. En effet, ses entrailles se consumaient davantage, comme si les enfers avaient élu domicile dans son ventre. La douleur devenant insupportable, il perdit peu à peu l'usage des sens : bientôt, l'ouïe disparut, et ses paupières de fermèrent, tandis qu'il sentait qu'il sombrait dans l'inconscience.

*

Ouverts, ses yeux virent en premier lieu sur un visage ridé qui était penché sur lui. Mi effrayé, mi curieux, il se redressa, manquant au passage de verser par terre, puisqu'il s'était appuyé sur des draps qui bordaient un lit au bord duquel il était installé.


[ Lit ? Draps ? ]

Le cerveau du Breton bouillonnait. Mille pensées le traversaient à chaque instant : où était-il ? pourquoi ce lit ? que faisait-il dans une chambre ? qui était cet être ? s'était-il passé quelque chose de grave ? quels étaient ses précédents souvenirs ?

Les yeux verts du garçon se reposèrent sur l'être qui était au bord de sa couche. Elle lui avait parlé, mais il ignorait ce qu'elle lui avait dit : il n'avait pas entendu. Une légère rougeur monta à ses joues, dénotant la confusion qui s'emparait de lui. Il avisa le plateau qu'elle tenait dans ses mains : sûrement l'avait-elle invité à disposer des mets qui se présentaient à lui. Le Gryffondor baissa les yeux, auxquels s'offraient effectivement un petit aperçu de gastronomie continentale. Tout en essayant de paraître détaché, il jeta son dévolu sur un morceau de fromage fort. Il se surprit à estimer, pendant qu'il le savourait avec délice - son hôte semblait avoir des goûts assez raffinés - que Poudlard ratait une belle occasion de servir à ses élèves des plats dignes de ce nom.

Penser à Poudlard lui rappela qu'il ne savait rien du lieu où il se trouvait. La pièce était grande, et haute sous plafond : il n'était pas arrivé dans un taudis. Cette perspective le rassura : s'il n'était snob, il éprouvait néanmoins quelque gêne lorsque la demeure qui l'accueillait était par trop modeste, car alors il ne savait comment se conduire sans heurter ses modestes hôtes.

Son regard fixa les prunelles du petit être qui tenait toujours son plateau. Elle seule pouvait le renseigner, pour l'heure :


Qui vous envoie donc ?

Le voussoiement était venu naturellement à son esprit, mais il avait parfaitement compris, dès le premier regard échangé, que son interlocutrice faisait partie du personnel domestique.

Camille Dubois
Directrice adjointe
Formatrice
Adulte
[Avatar]
Poudlard
Messages : 6266
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 26/10/2022 à 23:34:06

L'elfe le dévisagea quelque seconde avec amusement ? Sous ses lourdes rides, il semblait bien que la créature se moquait de l'élève encore alité.

« Ma maitresse, évidement. Miskeen est toujours envoyée par la Maitresse, et avant cela par la mère de la Maitresse. Miskeen écoutait également le Maitre, lorsqu'il était encore de notre monde, et le jeune maitre avant son ... accident. »

L'elfe fit une grimace, mais haussa ses frêles épaules, elle dévisagea à nouveau Tanguy, posant le plateau sur une commode à côté de lui.

« Mangez, mais doucement, Miskeen ne veut pas nettoyer vos salissures si vous n'arrivez pas à le digérer. Et ne bougez pas, ma Maitresse va venir. Elle est très occupée alors ... ça sera quand ma Maitresse pourra. L'elfe plissa ses yeux, ridant un peu plus son visage. Ne sortez pas de la chambre, jeune garçon, le château aime bien perdre ses invités ou pire. »

Et sur ces belles paroles, l'elfe accorda un dernier regard sévère à Tanguy avant de disparaitre dans un craquement. La chambre retrouva son calme, et Tanguy eut tout le loisir de regarder de quoi elle était composée. Un lit évidement, mais également une petite commode à l'allure ancienne. La fenêtre, sur la gauche, éclairait la pièce et donnait une vue spectaculaire sur les jardins à la française. Au fond de la pièce, un grand tableau était accroché, représentant un champs de lavande où une licorne broutait paisiblement. Mais elle ne fut pas tranquille longtemps, car un petit garçon au cheveux de jais et au regard pâle, qui ne semblait pas avoir plus de 5 ans, sauta dans le tableau, faisant hennir la créature.

Le petit garçon pencha la tête, examinant l'adolescent, il se mit même sur la pointe des pieds pour mieux le voir. Se mordant les lèvres, il semblait soudain intimidé, et d'une petite voix aigüe, prit enfin la parole.

« Eh, tu veux jouer avec moi ? »








C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Tanguy Kerleal
Joueur de Quidditch
6e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 4817
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 27/10/2022 à 21:04:41

La réponse de l'elfe de maison était tautologique : le Gryffondor escomptait plus que la réponse laconique qui lui parvint, mais il n'insista pas. Certains elfes n'étaient guère loquaces, et cette discrétion était tout à l'honneur de celui qui la manifestait. Cependant, la petite créature posait le plateau sur le lit, à la hauteur de son buste dressé, marmonnant quelques consignes : le Breton sourit lorsqu'il entendit sa défense concernant ses salissures. Il se sentait parfaitement bien, et l'outrance ne participait pas de sa nature : on ne risquait donc rien à le nourrir. Et ce, d'autant plus que le garçon comprit, aux gargouillements de son ventre, que le fromage avait été bien reçu, et que son estomac en attendait davantage.

Miskeen, selon ce qu'elle lui avait dit, sortit de la pièce, laissant seul Tanguy, un peu pantois. Alors le silence se fit, exclusivement entrecoupé par les bruits naturels et habituels du dehors et des tableaux et meubles qui composaient la pièce. La curiosité prit le pas sur la faim du garçon, et il se leva, repoussant le plateau au milieu du lit. Il se dirigea tout d'abord vers la fenêtre : le soleil éclatant ne lui laissa pas le loisir d'examiner attentivement le paysage qui s'offrait sous ses yeux : il avait seulement l'impression, dans ce vert scintillant auréolé de lumière blanche, d'être perdu au milieu d'un écrin de verdure ordonné. Quelques haies se suivaient en bon ordre selon une perspective qui se perdait dans le fond : Tanguy détourna les yeux en clignant, ébloui. Mais il avait l'impression que le lieu était un jardin.

Alors, on l'interpella. Il tourna la tête en direction de l'origine de la voix : c'était un jeune garçon dans un tableau. Silencieux d'abord, le Gryffondor rejoignit lentement le mur sur lequel il était accroché, et fixa le personnage animé.


D'accord.

Tanguy tâcha de ne pas sourire, ni de durcir son regard, pendant qu'il déclara :

Mais avant, tu pourrais me dire où je suis ?

Camille Dubois
Directrice adjointe
Formatrice
Adulte
[Avatar]
Poudlard
Messages : 6266
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 20/11/2022 à 17:39:45

Content de voir que le garçon en face de lui acceptait sa proposition, il battit joyeusement des mains. Hochant la tête, il regarda autour de lui, tout en gloussant de la question qui lui était adressé.

« Tu es au Château, chez nous ! Il releva le menton, prenant une posture fière. Je suis Alexandre Dubois, héritier de la famille Dubois. »

Sa voix avait pris une intonation grave, il avait dû répéter cette phrase bon nombre de fois. Son expression se détendit alors, et son menton trouva sa place au creux de ses paumes.

« Et toi alors, t'es qui ? Ma soeur n'a pas l'habitude de ramener des gens ici. Enfin, de les faire dormir ici. Sauf Stefan et Lyanna bien sûr, mais Stefan il dort dans sa chambre et... Il plissa ses sourcils s'interrompant. Hum, je pense que je ne devrais pas dire ça, je risque de me faire disputer. Je n'ai pas envie qu'elle me cache à nouveau sous un draps, j'ai beaucoup pleuré la dernière fois... »

Il soupira longuement, comme s'il se souvenait encore de l'expérience qui avait dû être traumatisante à la vue de son expression.

« Bon, on joue ? Fais moi un tour de magie s'il te plait ! J'adore voir de la magie ! »

Ses mains se lièrent en prière, sautillant dans son cadre alors qu'il dardait ses grands yeux pâles sur l'autre garçon. Il n'était qu'un portrait, mais le garçon sur lequel avait pris modèle le peintre devait être très mignon, et cela se voyait sur la peinture. Son regard brillait même, ce qui le rendait presque vivant.

« S'il te plait... »

Murmura-t il doucement, comme si cela était vraiment important, comme s'il pouvait ressentir quelque chose, pourtant ce n'était qu'une peinture.








C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Tanguy Kerleal
Joueur de Quidditch
6e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 4817
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 14/02/2023 à 18:37:23

[ Dubois ? Comme...? ]

Sitôt que Tanguy eût entendu ce nom de la bouche du garçon, la question de la parenté du jeune homme avec le terrible professeur Dubois brûlait ses lèvres. Il ne savait que dire : fallait-il lui demander ? N'en fallait-il rien faire ? S'il s'appelait Dubois, et s'il était son parent, que faisait-il dans ce tableau ? Pourquoi, même, était-il un tableau ? Ce lieu avait-il donc à voir avec la sombre sorcière française ? Etait-elle la sœur qu'il avait furtivement mentionnée ? Le Breton était particulièrement troublé par les prénoms cités : une fille à Poudlard avait porté l'un des deux noms, il en était certain. S'agissait-il de la même personne ?

La figure du garçon s'étant rembrunie, le Breton comprit aisément que le sujet de sa sœur était sensible, et qu'il valait mieux ne pas poser de question compromettante. Il fixa le personnage animé : qu'entendait-il par « héritier » ? Il semblait pourtant si jeune ! Le Gryffondor aurait-il donc affaire à un orphelin ?

Toutes ces questions tourbillonnaient dans les pensées de Tanguy, qui perçut à peine la demande de son interlocuteur. Il se résolut à éclaircir ses pensées, chassant ces interrogations pour l'heure importunes. Il sourit au tableau, qui lui semblait parfaitement inoffensif et innocent, pour ne pas dire candide :


Tu veux voir de la magie ?

Le garçon fouilla dans sa manche pour se munir de sa baguette. Ses doigts n'effleurèrent que le tissu de sa robe de sorcier, qui pendait mollement, dénuée de tout poids. Intrigué, il chercha dans l'autre manche, qui lui offrit le même vide. Un léger affolement fit place dans son esprit : il se sentait particulièrement vulnérable. Sans baguette, dans un lieu qu'il ne connaissait pas, probablement recueilli chez quelqu'un, puisqu'il s'était levé d'un lit, mais dont il ne savait rien, tout en conversant avec un garçon de la moitié de son âge : la situation était précaire. Toutefois, sans rien laisser paraître, il répondit laconiquement au tableau, dans une voix dont les accents dénotaient une maîtrise parfaite :

Je suis désolé, je ne trouve pas ma baguette. On me l'a prise.

A la vérité, le Gryffondor était assez pressé de connaître les raisons qui l'avaient poussé dans ce qui semblait être un épais pétrin, plus touffu que des toiles d'acromentules. Qui avait donc bien pu l'amener ici, et pourquoi ? Sa mémoire flanchait.

Camille Dubois
Directrice adjointe
Formatrice
Adulte
[Avatar]
Poudlard
Messages : 6266
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 22/02/2023 à 20:54:17

Le petit garçon du tableau sembla déçue, voir triste. Sa lèvre inférieur trembla légèrement, mais il n'eut qu'un reniflement.

« Oh dommage ... fit il d'une petite voix penaude. Bon et bien ... il soupira longuement, je pense qu'on peut jouer à autre chose. »

L'enfant peint fit mine de réfléchir, se grattant la tête avant que ses yeux ne s’agrandissent. Il venait d'avoir une idée. Restait à voir si elle était bonne pour Tanguy. Un petit sourire malicieux fleurit sur ses lèvres.

« On joue à cache-cache, alors ! Tu dois me trouver ! »

Avec un gloussement, l'enfant glissa de son portrait et Tanguy entendit sa voix résonner dans le couloir.

« Tu comptes bien jusqu'à 10 ! Triches pas ! »

Ayant compté ou non, Tanguy découvrirait un couloir désert où quelques portraits le dévisageaient avec un air sévère et bien moins sympathique que le petit garçon. La chambre dans laquelle il avait été mis, était au rez-de-chaussée mais un immense escalier centrale en marbre menait à l'étage suivant. La plupart des pièces étaient fermées à clefs, sauf un petit salon décoré avec goût mais désert de ses habitants. Toutefois, Alexandre n'était pas dans un des portraits, et on entendit un petit bruit à l'étage.

« Ehoh, je suis par ici !»

Le gloussement provenait d'une pièce à l'étage qui n'était pas verrouillé. Peut-être parce que personne n'était réellement stupide pour s'y introduire ? C'était de toute évidence un bureau, puisque le meuble du même nom, en bois massif trônait au centre de la pièce. Une bibliothèque aux livres enchainés et bibelots hétéroclites était placé derrière. Une fenêtre donnait sur l'extérieur, de magnifique jardin à la française, mais ce qui était le plus impressionnant était sans nul doute l'immense tableau accroché au mur, bien centré derrière le bureau. On ne pouvait voir ce qui se cachait derrière puisqu'un draps de velours le recouvrait, comme si on avait voulu le cacher intentionnellement.

Il n'y avait plus de bruit, comme si tous le château retenait son souffle pour savoir ce que Tanguy déciderait de faire.








C'est Camille Dubois, évidement.

« You break the rules and become a hero. I do it, I become the enemy. »






































https://cdn.discordapp.com/attachments/512769713580015619/904728577960968273/coucou.gif

https://zupimages.net/up/21/42/a5ur.png
Tanguy Kerleal
Joueur de Quidditch
6e année
[Avatar]
Gryffondor
Messages : 4817
Titre : Re : Les Héritiers
Créé : 22/02/2023 à 21:49:39

La voix s'était tue, et le Gryffondor regrettait déjà de s'être pris au jeu. Il avait suivi l'écho du jeune garçon au fur et à mesure qu'il traversait les couloirs et les enfilades de pièces, toutes plus raffinées les unes que les autres. Cette élégance omniprésente et ce goût si familier pour lui rasséréna un peu le Breton : il ne savait pas où il était, ni s'il était définitivement chez les Dubois tels qu'ils pensaient qu'ils étaient ; pour autant, il savait désormais qu'il n'avait pas été recueilli chez de simples prolétaires. La suite n'en serait donc que plus simple, quelle qu'elle serait.

Tanguy n'avait pas fini de maudire sa mollesse d'esprit lorsqu'il parvint à un seuil en haut d'un étage, qui donnait sur une grande et large pièce. Parquet, meubles et autres fioritures étaient tous composés de bois. Les rangées de livres alignés sur plusieurs murs le laissèrent penser qu'il s'agissait d'une bibliothèque. La pièce était lumineuse : les grandes fenêtres vitrées, au travers desquelles il apercevait le même jardin que celui qu'il avait vu depuis sa « chambre » dans un étage inférieur laissait passer une pleine lumière. Le fils de corsaire pénétra dans la pièce. Sitôt qu'il eut mis un pied, le plancher craqua : Tanguy sourit. Par dessus tout, il appréciait particulièrement le bruit du bois parqueté qui s'affaisse de quelques millimètres au passage d'un quidam. Ebahi, il promenait ses yeux sur les alignements d'ouvrages, dont certains semblaient très vieux, et le bout de ses doigts effleurèrent le dessus du meuble qui trônait dans la pièce. Il se retint de baisser sa main pour saisir les poignées ou caresser les pieds de bois.

Lorsqu'il eut levé la tête, ses yeux rencontrèrent aussitôt le drap. Il couvrait un immense carré pendu au mur : probablement un tableau, comme ceux qui l'avaient accompagné pendant qu'il poursuivait la voix d'Alexandre tantôt. Comme fasciné par l'apparition, il délaissa ce qui retenait jusqu'alors son attention pour marcher lentement vers ce mur. Il se rappelait qu'on ne devait pas toucher aux affaires des autres, fût-on chez des inconnus. Et pourtant, le grand drap étendu à la verticale lui hurlait de le retirer, pour dévoiler ce qu'il recouvrait. Doucement, le Breton se plaça à la droite du grand carré. Levant les yeux, il observa le haut de ce qui était vraisemblablement, Tanguy en était de plus en plus convaincu, un tableau caché. Sa main pendait dans le vide ; elle monta, fut à deux doigts de saisir le coin du tissu : elle retomba.

Dans la tête de Tanguy se bousculaient mille pensées : qu'y avait-il, derrière ce drap ? était-ce dangereux ? Une fouille dans sa manche désespérément vide lui rappela douloureusement que, sans baguette, il était vulnérable. Son attention se reporta sur le carré. Sa main fit à nouveau un mouvement d'élévation, et se maintint juste sous le coin. Le Malouin prit une grande inspiration. Les doigts effleurèrent le tissu : il était moyennement épais, mais de tissage fin. Ce devait être du satin ou un taffetas. Comme des serres d'aigle, ils se refermèrent sur l'étoffe, toute la main en tension.

D'un coup sec, il abaissa son bras.

Pages : 1 2 3 ->

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Reste du monde

Retour en haut de la page



Vous avez besoin d'aide ? Rendez-vous dans la FAQ

Partenaires :
Écoles de Magie : Mana Wyrd - Harry Potter 2005 - Hogwartsnet - Habbo Magie Poudlard - L'académie Beauxbâtons - Mimble Mimbus
Monde Magique : Fédération du Quidditch Français - La Gazette du Sorcier - Wiki Harry Potter - Obscurus Presse - HP666 - La Charte du Fandom
Autres : Portail des jeux - Annuaire google

Toute reproduction en totalité ou en partie est interdite.
Les images et les noms relatifs à Harry Potter sont une propriété de la Warner Bros Corp. et J.K. Rowling.

© 2009-2023 Twelve Grimmauld Place - © 2020 Design par Alpha Landstorm, Artus Myrtle, Camille Dubois et Elea Loohest - Mentions légales

Optimisé pour Firefox 4, Google Chrome 6, Safari 5 et Opera 10.5