Panneau d'Affichage
Chargement...

Connexion




Mot de passe perdu?

Le Grand Escalier

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Reste du monde

Ultra ripa ferox Histri
Joueur de Quidditch
[Avatar]
Gryffondor
6e année
Titre : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 20/02/2023 à 17:59:35 - Modifié : 10/03/2023 à 22:33:46



[...] et illo
ripa ferox Histri sub duce tuta fuit.
[...]
infecitque fero sanguine Danuuium.

Sous son commandement, la rive farouche du Danube était sûre.
Il a rougi le Danube du sang des Barbares.

OVIDE, Pontiques


Le vent glacial fouettait le petit panneau indiquant la sortie des faubourgs de Perm. Quelques millimètres de neige reposaient à son faîte, image miniature de l'environnement hivernal dans lequel arriva soudain un sorcier qui apparut de nulle part, dans un faible craquement. Vêtu d'une longue pelisse fourrée qui recouvrait une robe sombre, l'inconnu plaça sa main droite sur son épaule gauche, comme s'il voulait rajuster ses vêtements glissants. Furtivement, il tourna la tête, examinant les alentours. On aurait dit qu'il cherchait à ne pas éveiller l'attention, voire qu'il voulait rester discret et invisible. Sa tête était couverte d'une épaisse capuche du même noir de jais que son manteau et ses chausses, qui contrastaient avec l'extrême blancheur de la neige fraîche. A ses côtés, au sol, était posé un petit sac vert sombre ; il le ramassa tranquillement, puis, après un dernier regard dans la rue déserte, il se mit en marche.

*

Quelques jours plus tôt...

- Les garçons !

Le mot n'avait pas fini d'être prononcé qu'un bruit aussi sourd que le roulement des coups de tonnerre retentit dans la bâtisse. Peu après, cinq jeunes hommes déboulèrent des escaliers de porphyre rose, qu'il venaient de descendre en trombe, et se ruèrent dans le salon, duquel émergeait la voix de l'appel. Les cinq sorciers s'alignèrent devant leur mère, qui était assise dans une chaise rembourrée de taffetas blanc et bleu ciel. Elle leva la tête vers les dix yeux qui l'observaient gaiment.

- C'est très bien que vous soyez tous descendus : je n'avais besoin que de Tanguy.

Des murmures d'exaspération se firent entendre, bien vite estompés par un signe de la main de la mère.

- Les quatre autres, allez surveiller le potager. Riédon m'a rapporté que certaines plantes n'avaient pas été soignées depuis un certain moment, notamment le dictame. Or, c'est vous qui avez insisté pour vous en occuper...

- Mais maman, on n'a pas trop le temps en ce moment...

- Les plantes non plus, je vous ferais remarquer. Quant à nos korrigans, ils sont bien trop occupés à ranger la maison des fêtes de fin d'année. Je vous rappelle que nous recevons dans une semaine, et ils sont débordés.

Un sourire se dessina sur le visage de madame Kerleal. Elle contempla les cinq visages penchés sur elle avec tendresse. Puis, ses yeux devenant déterminés, elle dit :

- Allez, au travail ! Je veux que ce soit fini avant la nuit.

Puis elle se tourna vers Tanguy tandis que les quatre aînés sortirent du petit salon, lui prenant la main pendant qu'il se mettait à sa hauteur.

- Quant à toi, je dois te parler d'un projet que nous avons choisi de mettre à bien. Ton parrain m'a rappelé, avec insistance ces derniers jours, que tu ne savais pas parler un seul mot de russe. Et il a raison. Tous tes frères et tes cousins ont quelques notions : je ne vois pas pourquoi tu en serais privé.

Tanguy écoutait silencieusement, mais il se doutait ce qui allait suivre.

- Sur les recommandations de ton parrain, j'ai donc décidé de t'envoyer dans la grande Russie, dans une famille de confiance qui a de l'estime et de la réputation. Ta marraine, la comtesse de Vintimille, a quelques liens avec certaines familles russes. Tu sais qu'ils sont nombreux, à Nice, aux alentours du lieu où elle possède une propriété. Elle ne connaît pas la famille à laquelle nous avons choisi, ton père et moi, de te confier, mais elle en a eu d'assez bon échos. Tu partiras donc dans quelques jours ; pas besoin de prendre une grammaire : tu sais bien comment cela s'est passé avec les autres. Tout arrive à point nommé.

- Dans quelle région m'envoyez-vous ?

- Je crois que c'est quand même à l'ouest de l'Oural : tu resteras donc en Europe. Le nom de la ville est Perm. Je dois t'avouer que je n'ai aucune idée de sa localisation précise ; mais ça ne fait rien.

- Comment voulez-vous que j'y aille ? L'hiver est rude au-delà du Danube, je crains que le vol en balai ne soit trop dangereux. Et je ne veux pas prendre de transport en commun.

- Bien sûr que non. Je vais écrire à notre correspondant : tu t'y rendras par transplanage, et on me dira le lieu où tu pourras échoir sans difficulté. Tu as des questions ?

- Non maman.

- Bien, alors tu peux commencer à faire tes bagages.

- Est-ce que j'emmène Tredec ?

- Tout dépend de la lettre de réponse que je recevrai.


*


Tanguy était arrivé, au bout d'une dizaine de minutes de marche, devant un grand portail sombre, qui devançait une imposante maison sombre. Il se fit la réflexion que la couleur n'était pas l'apanage de la Russie : en hiver, tout n'était que blanc et noir ; un paysage en demi-teinte. Il frissonna, non en raison du froid, mais en raison de l'atmosphère qui se dégageait du paysage devant lui. Ce lieu semblait si triste. Les arbres dénudés, l'absence de chants d'oiseaux ou d'empreintes d'animaux dans la neige appauvrissaient la magie du lieu.

Il secoua la tête : l'heure n'était pas aux vagabondages romantiques de l'esprit. Il saisit sa baguette de depuis l'intérieur de sa manche gauche, et la dressa vers le ciel. Il attendit un léger moment, comme s'il voulait retarder le moment où il entrerait dans cette société russe. Puis, prenant une grande inspiration, fixant de ses yeux déterminés le portail et la maison derrière, il l'agita brièvement.

Un jet d'étincelles vertes en sortit et monta dans les airs.

Bannière de Nemo Tzarela.

[Avatar]
Serdaigle
1re année
PNJ
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 22/02/2023 à 12:09:34

Des flocons gelés venaient s’écraser sur les fenêtres de la grande demeure alors que Natalia Orlov descendait les marches de l’escalier principal. La peau et les cheveux de la femme étaient si pâles qu’on les confondait presque avec la couleur de la neige qui recouvrait l’extérieur de la maison. Natalia descendit assez lentement les marches et, alors qu’elle avait atteint le hall d’entrée, prit un parchemin dans sa main gantée. Plusieurs noms y étaient inscrits à la plume, mais tous étaient barrés, excepté un. Un nom qui, pour Natalia, n’était pas commun. Si la Russe avait beaucoup voyagé en Europe à la recherche de sorciers de toutes nationalités, elle n’avait jamais mis un pied en France. Cependant, depuis le départ de Volvia, elle n’avait plus beaucoup de choix. Mia Lorder Jannings l’avait trahie, elle et tout le C.A.M.P. ; elle avait dû s'y prendre autrement.

Des bruits résonnaient dans toute la maison, venant des différentes pièces du rez-de-chaussée. De nombreux sorciers passaient leurs journées enfermés dans ces laboratoires, à la recherche d’un miracle. De son côté, seule dans la grande entrée, Natalia prononça plusieurs incantations en russe, dirigeant sa baguette sur les différentes portes qui l’entouraient. Un silence assourdissant s’abattit alors dans le hall. Aucun son des pièces adjacentes ne pouvait plus franchir les barrières magiques. Satisfaite, Natalia rangea sa baguette dans une poche de son long manteau blanc et croisa ses mains derrière son dos, appréciant le calme temporaire dans lequel elle s’était enfermée. Ses talons frappant le sol furent le seul bruit qui résonna lorsqu’elle s’avança vers l’énorme porte d’entrée. Quelques minutes après Natalia, un petit homme chauve, habillé entièrement de noir, descendit également les marches de l’escalier principal. Paul Stuart s’avança aux côtés de sa consoeur sans un mot. Son pied droit avait à peine rejoint le gauche pour se stabiliser qu’une lumière verte éclaira soudainement le ciel. On aurait pu jurer qu’un sourire avait traversé le visage de la belle blonde.


Pile à l’heure.

Êtes-vous sûre de vouloir faire ça ?

Certaine.

C’était trop tard pour retourner en arrière. D’un coup de baguette, Paul fit s’ouvrir l’immense porte d’entrée devant eux ainsi que le portail, un peu plus loin. Les deux Russes aperçurent alors un adolescent dans leur champ de vision. Natalia froissa le parchemin qu’elle tenait toujours à la main, et le rangea dans sa poche. Un seul nom importait désormais, celui qu’elle avait mis plusieurs années à trouver, celui de Tanguy Kerleal.

Natalia adressa un sourire chaleureux au garçon qui venait de franchir le pas de la porte. Elle avait espoir qu’il participe ouvertement à leurs projets. La blonde agita sa baguette ; le sac du jeune homme s’envola à l’étage et les portes se fermèrent derrière ce dernier. Elle rangea sa baguette et tendit sa main droite devant elle.


Enchantée ! Vous devez être Tanguy. Je suis Natalia, voici Paul.

Si son accent russe se faisait fortement ressentir, son anglais était parfait. Ce n’était cependant pas le cas de Paul qui haussa un sourcil en entendant son nom anglicisé. Il détestait tout ce qui se rapprochait de près ou de loin au Royaume-Uni, et encore plus depuis qu’il s’était retrouvé dans une salle d’interrogatoire au Ministère de la Magie britannique. Plus aucun Madoslava n’habitait ici depuis la disparition de Volvia. Paul et Natalia avaient pris le relais de l’entreprise. Cependant, le C.A.M.P. étant encore inconnu aux yeux du grand public, pour la grande majorité des sorciers, le manoir Madoslava était seulement occupé par une grande famille russe.

Une femme - bien plus jeune que Natalia et Paul - sortit alors soudainement d’une pièce adjacente et pénétra dans le hall. La porte se referma derrière elle sans qu’on ne puisse apercevoir l’intérieur. Sa queue de cheval brune fouetta son dos alors qu’elle s’avançait au niveau du petit trio. Elle tendit une chemise cartonnée à Tanguy et s’adressa à lui en russe.


Je suis Ana Ejov. Nous nous rencontrerons régulièrement pour des cours théoriques. Mais ne vous inquiétez pas, le plus gros de votre travail se déroulera en discutant avec les habitants de la maison.

Natalia effectua une rapide traduction en anglais avant de reprendre la parole d’elle-même.

Vous pouvez monter à l’étage si vous le souhaitez pour vous reposer. Le voyage et le changement d’horaire doivent être déroutants pour vous.

Derrière elle, caché dans une pièce adjacente à la porte entrouverte, entouré d’autres tableaux, un portrait fronça les sourcils. Le C.A.M.P. semblait avoir repris du service.

alter égo de summer pearson
Joueur de Quidditch
[Avatar]
Gryffondor
6e année
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 22/02/2023 à 22:36:49

Il n'attendit pas longtemps : on vint rapidement à lui. Une homme et une femme descendirent l'accueillir alors que le portail s'était ouvert. Le Gryffondor s'avança de quelques pas, tandis que ses bagages voltigeaient dans les airs pour pénétrer directement dans la bâtisse. Il apprécia : on semblait aussi savoir recevoir, en Russie. Il fut étonné cependant de ne guère voir de domestiques pour accomplir cette tâche. Il haussa les épaules : après tout, peut-être qu'au delà du Danube, les traditions d'hospitalité étaient foncièrement singulières, et différentes de celles d'Europe occidentale. Les Russes semblaient y mettre davantage du leur, ce qui, en convint intérieurement Tanguy, était tout à leur avantage. Cet accueil le charma donc. Il se présenta également dans le meilleur anglais qu'il pouvait fournir. Le prénom de l'homme n'échappa pas à son attention avisée : Paul n'était certainement pas un prénom russe. Peut-être était-il un sorcier de la même condition que l'animagus, venu à Perm apprendre ou pratiquer la langue de Dostoïevski. Une troisième femme les rejoignit : elle souhaita la bienvenue au Breton, dans un russe rapidement traduit par la première femme. Tanguy, souriant, hocha la tête en signe de salut respectueux, puis s'empressa de rentrer dans la maison. On lui avait montré le chemin, et il faisait froid dehors : il n'avait aucune raison d'attendre que ses hôtes daignassent ouvrir la marche devant lui. Soufflant sur ses doigts, il se hâta de pénétrer dans l'entrée, refermant doucement la porte derrière lui.

L'intérieur n'avait rien de particulier, et était des plus banals, comme ce que l'on pouvait voir chez la plupart des sorciers. Le Breton jeta un rapide coup d'œil aux portraits, dont certains dormaient, d'autres étaient affairés, les autres enfin étaient vides. Il passa parmi eux sans s'y soucier, jetant de temps en temps un regard nonchalant sur l'un d'eux.

L'un des portraits ne présentait pas la même ambiance que les autres, et de loin. Le personnage du portrait regardait devant lui, comme s'il cherchait à fixer les passants du couloir. Tanguy croisa son regard : deux secondes plus tard, il était déjà un mètre plus loin.


*

Quatre à quatre, Tanguy descendit les marches de la maison. Plus d'une heure s'était passée depuis son arrivée et son installation dans cette demeure russe ; il avait installé et déballé les quelques affaires qu'il pouvait étaler, et avait ensuite passé de longues minutes à regarder, par la fenêtre de sa chambre, la neige au-dehors qui s'était alors remise à tomber. Arrivé au bas de l'escalier, il suivit les éclats de voix qui parvenaient à son oreille, pour retrouver ses hôtes. Il entra ainsi dans le salon, dans lequel il retrouva de la compagnie. Il ne savait pas encore un mot de russe, alors il devrait encore s'exprimer en anglais.

Euh... Good afternoon...

Mal à l'aise, il tâcha néanmoins de se contenir. Il baissa ainsi la tête, en signe de respect, mais surtout pour éviter de rougir de timidité devant ces adultes étrangers. Il se tenait très droit, les mains jointes devant lui, au niveau de sa ceinture, un sourire gêné sur son visage. Il avait hâte de commencer ; pour autant, il se demandait comment la suite de la journée, et surtout le séjour entier, se déroulerait, car son but premier était linguistique.

[Avatar]
Serdaigle
1re année
PNJ
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 05/03/2023 à 22:43:22

Ana Ejov n'avait rien à voir avec les membres habitués que l'on avait vu passer dans le Manoir Madoslava pendant des années. Elle était cette fillette que l'on avait recueillie alors qu'elle avait été abandonnée par ses parents. Nikolaï Fedorov l'avait élevée comme sa fille et avait de cette façon donné une sœur à Kate. De son vivant, Ashka Hanson avait à peine quelques années de moins que les deux sorcières. À elles trois, elles étaient censées reprendre le C.A.M.P. ; devenir le nouveau трио. Pourtant, le destin en avait décidé autrement. Ashka était morte et Kate à la recherche de son père et de réponses. Il ne restait plus qu'Ana, face à un futur qui ne lui était pas destiné.

octobre 2018, quelque part en Russie.

Une jeune femme ne dépassant pas les 23 ans se tenait rigidement droite face à une immense table, les yeux rivés sur une vingtaine de parchemins. Certains étaient complètement remplis, tandis que d'autres non. Un seul point commun les unissait tous : aucun n'était signé. Ils étaient simplement remplis de traces d'expériences réalisées par le passé ; les recherches de dizaines de sorciers avant elle.

L'inconnue replaça une mèche brune derrière son oreille gauche et se saisit du premier document devant elle. Elle lut rapidement. « Les Moldus sont prêts à recevoir le gène : phase une terminée. » La seule information qui échappait à cette Russe à ce moment précis était le fait que l'un des parchemins était manquant. Ashka Hanson n'était pas partie les mains vides. Si quelqu'un mettait la main dessus, le plan avait de grandes chances de ne jamais être conclu.


---

Cependant, Ana n'avait pas abandonné en près de cinq ans. Depuis l'arrestation de Volvia, elle travaillait dans l'ombre plus que jamais. Natalia et Paul s'attribuaient peut-être tous les mérites mais elle était celle qui œuvrait pour mettre en place la seconde phase du plan.

Un immense sourire illumina son visage lorsque Tanguy Kerleal franchit la porte du salon du Manoir Madoslava. Assise sur un large canapé, ses jambes élégamment croisées, elle l'invita à s'asseoir en russe sur un fauteuil. Assis non loin, sur deux autres fauteuils individuels, Natalia et Paul saluèrent également l'adolescent. La blonde prit la parole.


Comment allez-vous, дорогой ? Voudriez-vous boire quelque chose ?

À ces paroles, elle but une gorgée de son verre de Muzukani puis posa ses mains sur ses jambes croisées.

Et si vous nous parliez de vous ? En anglais si cela vous convient mieux, ajouta-t-elle. Ce n'est que le début du séjour, après tout.

alter égo de summer pearson
Joueur de Quidditch
[Avatar]
Gryffondor
6e année
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 11/03/2023 à 10:11:13

[ Daragoï ? ]

Le premier mot russe était tombé comme un couperet, et Tanguy, comme il s'y attendait, n'avait aucune idée de sa signification. Un sentiment de découragement le traversa, mais il n'en laissa rien paraître. Sans se départir de son sourire, il inclina presque imperceptiblement la tête en signe de remerciement lorsque la femme blonde l'invita à s'asseoir. Il n'avait pas non plus saisi un seul des borborygmes slaves qu'elle avait prononcés - à supposer qu'il s'agît de mots prononcés, et Tanguy n'en était pas convaincu - et prit place dans un des sièges installés derrière lui et qu'on lui avait indiqués. Sa raideur due à sa timidité ne l'avait pas quitté, mais son corps avait gagné en souplesse, et lorsqu'il s'assit au fond de son fauteuil, il retrouva son aisance habituelle. Son sourire était désormais plus franc et plus simple, et ses yeux recommencèrent à pétiller, comme chaque fois qu'il rencontrait un sorcier pour la première fois. Après tout, rien ne différait de lorsque ses parents ou ses grands-parents recevaient : seul le lieu extrêmement éloigné et la langue des personnes qui lui adressaient la parole changeaient.

Auriez-vous une boisson typiquement russe à me proposer ? C'est l'occasion de plonger dans votre monde slave dès le début, n'est-ce pas ?

Sa question était sincère : le Breton ignorait tout de ce pays, de ces contrées ; il n'était jamais allé plus loin que l'Elbe, et tout ce qui se trouvait au-delà de la Vistule et du Danube constituait pour lui un far east, un monde inconnu peuplé de légendes et de mystères qui n'avaient rien de commun avec son monde triplement celtique par sa famille, français par son voisinage et anglo-saxon par ses études. C'est à peine s'il prêtait l'oreille lorsque quelques rares émigrés russes narraient les histoires et les contes de leur patrie. En attendant qu'on le servît, il s'enfonça dans son fauteuil, déposant doucement son coude droit sur le bras de bois.

Je ne sais par où commencer...

D'ordinaire, le Gryffondor était assez rétif à parler de lui et de sa famille, de son quotidien et de son monde. Ce n'était pas par manque d'orgueil, car il était fier de sa famille et de son pays, ne dérogeant point de cette manière à la devise de sa famille. Peut-être était-ce surtout dû à une survivance d'un instinct de conservation typiquement breton, la Bretagne ayant toujours vécu coincée entre la France et l'Angleterre dont elle avait constitué le champ de bataille malheureux et involontaire des deux camps au cours des siècles. Il s'éclaircit la gorge.

Je m'appelle Tanguy Kerleal, j'ai seize ans.

A vrai dire, il était finalement entre deux âges : trop âgé pour apprendre facilement une langue - il eût fallu l'envoyer en Russie plus tôt ! En même temps, il n'avait pas fini ses études, ce qui faisait de lui un jeune homme dépendant encore de ses parents. Il était encore sous le joug de la Trace, dont il avait, d'ailleurs, hâte de se débarrasser. Secrètement, le Breton espérait que les limiers du Ministère de la Magie britannique et ceux de la Préfecture magique bretonne ne parvenaient pas jusqu'au lieu où se trouvait actuellement, afin de pouvoir s'exercer librement sans recevoir d'avertissement qui mettrait en péril ses études. Il n'y avait rien de mieux, à ses yeux, que la confrontation avec d'autres sorciers, surtout si ceux-ci n'étaient pas de la même culture et, mieux encore, n'avait pas été dans le même collège. C'était précisément le cas général des Russes. Sans aucun doute, ils pouvaient lui enseigner une facette de la magie qu'on ne lui montrerait jamais à Poudlard. Cette idée se fixa dans sa tête, il se promit de ne pas l'oublier.

Ces pensées traversaient l'esprit de Tanguy à la vitesse de l'éclair. Il regarda tour à tour ses hôtes : la femme blonde, d'abord, qui ne le quittait pas des yeux et semblait enchantée d'accueillir un étranger sous son toit. L'homme, en revanche, avait à peine esquissé une formule de salutation lorsqu'il était arrivé au manoir, et n'avait pas ouvert la bouche depuis son entrée dans le salon. Le Gryffondor ne parvenait pas à déchiffrer l'expression de son visage, et il regretta de n'être pas legilimens. Détachant ses yeux, il contempla enfin la brune, qui semblait aussi bavarde que sa comparse, mais qui n'avait encore soufflé mot. Il déclara tranquillement :


Je suis élève à Poudlard, comme vous vous en doutez. Dans un an, je serai diplômé. Je viens de Bretagne, un petit pays situé à l'autre bout de l'Europe, baigné au nord, au sud et à l'ouest par les vagues de la mer et de l'océan.

[Avatar]
Serdaigle
1re année
PNJ
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 24/03/2023 à 10:29:03

Évidemment ! Ana ?

Ana avait levé les yeux au ciel lorsque Natalia s'était tournée vers elle, toute souriante. Ce sourire ne signifiait rien pour la jeune Ejov. Elle ne partageait pas son sang avec la nouvelle directrice, mais pourtant, celle-ci semblait encore la considérer comme une enfant. Son enfant. Après tout, elle était la seule qui restait. La jeune femme adressa un sourire faux à l'assemblée et se leva du large canapé pour sortir de la pièce. Parfois, la sorcière aurait aimé être née en Europe de l'Ouest, là où avoir un elfe de maison était la norme. Elle était celle qui avait orchestré cette phase du plan, elle méritait d'être la seule aux commandes et de ne pas se retrouver à faire les tâches ménagères. Ana revint bien assez rapidement, un verre de sbiten dans la main, qu'elle posa devant Tanguy, sans expression apparente sur le visage.

Attention, c'est chaud. prévint-elle. C'est un сбитень. Sans alcool, bien sûr.

La brune se rassit et but une gorgée de vodka, juste à temps pour entendre Tanguy commencer à narrer son histoire. Il ne dit rien que le trio russe ne savait pas déjà. Ils avaient bien fait leurs recherches. Cela ne leur suffisait cependant pas. Si les visages de Paul et Natalia ne montraient rien, l'expression d'Ana semblait légèrement déçue. La blonde s'en aperçut et fronça les sourcils, de reproche. Elle ne pouvait pas montrer quoi que ce soit.

Appréciez-vous la boisson ? demanda Natalia pour masquer l'évènement qui venait de se produire. Cela n'avait duré qu'un millième de seconde, et Tanguy ne s'en était probablement pas aperçu mais les trois sorciers avaient travaillé trop dur pour que quelque chose d'aussi infime vienne mettre la puce à l'oreille du sujet.

Un cri retentit alors soudainement dans une pièce adjacente du petit salon. Une expression d'horreur passa sur le visage d'Ana. Cela ne pouvait pas se produire. Pas maintenant. De son côté, Natalia n'avait cependant jamais autant maudit la jeune femme de toute son existence. En près de trente ans d'existence, Ana Ejov n'avait jamais appris à masquer ses expressions quand il le fallait. Sereinement, Paul décida de se lever. Il adressa un sourire rassurant à Tanguy et quitta rapidement les lieux.

Les actions au sein du Manoir étaient bien étranges, et peu de gens les comprenaient. Seuls les portraits cachés dans une petite pièce semblaient avoir connaissance tout ce qui déroulait sous ce toit. Natalia reprit alors immédiatement la parole.


Ne vous inquiétez pas, Paul est allé voir, cela doit seulement être un tableau. Et concernant votre magie, alors ? Avez-vous suivi une formation particulière en dehors du cursus scolaire habituel ? J'ai toujours trouvé le fait que l'on en propose aux élèves fascinant.

De nouveau, une expression de stupeur traversa le visage d'Ana.

alter égo de summer pearson
Joueur de Quidditch
[Avatar]
Gryffondor
6e année
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 25/03/2023 à 21:10:01

On lui présenta alors un verre dans lequel on avait versé un breuvage fumant de vapeur. Tanguy le saisit délicatement, redoutant de se brûler les doigts : il ne sentit rien d'anormal. Rassuré, il s'enfonça dans son siège tandis que ses deux paumes entouraient le récipient, comme pour le réchauffer. Il n'avait pas compris le nom de la boisson : qu'importait ? Il ne dérangerait pas ses hôtes pour ce détail, car le long séjour qui s'annonçait lui procurerait l'occasion d'apprendre le terme. En souriant, il porta le verre à ses lèvres qu'il trempa doucement : le liquide était brûlant, si bien qu'il n'en absorba qu'une gorgée ridicule. La précision selon laquelle la boisson était dénuée d'alcool avait déçu Tanguy : sa première bolée de cidre remontait si loin quand il était très jeune qu'il n'en avait plus le souvenir ; en bon Breton, il résistait assez bien à ses effets. Il s'était attendu à goûter de cette fameuse boisson russe, si renommée jusque chez lui, qu'on nommait vodka, et dont on lui avait vanté la forte teneur en alcool. Le Gryffondor enterra sa déception, et se dit en son for intérieur à nouveau que le séjour était suffisamment long pour découvrir toutes les facettes de cette culture slave : la vodka viendrait en temps et en heure.

Elle est excellente.

A vrai dire, il n'en savait rien du tout : elle était si brûlante que ses papilles en avaient été gelées. Mais, plutôt que de décevoir ses hôtes, il avait préféré leur mentir : après tout, la boisson n'était probablement pas mauvaise.

Il sursauta à peine lorsque les cris, venant du couloir, se firent entendre. Sa surprise, responsable de ce tressaillement, avait été assez faible : on était dans une maison sorcière, et c'était la norme que de l'agitation régnât. Tandis que l'homme muet se levait pour s'occuper certainement de ce désagrément, l'animagus souriait aux deux femmes qui lui faisaient face, et qui poursuivaient la conversation. Le visage de Tanguy demeura de marbre pendant qu'il leur répondait :


Je n'ai pas reçu de formation extraordinaire. Je sais transplaner, oui, mais ce n'est pas exceptionnel. Pourtant j'aimerais beaucoup être initié à la magie druidique, vous savez : c'est une magie rare, typique de mon pays, mais qui ne l'est pas à Poudlard.

Le Gryffondor ignorait la stratégie qu'il devait adopter : ses hôtes savaient qu'il savait transplaner, mais pour autant fallait-il leur parler de sa capacité de transformation animale ? C'était un secret qu'il mettait beaucoup de soin à dissimuler : s'il n'avait pas attaqué Camille Dubois dans son bureau lors de l'été précédent, c'était bien pour ne pas griller la seule carte qui pourrait le sortir de situations périlleuses. Il savait très bien que son nom figurait à Londres sur le registre des sorciers britanniques aptes à se métamorphoser en animal, mais son accès n'était pas à la portée du premier venu : Tanguy jouait donc sur ce secret relatif pour cacher cette capacité aux yeux de nombreux sorciers. Il profita donc de la circonstance pour se renseigner sur les habitudes sorcières russes : au bout du compte, était-il ici pour parler de lui, ou plutôt pour découvrir la Sainte Russie ?

Chez vous aussi, les tableaux sont... capricieux et chamailleurs ?

[Avatar]
Serdaigle
1re année
PNJ
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 27/03/2023 à 10:56:47

Il mentait. Il n'y avait pas d'autre explication, Ana n'avait pas pu se tromper sur toute la ligne. Son expression perturbée n'avait pas quitté son visage ; les évènements ne se déroulaient plus parfaitement selon son plan. Elle n'avait pas besoin de la confirmation de Tanguy, pourtant, s'assurer qu'elle ne faisait pas fausse route aurait pu être un bon atout pour la suite du projet.

Si le nom de Ana Ejov ne disait rien au Ministère de la Magie britannique, celui de Emily Davies lui, était assez connu. Ana avait travaillé dans l'ombre pendant de nombreuses années. La jeune femme avait vu passer devant elle de nombreux noms, les avait inscrits elle-même dans le registre. De cette façon, elle n'avait pas eu besoin de tous les retenir, un seul avait suffi. Comment aurait-elle pu se tromper ? Tout était parfait jusque là.

Sous le regard lourd de sens de Natalia, Ana reprit tant bien que mal ses esprits et adressa un sourire à Tanguy. Si comme toute sa famille, elle avait fait ses études à Koldovstoretz, elle était fascinée par les autres magies du monde. C'est ainsi qu'elle écouta attentivement Tanguy expliquer la sorcellerie de son pays.


Cela a l'air fascinant ! s'exclama Ana de son fort accent russe. Je vous souhaite de parvenir à explorer cette branche de la magie.

Contre toute attente, Ana était sincère. Elle se garda cependant de dire quoi que ce soit sur la magie de ses propres terres. C'était trop dangereux. Tanguy allait probablement s'y intéresser à un moment ou un autre, mais ce n'était pas encore l'heure. A la place, l'adolescent les interrogea sur une autre forme de magie. Ana sentit le regard de Natalia sur elle mais refusa de le croiser. Elle savait ce qu'elle pensait.

Le Manoir Madoslava était construit d'une façon très originale. Très peu de tableaux ornaient les murs des pièces communes. Il n'en était cependant pas vidé, loin de là, puis que tous les portraits se trouvaient dans une unique salle, réunis au même endroit. Il arrivait que certains se promènent dans les rares cadres pour échapper à l'atmosphère désagréable d'être en permanence en groupe, mais ils ne voyaient alors pas grand chose, si ce n'était quelques escaliers ou des couloirs déserts. Voilà pourquoi on ne voyait que très rarement Ashka Hanson dans son tableau ici en Russie. Celui de Poudlard était bien plus agréable.


Bien sûr ! Cela doit être le cas partout, n'est-ce pas ? demanda Natalia. N'hésitez pas à leur rendre visite si l'envie vous prend. Ils ont très peu de visiteurs.

A ces paroles, elle fit un mouvement de tête vers le Hall. A travers la porte entrouverte, on devinait une autre pièce, plus loin, habitée de cadres. Natalia n'avait pas peur, elle savait que la plupart des personnages ne seraient pas présents. Aucun d'entre eux n'appréciait sincèrement le Manoir, surtout après leur mort. Pourtant, un d'entre eux était de retour après une longue absence. L'Élève-Papillon semblait avoir été lassée de Poudlard pour un petit moment.

alter égo de summer pearson
Joueur de Quidditch
[Avatar]
Gryffondor
6e année
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 29/03/2023 à 21:13:06

D'un hochement de la tête, le Gryffondor remercia la femme brune pour ses encouragements. Il est vrai qu'il n'avait songé à atteindre cette pratique de la magie : il ignorait même comment approcher un druide pour qu'il l'initiât... Mais ces considérations était à examiner plus tard : il disposerait de tout son temps pour maîtriser de nouvelles expression magiques dès qu'il quitterait le collège, en même temps que ses possibles formations supérieures.

J'aime beaucoup les tableaux. Ils ont toujours de nombreuses histoires à raconter, toutes plus folles les unes que les autres.

Sa main passa sur les boutons de sa robe de sorcier, en les triturant machinalement, tandis qu'elle en défit certains pour que le sorcier fût à son aise. Il se leva doucement de son siège, la main portant la tasse en avant tandis que l'autre s'appuyait sur le bras du fauteuil. Tout sourire, il demanda, tout en inclinant légèrement la tête dans la direction d'où étaient provenus les bruits :

Vous permettez ?

La demande était claire : avoir un brin de causette avec les tableaux chamailleurs était son désir.

[Avatar]
Serdaigle
1re année
PNJ
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 30/03/2023 à 22:30:55 - Modifié : 31/03/2023 à 11:28:53

janvier 2017, quatrième étage.
Plouc. Plouc. Plouc.

Des larmes tombaient sur le parquet de la chambre à intervalles réguliers. La tête dans le vide, allongée sur le lit d'Ashka Hanson, Kate Fedorov ne pouvait plus s'arrêter. Un silence assourdissant régnait dans la pièce. Seules les larmes de Kate semblaient rappeler un minimum d'humanité.

La chambre n'était pas si petite. Pourtant, Ashka avait l'impression d'étouffer. Assise à l'autre bout du lit, l'adolescente avait les jambes repliées sur elle, ses bras autour de ses genoux. Elle évitait le regard d'Ana, assise plus loin sur un fauteuil et d'un portrait d'elle-même, tenu en équilibre dans un autre coin de la pièce. Oui, c'était définitivement oppressant.

Ashka avait pris sa décision ; elle ne voulait pas être le два. Pas celui de Volvia en tout cas. Outre sa mère, seules Kate et Ana avaient été mises au courant. Suite à cette décision, toute une lignée s'effondrait et si la plus grande des sœurs ne voyait aucune issue au problème, la seconde semblait déjà détecter un avenir tout tracé.


---

Natalia se contenta de hocher la tête lorsque Tanguy se leva de son siège. Ni elle, ni Ana ne prononcèrent un seul mot. Si les personnages du Manoir n'étaient pas souvent présents au sein de la demeure, personne ne savait réellement comment agir avec eux lorsqu'ils y étaient. La fille Ejov se contenta de se redresser sur le canapé, le dos parfaitement droit et le visage immobile. Bien qu'elle ne l'avoue pas, elle n'avait toujours pas discuté avec le portrait d'Ashka depuis le retour de son expédition au Royaume-Uni. Lorsqu'elle était revenue, elle avait seulement appris qu'il avait été accroché, rien de plus.

Ce ne furent malheureusement pas de nombreux personnages illustres russes qui accueillirent Tanguy lorsqu'il ouvrit la porte de la petite pièce déjà entrouverte. Bien que l'ambiance générale qui régnait dans le Manoir n'était pas des plus chaleureuses, celle qui habitait l'antre des tableaux était sinistre à côté. Antonina Orlov, à hauteur des yeux, était à moitié endormie tandis que Dimitri Madoslava, accroché bien plus haut, semblait ailleurs. Une seule personne - si l'appeler de la sorte était correct, avait l'air plus lucide que les autres. Ashka Lubya Hanson observa Tanguy entrer, les yeux grand ouverts et écarquillés. Voilà un visage qu'elle ne connaissait pas.

Je ne saurais vous dire quel sentiment transperçait le personnage à ce moment précis. Pouvait-elle seulement ressentir quoi que ce soit ? Du moins, elle exprima ce qui ressemblait à de la méfiance lorsque l'adolescent arriva à sa hauteur. Elle aurait pu partir sans se retourner si quelque chose ne la retenait pas, ce quelque chose qui la forçait à répondre aux besoins de chacun, comme si c'était son unique rôle en tant que portrait.


Je ne vous connais pas, se contenta-t-elle de dire.

Ce portrait avait l'air bien moins commode que celui à Poudlard. Ses longs cheveux blonds tirés en un chignon serré donnaient à Ashka un air plus sévère que celui qu'elle abordait de son vivant. Elle semblait être une autre personne.


Je ne sais pas ce que vous faites ici, mais je doute que cela ait quelque chose à voir avec moi.

alter égo de summer pearson
Joueur de Quidditch
[Avatar]
Gryffondor
6e année
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 31/03/2023 à 14:15:41

Immédiatement, le portrait d'une jeune fille attira l'œil du garçon. Sa posture contrastait de loin avec les autres tableaux qui l'entouraient : il était certain qu'elle avait été la source des jérémiades qui s'étaient fait entendre plus tôt. Le portrait était le seul qui le regardait fixement, tandis que les autres apercevaient à peine l'animagus quand celui-ci passa devant chacun d'eux pour la rejoindre. Il s'arrêta enfin à quelques centimètres du cadre, détaillant la toile animée.

Euh... bonjour ?

L'attitude cavalière du portrait avait quelque peu désarçonné le Gryffondor, qui ne s'était pas attendu à ce qu'on l'apostrophât ainsi. D'ordinaire, les tableaux étaient d'un naturel assez gai et jovial, et appréciaient discuter avec les sorciers qui passaient devant leur cadre. Il faut dire qu'ils ne disposent d'aucune autre occupation, si l'on excepte leurs visites impromptues chez leurs voisins, qui deviennent rapidement banales. Sous les prunelles vert émeraude de Tanguy, la petite fille revêche affichait une mine qui tranchait avec tous les portraits qu'il avait croisés auparavant au cours de son existence : l'air sombre, le sourire absent et les yeux durs, elle le regardait calmement. Mal à l'aise, il dissipa la tension née subrepticement en commençant de brèves présentations.

Je n'ai pas le plaisir de vous connaître également. Je me nomme Tanguy, et je suis un sorcier breton, en fin d'études.

[Avatar]
Serdaigle
1re année
PNJ
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 03/04/2023 à 15:23:57

Aucun des personnages du Manoir Madoslava n'était réputé pour être très sympathique, surtout vis-à-vis des inconnus. C'est comme si Nikolaï Fedorov avait rajouté une touche de magie particulière, sa propre patte artistique. Du peu de conscience que le portrait possédait, il y avait bien une chose qu'elle pouvait clairement se dire : le garçon qui lui faisait face n'avait strictement rien à faire ici. Aucun enfant n'avait franchi les portes de la demeure russe depuis Ashka, Ana et Kate. Et en plus de ça, un Français qui parlait anglais ? Non, ça ne faisait définitivement pas sens.

Les Russes ne se mélangeaient pas aux Anglais. Mia Lorder Jannings avait la première et la dernière à tenter de collaborer avec eux pour le moment, et vous savez probablement comment cela s'est terminé. Enfin, Ashka ne le sait pas - plus, mais qu'importe ? Un mélange de cultures n'était pas toujours une bonne idée.


Танги, marmonna le portrait.

Ce prénom n'était définitivement pas russe, mais elle appréciait les consonances. Droite comme un I, Ashka croisa une jambe et prit appui sur ses accoudoirs tout en observant longuement le garçon.


Que faites-vous là, Tanguy ? Je doute que vous ne soyez en voyage linguistique.

Plus elle parlait, plus un spectateur extérieur pouvait faire le lien avec l'actualité du C.A.M.P. Ashka semblait être devenue la voix de quelqu'un d'autre. Un tableau ne posait pas autant de questions, à moins que son peintre ne n'en lui ai donné l'ordre. En effet, à Poudlard, Ashka se contentait de donner des réponses floues aux élèves car James Lorder Jannings était décédé avant d'avoir terminé son oeuvre.

Fedorov, quant à lui, était parti peu de temps après la réalisation du portrait d'Ashka. Pourtant, celui-ci était très complet. Le peintre aurait-il décidé de se lier à elle ?


Cet endroit est dangereux, мой друг.

alter égo de summer pearson
Joueur de Quidditch
[Avatar]
Gryffondor
6e année
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 07/04/2023 à 17:43:27

Habitué aux portraits, Tanguy soutint sans fléchir le regard pénétrant que la jeune fille avait posé sur lui. Peut-être cette façon de faire était-elle purement machinale, et commune à tous les portraits : après tout, si ce n'était se promener dans d'autres cadres, les sujets des portraits ne faisaient rien de leurs saintes journées.

De fait, je suis bien ici pour apprendre le russe.

Il faillit ajouter qu'il n'avait aucune autre raison pour avoir traversé l'Europe et s'être retrouvé dans cette maison de sorciers russes, mais il préféra garder le silence. Il ignorait tout de la jeune fille qui le fixait, et il ne souhaitait pas froisser ses hôtes dès le premier jour. Après tout, il ignorait le liens qui unissaient le portrait avec ses propriétaires. Son regard glissa brièvement sur les autres portraits voisins, puis sur la décoration de la pièce dans laquelle le garçon se trouvait : rien, en effet, ne lui rappelait sa péninsule celtique. Son séjour qui commençait tout juste serait probablement le seul qu'il ferait dans sa vie en Russie. Ensuite, il se contenterait de croiser des émigrés russes en France pour entretenir sa maîtrise de la langue.

D'ailleurs, que veut dire « moïedrok » ?

Le Gryffondor se demandait si elle ne deviendrait pas son interlocutrice privilégiée, sa traductrice, sa grammaire vivante : elle était plus ferme que la blonde, plus avenante que la brune, et de loin plus loquace que l'homme. Il ne releva pas ce qui se voulait être un avertissement : les tableaux étaient très souvent fantasques dans le but d'être l'objet de toutes les attentions.

[Avatar]
Serdaigle
1re année
PNJ
Titre : Re : Ultra ripa ferox Histri
Créé : 10/04/2023 à 14:13:45

Ashka ne releva aucun des mots qui venaient de sortir de la bouche de Tanguy. Elle se contenta de l'observer de haut en bas en fronçant les sourcils. La prenait-il réellement pour son dictionnaire de poche ? Il ne manquerait plus qu'il vole son tableau et le mette dans son sac de voyage. S'il était véritablement en Russie pour apprendre la langue du froid, il allait devoir se débrouiller autrement. Le personnage ne semblait en effet pas prêt à l'aider d'un point de vue lexical.

Ironiquement, la représentation de la fille Hanson semblait prête à l'aider d'une autre façon. Alors que tout dans cette maison criait au danger, Tanguy n'avait pas semblé comprendre son avertissement. Ashka avait passé les dernières années de sa vie tiraillée entre ce qu'elle pensait être juste et ce qu'elle pensait être la meilleure opportunité pour elle. Elle avait cependant trop attendu, et là voilà à présent, coincée dans un tableau, ce conflit intérieur toujours présent à la surface de l'huile déposée sur la toile. Cette couche de peinture semblait si fragile qu'elle donnait l'impression de pouvoir être essuyée avec un torchon. Paradoxalement, personne ne s'y était essayé. On avait appris aux membres du C.A.M.P. à respecter les oeuvres d'art.


Vous devez fuir, murmura Ashka d'une voix si basse qu'on ne l'entendait presque pas. Le C.A.M.P. ne vous veut pas que du -

Le C.A.M.P. ? Le portrait s'était arrêté net, comme secoué par quelque chose de nouveau. Et en une seconde, il venait de disparaître, probablement pour se téléporter dans un autre tableau, plus loin dans le Manoir. Antonina Orlov, légèrement plus haut, avait entrouvert les yeux et observait désormais Tanguy de façon bien plus profonde que précédemment.

J'ai toujours trouvé cette gamine un peu étrange, marmonna-t-elle. Je ne vous conseillerais pas d'essayer de la retrouver, il n'y a pas beaucoup de toiles par ici.

La femme blonde du portrait se contenta de se repositionner, appuyée sur son coude, la main gauche tenant sa tête, et fermant les yeux. Sa ressemblance avec Natalia était frappante. Dans le salon, on entendait des bruits de vaisselle. Ana et Natalia semblaient avoir quitté la pièce à vivre, et des hommes rangeaient les verres. Impossible de les voir depuis la pièce des tableaux ; pourtant, d'après cette simple lecture, de nouvelles questions se formaient. Ana s'était occupée du service précédemment. Pourquoi les Russes cachaient-ils tant de choses à leur invité ?

alter égo de summer pearson

Le Grand Escalier >> Monde Magique >> Reste du monde

Retour en haut de la page



Vous avez besoin d'aide ? Rendez-vous dans la FAQ



Partenaires :
Écoles de Magie : Mana Wyrd - Harry Potter 2005 - Hogwartsnet - Habbo Magie Poudlard - L'académie Beauxbâtons - Mimble Mimbus
Monde Magique : Fédération du Quidditch Français - La Gazette du Sorcier - Wiki Harry Potter - Obscurus Presse - HP666 - La Charte du Fandom
Autres : Portail des jeux - Annuaire google

Toute reproduction en totalité ou en partie est interdite.
Les images et les noms relatifs à Harry Potter sont une propriété de la Warner Bros Corp. et J.K. Rowling.

© 2009-2023 Twelve Grimmauld Place - © 2020 Design par Alpha Landstorm, Artus Myrtle, Camille Dubois et Elea Loohest - Mentions légales

Optimisé pour Firefox 4, Google Chrome 6, Safari 5 et Opera 10.5